Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier

Compte rendu d’ouvrage

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Repères, La Découverte, 2016, 126 p.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_Berlin-9782707176899.html

Dans quelle mesure la partition Est-Ouest de la ville de Berlin se décrypte-t-elle encore à travers une photographie sociologique de la ville, plus de 27 ans après la chute du Mur et l’unification allemande ? C’est une question qui peut servir de fil conducteur à la lecture de cet ouvrage dans le cadre de ce carnet de recherche. On sait que depuis 2001, les autorités n’ont plus souhaité tenir de statistiques séparées Est-Ouest sur la ville, il faut donc se référer aux chiffres disponibles par arrondissement pour y déceler d’éventuelles disparités héritées.

D’emblée, cette grille de lecture semble être à contre-courant puisque les auteurs déclarent dès l’introduction que : « La seule clef de lecture issue du contraste entre Est et Ouest ne suffit plus ». Pourtant, la suite de l’ouvrage contredit en partie cette affirmation : en effet, ils reviennent souvent sur ces césures importantes dans nombre de domaines qui renvoient à une partition Est-Ouest encore bien présente dans la ville et qui ne s’est pas évanouie avec l’effacement volontaire de la plus grande partie des traces du Mur.

En 1989, sur la population totale de Berlin, soit environ 3,4 millions d’habitants, 2,1 vivaient dans la partie Ouest et 1,3 à l’Est. Le chiffre de la population est redevenu presque le même en 2016, avec 3,46 millions de Berlinois, dont une majorité vit toujours à l’Ouest.

La répartition des habitants en fonction de leur origine fait apparaître qu’il y a toujours beaucoup plus d’étrangers à l’Ouest de la ville, jusqu’à plus de 40 pourcents dans certains arrondissements (Kreuzberg, Neukölln), tandis que ce  chiffre plafonne à 18 % à Lichtenberg, l’arrondissement de l’Est où il sont les plus présents,. Le chiffre de 30 % d’étrangers dans l’arrondissement de Mitte s’explique par un redécoupage administratif : il inclut dorénavant le quartier de Wedding, anciennement à Berlin-Ouest, à forte population turque. Les chiffres du chômage se lisent aussi avec cet arrière-plan, ils sont très élevés dans l’arrondissement occidental comptant le plus d’habitants d’origine turque. La spécificité de l’histoire est-allemande apparaît tout au plus dans la présence de quelques milliers de Vietnamiens qui ont échappé en 1990 au renvoi dans leur pays d’origine (p. 57). On peut en déduire que la population continue d’être beaucoup plus mélangée à l’Ouest qu’à l’Est, mais que la pauvreté est bien partagée entre les deux parties de la ville.

Un autre chapitre intéressant sur le point de cette comparaison concerne la géographie électorale de la ville et met en perspective la situation actuelle avec celle des années 1930, qui révélait déjà un fort contraste entre une partie sud-ouest plus conservatrice et une partie nord-est plus acquise aux partis de gauche. Les traditions politiques déjà existantes ont été par la suite pérennisées pendant la Guerre froide. Une situation encore perceptible aujourd’hui, avec la prédominance des partis de gauche (SPD et die Linke) dans les arrondissements orientaux de la capitale. Les auteurs indiquent clairement que : « Son territoire électoral reste encore divisé entre deux parties de la ville » (p. 83). Sans cette clef essentielle, on ne comprendrait pas les résultats des différents partis selon les arrondissements, et la place qu’occupe toujours le parti Die Linke à l’Est.

Enfin, le chapitre consacré à l’urbanisme est on ne peut plus clair : « Pour ce qui est de la politique de la ville, plus que d’une réunification, il s’est agi en 1990 d’une véritable annexion de l’Est par l’Ouest » (p. 91). Les conséquences actuelles de ce coup de force y sont bien décrites : parallèlement au phénomène de gentrification des arrondissements centraux, les banlieues de l’Est sont déclassées et délaissées, créant un « Berlin à deux vitesses » (p. 96), qui oppose le Berlin de la créativité et des start-up à celui des habitants plus pauvres des banlieues, principalement concentrés à l’Est.

Cet ouvrage propose donc une synthèse très utile sur les aspects importants de l’histoire de la ville, abordée par le biais d’une sociologie qui s’appuie souvent sur des aperçus historiques. Il met habilement en perspective les différents héritages de la ville et sait intégrer certains éléments concernant l’ex-RDA. On pourrait y ajouter par exemple de grands thèmes que seraient l’usage différent des médias à l’Est et à l’Ouest de la ville (en particulier des quotidiens, car on continue à ne pas lire les mêmes des deux côtés de la ville), ou la différence de perception de grands enjeux de mémoire de la RDA tels que le remplacement du Palais de la République construit en RDA par la reconstitution du château des Hohenzollern.

Si de riches Allemands de l’Ouest ont dorénavant investi les quartiers centraux historiques, la structure générale de la ville et sa sociologie reflètent encore un contraste né d’une domination politique et économique et que les mythes récents de la ville de la créativité, des start-ups et de tous les possibles ne réussissent pas à dissimuler lors d’une analyse poussée. Le lecteur averti se fera sa propre idée en déchiffrant les tableaux statistiques utiles qui lui sont proposés.

Voir aussi l’article des mêmes auteurs dans la revue Allemagne d’Aujourd’hui sur « Berlin aujourd’hui »,  n°221 – Juillet-Septembre 2017 : « Recompositions et défis : la population berlinoise entre dynamiques émergentes et nouvelles fractures », p. 87-94

A.M. Pailhès


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l’Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *