Emmanuelle Aurenche-Beau, Marcel Boldorf, Ralf Zschachlitz (dir.), RDA – Culture – critique – crise. Nouveaux regards sur l’Allemagne de l’Est

Compte rendu d’ouvrage

Emmanuelle Aurenche-Beau, Marcel Boldorf, Ralf Zschachlitz (dir.), RDA – Culture – critique – crise. Nouveaux regards sur l’Allemagne de l’Est, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Coll. « Mondes germaniques », 2017 (283 pages).

Contributeurs : Clémence Andreys, Emmanuelle Aurenche-Beau, Heike Baldauf-Quilliatre, Sabine Bastian, Marcel Boldorf, Hélène Camarade, Sibylle Goepper, Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Michael Hofmann, Hervé Joly, Christian Klein, Anne Lemonnier-Lemieux, Hélène Miard-Delacroix, Jean Mortier, Anne-Marie Pailhès, Jean-Michel Pouget, Myriam Renaudot, Anne-Marie Saint-Gille, André Steiner, Ralf Zschachlitz.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100078520

Cet ouvrage collectif offre un panorama des recherches actuelles, principalement en France, sur la RDA et les nouveaux Länder. Il est d’ailleurs dédié à Jacques Poumet, Professeur émérite à l’Université de Lyon, grand spécialiste de ce champ de recherche, à la vitalité duquel il a fortement contribué tout au long de sa carrière (on songe, entre autres, à ses travaux sur les cabarets et la presse satiriques en RDA). Le livre a pour projet de proposer un bilan, plus de vingt-cinq ans après la chute du Mur et la réunification allemande, au sujet de l’Allemagne de l’Est. Il s’agit, si l’on en croit les directeurs d’ouvrage dans leur introduction (p. 12), « d’aborder les sujets avec un certain recul et de porter un regard plus détaché sur les transformations du quart de siècle écoulé.»

Le volume est structuré en trois parties : les deux premières (« Histoire des idées et littérature » et « Arts et médias ») sont consacrées au domaine de la culture, d’une part à la situation et au positionnement d’intellectuels, d’artistes et de journalistes au sein du régime est-allemand puis dans l’Allemagne réunifiée, et, d’autre part, aux questions de mémoire après 1989, de représentation et de relation au passé de la RDA ; la dernière partie (« Politique et économie ») examine tour à tour l’évolution de la politique étrangère, de la crise économique et écologique ou encore des milieux sociaux est-allemands, cette dimension sociologique n’apparaissant cependant pas dans le titre choisi pour la troisième partie. Si la structure adoptée pourrait être discutée (on s’interroge en particulier sur la nécessité de séparer ainsi la littérature des autres arts), l’ensemble des contributions présentées offre en tout cas un riche aperçu de la diversité des recherches sur la RDA et les nouveaux Länder : sont abordés des sujets aussi variés que, dans le domaine de l’histoire des idées, la réception de Nietzsche et de son œuvre en RDA, ou bien, en littérature, la déconstruction du motif de la famille dans les œuvres de la génération des « Nés-dedans » (die Hineingeborenen), ou, pour ce qui est du cinéma, la censure en 1965 d’un film de Kurt Maetzig, ou, dans le champ des médias, la question des espaces de liberté (à l’instar du journal Junge Welt) ou encore, en politique étrangère, les visites de Honecker à Bonn et à Paris à la fin des années 1980.

L’ouvrage prend à cet égard un aspect parfois quelque peu kaléidoscopique, mais tous ces travaux n’en sont pas moins intéressants, notamment en raison de la dimension réflexive qu’ils ont en commun : après 1989, la recherche sur la RDA et les nouveaux Länder s’est tout particulièrement interrogée sur son sens, ses objets, ses approches et ses perspectives, d’où un renouvellement. La période d’avant 1989 a pu ainsi être réexaminée, à partir de nouvelles archives, comme le montre l’un des articles portant sur la surveillance de Günter Grass par la Stasi, ou à partir de méthodes récentes, ainsi que le met en évidence une autre contribution, qui analyse, en convoquant l’histoire orale et la recherche en narratologie, les souvenirs de la RDA dans des conversations quotidiennes postérieures à la chute du Mur. L’ouvrage propose également des points de vue originaux concernant la période de l’après-1989, en déplaçant le regard, par exemple en mettant en lumière les collections, notamment privées, d’art est-allemand, ou en se penchant sur un écrivain, Reinhard Jirgl, peu étudié jusqu’à présent, ou encore en s’intéressant, au sein de la vague d’autobiographies parues dans les années 1990 et 2000, à une autobiographie, celle de Heinz Czechowski, qui ne porte pas sur Berlin comme la plupart mais sur la Saxe. Des travaux récents permettent de prendre le contrepied de représentations désormais dépassées, ainsi que le démontre l’article portant sur l’industrie dans les nouveaux Länder et soulignant le rôle qu’y jouent les technologies de pointe, loin de l’image de désindustrialisation auparavant attachée à ces territoires. D’autres contributions, enfin, abordent des objets relativement nouveaux dans le champ de la germanistique française, telles les bandes dessinées, genre qui connaît un essor en Allemagne et peut devenir le lieu d’un travail critique sur le passé de la RDA. Cet ouvrage collectif, à travers les pistes de recherche qu’il ouvre, se révèle ainsi tout à fait stimulant.

Compte rendu rédigé par Florence Baillet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *