Article signalé : « Spirale du vide dans l’est de l’Allemagne », Le Monde Diplomatique, juin 2018

Dans l’édition de juin 2018 du Monde Diplomatique, le dossier intitulé « Bouleversement démographique en Europe » contient un article de Rachel Knaebel, consacré à la situation démographique du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et aux effets de la réforme administrative de 2011 sur celle-ci.

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/06/KNAEBEL/58725

Séminaire sur l’avenir de l’enseignement sur la RDA – Seminar zur Zukunft der Vermittlung von DDR-Geschichte in Schule und außerschulischer Bildung

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-37542?title=seminar-zur-zukunft-der-vermittlung-von-ddr-geschichte-in-schule-und-ausserschulischer-bildung&recno=57&page=3&q=&sort=&fq=&total=1026

Béatrice Durand – Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg

Béatrice Durand enseigne au Lycée français de Berlin. Elle est l’auteur de différents travaux d’histoire littéraire et culturelle: Le Paradoxe du bon maître (1999), Cousins par alliance (2002, réédition 2018), La Nouvelle Idéologie française (2010), Sauvages expérimentaux et Fictions d’isolement enfantin (2017).

Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg

J’ai pris le train jusqu’à Brandebourg avec l’idée de visiter enfin une ville que les grands trains traversent sans s’arrêter : Brandebourg est une somptueuse ville médiévale avec fortifications, portes et tours, canaux et ponts, églises monumentales de ce gothique nordique tout en brique, comme dans mon Sud-Ouest natal, mais d’une brique plus sombre, plus ornée aussi. C’est une ville sur l’eau, il y a littéralement de l’eau partout : la cathédrale est sur une île, la Dominsel ; la Altstadt et la Neustadt (qui est presque aussi ancienne que la Altstadt) sont sur des presqu’îles. Toute cette eau n’est en fait que la Havel qui oublie momentanément de couler et se transforme en un lacis de lacs aux formes compliquées.

Surprise de trouver une vraie ville avec des constructions récentes, Continuer la lecture de « Béatrice Durand – Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg »

Appel à communication. Ethnologie en RDA. Ethnologie als Ethnographie: Interdisziplinarität, Transnationalität und Netzwerke der Disziplin in der DDR

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-37411?title=ethnologie-als-ethnographie-interdisziplinaritaet-transnationalitaet-und-netzwerke-der-disziplin-in-der-ddr&recno=10&q=&sort=&fq=&total=1048

Avis de publication : littérature et Stasi. Enrico Wagner, Literatur und Staatssicherheit, Potsdam, 2018

Enrico Wagner, Literatur und Staatssicherheit, Das MfS und die »Anthologie junger Schriftsteller« an der Akademie der Künste der DDR
WeltTrends, Potsdam 2018

http://welttrends.de/literatur-und-staatssicherheit/

La destruction de l’église de l’université à Leipzig en 1968 : « Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968 » Demshuk, Andrew

Compte rendu signalé

Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968/ Demshuk, Andrew, New York 2017: Oxford University Press

Compte rendu de colloque : « La nostalgie du communisme » – Sehnsucht nach dem „Kommunismus“? Kulturen der Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft bei jungen Menschen in Südost- und Osteuropa und in Ostdeutschland im 21. Jahrhundert / Tagungsbericht

Sehnsucht nach dem „Kommunismus“? Kulturen der Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft bei jungen Menschen in Südost- und Osteuropa und in Ostdeutschland im 21. Jahrhundert/ Nostalgie du « communisme » ? Les cultures du passé, du présent et de l’avenir chez les jeunes en Europe du Sud-Est, en Europe de l’Est et en Allemagne de l’Est au XXIème siècle.

https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-7706?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-5&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-5&utm_campaign=htmldigest

 

Anne Lemonnier-Lemieux – Revenir à la terre dans la RDA des années 1970 finissantes: Sommerstück (Scènes d’été) de Christa Wolf, ou la tentation du repli romantique

Anne Lemonnier-Lemieux, maîtresse de conférences en études germaniques, ENS Lyon
Cette communication a été donnée dans le cadre du séminaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS). Organisation : Hildegard Haberl
Fichier audio à télécharger :http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5247
Résumé
 Sommerstück de Christa Wolf, parfois considéré comme un roman à clef où l’on a voulu reconnaître les écrivaines Sarah Kirsch, Helga Schubert ou Maxie Wander, raconte l’histoire d’une communauté d’amis réunis dans le Mecklembourg au cours de l’été 1976, un été resté dans les mémoires pour sa canicule, mais aussi parce qu’il a précédé une crise majeure du monde culturel est-allemand, celle que devait déclencher en novembre 1976 l’expulsion du chanteur Wolf Biermann, déchu de sa nationalité est-allemande pour ses textes jugés séditieux. Or la rédaction de ce texte publié en 1989 avait commencé bien plus tôt, en parallèle avec un autre roman, Kein Ort. Nirgends (Aucun lieu. Nulle part, 1979), qui met en scène la rencontre imaginaire, située en 1804, entre deux figures tragiques du romantisme allemand: la poétesse Karoline von Günderode, qui se poignardera en 1806 sur les rives du Rhin, et Heinrich von Kleist, qui se suicidera en 1811 sur les bords du Wannsee près de Berlin.

Le parallèle entre les deux œuvres, que Christa Wolf tenait à faire connaître puisqu’elle le signale dans une note figurant à la fin de Sommerstück, invite à rapprocher les deux communautés: celle du retour à la terre de l’été 1976 et le cercle romantique réuni à Winkel autour de la famille Brentano en 1804. Ce rapprochement met en lumière les éléments romantiques qui sous-tendent l’idylle communautaire est-allemande: le repli sur une sociabilité restreinte en réaction à l’hostilité d’un pouvoir politique immobiliste ou menaçant, le refuge dans la célébration de paysages champêtres où perce l’amour du pays, la foi en une utopie communautaire de substitution qu’un désastre final, la mort des uns ou l’exil des autres, dispersera sans retour.

A écouter – Anne-Marie Pailhès : Revenir à la terre en Allemagne de l’Est dans les années 1990 : l’exemple des jardins des communautés alternatives

Une communication à écouter sur la « forge numérique » de l’université de Caen, donnée dans le cadre du séminaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS). Organisation : Hildegard Haberl.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5236

Fichier audio à écouter ou télécharger

Résumé

La chercheuse présente des expériences alternatives d’autosubsistance grâce à des jardins potagers, au sein de communautés créées en Allemagne de l’Est après la chute du Mur en 1990, en les replaçant dans le contexte plus large de ce qui serait un « retour à la terre » dans la culture alternative. Elle rappelle tout d’abord les expériences de communautés rurales qui ont existé en RFA dans les années 1970. Puis elle souligne les moyens spécifiques d’accès à la terre et à des espaces maraîchers en ex-RDA au cours des années 1990, après la réunification allemande et la privatisation des biens communs de la RDA. Enfin elle aborde les principes et les sources de l’autosuffisance au potager pour brosser finalement un portrait actuel de ces tentatives de « permaculture » au bout d’une vingtaine d’années d’existence. Ses recherches résultent d’un travail d’une dizaine d’années sur ces communautés de l’Est depuis 1990 et s’appuient sur des entretiens biographiques menés dans cinq d’entre elles entre 2006 et 2016 : Hof Ulenkrug (Mecklembourg, réseau Longo maï), Sieben Linden (Saxe-Anhalt), Lebenstraum Jahnishausen (Saxe), Klosterdorf ÖkoLea (Brandebourg) et Lebensgut Pommritz (Saxe).

Compte-rendu signalé – Maisons d’éditions parallèles à l’Est et à l’Ouest dans le domaine scientifique

A.-M. Seemann: Parallelverlage im geteilten Deutschland

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-28197?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-5&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2018-5&utm_campaign=htmldigest

La révolution silencieuse – Das schweigende Klassenzimmer: Lars Kraume

Paul Maurice : Compte de rendu de La révolution silencieuse ( Das schweigende Klassenzimmer), film écrit et réalisé par Lars Kraume (2018).

Paul Maurice est doctorant en histoire allemande, en co-tutelle entre Sorbonne Université et l’Université de la Sarre. Sa thèse de doctorat, débutée en 2015, porte sur les élites au sein de l’ex-RDA, principalement à travers la figure de l’historien de l’économie Jürgen Kuczynski.

Dans son film La Révolution silencieuse / Das Schweigende Klassenzimmer, le réalisateur Lars Kraume poursuit, après son film Fritz Bauer, un héros allemand (2015), son exploration de l’histoire contemporaine allemande de l’après-guerre. Dans son précédent film, il radiographiait la société ouest-allemande des années 1950, à travers le prisme du personnage de Fritz Bauer, révélateur de l’incapacité de l’Allemagne de l’Ouest à regarder son passé national-socialiste. Dans La Révolution silencieuse/Das Schweigende Klassenzimmer (sorti en France le 2 mai 2018), il met en scène « l’autre côté » et l’incapacité de la RDA à regarder vers l’avenir.

En 1956, deux élèves de terminale dont il est question dans cette « salle de classe » et qui s’apprêtent à passer le bac, ont appris grâce aux actualités filmées lors d’une excursion dans un cinéma de Berlin-Ouest (le mur de Berlin n’est pas encore construit) le soulèvement hongrois, dont ils apprennent ensuite qu’il a été réprimé dans le sang par les troupes soviétiques. Les lycéens réussissent à convaincre leurs camarades de classe d’observer une minute de silence en hommage aux victimes, au début d’un cours, sans rien dire au professeur des raisons de leur silence. Leur geste va déclencher un processus de répression par les autorités que les deux lycéens, Kurt et Theo, n’avaient pas imaginé. Cette minute de silence de protestation contre cette répression par le système soviétique devient une affaire d’État, trois ans à peine après le soulèvement du 17 juin 1953 en RDA, réprimé par l’Armée rouge. Le directeur de l’école essaie dans un premier temps d’excuser leur geste comme celui d’une passion de jeunesse, mais il se heurte à la machine répressive du SED. La directrice du Conseil scolaire mène l’enquête pour connaître le nom du ou des meneurs. Elle les divise, les menace, utilise les dossiers de leurs parents qui ont eu un passé politique sous le Troisième Reich. S’ils ne parlent pas, ils seront renvoyés du lycée et interdits de baccalauréat en RDA. Le ministre de l’éducation lui-même, Fritz Lange (interprété par Burghart Klaussner), qui a été torturé par les nazis, leur rend visite sur place et devient un personnage terrifiant pour ces adolescents. Les anciennes victimes issues des rangs communistes, très présentes dans la mythologie de la RDA de l’après-guerre, se muent alors en bourreaux, révélateurs de la violence d’un système.

La thématique du film tourne autour de la fermeté des convictions et de la trahison. Les lycéens sont déterminés, lorsqu’ils organisent une minute de silence pour protester, opposant le mutisme à la propagande est-allemande qui relaie partiellement et partialement les événements. Le silence est également utilisé comme une arme, une résistance passive, symbole de la solidarité des lycéens, contre la répression brutale du soulèvement en Hongrie en 1956. Les adolescents sont soumis à la pression des fonctionnaires, de leurs parents et de leurs propres camarades. Le ministre lui-même, ancien résistant, révèle la rigidité de l’Etat face aux actes de « contre-révolution » (ou de « révolution » comme le laisse entendre le titre français du film). La trahison est celle des convictions, des idéaux et des espoirs que portait le régime à ses débuts, et qui ont déjà été mis à mal par la révolte de juin 1953. La question de la trahison hante les lycéens, entretenus dans le doute qu’un « traître » va les dénoncer en raison des méthodes d’un régime prêt à briser les individus.

Le film est adapté du livre de l’un des lycéens concernés, Dietrich Garstka (décédé le 18 avril 2018, peu après la sortie du film en Allemagne), qui a retracé en 2006 les événements, qui se sont déroulés dans la ville de Storkow dans la Marche de Brandebourg. Le réalisateur déplace volontairement l’histoire dans la ville de Stalinstadt, créée en 1950 pour le Eisenhüttenkombinat Ost (EKO), et débaptisée dans les années qui ont suivi, lorsqu’elle a été incorporée en 1961 dans la ville d’Eisenhüttenstadt. Ainsi, il s’agit de planter le décor de la tristesse est-allemande qui se perd dans les rangées de maisons de cette ville modèle planifiée par le régime, qui en a exclu l’église, mais a créé des écoles et des jardins d’enfants avec des vitraux colorés aux scènes inspirées de réalisme socialiste dans la cage d’escalier. De cette ville nouvelle et colorée se dégage un gris uniforme avec lequel tranche la couleur des vêtements – qui excluent systématiquement et volontairement le bleu des FDJ – de cette jeunesse pleine de vie et d’espoir dans cette période de Dégel.

Mais le Dégel est encore loin de se concrétiser dans la société est-allemande et le film anticipe la construction du mur de Berlin qui se produit cinq ans plus tard. Présente en creux durant tout le film, la fuite à l’Ouest semble être la solution inévitable pour cette jeunesse sans avenir dans un État qui pourtant affirmait être « tournée vers l’avenir[1]».

[1]« der Zukunft zugewandt », Auferstanden aus Ruinen, Hymne de la RDA, texte de Johannes R. Becher et musique de Hanns Eisler, 1949.

Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Louis-Bernard Robitaille

Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Editions Noir sur Blanc, Lausanne, 2017, 144 p.

http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/bouffees-d-ostalgie-louis-bernard-robitaille-9782882504456

A la lecture du titre de cet ouvrage, on pourrait croire que prévaut une sincère nostalgie d’un monde communiste disparu, dans ces chroniques du journaliste franco-québécois Louis-Bernard Robitaille, qui déclare être « originaire d’un continent étranger à toute idéologie » (p. 14). Le lecteur se permettra de douter de cette absence totale d’idéologie sous sa plume en découvrant des pages où il est sans cesse question de « prison » ou de « caserne » pour décrire les endroits parcourus.

Le sentiment d’« ostalgie » ne peut être ainsi réinterprété et réduit à un simple discrédit jeté sur une cinquantaine d’années d’histoire de la partie orientale de l’Allemagne. Comme le rappelait Jean Mortier : Continuer la lecture de « Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu »

Nouveauté – La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

Édité par Hélène Camarade, Élizabeth Guilhamon, Matthias Steinle, Hélène Yèche

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100223660

Un compte rendu de l’ouvrage paraîtra dans ce carnet.

Compte-rendu signalé : Le camp de transit de Giessen, 1946-1989/90

Histoire du camp d’accueil des réfugiés de RDA à leur arrivée en RFA

van Laak, Jeannette, Einrichten im Übergang. Das Aufnahmelager Gießen 1946–1990, Frankfurt am Main 2017: Campus Verlag

https://www.hsozkult.de/searching/id/rezbuecher-27791?title=j-van-laak-einrichten-im-uebergang&q=Giessen&sort=&fq=&total=3490&recno=17&subType=reb