Compte rendu. Kristina Volke, quand le peintre Heisig peignait le chancelier Schmidt.

Kristina Volke: Heisig malt Schmidt. Eine deutsche Geschichte über Kunst und Politik. Ch. Links Verlag, Berlin, 2018, 224 pages

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier, maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

 

Helmut Schmidt

Taille : 1,72 m

Aime les pommes de terre sautées avec boulettes de viande et salade de haricots

N’aime pas les lits trop mous

Trois indications parmi beaucoup d’autres – dont l’importance n’échappe à personne – recueillies par la Stasi avant la visite de Helmut Schmidt à Gustrow en 1981 en sa qualité de chancelier d’Allemagne Fédérale.

On ne connaîtra en revanche ni le poids ni la pointure de l’intéressé, les archivistes (de la BStU, l’administration chargée de gérer les archives de la Stasi) ayant estimé nécessaire de noircir ces deux indications. Allez savoir pourquoi !

Helmut Schmidt n’était pas un ami de la RDA. Ce n’est pas de gaieté de cœur que l’auteur de la double décision de l’OTAN s’était rendu en RDA en décembre 1981 pour une visite officielle qui sera du reste la première et la dernière. Comment en arriva-t-il en 1986 à choisir comme portraitiste un peintre de RDA, de surcroît le peintre que beaucoup d’opposants qualifiaient de peintre de cour (Staatskünstler) ? C’est cette histoire peu commune que reconstitue Kristina Volke, qui dirige depuis 2007 la collection d’œuvres d’art du parlement fédéral.

Helmut Schmidt était non seulement collectionneur de tabatières (document Stasi), mais aussi et surtout grand mélomane et grand amateur d’art. C’est à lui qu’on doit la création à Bonn, dans le nouveau bâtiment destiné à abriter la chancellerie – un bâtiment moderne qui avait pour lui le charme peu discret d’une caisse d’épargne -, de la galerie de portraits des chanceliers. Kristina Volker retrace d’abord la naissance de cette galerie dont le caractère passablement anachronique surprend. Le temps des portraits officiels des rois, des empereurs ou des grands ancêtres des familles aristocratiques était, pouvait-on penser, révolu. Existe-il ailleurs, dans les Etats républicains et démocratiques une telle galerie de portraits ? En France en tout cas non ! Les photographies des présidents disparaissent à la fin de leur mandat. Dans cet ouvrage, abondamment illustré, on découvrira les portraits en couleur des prédécesseurs de Schmidt à la chancellerie ; Kristina Volke nous livre aussi l’histoire souvent passionnante de leur confection, celle notamment des divers portraits de Willy Brandt (Le premier, trop peu conventionnel dû à Andy Warhol ne pouvait guère trouver sa place dans cette collection). Sont absents de la série, car postérieurs au mandat de Schmidt – mais c’est pour nous un peu dommage – celui de Helmut Kohl dû à Albrecht Gehse (disciple de Heisig et originaire lui aussi de RDA) et celui, tout en jaune, de Gerhard Schröder peint par Jörg Immendorf. Angela Merkel n’est pas encore accrochée aux cimaises de la Chancellerie (on ignore encore qui sera le portraitiste) : une photo nous la montre en revanche assise à son bureau, avec derrière elle, accroché là depuis 2006, le portrait d’Adenauer, peint par Kokoschka.

C’est aussi à Kokoschka que songea d’abord Helmut Schmidt lorsqu’il était chancelier. Mais celui-ci, trop âgé et malade, déclina la proposition. Olga Bontjes van Beek, à qui Schmidt devait son goût pour l’art, ne se sentit pas, elle non plus, à 80 ans passés, en état de réaliser un tel travail. Le choix se porta sur le peintre alors le plus célèbre de RDA : Bernhard Heisig. Kristina Volke a de bonnes raisons de penser – et elle en donne des éléments convaincants – que Hans Otto Bräutigam, alors responsable de la représentation permanente de la République fédérale auprès de la RDA, et Georg Girardet, chef du service culturel, furent à l’origine de cette suggestion. Tous deux entretenaient de fructueux contacts avec la scène artistique de RDA.

S’inspirant des nombreux travaux consacrés à l’artiste (comme l’indique l’abondance de notes à la fin du chapitre et la copieuse bibliographie en fin de volume), Kristina Volke évoque sur près de 60 pages très riches la vie et la personnalité du peintre ; elle retrace la genèse de son œuvre (dont elle nous offre quelques belles reproductions en couleur), ainsi que la réception parfois mouvementée de celle-ci en République fédérale. L’image qu’elle nous propose de l’artiste est tout en nuances, comme en témoigne l’intitulé même de ces pages : « Bernhard Heisig, le peintre officiel autonome ». Car si, après 1972, Heisig qui fut le représentant le plus éminent de l’Ecole dite de Leipzig, eut droit de la part des autorités politiques à une pleine reconnaissance et à tous les honneurs – qu’il ne refusa pas –, il ne se comporta jamais en « peintre officiel » des grands du régime. Le fait que la Stasi ait senti la nécessité de l’accompagner, durant toutes ces années, de deux « agents de probation » (Bewährungshelfer) – sans que cela ait jamais eu du reste la moindre incidence sur son œuvre – prouve que pour lui, comme pour d’autres, la confiance n’excluait pas le contrôle. Socialiste convaincu et fidèle à l’Etat incarnant ces principes, Heisig restait libre et autonome en matière artistique, même si nombre de ces peintures étaient des œuvres de commande.

En quelques pages, Kristina Volke évoque ce que fut à l’Ouest – avant que les médias ne se déchaînent contre ce peintre après la chute du Mur – la réception de l’œuvre de Heisig. Beaucoup la refusèrent, les uns pour des raisons esthétiques, d’autres pour des raisons politiques (ne pas apporter une forme de caution à la RDA). Mais elle trouva d’ardents défenseurs dans la personne d’Eduard Beaucamp, critique d’art de la FAZ, dans le roi du chocolat Ludwig, qui commanda à Heisig pour son musée de Oberhausen un grand nombre d’œuvres (dont le double portrait du couple Ludwig, reproduit dans l’ouvrage) ou encore dans le galeriste Dieter Brusberg, lequel organisa en 1982, en liaison avec les autorités est-allemandes, la première grande exposition d’art de RDA,  Zeitvergleich-Malerei und Grafik aus der DDR  [ Peinture et gravure de RDA dans leur temps]. où figuraient outre Bernhard Heisig, Gerhard Altenbourg, Carlfriedrich Claus, Hartwig Ebersbach, Sighart Gille, Wolfgang Mattheuer, Willi Sitte, Volker Stelzmann, Werner Tübke et quelques autres encore. C’est dans le catalogue de cette exposition que Günter Grass écrivit la phrase qui allait susciter beaucoup de réactions, notamment du côté de la RDA qui voyait en celle-ci une intolérable tentative de récupération : « En RDA, la peinture est plus allemande ». Kurt Hager, idéologue en chef, alla jusqu’à réclamer des sanctions disciplinaires contre les co-responsables est-allemands de l’exposition qui avaient négligé de contrôler la confection de ce catalogue.

Toutes ces pages sont passionnantes, car elles révèlent à quel point l’art était un enjeu dans les rapports entre les deux Allemagnes. On lira aussi avec le plus grand intérêt la longue interview donnée en 1984 par Heisig au Spiegel – et reproduite ici dans son intégralité.

La dernière partie de l’ouvrage retrace dans les moindres détails l’historique de la confection du portrait : les premiers contacts, les visites réciproques, les diverses ébauches de portrait (4 au total). L’événement a une dimension diplomatique qui implique l’accord, du côté est-allemand, de l’autorité suprême. Tout cela, relaté minutieusement par Kristina Volke, ne manque pas parfois de piquant. Les informateurs de la Stasi ont eu fort à faire pour suivre pas à pas l’ex-chancelier Schmidt au cours de ses visites dans l’atelier de Heisig à Leipzig, pour rendre compte minute après minute des déplacements des uns et des autres (le tout assorti de moult photographies). Le dossier « Mütze » (soit “casquette”, nom de code donné à Helmut Schmidt, connu pour porter régulièrement une casquette de marin) s’enrichira aussi du rapport sur Loki, sa femme, lors de sa visite au zoo de Leipzig :

« 16 : 25 – A quitté la propriété. Est montée dans la voiture BN – [passage noirci] avec deux agents de sécurité et le conducteur de la voiture [on s’en serait douté !]. Suivie d’une voiture de type Volga (…). Toutes ces personnes descendirent de voiture et gagnèrent l’entrée du zoo de Leipzig etc. etc. ».  Dernier élément de la plus haute importance diplomatique : « Après avoir garé  la voiture devant l’entrée principale de l’hôtel, ils pénétrèrent à 18h34 dans le bâtiment ». Autant de rapports – reproduits en partie dans le présent ouvrage – qui étoffèrent considérablement le dossier de « La casquette » !

Quel fut l’écho de cet événement hors norme dans les organes de presse ? A l’Est aucun ! C’eût été, peut-on penser, une belle occasion de propagande ; les autorités observèrent au contraire une totale discrétion. A l’Ouest, l’affaire ne suscita aucune vague d’indignation. Le ton général fut celui de la Hannoversche Allgemeine qui écrivit le 8.6.1986 : « Heisig fait partie de la célèbre ‘bande des quatre’, un groupe de peintres de RDA qui s’est depuis longtemps libéré du carcan dogmatique du réalisme socialiste et qui se situe dans la lignée de l’expressionnisme façon Dix, Beckmann et Corinth ». Loin de la violente polémique que suscitera en 1998 la vaste fresque qui lui aura été commandée pour être exposée dans l’ancien Reichstag !

La cérémonie très officielle d’accrochage du portrait eut lieu le 11 novembre 1986, en présence du chancelier Kohl. Une cérémonie assez joyeuse :

Helmut Schmidt : Je voudrais d’abord vous remercier d’avoir poursuivi une tradition. Je ne saurais exprimer le vœu que le sixième portrait voie le jour le plus rapidement possible (Fou rire général)

Helmut Kohl : C’est certes votre vœu, mais cela reste un vœu !

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.