Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie

Nous prolongeons notre exploration des odeurs de la RDA par la publication d’un texte inédit de Daniel Argelès.

Notre rédacteur Daniel Argelès enseigne la langue et la culture allemande à l’École Polytechnique. Il est l’auteur d’une thèse sur Klaus Schlesinger, d’articles universitaires et d’ouvrages sur la littérature allemande, de traductions littéraires de l’allemand et de nouvelles. Il réserve aux lectrices et lecteurs de ce carnet la primeur de ce texte dans lequel les odeurs de la RDA jouent un rôle important.

Les odeurs de ma vie

Des franges dans la lumière, qui vibrent sous son souffle. Un liseré blanc, des fils beiges tressés au bout d’un pompon. Une odeur de gomme ou de mastic, quelque part entre chantier et hôpital. Les veinules grisées d’un lino, froid contre sa joue. Son épaule droite le lance, il a le muscle du bras endolori. Il soupire et son souffle fait danser la pointe d’un pompon sous ses yeux. Au-delà de la bande de lumière commence l’ombre. Quelque chose peut-être s’y tient tapi, puissances sourdes, comme dans son enfance. Ce goût de sang lorsqu’il avale. S’est-il cassé quelque chose, mordu la langue ? Comment est-il tombé ?

Martin se soulève sur un coude, écarte la poignée rétractable de la valise qui lui meurtrissait l’épaule. Il roule sur le dos, repousse dans un corps à corps maladroit le bagage dont la coque lui froisse les côtes. Une rangée d’extincteurs le fixe depuis le plafond. Il entend le souffle de l’air conditionné, troublé par un léger bruit de moteur, signe d’une machine mal entretenue. Oui, c’est cela, le souvenir lui revient : Chicago, salon de la clim’. Une journée mal engagée, les flyers oubliés, l’ordi qui ne reconnaît pas le projo. La réservation d’hôtel ratée. Sa secrétaire, hystérique au téléphone. « Comment ça, plus de place au Hilton ? Mais ils avaient confirmé ! » Leur prise de bec. « Tu te débrouilles, tu me trouves quelque chose ! » Coups de fil stressés, hôtel de rechange, au centre-ville quand même. L’éreintement d’une journée d’expo, mal de tête, abus de donuts et de mauvais café. Cartes de visite, pitchs commerciaux. Deux signatures quand même, dont cette boîte d’électronique, dans le Minnesota. Puis la navette pour le centre-ville, entouré d’une vingtaine de confrères bavards. Le front de lac, le haricot métallique, le pont-levis sur la rivière, la trouée de lumière entre les gratte-ciel. L’arrêt devant la statue géante de Marilyn, attraction de l’année, la moitié des gars voulaient se prendre en photo. Un vertige, déjà, dans l’air étouffant de la place. Continuer la lecture de « Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie »

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Journée d’études “Ce qu’il reste de la RDA. Une bibliothèque est-allemande à Nantes” _18 et 19 novembre 2022_Nantes Université

https://ages-info.org/fr/2022/11/11/journee-detudes-ce-quil-reste-de-la-rda-une-bibliotheque-est-allemande-a-nantes-_18-et-19-novembre-2022_nantes-universite/#content

Jusqu’en juin 2021, la bibliothèque Lettres de Nantes Université possédait dans l’un de ses magasins environ 850 ouvrages non répertoriés, liés par leur origine est-allemande. Ils sont issus pour la plupart de dons du centre culturel de la RDA à Paris, de

l’ambassade de RDA en République française ou encore de la Délégation Permanente de la République Démocratique Allemande auprès de l’UNESCO, 24 rue Marbeau, 75116 Paris. Cet ensemble n’avait encore jamais fait l’objet d’aucune attention.

Afin de marquer l’entrée de ce fonds dans les collections de la BU lettres grâce au catalogage des ouvrages, nous souhaitons en proposer une première exploration scientifique lors d’une journée d’études qui se tiendra sur le campus tertre de Nantes Université vendredi 18 et samedi 19 novembre 2022.
L’objectif est à la fois de faire revivre le contexte dans lequel ce fonds à été constitué, d’ éclairer les thématiques pertinentes pour ce corpus et de présenter certains ouvrages-clé de façon plus approfondie.

 

Podcast: Plus vite, plus haut, plus fort, histoire de la performance sportive – Sport en RDA

 

Notre rédacteur Julien Beaufils a participé à l’émission de France Culture, Le cours de l’histoire, sur “Le sport, une histoire en mouvement”, le 10 novembre 2022.

Katharina Witt, 1982. Bundesarchiv, Bild 183-1982-0407-029 / CC-BY-SA 3.0

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/plus-vite-plus-haut-plus-fort-histoire-de-la-performance-sportive-9253460

Julien Beaufils est maître de conférences en études germaniques à l’Université Rennes 2.
Il a soutenu une thèse en 2019 : Le quotidien d’une “école rouge”. La politisation protéiforme du sport en République Démocratique Allemande, à l’exemple de la Deutsche Hochschule für Körperkultur de Leipzig (1969-1990).

Hélène Camarade, LE TRACT EN RDA 1949-1990 – Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public

Hélène Camarade, LE TRACT EN RDA 1949-1990 – Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public

Cet ouvrage propose une histoire de la résistance et de l’opposition en République démocratique allemande (RDA) au prisme du média clandestin qu’est le tract. À partir d’un corpus inédit de 460 tracts, l’étude montre que la lutte pour la liberté d’expression et la conquête de l’espace public ont été des enjeux décisifs et continus de l’opposition entre 1949 et 1990. Ces sources nous renseignent sur les idées, les valeurs, les revendications, les stratégies argumentatives et les moyens d’action préconisés par plusieurs générations d’opposants, qui ont cherché, seuls ou en groupe, à combattre la dictature du SED ou à la réformer de l’intérieur. Trois types d’événements suscitent régulièrement des tracts : les élections, la répression des opposants politiques et les soulèvements populaires dans les États-frères. Si la comparaison entre stalinisme et national-socialisme domine dans l’après-guerre, c’est autour de l’héritage du socialisme que ferraille la génération du printemps de Prague. L’étude retrace également les évolutions de l’espace public oppositionnel (Gegenöffentlichkeit) : alors que le tract long et argumenté est l’outil privilégié des années 1940 et 1950, d’autres médias plus visuels, comme le Mail Art, ou plus volumineux, notamment le samizdat, se développent à partir des années 1970. C’est à partir de la révolution pacifique de 1989 que le tract redevient l’instrument privilégié de l’action révolutionnaire, puis du combat politique lors des premières élections libres de mars 1990.


Hélène Camarade, professeure en études germaniques
à l’Université Bordeaux Montaigne, membre junior de
l’Institut universitaire de France, est spécialiste des
phénomènes de résistance sous le Troisième Reich
et en RDA.

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps


© Archives familiales, DR

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps

Hélène Roussel est Maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8, spécialiste de l’exil allemand (1933-1945).

“Comment, vous étudiez l’allemand et vous ne connaissez pas La septième croix?”, m’avait demandé incrédule Danielle M., une journaliste française travaillant pour la radio allemande, que j’avais rencontrée par hasard dans le train entre Cologne et Düsseldorf, en sillonnant la vallée du Rhin au cours de mes migrations estivales. Cela se passait dans l’été 1966, je venais d’achever ma licence d’études germaniques en Sorbonne et c’était à peine si je connaissais le nom d’Anna Seghers. J’avais dû me demander, la première fois que je l’avais rencontré, si elle n’était pas la fille de Pierre Seghers, dont je fréquentais assidûment, dans mes lectures buissonnières, la collection Poètes d’aujourd’hui. C’était sans doute en feuilletant les Lettres françaises et leurs chroniques de littérature allemande que j’étais tombée sur le nom d’Anna, sous la plume de Claude Prévost ou de Jean Tailleur probablement, que je ne connaissais encore ni l’un ni l’autre, mais ce n’était certainement pas dans mes études d’allemand, où les auteurs vivants n’étaient pas jugés dignes d’être présentés aux futurs germanistes. Certes il y avait bien déjà au Grand Palais1 quelques enseignants plus jeunes pour proposer, lorsqu’on le leur permettait, des auteurs récents comme Brecht par exemple, mais ils n’étaient pas en position de pouvoir, et à de rares exceptions près, pour avoir accès au panthéon professoral des lettres allemandes et autrichiennes, il fallait être mort, de préférence depuis longtemps, et au minimum depuis trente ou quarante ans. Et si j’avais aimé travailler sur Goethe, Hölderlin, Novalis, Rilke ou Kafka, je ressentais comme déprimant un tel passéisme, au point de ne plus trouver ma place dans cette germanistique sorbonicole, et d’envisager sans enthousiasme de me réorienter vers les lettres modernes, discipline alors nouvelle et réputée plus ouverte à la littérature contemporaine. Or je voulais absolument comprendre comment on en était arrivé là en Allemagne : à l’accession au pouvoir d’Hitler, au déclenchement de la Seconde guerre mondiale, au génocide des Juifs qu’on n’appelait pas encore l’Holocauste ou la Shoah. Comment l’impensable avait-il été possible, malgré une aussi riche tradition culturelle? Je voulais essayer de comprendre cette époque qui me faisait peur, et ainsi pouvoir mieux en mesurer les conséquences dans le présent, dans les deux Allemagnes et dans la division même de l’Allemagne, et non pas faire l’impasse sur elle pour me réfugier, amnésique, dans la grande culture allemande du passé. Il me semblait que c’était là une responsabilité incontournable que nous avions à assumer en tant que germanistes. C’était peu avant 1968. Continuer la lecture de « Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps »

Colloque Thomas Brasch

„woanders – aber wo nur, wo, wo“

À la croisée des arts,
entre l’Est et l’Ouest

Colloque international Thomas Brasch          Paris, 20, 21 et 22 octobre 2022

Avec des projections de films au Goethe Institut de Paris dès le 13 octobre.

Organisation : Florence Baillet, Université Sorbonne Nouvelle, Bernard Banoun, Sorbonne Université

https://ages-info.org/fr/2022/09/29/colloque-thomas-brasch/

Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge”

Volker Braun

Grande fugue 

traduit et présenté par Alain Lance

En mars-avril 2020, Volker Braun a écrit ce cycle de poèmes inspiré par la pandémie. Comme parfois dans sa poésie, on trouvera des allusions ou des citations. Ici Shakespeare, Hölderlin, Karl Mickel ou Ezra Pound. Ou encore Greta Thunberg à la fin du poème Citoyens du vent. La personne évoquée dans le poème Le paria est Rudolf Bahro, qui était un philosophe critique en RDA, emprisonné puis expulsé en RFA. C’était un ami de Volker Braun, qui lui avait dédié le poème Bruno : Comment faire avec l’hérétique/Inutile de lui montrer les instruments:/ Il les a décrits/ Il persiste dans sa position hostile:/ C’est la Terre qui se déplace./ Les inquisiteurs n’en croient pas leurs oreilles/En taule il fait de l’agitation parmi les moines/Comme s’ils ne savaient pas où Dieu se trouve/La torture n’opère pas : il chante un Te Deum/Que faire de lui ? L’enfer n’en voudra pas/ Le bûcher serait une solution, mais elle n’est  pas nouvelle.

 

Le livre dont sont extraits ces poèmes, Große Fuge, est paru en 2021 aux éditions Suhrkamp.

 

CATARRHSIS

 

La ville est mise au repos

comme un malade de la peste

Paix matinale jusqu’à minuit

Rues déshumanisées, comme libérées

de la gale

Des clients. Le sénat ferme les bistrots

Les stades se vident de l’UNION DE PLOMB. Les musées

Des momies

de marbre, les théâtres des esprits

HALTE. QUI VA LÀ/NON, Á TOI DE ME RÉPONDRE

Pas devant le public, pas en cette saison.

Claustrophobie respiration courte catarrhe dans l’industrie culturelle, pour une fois

Toute la (niaiserie) à l’arrêt. UNE ANNÉE SANS ART

C’est ainsi qu’on se calme, bande de dilettantes.

Le secours alimentaire lui aussi

est fermé,

mesure préventive

Mais having non (les sans-le-sou) hath no care to defend it.

La chancelière déconseille les contacts sociaux.

Des patrouilles de police

vont voir s’il ça vit encore

Que faisiez-vous en deux mille vingt ? – Lavage des mains

Pas de shakehands, mais par précaution le salut

Allemand. Le Seigneur retire son doigt dans la Chapelle Sixtine

Pour ne pas être contaminé

dans le groupe à risque

Des trop âgés, un (dieu) sur quatre meurt.

Une ombre en passant te met à nu, un souffle blême

Tutoie tes bronches, tu inspires

Dans l’anthropocène

The scientists are in terror

Ant the European mind stops (Canto CXV)

La Chine élimine le mal avec une prise

Étranglement bras-tête (: tousser au creux du coude)

Apprenez, continents, à faire bouillir la lave.

Continuer la lecture de « Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge” »

Parution en version allemande de “La RDA après la RDA”: Die DDR nach der DDR

L’ouvrage d’Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann, La RDA après la RDA,  vient de paraître en version allemande :

Die DDR nach der DDR – Ostdeutsche Lebenserinnerungen
Psychosozial-Verlag
314 Seiten,
Erschienen im August 2022
https://www.psychosozial-verlag.de/3161

Nous en avions parlé lors de sa parution en français : https://allemagnest.hypotheses.org/2525

Nos lecteurs berlinois pourront assister à la lecture-discussion autour de cet ouvrage le 24 novembre 2022 :

https://www.helle-panke.de/de/topic/3.termine.html?id=3376

 

Soutenance d’HDR : Anne Lemonnier-Lemieux – Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.

Anne Lemonnier-Lemieux soutiendra le jeudi 30 juin 2022, à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, son habilitation à diriger des recherches sur le sujet:

“Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.”

Son travail inédit sera, lui, consacré plus spécifiquement à un roman de Reinhard Jirgl (2005):

“Les formes critiques de Reinhard Jirgl: vers une lecture postromantique de Renégat, roman du temps nerveux.”

Le jury se composera de:

– M. Bernard Banoun, professeur à la Sorbonne, garant,

– Mme Florence Baillet, professeure à la Sorbonne nouvelle Paris 3,

– Mme Sylvie Le Moël, professeure à la Sorbonne,

– M. Fabrice Malkani, professeur à l’université Lumière Lyon 2,

– M. Alain Muzelle, professeur émérite à l’université de Nancy,

– Mme Nicole Pelletier, professeure émérite à l’université Montaigne Bordeaux 3.

La soutenance aura lieu le jeudi 30 juin à 14 heures précises à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, en salle 223.

Anne Lemonnier-Lemieux
ENS de Lyon
Maître de conférences en Études germaniques
Responsable de l’agrégation d’allemand
Chercheuse au CERCC
Membre associé du laboratoire LCE-Lyon2

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”.

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”, Lormont, Le bord de l’Eau, 2019.

Un compte rendu de Coline PERRON

Après s’être fait connaître dans les années 1990 par ses travaux sur le rapport à l’archive dans les sociétés post-communistes, Sonia Combe revient avec La loyauté à tout prix sur un thème qui lui tient à cœur : la place des intellectuel(le)s en RDA.  Elle l’avait déjà abordé, vingt ans plus tôt, à travers le prisme de la surveillance, dans son ouvrage sur les intellectuels et la Stasi[1]. Il s’agit ici d’un hommage assumé à celles et ceux qui sont retournés en Allemagne après la guerre avec la volonté d’y construire un État socialiste. Le prologue, « Un rêve tué par des imbéciles[2] », donne le ton. Sonia Combe se propose en effet de raconter « l’histoire de cette génération et de ses fils, biologiques et spirituels, floués par l’Histoire […] » ; « Non pas l’histoire des apparatchiks médiocres et redoutables, ni celle des membres du Parti par conformisme, mimétisme, ou opportunisme ; mais l’histoire de ceux qui se sont tus, davantage par loyauté envers un idéal dévoyé que par lâcheté[3]. »

Cet ouvrage se propose donc d’étudier « les racines » de cette loyauté des marxistes est-allemands. Dans un chapitre introductif, « Le prix de la loyauté[4] », Sonia Combe annonce son parti pris et reprend les propos tenus par l’essayiste Daniela Dahn une dizaine d’années après la chute du Mur : l’étude du socialisme allemand serait, et resterait encore, « largement une étude de tonalité anticommuniste[5] ». Continuer la lecture de « Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”. »

Compte rendu : Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte

Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte
Autor(en) : Brauer, Juliane

 

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-93480

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search