Colloque Thomas Brasch

„woanders – aber wo nur, wo, wo“

À la croisée des arts,
entre l’Est et l’Ouest

Colloque international Thomas Brasch          Paris, 20, 21 et 22 octobre 2022

Avec des projections de films au Goethe Institut de Paris dès le 13 octobre.

Organisation : Florence Baillet, Université Sorbonne Nouvelle, Bernard Banoun, Sorbonne Université

https://ages-info.org/fr/2022/09/29/colloque-thomas-brasch/

Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge”

Volker Braun

Grande fugue 

traduit et présenté par Alain Lance

En mars-avril 2020, Volker Braun a écrit ce cycle de poèmes inspiré par la pandémie. Comme parfois dans sa poésie, on trouvera des allusions ou des citations. Ici Shakespeare, Hölderlin, Karl Mickel ou Ezra Pound. Ou encore Greta Thunberg à la fin du poème Citoyens du vent. La personne évoquée dans le poème Le paria est Rudolf Bahro, qui était un philosophe critique en RDA, emprisonné puis expulsé en RFA. C’était un ami de Volker Braun, qui lui avait dédié le poème Bruno : Comment faire avec l’hérétique/Inutile de lui montrer les instruments:/ Il les a décrits/ Il persiste dans sa position hostile:/ C’est la Terre qui se déplace./ Les inquisiteurs n’en croient pas leurs oreilles/En taule il fait de l’agitation parmi les moines/Comme s’ils ne savaient pas où Dieu se trouve/La torture n’opère pas : il chante un Te Deum/Que faire de lui ? L’enfer n’en voudra pas/ Le bûcher serait une solution, mais elle n’est  pas nouvelle.

 

Le livre dont sont extraits ces poèmes, Große Fuge, est paru en 2021 aux éditions Suhrkamp.

 

CATARRHSIS

 

La ville est mise au repos

comme un malade de la peste

Paix matinale jusqu’à minuit

Rues déshumanisées, comme libérées

de la gale

Des clients. Le sénat ferme les bistrots

Les stades se vident de l’UNION DE PLOMB. Les musées

Des momies

de marbre, les théâtres des esprits

HALTE. QUI VA LÀ/NON, Á TOI DE ME RÉPONDRE

Pas devant le public, pas en cette saison.

Claustrophobie respiration courte catarrhe dans l’industrie culturelle, pour une fois

Toute la (niaiserie) à l’arrêt. UNE ANNÉE SANS ART

C’est ainsi qu’on se calme, bande de dilettantes.

Le secours alimentaire lui aussi

est fermé,

mesure préventive

Mais having non (les sans-le-sou) hath no care to defend it.

La chancelière déconseille les contacts sociaux.

Des patrouilles de police

vont voir s’il ça vit encore

Que faisiez-vous en deux mille vingt ? – Lavage des mains

Pas de shakehands, mais par précaution le salut

Allemand. Le Seigneur retire son doigt dans la Chapelle Sixtine

Pour ne pas être contaminé

dans le groupe à risque

Des trop âgés, un (dieu) sur quatre meurt.

Une ombre en passant te met à nu, un souffle blême

Tutoie tes bronches, tu inspires

Dans l’anthropocène

The scientists are in terror

Ant the European mind stops (Canto CXV)

La Chine élimine le mal avec une prise

Étranglement bras-tête (: tousser au creux du coude)

Apprenez, continents, à faire bouillir la lave.

Continuer la lecture de « Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge” »

Parution en version allemande de “La RDA après la RDA”: Die DDR nach der DDR

L’ouvrage d’Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann, La RDA après la RDA,  vient de paraître en version allemande :

Die DDR nach der DDR – Ostdeutsche Lebenserinnerungen
Psychosozial-Verlag
314 Seiten,
Erschienen im August 2022
https://www.psychosozial-verlag.de/3161

Nous en avions parlé lors de sa parution en français : https://allemagnest.hypotheses.org/2525

Nos lecteurs berlinois pourront assister à la lecture-discussion autour de cet ouvrage le 24 novembre 2022 :

https://www.helle-panke.de/de/topic/3.termine.html?id=3376

 

Soutenance d’HDR : Anne Lemonnier-Lemieux – Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.

Anne Lemonnier-Lemieux soutiendra le jeudi 30 juin 2022, à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, son habilitation à diriger des recherches sur le sujet:

“Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.”

Son travail inédit sera, lui, consacré plus spécifiquement à un roman de Reinhard Jirgl (2005):

“Les formes critiques de Reinhard Jirgl: vers une lecture postromantique de Renégat, roman du temps nerveux.”

Le jury se composera de:

– M. Bernard Banoun, professeur à la Sorbonne, garant,

– Mme Florence Baillet, professeure à la Sorbonne nouvelle Paris 3,

– Mme Sylvie Le Moël, professeure à la Sorbonne,

– M. Fabrice Malkani, professeur à l’université Lumière Lyon 2,

– M. Alain Muzelle, professeur émérite à l’université de Nancy,

– Mme Nicole Pelletier, professeure émérite à l’université Montaigne Bordeaux 3.

La soutenance aura lieu le jeudi 30 juin à 14 heures précises à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, en salle 223.

Anne Lemonnier-Lemieux
ENS de Lyon
Maître de conférences en Études germaniques
Responsable de l’agrégation d’allemand
Chercheuse au CERCC
Membre associé du laboratoire LCE-Lyon2

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”.

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”, Lormont, Le bord de l’Eau, 2019.

Un compte rendu de Coline PERRON

Après s’être fait connaître dans les années 1990 par ses travaux sur le rapport à l’archive dans les sociétés post-communistes, Sonia Combe revient avec La loyauté à tout prix sur un thème qui lui tient à cœur : la place des intellectuel(le)s en RDA.  Elle l’avait déjà abordé, vingt ans plus tôt, à travers le prisme de la surveillance, dans son ouvrage sur les intellectuels et la Stasi[1]. Il s’agit ici d’un hommage assumé à celles et ceux qui sont retournés en Allemagne après la guerre avec la volonté d’y construire un État socialiste. Le prologue, « Un rêve tué par des imbéciles[2] », donne le ton. Sonia Combe se propose en effet de raconter « l’histoire de cette génération et de ses fils, biologiques et spirituels, floués par l’Histoire […] » ; « Non pas l’histoire des apparatchiks médiocres et redoutables, ni celle des membres du Parti par conformisme, mimétisme, ou opportunisme ; mais l’histoire de ceux qui se sont tus, davantage par loyauté envers un idéal dévoyé que par lâcheté[3]. »

Cet ouvrage se propose donc d’étudier « les racines » de cette loyauté des marxistes est-allemands. Dans un chapitre introductif, « Le prix de la loyauté[4] », Sonia Combe annonce son parti pris et reprend les propos tenus par l’essayiste Daniela Dahn une dizaine d’années après la chute du Mur : l’étude du socialisme allemand serait, et resterait encore, « largement une étude de tonalité anticommuniste[5] ». Continuer la lecture de « Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”. »

Compte rendu : Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte

Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte
Autor(en) : Brauer, Juliane

 

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-93480

Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019.

 

https://www.peterlang.com/document/1110888

Comme l’a montré Christophe Prochasson dans Le socialisme, une culture[1], la doctrine socialiste ne se laisse pas enfermer dans le périmètre d’une définition simple et stable dans le temps. « Dans la grande cuisine des idéologues, le chaudron socialiste est celui qui réclame le plus de soin et d’attention. Il déborde toujours ses fondateurs, ses organisations, son électorat traditionnel, les forces sociales qu’il est censé représenter[2] ». Dans cette optique, le cas de la recréation du Parti social-démocrate en RDA en octobre 1989 sous le nom de SDP et des diverses expériences qu’il traverse jusqu’à sa fusion avec le SPD ouest-allemand en septembre 1990 nous semble être un cas d’école : c’est à la fois un phénomène fascinant, propre aux époques de grande fièvre collective, où des anonymes peuvent se voir confier, en un temps record, des responsabilités auxquelles ils ne s’étaient pas préparés. Et c’est aussi l’histoire d’un échec, car les sociaux-démocrates est-allemands n’ont finalement pas réussi à empêcher que leur identité et leur pays ne soient happés par la RFA[3]. Continuer la lecture de « Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019. »

Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Appel à communication : Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste (1945-1991)

Colloque international de clôture du projet CollEx Persée DISSINVENT.
Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste
(1945-1991)
2 et 3 juin 2022

Terre d’asile pour les « vagues » successives d’émigration de Russie, d’Union soviétique et d’Europe centrale et orientale, la France devient l’un des pays d’accueil de la dissidence venue du « bloc » socialiste européen pendant la longue guerre froide. Si pour certains, la France est une plateforme de passage vers le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Amérique du Nord ou Israël, d’autres s’y installent durablement. Un tissu politique et associatif particulièrement actif fait le lien tant avec les diasporas émigrées qu’avec les institutions françaises et les groupes ou les personnes restées à l’Est.
Ces hommes et ces femmes ont produit un important patrimoine documentaire qui reste mal connu, parfois menacé, concernant leur activité éditoriale, de création, de publication et de recherche ainsi que leurs engagements politiques dans ce que l’on peut nommer très largement les « dissidences ». Ils ont aussi été les acteurs de la collecte patrimoniale publique et privée, de son traitement et de sa valorisation, comme collectionneurs, donateurs ou en devenant eux-mêmes des professionnels de la documentation. Ils ont parfois écrit leur propre histoire, et ont été fréquemment sollicités depuis les années 1990 pour des témoignages audiovisuels.

https://lcbam.hypotheses.org/1081

Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. Continuer la lecture de « Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search