Compte rendu. Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA

 

Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock (collection « les essais »), 2018, 419 p., 22,50 euros – ISBN 978-2-234-07789-8

https://www.editions-stock.fr/livres/essais-documents/le-pays-disparu-9782234077898

Un compte rendu de Sylvie Le Grand, maître de conférences HDR à l’Université Paris Ouest

C’est un livre attachant sur un sujet attachant que propose ici l’historien français Nicolas Offenstadt, à la fois médiéviste et spécialiste de la Grande Guerre, connu aussi pour ses interventions médiatiques, notamment sur les questions ayant trait à la politique de la mémoire.

On peut lui savoir gré de s’emparer d’un sujet qui n’a rien perdu de sa pertinence, mais que les universitaires français spécialistes de la RDA et des nouveaux Länder ont fini par délaisser après l’avoir abordé sous diverses formes ponctuelles dès le courant des années 1990 : la relégation symbolique de la RDA – de l’ensemble de son passé sans distinction, de ses monuments, de ses traces matérielles et idéelles – dans l’espace public de l’Allemagne unifiée et les sentiments de perte et d’humiliation qui en résultent chez un certain nombre d’ex-ressortissants de la RDA.

Sujet délicat, car si les succès matériels de l’unification sont évidents et impressionnants – la rénovation des centres-villes, des infrastructures, l’aisance manifeste d’une part non négligeable de la population sont difficilement contestables, au premier abord – il n’en reste pas moins que toute nuance critique apportée au « grand récit » de la success story (Erfolgsgeschichte) ouest-allemande est toujours menacée – au mieux – d’être taxée de complaisance envers diverses formes de geignardise ou d’Ostalgie, ou– au pire – d’être accusée d’occulter la nature oppressive du régime est-allemand – des imputations qui n’ont la plupart du temps que peu de rapport avec le sujet réellement traité. En jeu, bien souvent, en arrière-plan de tels griefs, la revendication implicite d’un monopole interprétatif (Deutungshoheit), sous-tendues par des querelles d’ego et des luttes de pouvoir.

Le grand intérêt de l’approche retenue par Nicolas Offenstadt est de privilégier l’étude des traces matérielles du passé de la RDA à travers ses objets quotidiens, ses lieux en déshérence, ses pans d’archives négligés.

A partir de ceux-ci, de leur découverte au hasard de ses pérégrinations à travers le territoire est-allemand ou de leur collecte active et passionnée sur les sites de vente en ligne et chez les brocanteurs, l’auteur nous raconte des histoires, l’histoire de ces objets, de ces lieux, de ces personnalités historiques et politiques autrefois centrales dans le discours et pour l’identité – en particulier antifascistes – du régime. Adoptant résolument le petit bout de la lorgnette, il mêle à ces histoires de nombreux fragments de témoignages recueillis à la faveur de rencontres ou lors de visites choisies.  

Structuration de l’ouvrage

Son récit est organisé autour de six grands chapitres de longueur analogue (environ 40 pages), à deux exceptions près. Ils sont précédés d’une longue introduction dans laquelle l’auteur brosse à grands traits l’histoire de la RDA et rappelle les enjeux conflictuels liés à sa mémoire avant de placer son étude sous le signe conjoint d’une réflexion sur les objets-traces et d’une pratique non universitaire, l’exploration urbaine, dite aussi urbex.

L’ensemble du livre est agréablement illustré de quelque 70 photos émanant de l’auteur, mais que la reproduction en noir et blanc ne met pas toujours à leur avantage. Une très riche bibliographie thématique clôt l’ouvrage.

Les six chapitres sont consacrés tour à tour à des histoires de vie reconstituées à partir de bribes d’archives abandonnées et récupérées par l’auteur (chap. 1), ou bien encore à des objets de toute nature (plaque ou inscription, emblème, vaisselle, emballage alimentaire, objet manufacturé issu d’un pays-frère…) qui sont tous prétextes à rappeler les discours, structures ou phénomènes politiques, économiques ou sociaux dans lesquels ils s’inséraient (chap. 2).

Les trois chapitres suivants sont intrinsèquement liés à au moins double titre : ils sont, plus encore que les précédents, centrés sur la topographie, au sens large, des traces mémorielles, qu’il s’agisse, en l’espèce, d’art public, de musées anciens ou nouveaux, officiels ou privés ou de la réorganisation topographique de lieux de mémoire – un terme que Nicolas Offenstadt n’utilise jamais, au demeurant.

Ces trois chapitres déclinent en outre les principaux volets d’une même problématique, à savoir l’étude de différentes modalités d’effacement (chap. 3) des traces de la RDA, de leur survie ou renouveau présentés sous le vocable de la résistance (chap. 4) ou enfin de leur défense (chap. 5) dans le discours de légitimation politique tenu, en faveur de la RDA, par des groupuscules ouest-allemands.

Le dernier chapitre reprend les grands thèmes du livre – les traces du quotidien révolu, le rapport aux objets de ce passé, la matérialité du souvenir, les paysages du vide et de l’abandon – sous un angle tout autre, celui de leur traitement littéraire ou cinématographique dans des œuvres est-allemandes postérieures à l’unification.

La courte conclusion générale de l’ouvrage rassemble les principales lignes de force de l’analyse, disséminées de façon impressionniste dans le livre.  

Foisonnement des traces et dialectiques mémorielles

Cet impressionnisme de l’analyse a un effet décevant lors de la première lecture1 : les propos substantiels sur les traces ou la matérialité sont somme toute très succincts. Le lecteur reste sur ce point précis légèrement sur sa faim si bien qu’on aimerait inviter l’auteur à prolonger sa réflexion par un article fourni allant au-delà de ce qui apparaît parfois comme une sorte de romantisme des traces sonnant un peu creux et relevant sans doute d’un effet de mode qui n’est pas propre à l’auteur.

Tout se passe comme si finalement le livre manifestait de sa part ce « goût de l’inventaire, loin de toute théorie sociale », qu’il relève lui-même (p. 342) à propos des « nouveaux archivistes » de la littérature pop. Mais c’est aussi paradoxalement dans le foisonnement et la richesse des exemples fournis que réside la grande force de l’ouvrage. L’auteur fait preuve d’une énergie réjouissante dans sa passion à recenser les traces qui sont au cœur de son sujet.

On peut se demander d’ailleurs si les nombreuses « dynamiques » (ou « dialectiques ») « mémorielles » à l’œuvre en Allemagne de l’Est et évoquées dans l’ouvrage (p. 279 notamment) ne sont pas le véritable sujet du livre, plus profondément que ne le sont les traces ou les objets qui en constituent les substrats. C’est ce que pourraient laisser entendre diverses remarques de l’auteur égrenées au fil de l’ouvrage2, de même que l’heureuse formule conclusive qualifiant son projet d’« archéologie mémorielle » (p. 379) – une alliance de termes qui unit au demeurant les deux démarches.

Ainsi les objets sont-ils présentés non seulement comme médiateurs du souvenir ou facteurs de relations entre l’auteur de l’enquête et ses divers interlocuteurs, mais aussi comme des moyens de réappropriation du passé, utilisés ponctuellement ou de façon plus organisée, notamment dans le cas de ces boutiques « classiques » ou en ligne, ou de ces musées parfois gigantesques, dans lesquels on peut dormir et passer le week-end, comme à Trebus, au nord de Fürstenwalde (p. 252). Cette « muséographie de témoins pour les témoins » (p. 254) permet de toucher les objets, ce qui, pour les conservateurs de musées traditionnels, dévalorise l’objet (p. 239) au profit d’une « expérience sensorielle particulière » (p. 241). Nicolas Offenstadt évoque même une visite dans un petit musée privé de Gotha où on lui fit sentir « des odeurs typiques que tout le monde reconnaissait dans les bureaux de RDA » (p. 236). Il souligne à plusieurs reprises une idée qui semble lui tenir à cœur, mais qui ne laisse pas d’intriguer le lecteur moins convaincu : l’idée d’un « collectif » se formant entre les humains et les objets3 (p. 29-30, 238, 347 entre autres).

Parmi les formules réussies émaillant le texte, deux trouvailles linguistiques se détachent qui décrivent l’Allemagne de l’Est actuelle comme un pays à l’horizontal ou un pays à la brocante et résument magnifiquement le propos de l’auteur. Si le sens concret de la seconde expression est transparent, celui de la première renvoie implicitement au déboulonnage des statues et à leur présentation en position couchée, comme cette tête de Lénine, « clou » de la nouvelle exposition permanente consacrée aux monuments qui a été ouverte en avril 2016 au musée-citadelle de Berlin-Spandau4. Mais ce que ces deux expressions évoquent de façon particulièrement suggestive, au-delà de leur sens littéral, et sans que l’auteur les commente, ce sont la transcendance perdue d’un projet politique surplombant et l’état d’une mémoire qui part à vau-l’eau. Ce n’est pas un hasard si on les retrouve en quatrième de couverture comme dans les divers entretiens radiophoniques où Nicolas Offenstadt a eu l’occasion de s’exprimer avec justesse et nuance sur son ouvrage.

La justesse de ton est précisément une qualité frappante de l’auteur lorsqu’il parle de ses interlocuteurs avec empathie et délicatesse. Certes on peut regretter que les propos rapportés ressemblent, à la longue, à une litanie digne du café du commerce – mais l’auteur n’a pas prétendu pratiquer les subtiles méthodes de l’histoire orale pour recueillir ces témoignages souvent impromptus. Seule l’étude d’un groupuscule de Bochum5 entraîne la mention d’une technique éprouvée liée à l’histoire orale : l’observation participante (p. 302, 321). L’auteur fait montre aussi d’une grande honnêteté sur ses motivations mêlées : en particulier, le mélange peu orthodoxe qui voit cohabiter les désirs d’effraction, liés notamment à la pratique quasi-poétique de l’exploration urbaine, et les réflexes critiques et documentaires, ancrés chez l’historien.

On retiendra de son ample entreprise d’archéologie mémorielle divers passages qui nous ont semblé particulièrement réussis : ainsi par exemple l’évocation circonstanciée des travaux de Hans Maur, spécialiste de la mémoire du mouvement ouvrier en RDA (p. 142 sq.), ou encore celle du village-modèle de Mestlin (p. 207 sq.), pendant rural en quelque sorte de la ville socialiste plus connue d’Eisenhüttenstadt ; de même, la mention régulière d’œuvres d’art public, typiques de la RDA, et toujours soigneusement accompagnée du nom de leur créateur, ou encore la présentation du projet de « bibliothèque nationale » de la RDA poursuivi par l’ancien acteur Peter Sodann (p. 254 sq.). Les rappels biographiques concernant les trois personnalités-phares du discours antifasciste de RDA, Ernst Thälmann (p. 203 notamment), Georgi Dimitroff (p. 203 sq.) et Wilhelm Pieck (p. 203, 282 entre autres), sont toujours associés à l’analyse des lieux de mémoire qui leur étaient consacrés, ce qui constitue des moments de lecture très plaisants ; il en va de même de l’évocation de personnalités ou légendes moins connues, telle celle du Petit Trompette (pourquoi pas trompettiste ?) honoré à Halle (p. 184-188).

Pour toutes ces raisons, au-delà voire par ses imperfections elles-mêmes, l’ouvrage de Nicolas Offenstadt s’avère être une lecture extrêmement stimulante. De nombreuses pistes de réflexion ou de recherches y sont esquissées qui ne demandent qu’à être creusées.

Le débat que son ouvrage a le grand mérite de rouvrir trouve au moins deux prolongements de nature très différente dans l’actualité récente : d’une part, il se peut que les colères populaires qui s’expriment dans les mouvements politiques contestataires, en Saxe notamment, constituent un exemple de ces espaces autres dont les mémoires démonétisées de RDA ont besoin pour se déployer. C’est en tout cas une hypothèse formulée par le géographe Boris Grésillon dans un article sur Dresde, paru le 3 octobre 2018 dans Libération6.

D’autre part, sur un tout autre plan, signalons que le DDR-Museum de Berlin vient d’inaugurer une exposition consacrée à la mémoire matérielle de la RDA chez les générations, nées en 1989, qui ne l’ont donc pas directement connue, ce qui met en évidence un autre volet des complexes dynamiques mémorielles ici à l’œuvre7.


[1] La première lecture cursive de l’ouvrage s’accompagne d’un sentiment mitigé : on bute fréquemment sur le sens des phrases en raison d’un style d’écriture visiblement très oral ; nombre de passages auraient mérité d’être relus et corrigés. Le germaniste s’agace aussi de traductions maladroites. On finit certes par s’habituer à un parti-pris linguistique, irritant au départ, qui conduit l’auteur à accoler l’acronyme RDA à tout ce qu’il aborde, sans aucun connecteur syntaxique, comme s’il en faisait un équivalent des qualificatifs utilisés par exemple pour les styles d’ameublement. Il est ainsi question, entre autres, des « objets RDA », de la « nationalité RDA », de « l’époque RDA », du « passé RDA », de « plans de ville RDA », une construction syntaxique qui apparente ces éléments au secrétaire Louis-Philippe ou au canapé Biedermeier.

[2] Il avait du reste noté dès l’introduction qu’il s’agissait pour lui de réhabiliter « un héritage mémoriel » (p. 17) face à l’«’iconoclasme’ de l’unification » (p. 18).

[3] Sans doute faut-il y repérer une allusion à Bruno Latour – cité en bibliographie – et à sa théorie de l’acteur-réseau, c’est-à-dire l’idée selon laquelle les objets, le non-humain, sont aussi à considérer comme des « acteurs » à part entière, au même titre que les humains. Je remercie Florence Baillet de son indication à ce propos.

[4] Cf. https://www.letemps.ch/monde/tete-dune-statue-geante-lenine-exposee-berlin

[lien actif le 19 décembre 2018]

[5] Le lecteur aimerait disposer de renseignements plus fournis sur ce groupuscule (nombre approximatif de personnes concernées, origine sociologique des membres de cette mouvance).

[6] https://www.liberation.fr/debats/2018/10/03/dresde-sous-les-ors-du-baroque-la-colere_1682949

[consulté le 9 octobre 2018]

[7] L’exposition est intitulée „Jahrgang ’89 – Die Kinder der Wende“ (DDR-Musem, Berlin, 9.11.2018-28.2.2019). Cf. l’article du Berliner Zeitung en date du 7.11.2018 : https://www.berliner-zeitung.de/berlin/-kinder-der-wende—das-ddr-museum-zeigt–dass-geschichte-weiterlebt-31550826 [consulté le 9 novembre 2018]. Merci à Jean Mortier de l’avoir signalé.

 

Autour du livre de Nicolas Offenstadt

10.9.2018, France Culture  « Premier volet d’une série consacrée à quatre figures de l’internationalisme, un grand entretien avec Nicolas Offenstadt. En compagnie de l’historien, déambulation à la recherche des traces physiques de ce pays évanoui : la RDA. »   https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/internationalismes-14-le-grand-entretien

11.9.2018 Interview de Nicolas Offenstadt menée par Catherine Calvet, Libération   https://www.liberation.fr/debats/2018/09/11/nicolas-offenstadt-les-lieux-abandonnes-de-la-rda-montrent-a-quel-point-elle-a-ete-delegitimee_1678004

13.9.2018 Florent Georgesco, Le Monde  https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/histoire-d-un-livre-rechercher-la-rda-a-hauteur-de-trottoir_5354342_3260.html

18.9.2018 Tribune de Jean-Louis Georget, Libération https://www.liberation.fr/debats/2018/09/18/l-historien-et-le-terrain-retour-en-rda_1679479

20.9.2018 Réponse de Nicolas Offenstadt à Jean-Louis Georget, Libération https://www.liberation.fr/debats/2018/09/20/la-reponse-de-nicolas-offenstadt-a-jean-louis-georget-comment-critiquer-un-livre-sans-l-avoir-lu_1679991

13.10.2018, France Culture, « Pratique amateure ancienne, l’exploration urbaine (Urbex) peut aussi s’avérer une méthode originale d’enquête en sciences sociales comme en littérature. Ainsi l’historien Nicolas Offenstadt s’en est emparé pour exhumer un pays disparu la RDA et l’écrivain Philippe Vasset pour circuler en aérotrain. »  https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/urbex-sciences-sociales-et-litterature

A propos de l’urbex, une journée d’études organisée par Nicolas Offenstadt à l’université Paris I : « L’Exploration urbaine (Urbex) – L’historien et les sciences sociales »  http://www.ihmc.ens.fr/181018-exploration-urbaine-urbex-historien-sciences-sociales.html

24.11.2018 Une recension est-allemande : Stefan Ripplinger, „Land auf dem Trödel – Ein französischer Historiker sucht nach Spuren der DDR“, Neues Deutschland  https://www.neues-deutschland.de/artikel/1106453.land-auf-dem-troedel.html

Compte rendu de Jean-Louis Georget dans Allemagne d’aujourd’hui n°226, octobre-décembre 2018, p. 122-124
http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100718200

  1. La première lecture cursive de l’ouvrage s’accompagne d’un sentiment mitigé : on bute fréquemment sur le sens des phrases en raison d’un style d’écriture visiblement très oral ; nombre de passages auraient mérité d’être relus et corrigés. Le germaniste s’agace aussi de traductions maladroites. On finit certes par s’habituer à un parti-pris linguistique, irritant au départ, qui conduit l’auteur à accoler l’acronyme RDA à tout ce qu’il aborde, sans aucun connecteur syntaxique, comme s’il en faisait un équivalent des qualificatifs utilisés par exemple pour les styles d’ameublement. Il est ainsi question, entre autres, des « objets RDA », de la « nationalité RDA », de « l’époque RDA », du « passé RDA », de « plans de ville RDA », une construction syntaxique qui apparente ces éléments au secrétaire Louis-Philippe ou au canapé Biedermeier. []
  2. Il avait du reste noté dès l’introduction qu’il s’agissait pour lui de réhabiliter « un héritage mémoriel » (p. 17) face à l’«’iconoclasme’ de l’unification » (p. 18).  []
  3. Sans doute faut-il y repérer une allusion à Bruno Latour – cité en bibliographie – et à sa théorie de l’acteur-réseau, c’est-à-dire l’idée selon laquelle les objets, le non-humain, sont aussi à considérer comme des « acteurs » à part entière, au même titre que les humains. Je remercie Florence Baillet de son indication à ce propos.  []
  4. Cf. https://www.letemps.ch/monde/tete-dune-statue-geante-lenine-exposee-berlin []
  5. Le lecteur aimerait disposer de renseignements plus fournis sur ce groupuscule (nombre approximatif de personnes concernées, origine sociologique des membres de cette mouvance).  []
  6. https://www.liberation.fr/debats/2018/10/03/dresde-sous-les-ors-du-baroque-la-colere_1682949[consulté le 9 octobre 2018  []
  7. L’exposition est intitulée „Jahrgang ’89 – Die Kinder der Wende“ (DDR-Musem, Berlin, 9.11.2018-28.2.2019). Cf. l’article du Berliner Zeitung en date du 7.11.2018 : https://www.berliner-zeitung.de/berlin/-kinder-der-wende—das-ddr-museum-zeigt–dass-geschichte-weiterlebt-31550826 [consulté le 9 novembre 2018]. Merci à Jean Mortier de l’avoir signalé.   []

Une réflexion sur « Compte rendu. Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA »

  1. Très belle critique qui éclaire le bouquin. Elle ménage la chèvre et le choux, mais montre en fait la non linéarité des ouvrages d’histoire. Son “analyse impressionniste”, disséminée dans l’ouvrage peut heurter : “ben merde, pourquoi tout compliquer “? C’est une question que je me pose, mais je pressens que si Offenstadt avait écrit comme un robot, de A à B, il aurait perdu ses lecteurices, et jeter les graines avec l’eau du bain.

Répondre à Smorenburg Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.