Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est).

Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est). Ch. Links Verlag, Berlin, 2018

Une réflexion de Jean Mortier à partir d’un ouvrage récent sur la situation de l’Allemagne de l’Est

Cet ouvrage est le résultat de centaines de débats et d’entretiens que, durant les quatre dernières années, Petra Köpping, native de l’Est, a menés avec des habitants du Land de Saxe, un Land où elle occupe depuis 2014, au sein de la coalition SPD-CDU, le poste de ministre social-démocrate pour l’intégration et l’égalité.

Son expérience antérieure de maire d’une commune et de Landrätin[1] lui avaient déjà permis de sentir le pouls de cette population. Elle possède donc toute légitimité pour émettre un diagnostic sur les maux dont semblent souffrir encore aujourd’hui les anciens territoires de l’Est devenus Nouveaux Länder après l’unification allemande en 1990.

« Commencez donc par nous intégrer, nous » ! Cette exclamation – qui donne son titre au présent ouvrage –, Petra Köpping l’a entendue dans les rangs des manifestants de Pegida, à Dresde et ailleurs en Saxe.  Pourquoi a-t-elle estimé nécessaire de publier un tel ouvrage ? C’est que, précise-t-elle, « J’ai senti depuis très longtemps que ça bouillonnait quelque part ». Elle n’est pas la seule à faire ce constat. Alors que la campagne des élections fédérales de 2017 semblait ronronner, Jana Hensel, auteure du livre à succès Zonenkinder paru en 2002, avait elle aussi constaté que, brusquement, quelques semaines avant l’échéance, « la colère des Allemands de l’Est, qui s’exprimait bruyamment sur les places de marché, en présence d’Angela Merkel, devenait un sujet de discussion ». Début septembre, le Spiegel titrait « La colère gronde. Le calme berlinois est trompeur – en Allemagne il y a une véritable effervescence ».

Depuis plusieurs mois — après les élections fédérales, dans les semaines précédant le jour anniversaire de l’unification, le 3 octobre passé et fin 2018 — , les articles, les déclarations et les interviews concernant la question de ce qu’il est convenu d’appeler parfois « l’unification interne » se sont multipliés.

« Ce pays est-il un tout ou va-t-il rester éternellement divisé, c’est maintenant que ça se décide […]… La question de savoir comment va l’Est est redevenue actuelle», se demandait Katrin Göring-Eckardt, co-présidente du groupe des Verts, le 30.9.2018[2]. Thomas Krüger, Président de la Bundeszentrale für politische Bildung (Office fédéral de formation politique), constatait pour sa part que la prédominance des élites ouest-allemandes […]… est toujours ressentie comme un colonialisme culturel »[3]. Quant au secrétaire d’Etat Markus Kerber, il estimait nécessaire de savoir précisément « 30 ans après la réunification, dans quel état d’esprit sont les Allemands de l’Est, car ils ne semblent pas avoir du tout la même approche des questions d’appartenance commune et de cohésion du territoire ».[4]

Tout semblait pourtant avoir été dit et écrit concernant les problèmes rencontrés dans les anciens territoires de l’Est suite à l’unification allemande : désindustrialisation, chômage, chute de la démographie, inégalités de traitement avec les Allemands de l’Ouest etc. Mais Petra Köpping a eu le sentiment que ce qui s’exprimait dans les manifestations de Pegida et les succès électoraux de l’AfD n’était plus de l’ordre de la simple grogne comme dans les années d’après l’unification (contre Hartz 4, contre les bas salaires), mais une véritable colère, voire même une rage, dont les cibles étaient indifféremment « ceux d’en haut », le « système », et bien sûr les immigrés. Pourquoi constatait-on à l’Est – et dans le cas présent particulièrement en Saxe – une désaffection pour le système démocratique et, de façon générale, pour la politique ? Quelle était l’origine de cette colère ? Pourquoi les chefs du mouvement populiste (tous venus de l’Ouest !) rencontraient-ils ici davantage d’écho qu’à l’Ouest ? Petra Köpping constata, à l’issue de ses entretiens, que dans presque tous les cas la question des réfugiés n’était pas vraiment le sujet dominant – même si l’exclamation évoquée plus haut contient implicitement aussi un rejet de l’autre –et qu’il y avait dans ces phénomènes quelque chose de beaucoup plus profond. En tout cas il fallait, selon elle, en chercher la clé ailleurs que dans des comportements et un habitus hérités de la RDA.

 

L’origine d’une colère

 

Sous le choc des succès électoraux de l’AfD, certains sont encore allés chercher des explications à ces dérives populistes dans la culture autoritaire de RDA. C’est le cas de Wolf Biermann, qui, dans une interview donnée à l’hebdomadaire Der Spiegel[5], y voyait une lointaine séquelle de la RDA, car cet Etat de non-droit aurait « appris à ses citoyens à marcher courbés ». Petra Köpping ne reprend pas à son compte ce cliché[6]. Pas plus du reste que Sabine Rennefanz qui, dans son livre Eisenkinder. Die stille Wut der Wendegeneration, s’insurge du fait que les principaux médias aient immédiatement attribué à leur socialisation en RDA l’origine de la dérive d’un trio de néo-nazis, et que jamais on n’ait cherché une explication dans la situation chaotique d’après 1990.

L’explication par l’héritage du passé ne peut pourtant plus guère être avancée aujourd’hui que du bout des lèvres, depuis qu’une vague populiste a commencé à déferler sur les démocraties occidentales et qu’il est apparu, comme l’écrit Yascha Mounk dans son ouvrage, qu’« en Amérique du Nord comme en Europe occidentale, les citoyens se détournent de la démocratie en nombre de plus en plus important »[7].

Wolfgang Engler et Jana Hensel font eux aussi litière de cette explication dans leur ouvrage Wer wir sind. Die Erfahrung ostdeutsch zu sein[8] : « Pourquoi, avec tout l’argent qu’ils ont eu et toutes les bonnes paroles dont on les a gratifiés, les Allemands de l’Est ne sont-ils pas devenus ce qu’ils devraient être depuis longtemps, des « Mitbürger », des citoyens comme nous ? On renvoie alors à leur passé en RDA [….]. En faisant totalement l’impasse sur les trois dernières décennies, on se prive de toute possibilité de comprendre à quel point les comportements et la pensée des Ossis ont été marqués par ce chamboulement. […) Soyons clairs ! Il n’y a guère qu’une explication au succès considérable de l’AfD dans les nouveaux Länder : ce que les Allemands de l’est ont vécu après 1990. Invoquer un soi-disant habitus hérité de la RDA qui aurait fait d’eux des sujets habitués à se soumettre à un Etat autoritaire et à un chef n’a strictement aucun sens. Cette stupidité a toujours cours ; elle a même tout récemment retrouvé une nouvelle actualité, mais elle a sa logique. Dès l’instant où on rend la société d’origine des Allemands de l’Est responsable du moindre comportement de leur part jugé répréhensible, on légitime les tares et les injustices structurelles de la société d’accueil. »[9]

N’y a-t-il que les Ossis pour tenir ce discours ? Loin de là. Le 27 septembre 2018, Christian Hirte, le délégué du gouvernement fédéral pour les Nouveaux Länder estimait lui aussi que « tout ne saurait s’expliquer par 40 années de dictature du SED ; les expériences des années 1990 continuent à se faire sentir. Tout n’a pas été bénéfique dans ce qui s’est fait durant cette période-là ».

Comment expliquer en effet cette colère, alors que, sur le front économique et social, en Saxe du moins, les choses semblent s’être sensiblement améliorées ? Plus de chômage de masse (il se situe aux environs de 6,5% en Saxe[10], reste néanmoins sensiblement plus élevé qu’à l’Ouest), moins de personnes payées au-dessous de leur qualification. Ce sont les statistiques qui le disent. La réalité est moins brillante : beaucoup d’emplois précaires, salaires encore inférieurs à ceux de l’Ouest, retraites souvent très basses. La colère a donc pour une part une dimension sociale, mais pas seulement. Pour Petra Köpping, l’explication de ce malaise tient largement dans ces phrases : « La période de la post-unification (Nachwendezeit) n’est pas terminée. Elle est dans les têtes. Pas dans toutes, mais dans beaucoup. Elle a marqué toute une génération et visiblement aussi toute la génération d’après […]… et elle continue à diviser l’Est et l’Ouest ». C’est à cette question, en l’occurrence spécifique à l’Allemagne de l’Est, que s’efforce prioritairement de répondre, en seulement 200 pages d’une écriture simple et concrète, l’ouvrage en question.

 

Celui-ci reprend en les développant les thèmes abordés par Petra Köpping dès 2016.  Dans un discours alors remarqué et souvent cité aujourd’hui (il est reproduit à la fin du livre), elle avait estimé impératif de procéder à un réexamen de la période consécutive à l’unification, car, selon elle, il fallait voir dans les manifestations de xénophobie, dans le rejet des élites et des institutions politiques comme un exutoire aux humiliations, vexations et injustices subies durant ces années de transition. L’ouvrage se décompose en cinq chapitres : les effets de la politique de la Treuhand, les conséquences concrètes de la période d’après l’unification et la persistance des injustices, la dévalorisation de tout le passé, la prédominance des élites occidentales, le nécessaire changement. Mais il ne se veut nullement un traité dans lequel seraient analysées et exposées de façon systématique et exhaustive, à partir de données chiffrées et de statistiques, les réalités issues de l’unification. C’est un livre personnel, qui s’appuie certes sur des faits dûment établis, mais fait surtout très largement place au vécu des gens, à leur parcours (le sien y compris) et à leur ressenti, et qui expose, parfois à travers un certain nombre d’anecdotes, les multiples raisons de mécontentement, voire d’aigreur vis-à-vis de l’Ouest. C’est en ce sens un livre engagé, un livre politique, mais ce plaidoyer en faveur de l’Est (sous-titre de l’ouvrage) ne se veut en aucune façon une charge sans nuance contre ceux qui ont été les artisans d’une unification dont elle ne nie ni la nécessité ni les aspects positifs, mais dont les défauts resurgissent aujourd’hui.

 

La politique de la Treuhand : réussite ou fiasco ?

 

Dans le premier chapitre, Petra Köpping se réfère très largement à une étude sur le travail de la Treuhand qu’en juin 2016 Iris Gleicke, secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’économie et de l’énergie, avait chargé l’Université de Bochum de mener à bien.[11] Au vu du rapport qui lui fut remis un an plus tard, celle-ci déclara le 24.11.2017 : « Les chercheurs de Bochum prouvent de façon convaincante que le travail de la Treuhand doit être réexaminé, afin d’une part de couper court à certains faux procès qui lui sont faits, mais aussi afin de mettre en évidence le fait que des fautes et des erreurs d’appréciation ont été commises […]… L’idée initiale de la Table Ronde[12] selon laquelle la Treuhand devait répartir de façon équitable la richesse ‘nationale‘, s’est perdue ‘dans les brumes du temps’. Pour beaucoup d’Allemands de l’Est la Treuhand est aujourd’hui encore assimilée à une fracture dans leur existence ainsi qu’à une désillusion eu égard à la démocratie libérale et à l’économie de marché. Beaucoup de choses se sont en effet mal passées ». Iris Gleicke fait notamment allusion à un certain nombre de scandales qui ont accompagné la privatisation d’entreprises, celle des usines Leuna par exemple, et aussi à la masse d’argent détourné, dont une commission d’enquête du Bundestag évaluait le montant en 1998 à 3, voire 10 milliards de marks.

Pour l’essentiel, Petra Köpping s’appuie sur cette étude. Elle cite quelques cas de liquidation injustifiée d’entreprises saxonnes : par exemple cette fabrique d’isolateurs équipée de machines suisses performantes et exportant 80% de sa production, dont la fermeture fut brutale et les machines déménagées nuitamment (pas de quoi nous surprendre !), laissant ainsi 800 ouvriers sur le carreau. Elle rappelle que, de façon presque systématique, la cession d’entreprises n’a pas bénéficié aux candidats est-allemands, dont la solvabilité n’apparaissait pas assurée, mais aux postulants de l’Ouest qui, parfois, se sont empressés de les fermer pour éliminer la concurrence.

Rien de bien nouveau, dira-t-on. Ces faits sont connus[13]. A ceci près qu’ils se sont déroulés il y a presque trente ans, et que pourtant un grand nombre d’Allemands de l’Est continuent à manifester une méfiance tenace à l’égard des Allemands de l’Ouest – et même, selon Petra Köpping, aujourd’hui davantage encore qu’hier –, convaincus qu’il ne s’agit là que de la partie immergée de l’iceberg, qu’ils sont les victimes d’une bien plus grande escroquerie et qu’on la leur cache. « Vous nous avez salement entubés, vous les Wessis, vous nous avez arnaqués ». Le genre de phrases que Petra Köpping entend de plus en plus fréquemment ces derniers temps.

Cette rancœur a des fondements objectifs. Petra Köpping rappelle que, même si la Treuhand a permis l’émergence de quelques entreprises est-allemandes solides et performantes, le transfert de richesses de l’Est vers l’Ouest a été considérable : 80% des biens industriels administrés par la Treuhand sont tombés dans les mains d’Allemands de l’Ouest. Le plus important transfert de propriété depuis la fin de la guerre. C’est ce que, s’agissant des biens immobiliers, montrait en 2015 le film documentaire Wem gehört der Osten (A qui appartient l’Est) de Arianne Riecker et Olaf Jacobs[14] : ceux qui avaient de l’argent – très rarement les Allemands de l’Est –, purent profiter du système de dégrèvement d’impôt de 50% de la valeur des biens, le « plus grand cadeau fiscal de tous les temps ». Résultat : près des trois quarts du foncier et des immeubles appartiennent aujourd’hui à des Allemands de l’Ouest qui, pour la majorité d’entre eux, en ont fait un simple placement. Dans les années futures, une bonne partie de l’Est appartiendra par conséquent à des héritiers de l’Ouest. Les Ossis sont pratiquement absents des couches supérieures de la société, de l’élite sociale riche et influente : il y a deux fois plus de millionnaires à Düsseldorf que dans toute la Saxe et les millionnaires de Saxe sont presque tous… des Wossis, des Allemands de l’Ouest installés à l’Est.

 

Déclassement des nouveaux citoyens

 

Une étude de l’Université de Leipzig[15] souligne, une fois de plus, que les Allemands de l’Est sont sous-représentés dans les fonctions dirigeantes des administrations et un grand nombre de services publics. Cette sous-représentation « est source de mécontentement, un mécontentement qui à la longue a des répercussions sur tout un état d’esprit »[16]. Cette situation est pourtant en partie la conséquence « logique » de l’unification. Car, dans de nombreux secteurs, l’adaptation à la législation et à la réglementation ouest-allemandes nécessitait de recourir à du personnel qualifié, entre autres à des spécialistes en droit fédéral. Ce déséquilibre aurait pu néanmoins – c’est l’opinion de l’auteure – être corrigé assez vite, si on avait tenu compte des compétences de beaucoup, de leur niveau de qualification ainsi que de leur capacité et volonté d’adaptation. Au lieu de cela, ceux ou celles qui, sous le régime ancien, avaient exercé quelque responsabilité furent considérés comme trop impliqués dans l’ancien système (staatsnah) ou même soupçonnés d’avoir eu un lien avec la Stasi, et furent ravalés à des rangs subalternes. Ce fut le cas de l’auteure, qui avait exercé des fonctions administratives à l’époque de la RDA et avait été de 1986 à 1989 membre du SED. La manière dont elle fut « marginalisée », contrainte d’accepter un travail très en-dessous de ses compétences tandis que de façon latente pesait sur elle un  soupçon de collaboration avec la Stasi ne lui est pas spécifique. Tous ceux, nombreux, qui furent dans cette situation d’infériorité par rapport aux « Wessis » qui venaient les aider dans cette phase de transition (Aufbauhelfer), mais les privaient de facto des postes qui leur auraient permis de peser sur certaines décisions ou d’en atténuer les effets négatifs, en conservent encore aujourd’hui amertume ou rancœur. Dans de nombreux secteurs – économie, science, médias etc. – les postes les plus élevés sont, dans leur très grande majorité, occupés par des Allemands de l’Ouest. On comprend à la lecture des chiffres donnés par Petra Köpping que beaucoup puissent éprouver un sentiment de « colonialisme culturel ». « On s’est représenté en 1990 la convergence des deux parties de l’Allemagne autrement. Peut-être était-on alors tout simplement naïf. Désormais on se voit, et pour longtemps, comme les perdants de l’unification » écrit Ulrich Busch dans Das Blättchen[17].

 

Dans le second chapitre (p. 47 à 65), Petra Köpping montre en termes simples et précis comment la conversion des systèmes est-allemands de retraites et leur adaptation aux régimes ouest-allemands a posé et pose encore d’infinies difficultés. C’est ainsi par exemple que l’alignement sur le régime ouest-allemand, réclamé à juste titre par les retraités actuels et qui, décidé par le Bundestag en 2017, deviendra effectif progressivement, aura, à n’en pas douter, pour les futurs retraités de l’Est – dont les salaires ont été moindres durant trente ans et les périodes travaillées souvent fragmentées –, une conséquence désastreuse : la menace de très grande pauvreté pour ces futures personnes âgées est l’un des problèmes majeurs auquel il faut s’attendre dans les années prochaines. Parmi les catégories qui ont ou auront le plus à souffrir – car, aussi, le plus à perdre par rapport au régime est-allemand – figurent les femmes et notamment les femmes divorcées. Il n’est donc pas surprenant que ces situations soient la source d’une énorme inquiétude chez ces personnes. Selon le Sachsen-Monitor, la moitié des habitants de Saxe craint que leur pension soit insuffisante pour vivre[18].

Cette situation de pauvreté frappe d’ores et déjà majoritairement les ressortissants de l’Est. En 2015, 19,67 % de la population allemande vivait à l’Est. C’est aussi là qu’on trouvait la plus grande proportion de pauvres : 38,5%. Un chiffre qui ne cessera d’augmenter dans les années qui viennent. « Votre luxe est notre pauvreté » pouvait-on lire le 6 novembre 2018 sur un panneau de Neues Deutschland. Il y a donc bien une colère sociale, mais qui s’exprime largement à travers une réaction d’hostilité à l’égard des Allemands de l’Ouest accusés de s’être enrichis sur le dos des Ossis[19].

Dans le troisième chapitre, Petra Köpping reprend, en l’illustrant, ce qui avait fait dès les années1990 l’objet de plusieurs constats. Selon un sondage effectué par la Sächsische Zeitung au début 2018, deux tiers des habitants de Saxe se sentent « citoyens de deuxième classe ». Une proportion qui s’élève à 84% chez les électeurs de l’AfD. Un sentiment de déclassement ressenti presque tout autant dans la tranche d’âge des 18-29 ans.

Même ceux qui ont réussi, en créant leur propre entreprise après avoir été brutalement licenciés, restent aujourd’hui encore, trente ans plus tard, marqués par la façon dont les managers venus de l’Ouest les rabaissèrent avec des réflexions du genre : « Qu’est-ce que vous avez foutu dans cette économie planifiée ? ». Si, grâce au dernier ministre de l’enseignement de RDA, Hans Joachim Meyer, les diplômes universitaires furent reconnus équivalents à ceux de l’Ouest, ce n’est pas aujourd’hui encore le cas de tous les diplômes, car, selon un jugement du tribunal fédéral compétent : « Reconnaître en bloc les diplômes est-allemands équivalents à ceux de l’Ouest reviendrait de fait à déprécier les diplômes acquis en République fédérale ». Beaucoup d’Allemands de l’Est, notamment de la génération intermédiaire, celle qui avait commencé à travailler du temps de la RDA, durent de ce fait accepter après 1990 des emplois en dessous de leur qualification et donc potentiellement dévalorisants. En 2013 encore, Uschi Glas fit scandale en affirmant qu’à l’Est les gens avaient un niveau de qualification trop bas pour mériter un salaire minimum. Cette disparité – réelle ou supposée – va bien évidemment s’effacer ou disparaître avec l’arrivée sur le marché du travail des jeunes générations qui auront reçu une formation équivalente à celles de l’Ouest. Mais, selon Petra Köpping, l’inégalité risque de perdurer au niveau des élites ; car celles-ci se recrutant, en Allemagne autant sinon plus que dans d’autres pays européens, dans les classes aisées, l’ascension sociale sera plus difficile pour les jeunes Allemands de l’Est issus de milieux moins favorisés, voire défavorisés.

 

Les manifestations d’une frustration

 

Plus les années ont passé, plus le sentiment de dépossession s’est, semble-t-il, accru chez nombre d’Allemands de l’Est : quarante ans de dur labeur et de réalisations pour rien (l’expression Aufbau Ost – Reconstruction à l’Est – laisse entendre qu’on doit repartir de zéro), production d’un récit historique dont ils sont absents, effacement d’une grande partie des traces symboliques et matérielles du passé (bâtiments détruits, livres jetés à la benne,  œuvres artistiques tenues pour nulles et reléguées au fin fond des réserves  des musées, etc.[20]) : en réaction à cette dévalorisation d’une large part du passé est-allemand, des choses comme des gens, en réaction aussi à l’image souvent humiliante ou ridicule que certains médias occidentaux, mais aussi plusieurs shows télévisés ont donné souvent et donnent encore parfois du Ossi « typique », il n’est pas rare que beaucoup d’Allemands de l’Est, se retournant sur leur passé, le revivent aujourd’hui de façon positive. Il ne s’agit en rien de nostalgie du régime passé (ces nostalgiques-là sont fort rares) – mais bien d’une forme d’« ostalgie », dès lors que ce terme est compris comme réappropriation d’une identité perdue et d’une mémoire, quand bien même celle-ci serait en partie reconstruite ou idéalisée. Avec le recul – et l’expérience de certaines réalités ouest-allemandes – plus d’un Allemand de l’Est est amené à voir sous un jour moins totalement négatif telle ou telle institution est-allemande au démantèlement de laquelle certains ont parfois plus ou moins tacitement contribué, dans leur impatience à vouloir faire table rase du passé, habités qu’ils étaient par le mirage de l’Ouest et confiants jusqu’à l’aveuglement dans ce qu’ils croyaient encore être l’économie sociale de marché alors qu’en choisissant le D-Mark, ils entraient de plain-pied dans l’ère néo-libérale, dont Hartz IV était l’un des sous-produits. On observe ici ou là le besoin de faire contrepoint à l’image trop uniformément négative que, sous le choc des manifestations de Chemnitz, beaucoup de médias, d’observateurs et de « spécialistes » occidentaux continuent à donner de la RDA, celle-ci ne correspondant pas à la mémoire qu’en ont gardé ou voulu garder nombre d’Allemands de l’Est, et souvent transmise à leurs descendants. Peut-être certains se reconnaîtraient-ils un peu dans cette phrase de Roxana Maracineanu, l’actuelle ministre des sports originaire de Roumanie : « Aucun dénigrement de notre pays d’origine de la part de mes parents. Ils n’avaient pas été persécutés par le régime. Ils avaient simplement rêvé d’autre chose. Et ils s’indignaient de l’image systématiquement négative donnée de la Roumanie, misère, orphelinats sordides […] Ce n’était pas cela, disaient-ils. On vient d’un pays magnifique, et cultivé […]… ».[21] Une réécriture de l’histoire paraît en tout cas nécessaire car, comme l’a écrit récemment Ilko-Sascha Kowalczuk, historien et chercheur à la BSTU (Office fédéral en charge des archives de la Stasi) : « Toute cette histoire de souffrances, de victimes, d’oppression et de résistance, la société dans son ensemble n’a pas été concernée par cela, ça n’a pas été son histoire. Pire : cela n’est pas non plus devenu son histoire (…). Il faut que cette écriture du passé réponde aux attentes des gens, et non aux attentes de ceux qui la mènent. C’est maintenant, près de trente ans après la chute du mur, que ce travail sur le passé de la RDA devrait commencer à combiner au sein d’un même récit tout l’éventail de la société est-allemande dans sa diversité et l’histoire de sa transformation. Il faudrait que tous les champs d’expérience trouvent leur place dans ce travail ».[22]

 

Tout n’était pas si mauvais en RDA et tout à l’Ouest n’était pas parfait. C’est ce qu’aurait dit Helmut Kohl dans les années 90 au cours d’un entretien confidentiel avec l’historien Fritz Stern. Il aura néanmoins fallu de nombreuses années avant qu’on commence à réinventer ce qui existait du temps de la RDA, mais sans que jamais, bien sûr, on fasse la moindre référence à un quelconque modèle est-allemand. Petra Köpping énumère ainsi toute une série d’institutions (au niveau médical[23], scolaire ou préscolaire par exemple) qui avaient fait leur preuves, qu’on avait mises à bas et qu’on recrée en en changeant évidemment l’appellation. Petra Köpping n’est pas la seule à penser que des mouvements comme Pegida ou l’AfD s’expliqueraient en partie comme une réaction à cette dévalorisation collective du passé. Ils seraient une façon pour beaucoup d’Allemands de l’Est de se réaffirmer par rapport à l’Ouest, en en rejetant les « valeurs », que ce soient les droits de l’homme, l’ouverture aux autres et une certaine tradition d’accueil (Willkommenskultur), etc. Car, écrit-elle encore, « une société qui se débarrasse de son histoire comme d’une vieille peau, est un jour ou l’autre rattrapée par elle. D’autant plus quand l’histoire est-allemande ne fait pour ainsi dire pas partie de l’histoire allemande globale, et que l’Allemagne de l’Ouest s’est arrogé le pouvoir quasi exclusif de dire ce qui était bien et ce qui ne l’était pas. Ce regard rétrospectif conduit à une suridentification avec la vie qu’on a menée en RDA. Il donne naissance à une sorte de patriotisme qui n’existait pas sous cette forme auparavant. C’est un geste de défi qui n’est pas particulièrement sain ». Dans l’entretien qu’elle mène avec Wolfgang Engler, Jana Hensel va même plus loin, beaucoup plus loin. A travers Pegida et l’AfD, dont elle n’approuve nullement les orientations et les discours, ce serait une sorte de solidarité retrouvée et d’affirmation d’une spécificité est-allemande qui s’exprimerait.

 

Ostalgie ?

 

Aujourd’hui encore, la plupart des Allemands de l’Ouest n’ont pas compris que le changement de société, loin d’avoir seulement entraîné des conséquences économiques et sociales, avait bouleversé des vies entières. Dès 1999, Kerstin Decker écrivait : « Rares ont été ceux pour qui ce changement s’est déroulé sans accroc. Beaucoup ont définitivement perdu pied. Le passé des gens a connu le même sort que tous les stocks de livres : il a été mis au rebut ».[24] La thérapie de choc qu’a constituée l’introduction des règles du jeu néolibérales (la fermeture des mines de la Ruhr et les mutations structurelles qu’elle a entraînées furent par comparaison anodines, estima Christian Hirte, dans une interview donnée en mars 2018 à la Sächsische Zeitung) n’a pas seulement bouleversé le paysage industriel et commercial, elle a eu des répercussions personnelles : chômage, divorces, problèmes psychologiques. Héros du travail hier, le mineur et l’ouvrier sidérurgiste sont devenus du jour au lendemain des « pollueurs », responsables de la destruction de l’environnement.

La perte d’emploi qui toucha une masse de gens, dès les premières années qui suivirent le rattachement de la RDA à la République fédérale, fut synonyme de déracinement social et de perte de repères. Un constat que Petra Köpping n’est pas la première à faire. En 2014 par exemple, Klaus Dörre, sociologue, établissait ce diagnostic : dans des villes comme Iéna, 30 à 40% des habitants en âge de travailler se retrouvèrent au chômage – une situation totalement nouvelle pour ces gens. Et particulièrement douloureuse, car la RDA était une société très fortement marquée par l’idéal du travail[25]. Le travail engendrait, par son organisation (la brigade, le collectif debureau), des formes de solidarité, créait du lien social. C’est aussi dans le milieu de travail que, pour une part, la vie sociale et culturelle s’organisait : crèches d’entreprise, associations sportives, fêtes et distractions diverses (anniversaires, excursions, clubs, offres de spectacles). Evoquant ces moments où, avec sa brigade de travail, il faisait la fête, une fois la journée de travail terminée, un ouvrier dira un jour : « Nous avions une belle vie ».[26] Ce déracinement (qui va de pair avec un sentiment d’isolement) est plus marqué dans les campagnes, qui se sont vidées d’une partie de leur jeunesse (l’ex-RDA a perdu rien qu’entre 1990 et 1993 1,4 millions d’habitants dont une majorité de jeunes[27]), qui se vident quotidiennement du fait des migrations pendulaires et où les restructurations administratives et les regroupements de services ont entraîné une certaine désertification (un phénomène qui, sans être propre à l’Est, y semble néanmoins plus accentué)[28].

Tout cela disparut d’un coup avec la fermeture des entreprises, la liquidation de tous ces services dans celles qui étaient encore en activité, mais aussi… avec le passage d’une société fermée à une société ouverte, riche de nouvelles libertés individuelles, que tous savourèrent au début et que beaucoup surent souvent mettre à profit, ne serait-ce qu’en voyageant. Aujourd’hui pourtant, toute une génération d’anciens ressortissants de la RDA, celle sans doute qui n’a pas eu ou a perdu les moyens de mettre ces libertés réellement à profit, est de plus en plus encline à regretter que la recherche individuelle du plaisir et de l’intérêt se fasse au détriment de ce collectif et de cette solidarité d’antan. Déjà pour le septième anniversaire de l’unification, la Volksbühne de Berlin avait fait salle comble avec un spectacle au titre évocateur : « La liberté rend pauvre » (Freiheit macht arm). Son metteur en scène, Frank Castorf, confia : « Je crois qu’on était finalement plus libre dans le système du totalitarisme collectif que dans la société actuelle, dont le seul ressort est un individualisme mal compris, et qui condamne tout ce qui ressemble de près ou de loin au collectif. Aujourd’hui, je dirais qu’on se sent superflu, pas libre.»[29]

 

Un nécessaire changement de perspective et de politique

 

Petra Köpping réclame que les archives de la Treuhand soient enfin rendues accessibles dans leur totalité[30]. Elle souhaite en effet que, grâce à un véritable travail historique, la lumière soit faite sur l’action de cet organisme, le bien-fondé ou non des opérations de liquidation ou de reconversion et les agissements douteux et même parfois frauduleux de certains de ses acteurs ; mais, au-delà de cela, ce sont les responsables politiques qui devraient ainsi pouvoir être mis en cause. Elle espère qu’on en finira ainsi avec le mythe d’une pure success story, mise au seul crédit de l’Allemagne de l’Ouest, et que les anciens Allemands de l’Est, dont la mémoire a été jusqu’ici peu ou prou confisquée, sortiront de leur silence imposé. N’est-ce pas, craignent certains, ouvrir la boîte de Pandore et approfondir en réalité le fossé qui perdure entre l’Est et l’Ouest ? Petra Köpping estime au contraire que ce travail fournira les éléments pour un « débat dans lequel les Allemands de l’Est n’apparaîtront pas toujours  comme les mauvais » (Klaus Dörre) et qu’il sera aussi salutaire pour les Allemands de l’Ouest, dont beaucoup vivent encore dans l’idée que les transferts ont été à sens unique et se croient parfois « les victimes de l’unification », alors qu’ils en sont en réalité globalement, sinon individuellement, les véritables bénéficiaires. Il ne s’agit nullement de donner de ce passé récent une image qui serait l’inverse de celle habituellement projetée, mais de montrer les deux faces de la médaille : la face indubitablement positive et celle en demi-teinte ou même passablement plus sombre, bref de parvenir « à bâtir une version qui soit commune de l’histoire de la période qui a suivi l’unification».

Il faut, estime-elle, cesser de débattre du seul passé de la RDA et aborder – ce qui n’a pas été fait durant trente ans –, les vraies questions, celles du présent. Les raisons de ce silence, Petra Köpping les analyse en quelques pages particulièrement éclairantes dans le dernier chapitre de son livre. Elles sont au moins doubles. En faisant lors de la campagne électorale de 1994 des « problèmes apparus à l’Est » des « problèmes de l’Est », les responsables politiques rejetaient de facto la responsabilité des problèmes liés à la transition sur les Ossis, des « pleurnichards », des nostalgiques, des assistés incapables de saisir la chance qui s’offrait à eux. Une autre raison est de nature intime et générationnelle : des parents offrant à leurs enfants le spectacle de leur désarroi, et se murant dans le silence, par honte parfois d’une situation à leurs propres yeux dégradante.

 

Martin Dulig, chargé des questions de l’Est au SPD et président du SPD en Saxe reconnaît que si « la période post-unification est close, son analyse ne fait que commencer. Ce fut une profonde erreur de ne pas débattre publiquement de ce que cela a entraîné comme cassures, blessures et injustices. Il est temps de parler de la forme qu’a pris le changement de système et des erreurs commises lorsqu’on a choisi cette forme radicale d’économie de marché. C’est pourquoi j’ai proposé de mettre en place une Commission vérité et réconciliation représentative de toute l’Allemagne : de l’Est et de l’Ouest[31]. Une proposition que Petra Köpping avance, quoiqu’en des termes assez différents, dans son ouvrage. Aux gagnants de la transition (il en existe bien sûr), aux anciennes « victimes » du régime antérieur qui ne voient parfois que du positif dans le nouveau, aux enfants de la troisième génération aussi, qui se sont construits ailleurs et autrement, un tel débat paraît inutile. Petra Köpping l’estime néanmoins nécessaire, à la fois pour cette génération d’Allemands de l’Est qui se sont repliés sur eux-mêmes (les hommes surtout), cultivent en secret leur frustration et leur rancœur ou lui donnent libre cours sous des formes parfois exécrables, mais aussi pour bien des Allemands de l’Ouest qui n’ont des réalités est-allemandes qu’une perception lointaine et déformée, et que certains événements récents confortent dans leurs préjugés concernant les personnes : non seulement des paresseux et des geignards, mais de surcroît des nazis. Cette commission serait utile pour combler ce fossé d’incompréhension qui existe en réalité de part et d’autre, car combien d’Allemands de l’Est connaissent véritablement certaines réalités ouest-allemandes qui, dans un certain nombre de régions, par bien des aspects, ne sont guère différentes des leurs ?

 

Une telle commission ne serait-elle que du baume appliqué sur les plaies encore ouvertes ou mal refermées des Allemands de l’Est, comme l’écrit Ulrich Busch dans Das Blättchen du 24 septembre 2018 ? Loin de là ! La vérité sur l’action de la Treuhand devrait déboucher, estime Petra Köpping, sur des mesures concrètes destinées à en corriger les effets, notamment à travers la création d’un fonds de réparation (Gerechtigkeitsfonds) (p. 158-162). Elle appelle les Allemands de l’Est à reprendre leur destin en mains, en s’engageant politiquement pour faire valoir et prévaloir leurs intérêts et leurs besoins. La désaffection pour la politique et les partis dont ils ont fait preuve s’explique par de multiples raisons : l’expérience de la RDA, le temps consacré à s’adapter aux nouvelles conditions et à se retrouver dans la jungle administrative, la manière dont l’Ouest s’est emparé de leur destin, à la fois dans le discours et dans la réalité économique et sociale qui a fait d’eux longtemps des objets de l’action politique. Autant de choses qui ont fragilisé leur adhésion au régime parlementaire et démocratique : en 1997, 30% seulement des citoyens de l’Est croyaient dans les vertus de la démocratie contre 70% à l’Ouest. Combien aujourd’hui ?

Faut-il pour autant encourager leur participation à la vie démocratique en mettant en place des quotas ? Sans doute pas, car il est aujourd’hui plus difficile qu’hier de définir ce qu’est en soi un Allemand de l’Est. Les mesures que préconise Petra Köpping pour que les citoyens de l’Est de l’Allemagne, dans leur ensemble, n’aient plus le sentiment d’être défavorisés, voire même parfois sacrifiés sont diverses : recruter davantage localement, déplacer vers l’Est certains organismes fédéraux, réformer en profondeur l’Etat social, en mettant notamment un terme à Hartz IV, et revenir sur « L’agenda 2010 » (la politique de réformes menées sous le chancelier Schröder), mener une politique scolaire qui mette fin à l’inégalité dont sont victimes beaucoup d’enfants de l’Est, etc. Bref, un vrai programme de gauche ; mais, comme l’écrit Petra Köpping : « La bataille sera rude ».

[1] Fonctionnaire d’un district administratif. Cette fonction n’existe pas en France.

[2] Interview de Markus Decker pour le Weser Kurier 30.9.2018.

[3] Berliner Zeitung, 1.11.2017.

[4]  Bild-Zeitung, 3.12..2018.

[5] 25 septembre 2017.

[6] Dans une interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Date ?

[7] Yascha Mounk, Le peuple contre la démocratie, Ed de l’Observatoire, Paris, 2018.

[8] Compte rendu à venir dans ce carnet en ligne.

[9] Wolfgang Engler/Jana Hensel : Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein, Berlin, Aufbau, 2018, p.  51.

[10] Bodo Ramelow, ministre-président de Thuringe craint même que le manque de main-d’œuvre menace la croissance dans les années à venir.

[11] Constantin Goschler/Markus Böick : Wahrnehmung und Bewertung der Arbeit der Treuhand (Studie im Auftrag des Bundesministeriums für Wirtschaft und Energie), Bochum 2017, p.111. On peut télécharger cette étude en se connectant au site du Bundesministerium  für Wirtschaft und Energie. On peut lire aussi avec intérêt le communiqué de presse d’ Iris Gleicke sur ce même site. (proposition : suppr avec intérêt et remplacer l’intéressant communiqué ?)

[12] Un mois après la démission du gouvernement de la RDA, le 7 novembre 1989, siégeait pour la première fois la Table ronde centrale réunissant des membres de l’opposition et le nouveau gouvernement est-allemand.

[13] Exemple d’exaction : les 850 millions de marks accordés par la Commission de Bruxelles aux chantiers navals Vulkan, dans le Mecklembourg, qui furent détournés par le gérant de la filiale ouest-allemande de Brême… et jamais retrouvés.

[14] Film en sept parties dont la projection eut lieu le 30.6.2015, mais sur une seule chaîne, la chaîne de l’Est MDR (Mitteldeutscher Rundfiunk). Dès 1994, Daniela Dahn avait publié un livre dans lequel elle évoquait cette mainmise sur les propriétés : Wir bleiben hier, oder wem gehört der Osten ? (Nous restons ici, ou à qui appartient l’Est ?), Reinbek, Rororo, 1994.

[15]  Michael Bluhm/Olaf Jacobs : Wer beherrscht den  Osten ? Ostdeutsche Eliten ein Vierteljahrhundert nach der deutschen Wiedervereinigung (Studie der Universität Leipzig in Zusammenarbeit mit dem mdr), Leipzig, 2016.

[16] Stefan Braun : „Dieses Land wird vom Westen dominiert“, in Süddeutsche Zeitung, 2.3.2018.

[17] Ulrich Busch : „Über die Demütigung Ostdeutscher und andere Nachwendeungereimtheiten“, in Das Blättchen, Nr. 20/24. 9.2018. Publication bimensuelle sur la politique, l’art et l’économie.

[18] dimap : Sachsen-Monitor 2017, p. 11. L’institut de sondage dimap réalise depuis trois ans des sondages pour le compte du Land de Saxe. Ceux-ci sont publiés dans le Sachsen-Monitor.

[19] La Hans-Böckler-Stiftung (Fondation Hans Böckler : la fondation du DGB, la Confédération allemande des syndicats) a établi dans son dernier rapport qu’en matière de patrimoine financier, l’Est atteint tout juste un tiers du niveau de l’Ouest, et que la pauvreté touchera durablement six fois plus de personnes.

[20] Voir à ce sujet le compte rendu de l’ouvrage de Nicolas Offenstadt, Le pays disparu : https://allemagnest.hypotheses.org/1100

[21] Le Monde, 1.9.2018, p. 19.

[22] Süddeutsche Zeitung, 22.10.2018. Sans doute est-il trop tôt pour parler d’une révision de l’histoire. Un fait récent en serait-il le prémice ? Le 19 octobre 2018 s’est tenue, à l’invitation de Roland Jahn, directeur de l’Office fédéral pour les archives de la RDA (BSTU) une réunion à laquelle participèrent quatre membres de la Gesellschaft zur rechtlichen und humanitären Unterstützung e. V. (GRH), Hans Bauer, Dr. Reinhard Grimmer, Karl Rehbaum et Wolfgang Schmidt. L’événement est passé inaperçu ; il constitue pourtant une sorte de sensation. Qu’est-ce que cette société pour l’aide juridique et humanitaire ? Fondée en 1993, elle accueille d’anciens responsables du SED, des membres des gardes-frontières et de l’appareil de sécurité, la Stasi. Elle compte environ 1400 membres. Hans Bauer fut assistant du procureur général. Il collabora avec la Stasi sous le nom de code de Leonhard. Reinhard Grimmer appartint au ministère de la sécurité, avec le grade de colonel. Le colonel Karl Rehbaum fut un des responsables du département A XII des services secrets, chargé de l’Otan et de la communauté européenne. Wolfgang Schmidt a lui aussi travaillé durant 33 ans pour les services secrets. Il conseilla Florian Henckel von Donnersmarck pour son film, La Vie des autres.
Les prédécesseurs de Roland Jahn avaient toujours refusé le moindre contact avec des membres du Ministère de la sécurité de RDA (MfS), la Stasi. La réunion avec Roland Jahn dura une heure et demie. A la question posée par ses interlocuteurs, à savoir combien de temps encore la BSTU allait poursuivre son travail dans les mêmes formes, Roland Jahn fit une réponse surprenante. Face à la division de la société et à l’influence grandissante des mouvements d’extrême-droite, il paraissait nécessaire, affirma-t-il, d’intervenir au niveau du discours politique en y associant aussi les anciens membres du MfS. Cette participation ne devait pas s’accompagner de modalités humiliantes. Il fallait parler plutôt de responsabilité que de culpabilité. Personne n’était devenu collaborateur du MfS dans le but de faire souffrir son prochain. Et il poursuivit en disant que le « cliché coupable-victime » était totalement inadapté à la compréhension de l’histoire, qu’il était nécessaire de respecter les parcours de chacun et que l’histoire devait aussi se comprendre comme résultant de l’interaction entre les pratiques des deux Etats allemands.

[23] Le nouveau MZV (Medizinisches Versorgungszentrum) de Brandenburg/Havel ressemble à s’y méprendre à la Polyklinik de RDA.

[24] Kerstin Decker : « Das Töpfchen und der Hass », in Der Tagesspiegel du 11.5.1999.

[25] Interview d’Alexandra Endres, Zeit-Online, 5.11.2014.

[26] ibid.

[27] En 1989, le pourcentage de jeunes était supérieur à celui des plus de 64 ans. Il s’est brusquement inversé après l’unification.

[28] Joachim Ragnitz, professeur d’économie à Dresde, suggère de laisser mourir certains petits villages de l’Est, de verser une prime aux résidents pour qu’ils s’installent dans de petits bourgs de 10.000 habitants. (entretien dans la  Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28. 9.2018). L’AfD a obtenu à Dorfchemnitz (Mittelsachsen) 47,4% des suffrages (2è voix) en 2017. Lors du second tour de la présidentielle, Marine Le Pen a recueilli 61,4% des voix à La Cappelle, un village de l’Ain où les services publics n’existent plus.

[29]  Cité par Brigitte Pätzold dans Le Monde diplomatique, février 1997. Kerstin Decker décrivait elle aussi dans Der Tagesspiegel du 11. 5.1999, que cette liberté avait été pour la plupart des gens synonyme de dévalorisation d’eux-mêmes.

[30] Elle demande la création d’une commission pour faire la lumière sur les injustices commises dans les premières années d’après l’unification (Kommission zur Aufarbeitung des Unrechts der frühen Nachwendezeit). Ce ne sera le cas qu’en 2020. Avec le risque que certains passages soient noircis !

[31] Das Parlament, n° 40/41, 1.10.2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.