Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989

Thomas Höpel, Opposition, Dissidenz und Resistenz in Leipzig 1945-1989, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2018, 229 p.

Un compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Thomas Höpel, historien spécialiste de l’histoire culturelle des villes, vient de publier un volume sur un sujet proche de celui des germanistes Hélène Camarade et Sibylle Goepper, Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990)  paru en 2016. Dans une collection consacrée ici à l’histoire de Leipzig, et placée sous l’égide du maire de la ville, ce volume est le premier qui concerne exclusivement la ville pendant l’après-guerre et l’époque de la RDA (Les quatorze autres survolant la plupart du temps les siècles à partir de thématiques générales). Cette époque est abordée en premier lieu, comme c’est souvent le cas dans la recherche allemande actuelle, sous l’angle de la dictature et de la répression.

L’auteur souhaite analyser des phénomènes d’opposition, de dissidence et de « Resistenz » (au sens allemand du terme, voir plus loin), à l’échelle de la ville de Leipzig, entre 1945 et 1989. L’histoire locale devient sous sa plume aussi micro-histoire, grâce à une analyse détaillée des archives régionales et municipales, mais cette histoire est sans cesse replacée dans le contexte plus large de l’histoire de la RDA. L’historien souligne l’importance de la seconde ville de cet Etat, après Berlin-Est, dans l’analyse des mouvements sociaux de l’ensemble du pays – une ville qui fut dès le XIXème siècle l’un des berceaux du mouvement ouvrier et de l’histoire de la social-démocratie.

La partie introductive dialogue avec les débats de la recherche actuelle sur la définition des notions du titre : opposition, dissidence, « Resistenz ». Saluons ici le travail de l’un des rares historiens allemands qui prenne en compte l’apport de la recherche française sur la RDA. Après avoir passé en revue différents points de vue (entre autres : Camarade/Goepper, Kowalczuk, Neubert, Staritz, Sabrow), il se rallie à l’analyse de l’historien Christoph Klessmann. Celui-ci emploie le terme d’opposition comme équivalent à celui de « Widerstand » en allemand : selon Thomas Höpel, il ne peut être question d’ « opposition » qu’entre 1945 et 1949, puis au cours des années 1950 et à la toute fin de la RDA.  La « dissidence », quant à elle, serait une « opposition partielle », une forme de « culture alternative » (p. 10) apparaissant au cours des années 1980. Enfin, le terme de « Resistenz » est employé comme synonyme de l’« Eigensinn » au sens où l’entend Alf Lüdtke[1], et serait une sorte d’étape intermédiaire qui mènerait à l’opposition ; il ne doit cependant pas être confondu avec son faux-ami français, « résistance ». Gilbert Merlio a rappelé ailleurs que les phénomènes de Resistenz étaient des phénomènes « de non-conformité, de refus plus ou moins passif ou réactif des normes ou des comportements exigés par le régime, le retard ou la mauvaise volonté mis dans l’exécution d’un ordre, ou d’un travail à l’usine, l’aide aux persécutés »[2].

Après cette mise au point conceptuelle, l’analyse se base sur cinq cas de comportements contestataires de la population, ou du moins d’une partie d’entre elle.

Dans le premier exemple proposé, le récit des faits évoqués, fondé sur une analyse précise des archives, relate la mise à l’écart progressive des adversaires du SED[3] au sein même de l’administration municipale entre 1945 et 1949, jusqu’à la mise en place du contrôle effectif du SED sur tous les autres partis. On retrouve la figure d’Erich Zeigner, maire de Leipzig de 1945 à 1949, dont le rôle fait aujourd’hui l’objet d’une appréciation critique par le pouvoir politique. Le déroulement historique connu trouve ici sa déclinaison locale : fondation du SED, pression sur les membres du SPD pour y adhérer, élimination des membres historiques du SPD, « domestication » des autres partis, imposition du contrôle du SED à partir de 1948.

Le deuxième chapitre, le plus long, offre une analyse très poussée des événements du 17 juin 1953 à Leipzig. Les faits sont notoires, mais Thomas Höpel utilise les archives pour donner toute l’épaisseur nécessaire à l’appréhension de ce qu’il décrit finalement comme « un soulèvement largement porté par la classe ouvrière » (p. 112). Les particularités de l’histoire locale sont illustrées par des photos d’époque, comme celle de Dieter Teich, 19 ans, tué par les policiers, et dont le corps est porté par ses amis dans un cortège qui traverse le centre-ville et exaspère la colère des habitants contre les policiers. On apprend aussi par exemple qu’après les défilés, les « casseurs » arrivent pour piller les magasins, que des classes de lycéens refusent alors de participer aux cours de russe, que d’autres ne veulent pas passer leur examen d’histoire. Le propos est particulièrement intéressant lorsqu’il présente une analyse sociologique des manifestants à partir des données disponibles sur les 630 hommes et 55 femmes arrêtés à Leipzig entre le 17 et le 28 juin 1953. L’origine sociale n’est connue que pour 617 hommes et 13 femmes. Parmi les hommes, 483 sont des ouvriers. Les autres couches sociales sont comparativement très peu représentées, en particulier les diplômés (On compte cependant quelques lycéens). Les employés de tout type de l’université Karl-Marx s’abstinrent de toute action séditieuse. Des passages détaillés sont consacrés à l’attitude des partis du « bloc » (formé par tous les partis ayant dû s’allier sous la contrainte au SED), et de l’Eglise protestante ; d’après les statistiques concernant les personnes arrêtées, il apparaît que la plus forte contestation est issue des rangs mêmes du SED et de la FDJ (Jeunesse allemande libre), suivis par le LDPD (parti « libéral » de la RDA). Les pasteurs de Leipzig restèrent neutres face à la révolte. Le soulèvement a été suivi par des mesures de répression telles que la désignation par la presse de « meneurs » au « mode de vie américain », manipulés par les Occidentaux ; la page de la Leipziger Volkszeitung qui jette en pâture à la vindicte populaire une « prostituée » de 22 ans est très éloquente à cet égard. L’historien montre comment le SED a réussi, lors du soulèvement, à étouffer pour longtemps les dernières velléités de contestation interne et à imposer officiellement le récit d’une révolte organisée depuis la RFA. Cependant, souligne l’historien, « de larges parties de la population n’acceptèrent pas la légende de la tentative de putsch fasciste organisée de l’extérieur » (p. 84). Leipzig montra l’exemple de la contre-offensive en créant les premiers Kampfgruppen, ces milices ouvrières, présentes par la suite dans toutes les entreprises, prêtes à intervenir au moindre désordre public – elles seront en service jusqu’à l’automne 1989 … Cette création alla de pair avec l’intensification de la surveillance de certaines personnes par la Stasi ainsi qu’avec des mesures d’intimidation envers ceux qui avaient été impliqués dans les événements du 17 juin. Nombre d’entre eux cherchèrent alors refuge à l’Ouest du pays.

Le 17 juin 1953, un policier sort son arme devant le siège du parquet régional. © Stadtgeschichtliches Museum Leipzig

Lors de l’assaut contre le parquet, le 17 juin 1953, Dieter Teich, 19 ans, est blessé mortellement et son corps est porté à travers la ville. © Stadtgeschichtliches Museum Leipzig

L’opposition politique étant dorénavant matée, l’expression du désaccord avec le régime ne pouvait plus s’exprimer que de façon indirecte : c’est l’objet des trois chapitres suivants.

Le premier s’attache à décrire la diffusion du mouvement « beat » à Leipzig à partir de 1958. Lors d’un forum de la jeunesse à Leipzig en 1958, Walter Ulbricht avait comparé les groupes de rock’n’roll aux singes du zoo municipal. En réaction à cette nouvelle musique venue de l’Ouest, les autorités inventèrent une danse locale, le « Lipsi », que les jeunes gens étaient invités à apprendre et à mettre en pratique. Le district de Leipzig fut aussi pionnier dans le domaine de la répression de cet engouement pour le « style américain » en créant un fichier spécial qui recensait les « loubards » (« Rowdys ») ; cette méthode de surveillance fut ensuite étendue aux autres régions de la RDA. Le « Rowdytum » devint un délit sanctionné par une arrestation et une peine d’emprisonnement. Les adeptes du rock’n’roll étaient contrôlés à partir de 1959 par le service d’ordre de la FDJ, qui devait lutter contre « l’immoralité capitaliste chez les jeunes » (p. 118). Les cours de Lipsi n’y firent rien et ne réussirent pas à influer sur le déroulement des soirées dansantes officielles pour jeunes, peu à peu désertées par ces derniers. La politique culturelle fut conçue de façon plus directive avec la création de clubs de jeunes (Jugendklubs) officiels qui n’attirèrent pas la jeune génération. Seule la répression s’avéra efficace contre ceux qui trouvaient d’autres lieux de rencontre. La libéralisation du début des années 1960 permit à la culture beat de continuer à gagner du terrain. L’enthousiasme des jeunes pour ce nouveau style attint à Leipzig un point culminant lors de la manifestation d’octobre 1965 organisée pour protester contre l’interdiction de tous les groupes de musique de la ville : sur 51 groupes à l’existence officielle, 47 firent l’objet d’une interdiction ; tous les noms de groupes en anglais furent interdits. Quelques illustrations reproduisent les tracts artisanaux des jeunes gens (certains âgés de 16 ans seulement) invitant à un rassemblement de protestation sur la place Wilhelm-Leuschner (pp. 129, 130, 131). La manifestation de quelques centaines de jeunes gens mena à 279 arrestations et à des mesures de « rééducation » par le travail dans les carrières de lignite. L’expansion du mouvement connut un brusque coup d’arrêt après le plénum du Comité central du SED en 1965. Les autorités réprimèrent durement le mouvement. En 1967 encore, certains jeunes subirent une coupe de cheveux forcée et la FDJ tenta ensuite de remplacer le mouvement par celui des « chorales » (Singebewegung).

Le chapitre suivant éclaire l’attitude d’un autre groupe social, celui des intellectuels et des artistes. L’évolution y est la même que dans le reste du pays : les décisions du plénum de 1965 marquent une rupture entre le régime et les intellectuels, encore restés très en retrait lors du 17 juin 1953. L’auteur place cette attitude sous le signe de la « Resistenz » : il était surtout question pour les intellectuels d’obtenir des libertés individuelles et non de renverser le régime. L’analyse locale s’effectue à partir de deux exemples principaux : la création de l’Institut de littérature Johannes R. Becher d’une part, et les conflits avec les peintres de l’école leipzigoise de peinture d’autre part. L’auteur rappelle comment l’Institut Becher, créé à l’origine pour former des écrivains serviteurs du régime, a finalement été un foyer d’agitation dont un certain nombre d’écrivains ont été exclus, certains partant tôt ou tard à l’Ouest. Il décrit également les revues samizdat qui existaient à Leipzig dans les années 1980 (Anschlag, Glasnost, Zweite Person) et cite les documents d’archives de la Stasi qui tentait d’empêcher leur diffusion. Le second exemple, donc, est celui des peintres, alors que Leipzig était sans conteste le centre artistique de la RDA (p. 150). Après l’arrivée au pouvoir de Honecker, les autorités souhaitent faire du style pictural alors développé dans cette ville la vitrine d’une politique culturelle socialiste plus libérale : Mattheuer, Tübke et Heisig peuvent présenter leurs œuvres à la Documenta de Kassel en 1977. Heisig est réhabilité et redevient professeur. Thomas Höpel pense que ces peintres ont préparé la voie à la génération suivante, qui s’est exprimée à Leipzig par une pratique artistique alternative et expérimentale. L’organisation du Salon d’automne de Leipzig en 1984, la création de la galerie Eigen+Art en 1985, illégale mais tolérée, sont autant de jalons de la vie artistique très animée de la ville, divers aspects de l’histoire de l’art déjà largement explorés par ailleurs[4].

Le dernier chapitre constitue une transition vers la révolution de 1989, qui n’est pas abordée en elle-même dans cet ouvrage. Leipzig était l’une des villes les plus polluées de la RDA et donc l’une de celles où le mécontentement lié à cette situation s’est le plus fortement exprimé. Il s’agit selon l’auteur d’une forme de dissidence qui est allée croissant, jusqu’à se transformer en opposition ouverte (p. 162). Les manifestants de l’automne 1989 à Leipzig portaient de nombreuses pancartes demandant l’accès libre aux données environnementales. L’auteur décrit longuement la situation écologique catastrophique dans la région de Leipzig, puis l’existence de groupes écologistes protégés par les Eglises d’une part, et d’autre part la formation de groupes à l’intérieur des structures officielles de l’Etat. Les différentes actions entreprises étaient souvent tolérées puis interdites ou empêchées, comme la fameuse marche le long de la Pleiβe en juin 1989 – la rivière de Leipzig, couverte depuis les années 1950, était devenue un cloaque. Ces groupes ont fini par constituer une véritable opposition, qui contribuera de façon importante à la chute du régime[5].

Les thèses développées dans l’ouvrage sont résumées en fin de texte, rappelant des évolutions qui caractérisent l’ensemble de la RDA. Peut-être est-ce dû au fait que la ville a justement joué un rôle de premier plan dans l’histoire de cet Etat qui se confond souvent avec la sienne. Cela apparaît dans la bibliographie qui ne distingue pas les ouvrages généraux sur la RDA de ceux qui portent sur des aspects spécifiques de l’histoire leipzigoise.

Cette publication constitue une synthèse nouvelle et très bien documentée sur l’histoire de la ville entre 1945 et 1989, et un témoignage important sur l’existence à long terme d’un esprit de contestation qui s’exprima pleinement à l’automne 1989.

 

[1] Ce terme est traduit en français par « un sens de soi », mais signifie aussi « entêtement ». « De multiples traductions françaises ont vu le jour, telles que « domaine réservé », « autonomie » employés par Peter Schöttler et Gérard Gayot (Lüdtke, 1984), « sens de soi » par Patrick Hassenteufel (Lüdtke, 1990), « quant-à-soi », « obstination » par Christophe Duhamelle (Lüdtke, 1996), « individualisme » par Lucile Depoorter (Lüdtke, 1997) ou encore « dignité ouvrière » ou « sens propre » (Weber, 1997), selon l’orientation théorique et l’appartenance disciplinaire des traducteurs-trices ». Cf Oeser, Alexandra. « Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés contemporaines, vol. 99-100, no. 3, 2015, pp. 5-16.

[2] Gilbert Merlio, « Résistance, opposition et ‘Resistenz’ sous le Troisième Reich et en RDA. Réflexions sur les concepts dans une approche comparative », in Hélène Camarade et Sibylle Goepper (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 2016, p. 328.

[3] Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, Parti socialiste unifié de l’Allemagne, né en 1946 de la fusion forcée du KPD (Parti communiste allemand) avec la partie orientale du Parti social-démocrate (SPD).

[4] Voir par exemple en complément le dossier de la revue d’Allemagne d’aujourdhui, « Les artistes alternatifs de la RDA des années 1980 » dir. Marianne Beauviche et Jean Mortier, et en particulier l’article de Lutz Dammbeck, « Le premier Salon d’automne de Leipzig : ou comment, en RDA, l’art a investi des espaces publics », n°219, janvier-avril 2017, pp. 176-186, trad. Jean Mortier. https://www.cairn.info/revue-allemagne-d-aujourd-hui-2017-1-page-178.htm?contenu=resume.  Voir aussi les publications de Jacques Poumet.

[5] Voir en complément : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01468501

 


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.