Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018)

Christoph Hein. Verwirrnis, Suhrkamp, 2018.

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur l’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis 1990.

Le titre de l’ouvrage mérite un commentaire. Ce terme « Verwirrnis », introuvable dans les dictionnaires de référence, n’est pourtant pas un néologisme ; il s’agit plutôt d’un archaïsme dont le Dictionnaire de Grimm mentionne quelques rares occurrences, essentiellement dans la littérature du XVIème siècle, pour désigner un état d’âme proche de celui qu’exprime le terme plus moderne « Verwirrung » : confusion, désarroi.   L’emploi du suffixe -nis, moins neutre et moins fréquent que le suffixe -ung, renforce sans doute l’idée de trouble et de désespoir. Quoiqu’il en soit, ce titre n’est pas sans évoquer les Irrungen, Wirrungen de Theodor Fontane ou plus encore les Verwirrungen des Zöglings Törless de Robert Musil ; ce dernier roman est d’ailleurs l’une des lectures de jeunesse préférées de Friedeward Ringeling, personnage principal de Verwirrnis, dont on suit l’existence depuis son enfance dans les années 1950 dans une petite ville de province de RDA jusqu’à sa mort à Leipzig dans une Allemagne tout juste réunifiée.

Ce Friedeward est d’une inquiétante perfection : enfant docile, très bon élève puis brillant étudiant repéré par ses professeurs ; plus tard, brillant universitaire admiré par ses étudiants, homme d’une grande moralité prêt à défendre une femme malmenée, à veiller son père mourant qui l’a pourtant maltraité toute son enfance ou encore à prendre fait et cause pour des étudiants condamnés par le régime est-allemand… : il est décrit dès les premières pages comme « un être noble »[1]. Et pourtant, cette perfection n’est qu’une façade, la vie de Friedeward Ringeling n’est que déchirement, résignation et refoulement : il est homosexuel et s’efforcera de le nier ou de le cacher durant toute son existence par une surenchère de mensonges et un mariage blanc pour ne pas éveiller les soupçons. Il devra lutter contre de nombreux ennemis : tout d’abord son père, fervent catholique pour qui l’homosexualité est un péché mortel qu’il faut chasser à coups de martinet, puis le régime de la RDA – au courant de tout ! – qui saura exploiter sa « petite particularité »[2], enfin la société tout entière pour laquelle l’homosexualité est un tabou. Friedeward préfèrera mourir plutôt que voir dévoiler son secret, et symboliquement, on le retrouvera mort dans sa baignoire, vêtu de son peignoir blanc souillé de sang.

Ce dernier roman s’inscrit dans la continuité de l’œuvre de Christoph Hein : une nouvelle fois, l’auteur brosse le portrait d’une société à travers un destin individuel et confère à la littérature ce rôle « d’autobiographie sociale », une littérature proche de « ce qui a concerné les individus, ce qui les a touchés »[3]. Comme souvent, il ne s’intéresse pas à « l’histoire des vainqueurs » mais place au centre de ses romans ceux qu’il nomme les « victimes de l’Histoire »[4], c’est-à-dire les marginaux, les exclus de la société : des réfugiés chassés de leur terre natale après 1945, des tziganes, des intellectuels traqués par le régime est-allemand… Dans Verwirrnis, il revient sur le tabou social qu’est l’homosexualité, thème qu’il avait déjà abordé en 1997 dans son roman Von allem Anfang an[5] : dans la RDA des années 1950, le jeune Daniel décrit de façon glaçante la « mesure d’hygiène »[6] prise à l’encontre d’un professeur décrété homosexuel par la rumeur publique… En mettant au centre de ses romans des personnages en marge de la société, l’auteur estime avoir une meilleure vue d’ensemble sur celle-ci.[7] Ce choix comporte sans doute également une dimension autobiographique puisque Christoph Hein – réfugié en Saxe en 1947 après avoir été chassé de Silésie, fils de pasteur, et plus tard écrivain contesté par le régime est-allemand – a connu cette vie d’exclusion et de marginalité en RDA.

La première phrase du roman, comme un prélude, donne le ton : « Je veux me souvenir de cela plus tard »[8]. Cet impératif du souvenir est là encore une constante dans l’œuvre de l’auteur. Déjà en 1985, son deuxième roman Horns Ende[9] commençait par cette phrase : « Souviens-toi »[10]. Pour Christoph Hein, il s’agit de revenir sur les tabous et non-dits de l’Histoire et de « ramener à la surface de la conscience ce que notre conscience oublie volontiers »[11] : le rôle de l’écrivain est aussi de fouiller dans les zones d’amnésie de l’Histoire et de mettre en garde contre les dangers du refoulement et de l’oubli. Il n’y a selon lui pas d’Année zéro, et les ruptures de 1945 et de 1990 en Allemagne n’empêchent pas la répétition de l’Histoire[12].

Le passé allemand (la RDA, l’Allemagne divisée puis réunifiée) constitue la toile de fond de ce dernier roman Verwirrnis, et Christoph Hein insiste sur les continuités allemandes et la persistance des comportements discriminatoires et fascistes après 1945 dans une RDA qui se proclamait « antifasciste » ; par exemple, le regard sur l’homosexualité reste le même et on lit dans le roman : « On devrait vous dénoncer […], des gens comme vous devraient être envoyés en maison de redressement pour qu’ils ne contaminent personne » [13]. La société de RFA n’apparaît d’ailleurs pas plus progressiste, et c’est en RDA que la loi évoluera plus rapidement.[14] Wolfgang, ami de Friedeward, est plus en danger en tant qu’homosexuel à Berlin-Ouest qu’en RDA, et on est tout de même surpris de lire que « seul à Leipzig, il pouvait être un homme libre mais qu’à Berlin-Ouest, il était toujours menacé de poursuites »[15]. L’auteur revient également sur quelques grands tabous de l’Histoire de la RDA et de la réunification : l’insurrection ouvrière de juin 1953 réprimée par le régime, les non-dits en août 1961 lors de la construction du Mur de Berlin que l’on ne nomme pas Mur mais « nouvelle situation » ou « nouvelles mesures »[16], la mise au ban de nombreux universitaires…. Se souvenir de tous ces faux-pas de l’Histoire constitue selon l’auteur les prémisses indispensables à la construction de l’avenir.

Les critiques littéraires qualifient volontiers Christoph Hein de chroniqueur de l’Histoire allemande : l’extrême précision temporelle et spatiale ainsi que la distance du narrateur donnent en effet l’impression d’un minutieux procès-verbal rédigé avec impartialité. Toutefois, une lecture attentive montre que la présence de l’auteur est régulièrement perceptible lorsqu’il s’autorise un commentaire ou une pointe d’humour. Il évoque par exemple la répression du mouvement ouvrier en juin 1953 et décrit cet épisode de l’Histoire de la RDA de façon neutre, sans indignation apparente mais fait dire à l’un de ses personnages : « C’est de la folie de vouloir lutter à main nue contre une police lourdement armée et contre des soldats équipés de mitrailleuses et de chars ».[17] Ou bien il s’amuse en décrivant les dirigeants de RDA qui cachent l’emblème du Parti dans leur poche avant d’entrer dans l’église pour la messe de Noël… Dans le but de dialoguer avec son lecteur, d’éveiller son attention et de le faire réfléchir, Christoph Hein envoie quelques signaux ou pose ce qu’il appelle des « petits pavés du souvenir »[18], à l’instar des petits pavés discrets incrustés dans le trottoir des villes européennes en souvenir d’une victime du nazisme.[19] Selon Christoph Hein, un roman doit être jalonné de ces « pierres sur lesquelles on trébuche » pour susciter la curiosité et la réflexion du lecteur.

 

L’ancrage, une nouvelle fois, de ce dernier roman dans l’histoire de la RDA fait-il de Christoph Hein un auteur résolument de l’Est ?  Certes, l’ex-Allemand de l’Est sera peut-être plus sensible au passé évoqué, sera plus armé pour décrypter les nombreuses allusions aux lieux et aux personnalités mentionnés : par exemple, la Moritzbastei de Leipzig, l’Université Karl-Marx et l’éminent professeur de littérature Hans Mayer… En revanche, chaque lecteur, d’ex-RDA ou d’ailleurs, sera sensible à la tragédie humaine que dépeint le roman, au thème si actuel de l’exclusion qu’il aborde, à la place de l’individu dans la société qu’il interroge.

Verwirrnis est, comme tous les romans de Christoph Hein, sombre et dérangeant ; il se termine cependant par une note positive : le baiser en public des deux femmes homosexuelles montre que l’auteur ne perd pas l’espoir de voir la société se libérer peu à peu de ses jugements et comportements archaïques.

[1]  « ein edler Mensch » in Hein, Christoph, Verwirrnis, Berlin (Suhrkamp), 2018. p.8. Traduction française proposée par l’auteur de l’article.

[2] « Ihre kleine Besonderheit », ibid., p.273.

[3] « Auch die künftige Literatur wird von dem reden, was Individuen betraf, betroffen machte. Sie wird […] gesellschaftliche Autobiografie », in Öffentlich arbeiten, Essays und Gespräche. Berlin (Aufbau), 1987.

[4] Die fünfte Grundrechenart, Aufsätze und Reden 1987-1990, Frankfurt a.M. (Luchterhand), 1990.

[5] Hein, Christoph, Von allem Anfang an, Berlin (Aufbau-Verlag), 1997.

[6] « die hygienische Maßnahme » Ibid. p.58.

[7] Christoph Hein im Gespräch, MDR Kultur, Septembre 2018.

[8] «Daran will ich mich später erinnern», in Verwirrnis, p.6.

[9]  Hein Christoph, Horns Ende, Berlin (Aufbau), 1985. La Fin de Horn, traduit par François Mathieu, éd. Alinéa, 1987 ; éd. Métailié, 1999.

[10] «Erinnere dich», Ibid. p.5

[11]«[…] was unser Bewußβtsein gern vergiβt […], immer wieder ins Bewußtsein zu heben», Entretien avec Frauke Meyer-Gosau, in Text+Kritik n°111, München, 1991.

[12] Christoph Hein s’appuie sur les thèses développées en 1940 par Walter Benjamin sur le concept d’Histoire. Über den Begriff der Geschichte (1940). In: Walter Benjamin zum Gedächtnis. 1942; Die Neue Rundschau. 1950.

[13] «Man sollte euch anzeigen, hat sie gesagt, solche wie ihr gehörten ins Zuchthaus, damit sie niemanden anstecken», in Verwirrnis, p.49.

[14] Christoph Hein fait allusion au §175 du Code pénal allemand qui criminalisait les homosexuels : ce paragraphe est assoupli en 1957, puis aboli en 1968 en RDA ; Il ne sera assoupli qu’en 1969 en RFA, puis aboli en 1994.

[15] «[…] , der nur in Leipzig ein freier Mann sein könne, dem aber in Westberlin nach wie vor Strafverfolgung drohe», Ibid., p.199.

[16] «von der neuen Lage oder den neuen Maβnahmen», Ibid. p 232.

[17] « […] mit bloβen Händen gegen schwer bewaffnete Polizei und gegen eine Armee mit Maschinengewehren und Panzern angehen zu wollen, ist Wahnsinn », in Verwirrnis, p.126.

[18] « Stolpersteine » : In Olivier Morel, Berlin-Légendes ou la mémoire des décombres. (Presses universitaires de Vincennes 2014) – La littérature et l’impensé historique, entretien avec Christoph Hein. Juin 2013.

[19] Les Stolpersteine sont une création de l’artiste berlinois Gunter Demnig depuis 1993 ; ce sont des pavés de béton ou de métal de 10 cm de côté enfoncés dans le sol. La face supérieure, affleurante, est recouverte d’une plaque en laiton qui honore la mémoire d’une victime du nazisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.