Madgermanes, une BD de Birgit Weyhe

Birgit Weyhe, Madgermanes, Paris, Cambourakis, Collection Bande dessinée, 2017, 240 p.

Un compte rendu rédigé par Adèle Grondin, étudiante en master 2 KulturWissenschaften, Université Paris Nanterre

 

« Was ist Heimat? », « Qu’est ce que la terre natale ? » C’est une interrogation sur l’origine et l’identité qui domine dans cette bande-dessinée de Birgit Weyhe.

Ayant passé une grande partie de sa jeunesse en Afrique de l’Est, l’auteure a elle-même été confrontée à ces questions d’identité nationale. Elle a été profondément touchée par le destin  de ceux qui se nomment eux-mêmes les « Madgermanes », les Made in Germany, ces milliers de Mozambicains déracinés, envoyés en ex-RDA à partir de la fin des années 1970 en réponse à un appel de main d’œuvre. Après avoir récolté de nombreux témoignages, elle raconte leur histoire à travers trois personnages fictifs, José, Basilio et Anabella. Grâce à un style très épuré (la dessinatrice n’utilise que trois couleurs, le blanc le noir et le marron) et des bulles d’une grande simplicité, Birgit Weyhe décrit l’expérience et les nombreuses désillusions de ces trois personnages. D’abord enthousiastes à l’idée de découvrir l’Europe de l’Est, de trouver un travail et de fuir la misère du Mozambique, les personnages se retrouvent non seulement confrontés à un changement de climat important auquel ils n’étaient pas préparés, mais aussi à un accueil hostile, loin de la « solidarité » promise par l’ex-RDA. Les personnages se heurtent rapidement à des mentalités différentes : la ponctualité, les règles de vie strictes mais aussi le racisme font désormais partie de leur quotidien. « Je n’étais pas chez moi » est une phrase récurrente dans les témoignages des Madgermanes cités dans l’ouvrage. Mais le retour au pays est lui aussi difficile : la guerre civile du Mozambique étant terminée depuis 1992, ceux qui y retournent retrouvent un pays décimé, des familles anéanties. Ils sont accueillis en étrangers, parfois même en lâches (Drückeberger) car ils ne reviennent qu’après la guerre.

Cette bande dessinée pose la question de l’identité des personnages mais aussi de l’absence d’intégration des travailleurs mozambicains en Allemagne de l’Est.

Malgré le portrait peu attrayant que dresse Birgit Weyhe du régime socialiste de la RDA, on retrouve dans son œuvre l’idée d’une solidarité entre des individus, proches par leurs particularités et de leur solitude.

Birgit Weyhe a obtenu le prix de bande dessinée de la fondation Berthold Leibinger en 2015 ainsi que le Prix Max et Moritz de la meilleure bande dessinée de langue allemande en 2016 pour Madgermanes.

  

 

 

Liens vers l’ouvrage :

 

Edition française : https://www.cambourakis.com/spip.php?article842

Edition allemande : http://www.avant-verlag.de/comic/madgermanes

 

 

Entretien avec l’auteure sur Arte : https://info.arte.tv/fr/bd-madgermanes-une-histoire-mozambicaine-en-rda

 

 

Peut-on encore enseigner la RDA ? Berlin, 7 février 2018

Alles gesagt? Die DDR in der akademischen Lehre

Immer wieder ist zu hören, die DDR sei „ausgeforscht und überforscht“. Dem widersprechen die vielen auf den Markt drängenden Bücher, die hohe Anzahl an Veranstaltungen und Förderprogrammen sowie die (zum Teil neu entstehenden) Gedenkorte und tagesaktuellen Debatten. Weniger bekannt ist hingegen, wie stark die DDR-Geschichte an den Universitäten vertreten ist und auf welche Weise die Forschungsergebnisse in den Hochschulen vermittelt werden.

Lire la suite :

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-36083?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-1&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-1&utm_campaign=htmldigest

Compte-rendu signalé : Mödlareuth ou le « petit Berlin », histoire d’un village divisé par le Mur.

Johnson, Jason B., Divided Village. The Cold War in the German Borderlands, London 2017: Routledge, 233 p.

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-27780

Colloque sur Heiner Müller

CFP: KüstenLANDSCHAFTEN. Grenzen und Selektion – Unterbrechung und Störung. Heiner-Müller-Symposium, Hannover (15.04.2018)

Paysages côtiers – Frontières et sélection – Interruption et perturbation.

https://networks.h-net.org/node/79435/discussions/1229730/cfp-k%C3%BCstenlandschaften-grenzen-und-selektion-%E2%80%93-unterbrechung-und

 

Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier

Compte rendu d’ouvrage

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Repères, La Découverte, 2016, 126 p.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_Berlin-9782707176899.html

Dans quelle mesure la partition Est-Ouest de la ville de Berlin se décrypte-t-elle encore à travers une photographie sociologique de la ville, plus de 27 ans après la chute du Mur et l’unification allemande ? C’est une question qui peut servir de fil conducteur à la lecture de cet ouvrage dans le cadre de ce carnet de recherche. On sait que depuis 2001, les autorités n’ont plus souhaité tenir de statistiques séparées Est-Ouest sur la ville, il faut donc se référer aux chiffres disponibles par arrondissement pour y déceler d’éventuelles disparités héritées. Continuer la lecture de « Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier »

Revue « Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte » 2017, 58/2. Les entreprises dans le processus de transformation : perspectives est-allemandes et est-européennes

 Dossier dirigé par Ulrike Schulz et Swen Steinberg:
Table des matières, résumés en allemand et anglais et auteurs : voir

Conférence sur les méthodes d’espionnage de la Stasi à l’étranger : « Vom Mythos der guten HV A ». Berlin, 15 janvier 2018.

 

Conférence organisée à l’occasion du 28 ème anniversaire de l’occupation du siège de la Stasi par des citoyens de RDA

(Voir lien en dessous du texte de présentation)

Montag, 15. Januar 2018, Berlin

Führung und Gespräch

Vom Mythos der guten HV A

Methoden und Machenschaften der DDR-Auslandsspionage

Als DDR-Bürgerinnen und -Bürger am 15. Januar 1990 die Stasi-Zentrale in Berlin-Lichtenberg stürmten, hängten Mitarbeiter der Auslandsspionage-Abteilung der Stasi, der HV A, ein weißes Laken mit der Aufschrift « Aufklärung » an ihr Gebäude. Sie versuchten sich damit von den Machenschaften der Stasi zu distanzieren. Das Erstaunliche: es wirkte. Den selbsterklärten « Kundschaftern des Friedens » gelang es, sich als « Aufklärer » mit weißen Westen zu inszenieren, die mit der Repression im Inland nichts zu tun hatten. Continuer la lecture de « Conférence sur les méthodes d’espionnage de la Stasi à l’étranger : « Vom Mythos der guten HV A ». Berlin, 15 janvier 2018. »

15. Werkstattgespräch zur Bau- und Planungsgeschichte der DDR

Echanges sur l’architecture et l’urbanisme en RDA.

A Erkner (près de Berlin), les 18 et 19 janvier 2018.

Propositions à faire avant le 10 janvier

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-35847?title=15-werkstattgespraech-zur-bau-und-planungsgeschichte-der-ddr&recno=49&page=3&q=&sort=&fq=&total=726

 

Die Partei hat immer recht! Anspruch, Wirklichkeit und Aufarbeitung der kommunistischen Parteien in der Deutschen Demokratischen Republik und der Volksrepublik Polen ab 1970

Comparaison des partis communistes en RDA et en Pologne

Programme du colloque des 8 et 9 décembre 2017, Darmstadt.

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-35865?title=die-partei-hat-immer-recht-anspruch-wirklichkeit-und-aufarbeitung-der-kommunistischen-parteien-in-der-deutschen-demokratischen-republik-und-der-volksrepublik-polen-ab-1970&recno=27&page=2&q=&sort=&fq=&total=726

 

Grenzüberschreibungen: Übersetzer und Übersetzen in der SBZ und der DDR. 6. Germersheimer Symposium « Übersetzen und Literatur »

Traductions et traducteurs en zone soviétique d’occupation et en RDA

Germersheim, 15 au 17  juin 2018

Appel à contribution à envoyer avant le 28 février 2018.

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-35893?title=grenzueberschreibungen-uebersetzer-und-uebersetzen-in-der-sbz-und-der-ddr-6-germersheimer-symposium-uebersetzen-und-literatur&recno=8&q=&sort=&fq=&total=726

 

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

           Compte rendu d’ouvrage

Daniel Argelès  Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001. Septentrion, 2017. Collection Mondes germaniques.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100094640

Pour la première fois en France, un ouvrage complet présente l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Schlesinger, auteur qui a connu plusieurs régimes politiques, Troisième Reich, Allemagne occupée, RFA, RDA et Allemagne unifiée. Les années déterminantes de son existence se sont cependant déroulées en RDA, pays où est née sa vocation et où il est devenu écrivain. Et qu’il a quitté en 1980, à la suite de l’affaire Biermann de 1976, avec cependant un visa permanent. Continuer la lecture de « Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 »

Pascale Hugues, « RDA, mon amour »

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ». Continuer la lecture de « Pascale Hugues, « RDA, mon amour » »