L’art dans l’espace public en RDA – Martin Maleschka, DDR-Baubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990

Martin Maleschka, DDRBaubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990, Berlin, DOM publishers, 2018, 504 p. (500 ill.)

Un compte rendu de Jean Mortier

Il subsiste encore aujourd’hui dans l’espace public des Nouveaux Länder de très nombreux vestiges d’art urbain, notamment les décorations de façades qui en RDA faisaient partie intégrante de la politique de construction – qu’il s’agisse des décors pour immeubles d’habitation, écoles ou ouvrages publics, la plupart construits à partir d’éléments modulaires préfabriqués en béton (Plattenbau). Certains ont très tôt disparu, beaucoup sont menacés de destructions. Dès 2005, Martin Maleschka, architecte de Cottbus né en 1962 à Eisenhüttenstadt, l’ancienne Stalinstadt, – nom qu‘elle conserva jusqu’en 1961 –, a eu à cœur de garder pour la postérité des traces photographiques de ces décorations. Il a ainsi, depuis 2005, année après année, constitué une collection de plus de 100 000 photographies qu’il a déposées sur une plate-forme internet.

Pour la présente publication, Martin Maleschka a sélectionné 120 de ces œuvres d’art réparties sur l’ancien territoire de la RDA. Deux cartes, l’une à la page 44, l’autre à la fin du volume, nous indiquent la localisation précise des décorations choisies.

L’ouvrage comporte 503 pages. Comme les reproductions des 120 œuvres retenues occupent souvent une double page, voire davantage, lorsque tel ou tel détail du décor est mis en relief, l’ouvrage est pour l’essentiel un livre d’images, puisqu’au total celles-ci sont au nombre de 500. A ces images sont associés, sur une demi-page, des éléments d’information utiles (emplacement, titre et date de l’œuvre, commanditaire) assortis d’un commentaire historique et d’une rapide analyse.

L’ouvrage est précédé de quatre textes ; dans la préface l’auteur évoque l’origine de son intérêt pour ce type d’œuvres : Eisenhüttenstadt, première ville socialiste de RDA, est son lieu de naissance. Les constructions y étaient agrémentées de nombreux décors de façades et entre 2003 et 2005 le grand complexe d’immeubles dans lequel il avait grandi et qui comportait des motifs simples en carreaux de céramique fut détruit. Suit une interview dans laquelle il évoque son mode de travail, l’ampleur de la tâche déjà accomplie et qui reste à mener avant une possible destruction, les particularités thématiques et esthétiques de ces ouvrages qui relevaient tous de la commande publique, son objectif de création d’un musée virtuel de cet art assez spécifique de l’ancienne RDA[1].

Dans un troisième texte, Thomas Topfstedt, qui fut de 1975 à 2012 membre de l‘Institut pour l’histoire de l’architecture de l’université de Leipzig, retrace l’historique de cette forme d’art intégrée à l’architecture. L’Union des artistes de RDA (Verband bildender Künstler der DDR) fut associée à cette politique systématique d’embellissement des nouvelles constructions, décidée en haut lieu. Etant donné l’ampleur de la tâche, ce fut, pour bon nombre d’artistes, un moyen important de subsistance. A partir de 1982 néanmoins la part consacrée à cet art diminua de façon drastique : de 2% à 0,5% du coût total des travaux.

On doit enfin à Peer Pasternak, directeur de l’Institut pour la recherche universitaire de l’université de Halle et auteur en 2014 d’un ouvrage sur Halle-Neustadt[2] un article très documenté sur les quelque 180 œuvres appliquées sur les façades et pignons des bâtiments de cette ville nouvelle érigée à partir de 1964 et qui constituent, selon lui, la plus grande galerie openspace de RDA[3]

Tous ces éléments artistiques qui faisaient partie intégrante de l’architecture nouvelle en RDA n’avaient pas seulement un but décoratif, même si celui-ci était important compte tenu du mode de construction adopté en RDA à partir de 1973 pour résoudre notamment le problème du logement et qui engendrait, du fait du béton brut, une certaine monotonie. Comme il s’agissait de programmes de construction publics, les commanditaires entendaient, à travers ces œuvres, délivrer un message politique et éducatif. Etant donné les principes esthétiques du régime, cela entraînait de facto pour les artistes des contraintes thématiques et formelles. On ne sera guère surpris que sur les 184 œuvres de Halle-Neustadt, 132 soient figuratives (ces représentations étant du reste mieux rémunérées!)[4]. Concernant les thèmes de ces décors, l’auteur donne des éléments statistiques tout à fait intéressants : propagande (très minoritaire), sujets politiques, spécifiques à la RDA (exemple : unité de la classe ouvrière) ou généraux (exemple : la paix sur terre), sujets sociétaux (monde du travail, famille, place de la femme, sport, loisirs et nature). De façon générale, l’univers socialiste s’y trouvait célébré, toujours de façon optimiste, comme promesse de joie de vivre (chez Willi Neubert), ou incarnation du progrès, notamment scientifique, comme l’illustrent les grandes fresques dues à l’artiste d’origine espagnole Josep Renau.

L’ouvrage ne s’attarde pas – ce n’est pas son objectif – sur les conditions de production de ces œuvres. Dans son article Thomas Topfstedt évoque néanmoins en quelques pages les difficultés de mise en pratique de cette politique artistique : refus de certains artistes de se plier à cette obligation figurative, interventions intempestives du Parti allant jusqu’au démontage d’œuvres achevées. Un risque auquel tel ou tel artiste tentait d’échapper en infléchissant le message ou le détournant.[5]

Ces messages sont bien sûr aujourd’hui obsolètes, mais les œuvres appartiennent à la mémoire esthétique de la RDA. Une mémoire que les rénovations ou les destructions ont souvent effacée, des destructions nécessitées tantôt par la dégradation du bâti, tantôt par la restructuration des villes, et souvent aussi par l’absence d’occupants, beaucoup de villes se vidant d’une partie non négligeable de leurs habitants.

On trouvera à la fin du volume un répertoire des artistes avec renvoi à l’œuvre reproduite, ainsi que, pour chacun, une brève biographie.

[1] Une partie de cette documentation photographique est déjà en ligne. Voir le site : https://www.instagram.com/kunstambauddr/?hl=fr

[2] 50 Jahre Streitfall Halle-Neustadt, Idee und Experiment. Lebensort und Provokation, Halle (Saale), Mitteldeutscher Verlag, 2014, 608 p.

[3] Titre de cet article : « Die größte Freiraumgalerie der DDR. Kunststadt Halle-Neustadt ».

[4] Les 52 autres œuvres étaient purement décoratives.

[5] Dans son article Peer Pasternak donne plusieurs exemples de ces détournements


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.