Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Bruno Flierl : Haus Stadt MenschÜber Architektur und Gesellschaft. Gespräche. Das Neue Berlin, 2019.

Né en 1927, Bruno Flierl, architecte de formation a fait toute sa carrière en RDA, en qualité d’urbaniste.  C’est à lui qu’on doit, pour une large part, la configuration socio-spatiale du Berlin-Est d’hier. Il est considéré comme un théoricien important de l’architecture et de l’urbanisme. Il a notamment fait partie du collectif d’architectes qui a œuvré à la conception, en 1972/73, de ce bâtiment multi-fonctions qui prit le nom de Palais de la République. Alors que les dirigeants de l’époque privilégiaient un immeuble de grande hauteur pour siège du gouvernement et symbole du pouvoir, Flierl réussit à imposer l’idée d’un bâtiment rectangulaire et relativement plat dans lequel serait abritée la chambre du peuple, symbole de la démocratie. Après la chute du Mur, il a été l’un des deux architectes, lui de l’Est et Walter Rolfes de l’Ouest, à redessiner la place jouxtant la porte de Brandebourg, la Pariser Platz, laquelle, du fait de sa proximité avec le mur, n’avait pas été reconstruite du temps de la RDA. Bruno Flierl continue aujourd’hui encore à alimenter la réflexion sur le devenir de Berlin et en particulier à soumettre des propositions relatives à l’organisation du centre-Est de Berlin. Ces propositions trouvent une traduction dans des plans d’urbanisme qui sont en partie reproduits dans cet ouvrage (p. 138 par exemple). Mais avouons-le, ceux-ci sont pour le novice que je suis en la matière assez peu lisibles.

Le présent livre rassemble dix entretiens que l’éditeur Frank Schumann a menés avec Bruno Flierl, à des dates non précisées.

Dans l’un de ses entretiens, Bruno Flierl évoque les grands principes qui ont présidé à la politique urbanistique de RDA, notamment celui de centralité comme marqueur de l’identité RDA. La RDA tenait avant tout, face à Berlin-Zoo à l’Ouest, à réaffirmer par diverses constructions le caractère central du cœur historique de la ville, situé à Berlin-Est. Une centralité difficile à mettre en œuvre, étant donné la division de la ville et le caractère « excentré » de ce centre. Ce principe de centralité, qui fut source de vives disputes entre architectes du temps de la RDA, conduisit au remodelage complet du centre de Berlin (avec destruction de ce qui restait de l’ancien château des Hohenzollern et édification de la tour de télévision en un point central de cette aire). Après la chute du mur, l’Ouest a estimé nécessaire de repenser ce centre, qui pourtant, selon Bruno Flierl, était largement accepté par la population et faisait l’admiration des pays étrangers. C’est au nom d’une « reconstruction critique » que le Palais de la République a été rasé et qu’il fut même envisagé, un temps, de détruire la tour de télévision. Laquelle ne fut sauvée que parce que Berlin, candidate aux JO de 2024, en fit du jour au lendemain la « tour olympique », un symbole de la ville.

De façon générale, Flierl rappelle que, du temps de la RDA, la politique urbanistique n’a guère été décidée démocratiquement, mais toujours d’en haut et qu’elle s’est faite au détriment des villes petites et moyennes, dont le bâti ancien n’a cessé de se dégrader.

On lira aussi avec intérêt les pages que Bruno Flierl consacre au plan très ambitieux de construction adopté en 1973 afin de résoudre la criante pénurie de logements et qui aboutit officiellement en 1988 à la livraison par Erich Honecker en personne du trois millionième appartement (en réalité 2 millions. Lesquels ne suffirent pas à résoudre le problème si l’on prend en considération les logements devenus inhabitables dans les quartiers anciens !). Bruno Flierl retrace les grandes étapes de la mise en œuvre de ce programme, évoque les principes urbanistiques et sociaux ayant présidé à la conception de ces grands ensembles : ceux-ci devaient comporter tous les services culturels et sociaux d’une vraie ville, afin de ne pas être de simples cités-dortoirs (Berlin-Marzahn, Berlin-Hohenschönhausen, Halle-Neustadt etc.), le montant du loyer ne devait pas excéder 1 mark par m2 : un « cadeau de l’Etat ». On sait qu’effectivement ce dernier principe fut respecté, Honecker s’étant obstinément opposé à toute révision. Les autres le furent-ils réellement et de façon satisfaisante pour la population, Bruno Flierl ne le précise pas. Le mode de construction industriel retenu pour limiter les coûts – des unités préfabriquées en béton d’un type quasiment unique, le type WBS 70 – engendrant beaucoup de monotonie, les habitants prirent souvent l’habitude de peindre leurs loggias. Une pratique tolérée. Peindre la façade jusqu’à la longueur d’un bras, selon le principe du « Droit de fenêtre » (Fensterrecht) cher à Hundertwasser[1] fut en revanche totalement refusé.

Dans cet ouvrage, Bruno Flierl apporte aussi son point de vue sur la politique urbanistique menée après l’unification et les grands projets de remodelage du centre-est de Berlin. Il n’a pas de mots assez durs à propos de l’aménagement de la Postdamer Platz, mauvaise copie de l’architecture américaine et simple centre commercial qui ne réunifie en rien les deux Berlin. Il ne se montre pas en revanche hostile à l’édification de bâtiments de très grande hauteur autour de l’Alexander Platz, mais se montre d’une très grande susceptibilité, dès l’instant où certains de ces projets auraient pour effet – sinon pour but – de masquer à la vue un des éléments centraux de l’architecture est-allemande : la tour de la télévision. Le nouveau centre autour de la gare principale et du siège du gouvernement serait, selon lui, un véritable trait d’union entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Une appréciation qui reste malgré tout, me semble-t-il, encore un peu théorique.

Chacun des entretiens – correspondant aux divers thèmes traités – est assorti de photos, de plans, de croquis ou de chiffres. L’intérêt est indéniable, mais disons-le : leur lecture en est souvent un peu difficile, par leur taille trop réduite et aussi la faible qualité des reproductions.

Dans le septième entretien qui traite de la question de l’architecture et de l’art, c’est le théoricien qui s’exprime. En des termes parfois un peu abscons pour son interlocuteur … et pour le lecteur. Retenons que pour Flierl, il ne s’agit pas seulement de combler le divorce apparu entre l’architecture comme « art de bâtir » et architecture comme technique aux mains des seuls ingénieurs – divorce que Peter Behrens, Bruno Taut ou Walter Gropius avaient tenté de surmonter -, mais de mettre en exergue la fonction sociale et communicationnelle des ensembles bâtis, entendons par là que ceux-ci devraient se refléter dans l’existence quotidienne des gens, influer sur leur mode de vie et de penser. De grands principes que Bruno Flierl avoue ne pas avoir réussi à imposer, le calcul économique ayant primé sur toute autre chose. La RDA chercha en revanche à mettre en valeur, à charger d’un contenu esthétique les nouvelles constructions – grands ensembles, écoles, bâtiments publics – en appliquant sur façades et pignons des motifs, des fresques, des décorations diverses, ce que fit du reste aussi la RFA en vertu d’un décret datant de 1950, le principe d’art appliqué à la construction (Kunst am Bau) remontant à la République de Weimar. Une partie non négligeable de ces éléments décoratifs – dus pour certains à des noms importants de l’art est-allemand (Walter Womacka, Willi Neubert, Willi Sitte, mais aussi Josef Renau, célèbre muraliste ayant fui le régime de Franco) – furent sacrifiés après la réunification – parfois pour des raisons purement idéologiques (Lire aussi à ce propos mon CR de l’ouvrage de Martin Malecka).

Ce livre est aussi un bilan de vie. C’est par choix que Bruno Flierl, formé à l’école du Bauhaus à Berlin-Charlottenburg (à l’Ouest donc) avait poursuivi ses études à l’Est et mené son travail théorique et en partie pratique pour le compte de la collectivité et non pour des intérêts privés. Ce choix, il ne le regrettera jamais, mais dans les premières années surtout, (en réalité durant toute sa vie), lui qui avait été formé à l’architecture moderne se trouvera – comme il le dit à la fin de l’ouvrage – plus ou moins en porte à faux avec les orientations officielles en matière de construction et d’urbanisme. Bruno Flierl fut et demeure – à 90 ans passés- un esprit libre et productif, ce qui lui vaut l’estime d’un cercle très large de personnes, bien au-delà de son ancien milieu d’avant la chute du Mur.

[1] Lire à ce propos le manifeste de Hundertwasser sur le droit des fenêtres : http://www.hundertwasser.at/francais/texte/philo_fensterdiktatur.php

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.