« Traître » entre Est et Ouest – Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaters zwischen Ost und West

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier

Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaterszwischen Ost und West, Rowohlt 2018, 319 pages.

 

Pendant longtemps, Karoline Keinert n’eut de son grand-père paternel, Heinz Lippmann, que ces deux images, celle d’un traître et d’un salaud. Traître, il ne pouvait que l’être pour la RDA : parti à l’Ouest en 1953 en emportant la caisse de la FDJ, l’organisation de jeunesse au sein de laquelle il était depuis 1949, à Berlin, l’adjoint d’Honecker, il avait aussi un temps collaboré avec le Verfassungschutz[1] ouest-allemand. Un salaud, ein Schwein , Inge n’avait pas d’autre mot pour parler – rarement – de celui qu’elle avait épousé en 1947 et qui après quelques mois de mariage, la quittait en lui laissant un enfant sur les bras, le père de l’auteure. Dans la maison, rien de lui, pas même une photo.

Pendant longtemps, Karoline Kleinert ne chercha pas à en savoir davantage. Elle ne le pouvait pas non plus, faute d’accès à la moindre source d’archive et faute de témoins qu’elle aurait pu, à l’Ouest, interroger (Elle habitait de l’autre côté du mur).  Mais en 1996 paraît le livre de Michael Herms: Heinz Lippmann – Porträt eines Stellvertreters [Portrait du lieutenant d’Honecker], un ouvrage très documenté que toute la famille dévore, mais qui ne restitue pas, selon Karoline Kleinert, toute la complexité du personnage. Elle va donc vouloir donner un visage à ce grand-père fantôme et combler un blanc dans l’histoire familiale.

Karoline Kleinert ne dispose que de peu d’éléments pour reconstituer les premières années de la vie de Heinz Lippmann (1921-1974) : un seul témoin vivant, un camarade de classe (Son fils n’a pas gardé le moindre souvenir de lui!), peu de sources d’archives, pas de correspondance ou si peu. Dès cette première partie intitulée « Racines », la biographie que Karoline Kleinert rédige ressortit alors peu ou prou au genre du roman non fictionnel. Avec les quelques données dont elle dispose, elle se projette dans le personnage, se met pour ainsi dire dans sa tête, lui prête des sentiments, des émotions et des pensées. « Quand les faits sont avérés, je les respecterai » écrit-elle dans la préface, « mais quand il y des lacunes, je ferai mon possible pour les combler avec ma propre interprétation des événements, mon idée de la manière dont ils ont pu se dérouler ». Et elle ajoute : « C’est une histoire qui aurait pu être la sienne ». Il lui est plus difficile en revanche de comprendre ses motivations et les raisons de certaines de ses décisions. D’où les nombreux points d’interrogation qui ponctuent fréquemment son texte.

Karoline Kleinert évoque d’abord le milieu familial dont sont issus ses grands parents. Des deux côtés des juifs de la bonne bourgeoisie berlinoise. En quelques pages à la tension dramatique continue, Karoline Kleinert retrace ce qui fut, en 1937, pour la famille Liechtenstein et leur fille Inge, alors âgée de 14 ans, le chemin mouvementé de l’exil. Pour Inge, la vie à l’Est où, convertie en Angleterre à l’idéal communiste, elle choisit de s’installer, ne sera pas non plus un long fleuve tranquille : elle se suicide en 1971 à l’âge de 48 ans.

A partir des quelques données historiques avérées, et aussi du témoignage de Günther Tröster, un ancien camarade de classe « dont les nazis ont fait un juif croyant » et qui vit désormais en Israël sous le nom de Gershom Tryster, Karoline Kleinert retrace de façon également passablement romancée l’histoire familiale du grand-père. Elle évoque les événements marquants pour cet enfant qui vit dans un milieu aisé, mais surtout la condition, après 1933, de ce jeune écolier juif, victime d’humiliations constantes dans son établissement dont il est finalement exclu.

Dans le troisième chapitre, reprenant probablement les éléments biographiques contenus dans l’ouvrage de Michael Herms, Karoline Kleinert les inscrit dans la situation historique qui est celle des juifs durant ces années. Demi-juif, Heinz n’est pas physiquement menacé, comme beaucoup de ses camarades. Sa vie est faite de rêves brisés, de quelques joies, de recherches de petits gagne-pains pour survivre, de désir de fuite et d’exil. Un désir qu’avec quelques camarades il tente de concrétiser, mais qui avorte. Qui a dénoncé qui ? On l’ignore. Toujours est-il que Heinz va se livrer à la Gestapo dans l’idée, écrira-t-il à Honecker en 1953, d’endosser la responsabilité de cet acte manqué, afin d’innocenter ses copains (Ils périront en définitive tous !). Erreur fatale ! Car cette démarche lui sera perpétuellement reprochée en RDA ; il sera en permanence soupçonné d’avoir été agent de la Gestapo.

A partir du quatrième chapitre et surtout dans la deuxième partie, on a le sentiment d’être davantage de plain-pied dans la réalité historique. Karoline Kleinert trouve matière à son récit dans plusieurs sources : un manuscrit inédit de Heinz Lippmann dans lequel il relate sa déportation en 1943 dans trois camps successifs (Grossbeeren, Auschwitz, Buchenwald) en mentionnant le nom exact de ses tortionnaires et de ses codétenus. Des interviews de témoins encore vivants de la période d’après-guerre, qui lui ont donné de l’homme une image plus précise : quelqu’un d’engagé, très investi dans l’organisation de jeunesse, en Thuringe d’abord puis à Berlin, à partir de 1949, mais aussi un peu trop… homme à femmes. Des lettres de Heinz à une autre Inge, qu’il finira par épouser en 1951 et à de nombreux amis restés en RDA (Toutes retrouvées dans les archives de la Stasi). Et aussi un texte autobiographique datant de 1960 dans lequel sont évoquées, outre son rôle au sein de la branche occidentale de la FDJ dont il encourage les actions, voire les provocations, les relations ambivalentes qu’il entretient avec Honecker, dont il deviendra l’adjoint en 1952, mais aussi la distance critique qu’il aurait observé très tôt vis-vis du régime. « Evidemment déjà à ce moment-là beaucoup de choses me déplaisaient : Les donneurs de leçons qui revenaient de Moscou, qui pouvaient se targuer d’avoir l’appui des Soviétiques. Les responsables corrompus et les opportunistes qui allaient à la soupe, après avoir troqué la croix gammée pour le drapeau rouge etc. ». Des phrases contredites ultérieurement par le témoignage de Hermann Weber, le futur et éminent historien de la RDA, membre à l’époque du comité directeur de la FDJ de l’Ouest, mais qui déjà avait en réalité rompu avec le stalinisme : « Il était à cent pour cent pour la RDA et ce qui s’y faisait ; il était convaincu que la voie suivie par Staline était la bonne. Il se sentait une dette à l’égard des communistes qui lui avaient sauvé la vie lorsqu’il était  à Buchenwald…Il n’a jamais caché qu’il était totalement acquis à la cause et qu’il était prêt à tout sacrifier pour elle ».

A travers ce récit biographique, Karoline Kleinert nous fait revivre  tout le climat, proche de l’hystérie, qui règne à l’intérieur du parti durant  ces années de guerre froide : suspicion généralisée, espionnite, délations, pressions et chantages, purges. Heinz Lippmann ignore bien sûr que la Stasi a déjà chargé deux IM (Informateurs de la Stasi) de le surveiller. Est-ce parce qu’il se sent menacé (Il doit comparaître devant la commission de contrôle du parti et les services soviétiques l’ont à l’œil) ou qu’il se refuse à jouer les délateurs (La discipline de Parti importe alors plus que les amitiés) qu’il prend la décision de fuir ? C’est la justification qu’il ne cessera de donner de son acte. Mais alors pourquoi avec l’argent de la FDJ, 300 000 marks (Ouest), une coquette somme qui permet de voir venir ? A cette question l’auteure ne trouvera jamais la réponse.

Les pages qui suivent relèvent d’un roman d’espionnage digne de John le Carré. Ou d’un film noir car la matière à un scénario est là, complète, avec les personnages, les lieux, les caches, les contacts, l’omniprésence des agents de la Stasi, les taupes à l’Ouest et tout le dispositif mis en œuvre pour mettre la main sur le coupable : enquêtes, perquisitions, filatures, interrogatoires des proches, projet d’enlèvement, tête mise à prix etc.

Commence alors pour Heinz Lippmann une vie d’errance. En même temps, les ponts avec la RDA ne sont pas complètement coupés. Honecker lui promet le pardon s’il rentre, mais l’accable, face à la commission d’enquête soviétique notamment : il a été démasqué, c’est un agent de l’ennemi. L’intéressé hésite, partagé qu’il est entre désir de rentrer (il souffre d’isolement et vit mal sa situation : d’abord sans papiers, il en obtient de faux, en soudoyant un fonctionnaire), crainte de ce qui pourrait l’attendre à son retour et aussi sans doute envie de profiter des plaisirs qui s’offrent à l’Ouest – belles femmes, belles voitures – dès l’instant où on a un peu d’argent, et il n’en manque pas. Dans les archives de la Stasi toutes les lettres ont été conservées, celles échangées avec Honecker, mais aussi celles adressées à sa femme – qu’il a quittée sans préavis – et à des amis proches. Il est vrai que ces derniers destinataires font en réalité souvent partie de la « maison » et agissent en service commandé ! Par quel quel cheminement d’autres lettres se retrouveront-elles dans ces archives ? Mystère ! De toute façon l’absence de secret postal[2] …n’est un secret pour personne et toute lettre signée Heinz Lippmann brûle les doigts.

Les services fédéraux – police criminelle et services de renseignements – sont évidemment présents dans le scénario. Les services secrets anglais et américains jouent aussi un rôle dans l’intrigue, harcelant ce transfuge de questions tout en essayant de l’acheter. La presse de boulevard exploite le filon, celui du « noceur rouge », de « l’escroc » accusé de corruption de fonctionnaires, de détournement de fonds et de subversion et qui se retrouve, un temps, derrière les barreaux.

Toutes ces pages fort documentées sont passionnantes à lire tant elles restituent non seulement le climat qui règne de part et d’autre du rideau de fer (En RFA, la chasse aux communistes bat son plein), mais aussi les menées auxquelles se livrent tous ces services et dont Heinz Lippmann n’est souvent que le jouet.

Heinz Lippmann ne parviendra jamais réellement à prendre pied dans son nouvel environnement, malgré l’amitié sincère et profonde que lui vouent des transfuges, comme lui, de RDA et qui témoigneront encore en sa faveur plus de trente ans après sa mort : Wolfgang Leonhard[3], Ilse Spittmann[4], Hermann Weber. Les tribulations et l’errance de Heinz Lippmann dans cette Allemagne qui lui reste étrangère sont en effet loin d’être terminées. La Stasi ne cesse, par divers détours et manœuvres (Agent se présentant sous le masque de victime repentie, par exemple) d’essayer de l’attirer dans ses filets. Toujours fidèle à son idéal communiste et vivant mal sa condition de proscrit et de « traître », il ne semble pas fermé à l’idée d’un retour. Mais il en mesure les risques et ne franchira pas le pas.

Karoline Kleinert a mené un travail d’enquête considérable, dans les archives de la Stasi d’abord (celles des services de renseignements, le Verfassungschutz ouest-allemand, n’étant pas accessibles) mais aussi auprès d’un nombre important de personnes ayant connu, de près ou de loin, Heinz Lippmann. De tout ce travail se détache la figure d’un homme à la personnalité complexe mais aussi attachante, d’un homme souffrant de mal être, empêtré dans ses doutes et ses contradictions, marqué aussi à vie par son inexplicable (et inexpliqué) faux-pas originel et déchiré mentalement entre deux mondes qui s’affrontent. Une vraie histoire allemande donc.

[1] Bundesverfassungsschutz : Office de protection de la constitution, l’équivalent ouest-allemand de notre ancienne Direction de la sécurité du territoire (DST).

[2] Le secret postal n’était pas davantage respecté par les services ouest-allemands qui ouvraient systématiquement le courrier transfrontalier. Voir à ce sujet Josef Fochepoth: Überwachtes Deutschland / Post- und Telefonüberwachung in der alten Bundesrepublik, Vandenhoeck & Ruprecht, 5., durchgesehene Auflage, 2017

[3] Auteur de Die Revolution entlässt ihrer Kinder, 1955 (paru en français sous le titre: Un enfant perdu de la révolution)

[4] Responsable de la revue SBZ-Archiv (rebaptisée plus tard Deutschland-Archiv)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.