Pascale Hugues, « RDA, mon amour »

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ».

Ecrit d’un point de vue français, ce texte revient sur les affinités électives entre Français et Allemands de l’Est, et sur l’incompréhension des Allemands de l’Ouest face à cet enthousiasme. Elle en propose une analyse dont les ressorts sont à la fois historiques et psychologiques, en rappelant tout d’abord la blague qui circulait à cette époque : « Qu’y a-t-il de commun entre la France et la RDA ? ». Réponse « Les Allemands ont envahi ces deux pays ».  Elle écrit encore : « Comme beaucoup de Français, je pris le parti des plus faibles ». Ce texte constitue un témoignage utile sur la perception française de la RDA et on peut s’interroger sur sa parution tardive, 27 ans après les situations décrites.

http://www.arenes.fr/livre/was-ist-das/

Compte-rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l’Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *