Madgermanes, une BD de Birgit Weyhe

Birgit Weyhe, Madgermanes, Paris, Cambourakis, Collection Bande dessinée, 2017, 240 p.

Un compte rendu rédigé par Adèle Grondin, étudiante en master 2 KulturWissenschaften, Université Paris Nanterre

 

« Was ist Heimat? », « Qu’est ce que la terre natale ? » C’est une interrogation sur l’origine et l’identité qui domine dans cette bande-dessinée de Birgit Weyhe.

Ayant passé une grande partie de sa jeunesse en Afrique de l’Est, l’auteure a elle-même été confrontée à ces questions d’identité nationale. Elle a été profondément touchée par le destin  de ceux qui se nomment eux-mêmes les « Madgermanes », les Made in Germany, ces milliers de Mozambicains déracinés, envoyés en ex-RDA à partir de la fin des années 1970 en réponse à un appel de main d’œuvre. Après avoir récolté de nombreux témoignages, elle raconte leur histoire à travers trois personnages fictifs, José, Basilio et Anabella. Grâce à un style très épuré (la dessinatrice n’utilise que trois couleurs, le blanc le noir et le marron) et des bulles d’une grande simplicité, Birgit Weyhe décrit l’expérience et les nombreuses désillusions de ces trois personnages. D’abord enthousiastes à l’idée de découvrir l’Europe de l’Est, de trouver un travail et de fuir la misère du Mozambique, les personnages se retrouvent non seulement confrontés à un changement de climat important auquel ils n’étaient pas préparés, mais aussi à un accueil hostile, loin de la « solidarité » promise par l’ex-RDA. Les personnages se heurtent rapidement à des mentalités différentes : la ponctualité, les règles de vie strictes mais aussi le racisme font désormais partie de leur quotidien. « Je n’étais pas chez moi » est une phrase récurrente dans les témoignages des Madgermanes cités dans l’ouvrage. Mais le retour au pays est lui aussi difficile : la guerre civile du Mozambique étant terminée depuis 1992, ceux qui y retournent retrouvent un pays décimé, des familles anéanties. Ils sont accueillis en étrangers, parfois même en lâches (Drückeberger) car ils ne reviennent qu’après la guerre.

Cette bande dessinée pose la question de l’identité des personnages mais aussi de l’absence d’intégration des travailleurs mozambicains en Allemagne de l’Est.

Malgré le portrait peu attrayant que dresse Birgit Weyhe du régime socialiste de la RDA, on retrouve dans son œuvre l’idée d’une solidarité entre des individus, proches par leurs particularités et de leur solitude.

Birgit Weyhe a obtenu le prix de bande dessinée de la fondation Berthold Leibinger en 2015 ainsi que le Prix Max et Moritz de la meilleure bande dessinée de langue allemande en 2016 pour Madgermanes.

  

 

 

Liens vers l’ouvrage :

 

Edition française : https://www.cambourakis.com/spip.php?article842

Edition allemande : http://www.avant-verlag.de/comic/madgermanes

 

 

Entretien avec l’auteure sur Arte : https://info.arte.tv/fr/bd-madgermanes-une-histoire-mozambicaine-en-rda

 

 

Compte-rendu signalé : Mödlareuth ou le « petit Berlin », histoire d’un village divisé par le Mur.

Johnson, Jason B., Divided Village. The Cold War in the German Borderlands, London 2017: Routledge, 233 p.

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-27780

Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier

Compte rendu d’ouvrage

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Repères, La Découverte, 2016, 126 p.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_Berlin-9782707176899.html

Dans quelle mesure la partition Est-Ouest de la ville de Berlin se décrypte-t-elle encore à travers une photographie sociologique de la ville, plus de 27 ans après la chute du Mur et l’unification allemande ? C’est une question qui peut servir de fil conducteur à la lecture de cet ouvrage dans le cadre de ce carnet de recherche. On sait que depuis 2001, les autorités n’ont plus souhaité tenir de statistiques séparées Est-Ouest sur la ville, il faut donc se référer aux chiffres disponibles par arrondissement pour y déceler d’éventuelles disparités héritées. Continuer la lecture de « Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier »

Emmanuelle Aurenche-Beau, Marcel Boldorf, Ralf Zschachlitz (dir.), RDA – Culture – critique – crise. Nouveaux regards sur l’Allemagne de l’Est

Compte rendu d’ouvrage

Emmanuelle Aurenche-Beau, Marcel Boldorf, Ralf Zschachlitz (dir.), RDA – Culture – critique – crise. Nouveaux regards sur l’Allemagne de l’Est, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Coll. « Mondes germaniques », 2017 (283 pages).

Contributeurs : Clémence Andreys, Emmanuelle Aurenche-Beau, Heike Baldauf-Quilliatre, Sabine Bastian, Marcel Boldorf, Hélène Camarade, Sibylle Goepper, Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Michael Hofmann, Hervé Joly, Christian Klein, Anne Lemonnier-Lemieux, Hélène Miard-Delacroix, Jean Mortier, Anne-Marie Pailhès, Jean-Michel Pouget, Myriam Renaudot, Anne-Marie Saint-Gille, André Steiner, Ralf Zschachlitz.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100078520

Cet ouvrage collectif offre un panorama des recherches actuelles, principalement en France, sur la RDA et les nouveaux Länder. Il est d’ailleurs dédié à Jacques Poumet, Professeur émérite à l’Université de Lyon, grand spécialiste de ce champ de recherche, à la vitalité duquel il a fortement contribué tout au long de sa carrière (on songe, entre autres, à ses travaux sur les cabarets et la presse satiriques en RDA). Le livre a pour projet de proposer un bilan, plus de vingt-cinq ans après la chute du Mur et la réunification allemande, au sujet de l’Allemagne de l’Est. Il s’agit, si l’on en croit les directeurs d’ouvrage dans leur introduction (p. 12), « d’aborder les sujets avec un certain recul et de porter un regard plus détaché sur les transformations du quart de siècle écoulé.» Continuer la lecture de « Emmanuelle Aurenche-Beau, Marcel Boldorf, Ralf Zschachlitz (dir.), RDA – Culture – critique – crise. Nouveaux regards sur l’Allemagne de l’Est »

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

           Compte rendu d’ouvrage

Daniel Argelès  Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001. Septentrion, 2017. Collection Mondes germaniques.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100094640

Pour la première fois en France, un ouvrage complet présente l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Schlesinger, auteur qui a connu plusieurs régimes politiques, Troisième Reich, Allemagne occupée, RFA, RDA et Allemagne unifiée. Les années déterminantes de son existence se sont cependant déroulées en RDA, pays où est née sa vocation et où il est devenu écrivain. Et qu’il a quitté en 1980, à la suite de l’affaire Biermann de 1976, avec cependant un visa permanent. Continuer la lecture de « Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 »

Pascale Hugues, « RDA, mon amour »

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ». Continuer la lecture de « Pascale Hugues, « RDA, mon amour » »