Madgermanes, une BD de Birgit Weyhe

Birgit Weyhe, Madgermanes, Paris, Cambourakis, Collection Bande dessinée, 2017, 240 p.

Un compte rendu rédigé par Adèle Grondin, étudiante en master 2 KulturWissenschaften, Université Paris Nanterre

 

« Was ist Heimat? », « Qu’est ce que la terre natale ? » C’est une interrogation sur l’origine et l’identité qui domine dans cette bande-dessinée de Birgit Weyhe.

Ayant passé une grande partie de sa jeunesse en Afrique de l’Est, l’auteure a elle-même été confrontée à ces questions d’identité nationale. Elle a été profondément touchée par le destin  de ceux qui se nomment eux-mêmes les « Madgermanes », les Made in Germany, ces milliers de Mozambicains déracinés, envoyés en ex-RDA à partir de la fin des années 1970 en réponse à un appel de main d’œuvre. Après avoir récolté de nombreux témoignages, elle raconte leur histoire à travers trois personnages fictifs, José, Basilio et Anabella. Grâce à un style très épuré (la dessinatrice n’utilise que trois couleurs, le blanc le noir et le marron) et des bulles d’une grande simplicité, Birgit Weyhe décrit l’expérience et les nombreuses désillusions de ces trois personnages. D’abord enthousiastes à l’idée de découvrir l’Europe de l’Est, de trouver un travail et de fuir la misère du Mozambique, les personnages se retrouvent non seulement confrontés à un changement de climat important auquel ils n’étaient pas préparés, mais aussi à un accueil hostile, loin de la « solidarité » promise par l’ex-RDA. Les personnages se heurtent rapidement à des mentalités différentes : la ponctualité, les règles de vie strictes mais aussi le racisme font désormais partie de leur quotidien. « Je n’étais pas chez moi » est une phrase récurrente dans les témoignages des Madgermanes cités dans l’ouvrage. Mais le retour au pays est lui aussi difficile : la guerre civile du Mozambique étant terminée depuis 1992, ceux qui y retournent retrouvent un pays décimé, des familles anéanties. Ils sont accueillis en étrangers, parfois même en lâches (Drückeberger) car ils ne reviennent qu’après la guerre.

Cette bande dessinée pose la question de l’identité des personnages mais aussi de l’absence d’intégration des travailleurs mozambicains en Allemagne de l’Est.

Malgré le portrait peu attrayant que dresse Birgit Weyhe du régime socialiste de la RDA, on retrouve dans son œuvre l’idée d’une solidarité entre des individus, proches par leurs particularités et de leur solitude.

Birgit Weyhe a obtenu le prix de bande dessinée de la fondation Berthold Leibinger en 2015 ainsi que le Prix Max et Moritz de la meilleure bande dessinée de langue allemande en 2016 pour Madgermanes.

  

 

 

Liens vers l’ouvrage :

 

Edition française : https://www.cambourakis.com/spip.php?article842

Edition allemande : http://www.avant-verlag.de/comic/madgermanes

 

 

Entretien avec l’auteure sur Arte : https://info.arte.tv/fr/bd-madgermanes-une-histoire-mozambicaine-en-rda