Compte rendu. Wolfgang Engler – Jana Hensel. Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein.

Wolfgang Engler/Jana Hensel : Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein, Berlin, Aufbau Verlag, 2018, 288 pages

Un compte rendu de Jean Mortier.

Qui nous sommes ! Et non pas : « Qui sommes-nous ? » La nuance est d’importance. De quoi les Allemands de l’Est sont-ils le nom ? Le titre de l’ouvrage est audacieux, car il laisse entendre, de façon presque catégorique, qu’il existe une singularité est-allemande, une « étrangeté », que nombre d’observateurs et analystes ouest-allemands ont été, dès le début des années quatre-vingt-dix, jusqu’à qualifier d’« ethnicité »[1]. Dans ce livre à deux voix, (deux voix de l’Est, mais de générations différentes), est abordée, sous des angles divers, cette question de l’identité est-allemande dont certaines manifestations, notamment les plus récentes, celles de Pegida et de l’AfD, ont décontenancé et choqué beaucoup d’Allemands de l’Ouest. En effet, ne parvenant pas à en saisir l’origine et la raison, ceux-ci ont souvent été enclins à plaquer à nouveau sur les ressortissants de l’ancienne RDA les anciens clichés, les préjugés et les stéréotypes et à voir dans l’hostilité à l’égard de l’étranger et le rejet de la démocratie parlementaire un héritage supposé de l’ancien système.

Qui sont ces Allemands de l’Est, ces Ostdeutsche ? C’est à cette question difficile que Jana Hensel, écrivaine née en 1977 à Borna, près de Leipzig et Wolfgang Engler, sociologue né en 1952 à Dresde dont les ouvrages précédents avaient assis la réputation en tant qu’analystes des mentalités est-allemandes[2] tentent de répondre dans ce livre d’entretien. Un livre de 288 pages subdivisé en 10 chapitres dans lesquels du fait même de la liberté de l’échange, les thèmes s’entrecroisent, se chevauchent parfois, dérivent aussi de temps à autre vers des propos sans lien direct avec le titre. L’ouvrage aurait sans doute gagné à être passablement plus court[3]. Pour l’un comme pour l’autre, ce sont les trente années postérieures à l’unification qui sont à l’origine de cette entité singulière de population. Certes celle-ci ne forme pas, loin de là, un ensemble homogène ; l’emploi du terme « Les Allemands de l’Est » peut paraître de ce fait abusif. Nos deux auteurs s’en défendent, car même si elle s’est fortement diversifiée la société est-allemande offre, à leur sens, des caractéristiques spécifiques.

Que signifie donc « être Allemand de l’Est » ? D’où viendrait cette perception d’une appartenance commune, qui paraîtrait plus forte depuis l’unification qu’elle ne l’a été à l’époque de la RDA ? Certains sont même allés jusqu’à dire que jamais le terme de « Ostzone » [4] n’avait été aussi justifié. C’est que, selon nos auteurs, après 1990, le vécu des Allemands de l’Est (Ostdeutsche Erfahrung) a été très différent de leur vécu du temps de la RDA (DDR-Erfahrung) et qu’on peut dire, en extrapolant, qu’une sorte d’identité spécifiquement « est-allemande » – distincte de l’identité RDA– se serait alors constituée, creusant le fossé entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne.

Wolfgang Engler dit : « Dans la période immédiatement postérieure à l’unification, s’est produit une métamorphose : les DDR-Deutsche sont devenus des Ostdeutsche » (p.76) . Jana Hensel pense quant à elle que : « Ce que les gens ont vécu quand cette société s’est effondrée est sans rapport avec ce qu’ils ont vécu du temps de la RDA. Cette ‘ostdeutsche Erfahrung‘ ne peut être imputée à Erich Honecker, mais bel et bien mise sur le compte de Helmut Kohl » (p.60).

En d’autres termes, il serait faux de renvoyer au passé de la RDA, à sa culture autoritaire et à un habitus hérité de ce passé pour en faire la source des dérives populistes récentes. Ce serait se condamner, selon Wolfgang Engler, à ne rien comprendre à la société est-allemande actuelle et à ces mouvements qui l’animent, marqués souvent à l’extrême-droite.

D’où provient cette sorte d’identité est-allemande ? Selon nos auteurs : fondamentalement, du choc consécutif à la liquidation de tout le système économique, politique et social antérieur et au passage brutal, inédit par sa rapidité et son ampleur, à une économie de marché et à l’adoption non moins rapide des législations et règlements administratifs ouest-allemands. Peu d’Allemands de l’Ouest ont alors réellement perçu ce que furent tous les effets de ce bouleversement sur la société est-allemande : conséquences sociales, psychologiques et même familiales du chômage massif, nécessité de reconversion, difficultés à faire face au maquis administratif. Or ce n’est pas ce que les citoyens de la RDA, en brisant de façon pacifique l’ancien système et en appelant de leurs vœux le mark Ouest avaient imaginé et souhaité. Ce n’est pas non plus ce qu’ils avaient attendu durant les quelques mois d’utopie entre la chute du mur et l’unification (W. E., p 87).

D’une certaine façon, ils se seraient trompé d’époque. Voilà, pour résumer, le constat que font Wolfgang Engler et Jana Hensel dans les chapitres III et IV intitulés respectivement : « L’automne 1989 : un moment de bonheur affiché » et « Les années quatre-vingt-dix : Changement d’époque. Liquidation. Résistance ». L’image que les Allemands de l’Est avaient en effet du capitalisme était celle du capitalisme social – dit aussi capitalisme rhénan – , celui qui avait encore cours dans les années soixante, soixante-dix et même après en Allemagne, alors qu’à partir des années quatre-vingt – avec Ronald Reagan aux Etats-Unis, Margaret Thatcher en Grande Bretagne -, c’est le néo-libéralisme qui va s’imposer. L’Allemagne de l’Est a été de ce point de vue – comme l’ensemble des pays de l’Est après la chute des systèmes communistes[5] – le champ d’expérimentation de cette nouvelle donne économique, avant sa généralisation à l’ensemble de l’Allemagne, sous la forme des lois Hartz et notamment Hartz IV, édictées selon le principe qu’« est social ce qui crée du travail » (sous-entendu : peu importe la nature de ce travail !). Dans toutes les sociétés minées par le néo-libéralisme on retrouve les mêmes signes : climat social empoisonné, colère massive. C’est ce que montre bien aussi le film documentaire « Montags in Dresden » de Sabine Michel, cité par Jana Hensel.  En ce sens, il n’y aurait pas – toujours selon nos deux auteurs – de différence entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest, entre cette société-là et toutes les autres du monde occidental. Il y aurait une similitude entre les électeurs de l’AfD (à l’Est comme à l’Ouest) et ceux de Trump aux Etats-Unis, d’Orbàn en Hongrie et du Front national en France. On s’étonnera donc à peine que, plus encore qu’en France peut-être, ce soit en Allemagne et d’abord à l’Est que Le retour à Reims  ait connu un énorme succès, car beaucoup retrouvaient dans la condition française du prolétariat précarisé, telle que Didier Eribon la décrit, un écho de la leur[6]. Le texte du sociologue français est à maintes reprises la référence ultime citée par Wolfgang Engler pour analyser la tentation politique de l’extrême-droite.

Mais alors, dira-t-on, où se situe cette singularité est-allemande ? Elle se situe, selon nos auteurs, à plusieurs niveaux. Au niveau matériel d’abord : n’ayant jamais, du temps de la RDA, amassé de capital, les Allemands de l’Est ont vu, dans l’ensemble, le patrimoine immobilier accaparé par les Allemands de l’Ouest. Les centres villes ont certes été joliment restaurés ; mais Jana Hensel rappelle qu’à Leipzig par exemple, 94% des bâtiments anciens ont été acquis par des personnes extérieures à la ville. Quant aux constructions nouvelles de cette même ville, elles appartiennent, pour 60% d’entre elles, à des Allemands de l’Ouest et affichent parfois un luxe peu en résonance avec leur environnement. Cette réalité serait, chez les Leipzigois d’origine, source de frustration et de colère rentrée. En est-il de même à Chemnitz ou à Köthen, là où les mouvements populistes se sont manifesté le plus bruyamment ? Sans doute pas. S’agirait-il alors d’un sentiment diffus qui affecterait la société est-allemande dans son ensemble ? Selon Wolfgang Engler, ce sentiment aurait été, entre autres, alimenté par le caractère absolu donné au droit de propriété, car le principe selon lequel la restitution devait primer sur le dédommagement (Rückgabe vor Entschädigung) aurait fait ressentir aux Allemands de l’Est « toute l’âpreté de ce nouvel univers ».

Pour beaucoup, la transition a été une expérience extrêmement douloureuse : « Ce fut la pire journée de ma vie », « Je ne souhaite plus parler de ce jour-là », « J’ai chialé du matin jusqu’au soir ». Autant de témoignages dont Wolfgang Engler avait fait état dans sa postface au livre « Mon dernier jour de travail »[7] et qu’il rappelle ici. Les Allemands de l’Est, des êtres prétendument soumis, restèrent-ils passifs, comme on l’a prétendu après l’unification ? Si on évoque les 222 actions de protestation qui eurent lieu lors de la « révolution démocratique », on passe en revanche sous silence, le cas emblématique de Bischofferode mis à part[8], les 1030 qui eurent lieu durant les quatre années suivantes pour protester contre la fermeture d’entreprises. En 2004, ce sont des milliers de gens qui, à l’Est, descendirent dans la rue pour s’élever contre la mise en œuvre de la loi Hartz IV : 10 000 à Leipzig, 15 000 à Magdeburg, 3000 à Halle. Combien à Hambourg ?  30 ! Ce sont selon certaines études davantage les hommes que les femmes –celles-ci retrouvèrent plus aisément des emplois dans les services – qui eurent à souffrir de l’état de dépendance dans lequel le chômage les plongea : dépendance financière tant vis-à-vis de leurs conjointes que vis-à-vis de l’Etat. Passer du statut de citoyen (avec toutes ses limites du temps de la RDA) à celui d’assisté fut pour beaucoup très difficile à vivre : la société de RDA était en effet très structurée autour du travail (loisirs, sorties, garde d’enfants, etc.) ; perdant son travail, un Allemand de l’Est perdait aussi ce qui avait longtemps été un pilier de la vie sociale. Mais c’est de façon générale, le sentiment de dégradation qui marqua durablement la société est-allemande. Même s’il n’y eut pas, loin de là, que des perdants dans cette immense transformation et même si, au bout de trente ans, dans un certain nombre de secteurs les situations se sont améliorées, cette dégradation reste néanmoins souvent une réalité : précarisation, rétrogradation, déclassement, discriminations dans l’économie, la recherche, le monde universitaire, la justice[9], les médias. Le fait que pour un certain nombre de projets architecturaux importants, on n’ait pas fait non plus appel aux compétences est-allemandes relève là aussi d’une forme de discrimination. Pas étonnant que les Allemands de l’Est s’estiment alors collectivement comme étant les perdants de l’unification.

Les auteurs rappellent aussi que lorsque, au cours de la dernière campagne électorale, les responsables sociaux-démocrates Martin Schulz et Sigmar Gabriel ont, avec un peu d’émotion dans la voix, rappelé qu’ils n’étaient pas nés avec une cuillère d’argent dans la bouche et que, malgré leurs origines modestes, ils s’en étaient sortis et avaient réussi dans la vie, les ouvriers de l’Est, dont le travail antérieur n’a cessé d’être dévalué, sont restés insensibles à ce type de discours.

D’autres facteurs concourraient à maintenir, voire à creuser le fossé qui sépare l’Est de l’Ouest de l’Allemagne. Parmi ceux-ci une différence dans les mentalités, déjà soulignée dans les années quatre-vingt-dix par Hermann Bausinger et qui, selon Wolfgang Engler persisterait aujourd’hui : un rapport différent à l’argent et à la propriété, au rôle des femmes dans le processus productif, un attachement plus grand des citoyens de l’Est à l’égalité dans les modes de vie, l’habitat, les loisirs etc. Des héritages incontestables de l’ancienne RDA qui, par ses réformes successives, aurait contribué à « désembourgeoiser » la société. Le DDR-Deutsche sommeillerait en quelque sorte dans le Ost-deutsche.

Ces quelques phrases de Wolfgang Engler méritent, je crois, d’être citées: « Parler d’un legs de la RDA serait sans doute exagéré [.] Mais après les nombreuses rencontres que j’ai pu avoir avec les Allemands de l’Est dans les années postérieures au grand chamboulement, je constate qu’après coup l’appréciation qu’ils portent sur plusieurs pans de leur univers antérieur a tendance à être davantage positive…Le fait par exemple que cette société fermée vers l’extérieur ait été étonnamment ouverte vers l’intérieur, perméable. Le fait que des gens très différents, de par leur formation ou leur profession, aient pu sans difficulté se rencontrer parce qu’ayant à la base les mêmes expériences et les mêmes références. Tout le monde ou presque vivait de son travail, quasiment personne ne pouvait s’y soustraire ; les goûts étaient les mêmes, les types de loisirs aussi, les enfants fréquentaient tous les mêmes écoles…avant de se retrouver plus tard dans les mêmes quartiers d’habitation. Les gens étaient plus proches les uns des autres, plus proches qu’avant et aussi qu’après, quand le mur tomba et que la société devint une société ouverte. Aujourd’hui encore j’entre plus facilement en contact avec des Allemands de l’Est, y compris des jeunes qui n’ont pas connu la RDA qu’avec des Allemands de l’Ouest » (p. 280). Pour beaucoup de gens, affirme-t-il encore, l’absence de rapports protocolaires et de rapports de classe était libératrice.

On peut s’interroger sur la validité de cette vision passablement idyllique de la société est-allemande et de la permanence de ces mentalités après tant d’années d’unification. Dans quelle mesure n’est-il pas du reste un peu contradictoire de soutenir que pour comprendre l’Est, il convient de « ne plus avoir le regard fixé sur la RDA » ?[10]

Les Allemands de l’Est ont fait en quelque sorte l’expérience de leur origine (Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein : sous-titre de l’ouvrage) à travers le vécu des trente dernières années. Dans ce vécu, il y a aussi le regard que les Allemands de l’Ouest portèrent sur eux dès l’unification ou peu après. Passés les premiers moments d’euphorie, ceux-ci regardèrent en effet toute une population originaire par la naissance et la socialisation de l’ancienne RDA en bloc comme différente. Engler cite, en guise d’illustration, certaines phrases écrites en octobre 1990 par Thomas Schmid, un publiciste : « C’est aujourd’hui le jour de l’occupation de la République fédérale par la RDA ». Ce dernier comparait les foules de consommateurs prenant d’assaut les magasins de l’Ouest à des envahisseurs se déversant en territoire ennemi à bord de leurs trabis. Il voyait dans ces foules intéressées par les seuls biens matériels et tenant les valeurs occidentales pour de vieilles lunes un danger pour la République fédérale : « Ce qu’ils importent, ces commandos d’acheteurs, ce n’est pas une ‘révolution démocratique’ mais le passé »[11]. Dans les manifestations universitaires, c’est le terme d’ethnicité qui, comme chez Hermann Bausinger, revint le plus souvent à propos des Allemands de l’Est.

Cela fait aussi près de trente ans que les Allemands de l’Est sont, selon Jana Hensel « couchés sur le divan », c’est à dire appelés en permanence à s’expliquer, voire à se justifier. Comment ont-ils pu vivre une vie normale dans le faux et le mensonge ? Du fait que, selon l’Ouest, ce régime était un régime de non-droit (Unrechtsstaat), tous les habitants de ce pays n’en étaient-ils pas collectivement et individuellement les complices ? Tous des bourreaux donc ! Où étaient les victimes ? Des questions récurrentes – évoquées dans le 6e chapitre du livre (« Retour sur nos biographies ») – qui ont alimenté un climat permanent de suspicion, pesé sur la vie de beaucoup, contraint plus d’un au silence (quand il fallait taire certaines erreurs de jeunesse), donné lieu à chantages et règlements de compte, débouché sur injustices et sanctions pour des faits souvent mineurs.

En 1990, l’Allemagne de l’Ouest s’est employée à faire table rase du passé RDA. Elle l’a fait au niveau administratif (La reconstitution des anciens Länder en est l’un des aspects), elle l’a fait au niveau politique, elle l’a fait ou a du moins voulu le faire au niveau symbolique (en cherchant à effacer les traces matérielles du passé). On a cru alors, à l’Ouest, qu’en gommant toute spécificité DDR-deutsch – chose qui s’est faite parfois avec l’assentiment et la participation zélée de nombreux Allemands de l’Est, pressés de s’assimiler complètement à la nouvelle société et de jouir des mêmes avantages supposés en adoptant des façons d’être à leurs yeux typiques de l’Ouest – les nouveaux citoyens se fondraient sans problème dans le nouvel ensemble.

Certains ont réussi cette pleine intégration. Mais à quel prix ? En effaçant toute trace de leur passé, afin de ne plus être identifiable comme ressortissants de l’Est. Angela Merkel en serait, selon nos auteurs, l’archétype.

Mais pour la grande majorité, le « black out » attendu n’a pas eu lieu. C’est parfois l’inverse qui s’est produit. Parce qu’au moment de l’unification, Jana Hensel n’avait que treize ans, elle était, croyait-on, en quelque sorte une page blanche ; de ses origines, de son vécu en RDA et au moment de la chute du Mur, ne subsisterait aucune trace. Ce refus de reconnaître qu’elle portait en elle certains traits de l’ancienne RDA, elle le perçut comme une forme de marginalisation. Cette négation d’une partie d’elle-même fit bien au contraire émerger ce qu’elle portait en elle d’identité RDA. Déjà, au cours de ses études, Jana Hensel avait été, à travers la lecture des nombreuses narrations dues à une jeune génération d’auteurs nés en RDA (Jakob Hein, Antje Ravic Strudel, Julia Schoch[12]) sensible à cette thématique. C’est de cela qu’elle témoigna dans son premier livre Zonenkinder qui fut, à l’Est, mais aussi à l’Ouest un très grand succès de librairie.

Les Allemands de l’Est ont eu longtemps le sentiment d’être l’objet d’une entreprise de dépossession. Dépossession de tout ce qu’en quarante ans d’efforts, ils avaient non sans peine réussi à bâtir, dépossession de la culture dont, volens nolens, ils étaient malgré tout imprégnés (musique, chansons, œuvres picturales et ce au profit exclusif de ce qui venait de l’Ouest, sur les ondes ou dans les musées). Depuis plusieurs années néanmoins, la mémoire revient. Non pas sous la forme des « Ostalgieshows » de la télévision (qu’Engler trouve exécrables), mais sous la forme de nombreux films ayant pour univers l’ancienne RDA. L’auteur veut voir dans ces productions cinématographiques, à la fois une réappropriation de ce passé et, précisément parce qu’il s’agit souvent de comédies, une distance par rapport à lui[13].

L’enjeu est de savoir qui a la maîtrise de cette mémoire. Pour Wolfgang Engler, l’action menée en 2018 pour s’opposer à la nomination à la direction de la Volksbühne d’un nouveau directeur venant d’un tout autre horizon culturel – la pétition a recueilli 40 000 signatures – a été un acte de résistance et a participé d’un véritable « Kulturkampf ». L’enjeu était la défense du répertoire, symbolisé par les grosses lettres sur le fronton du théâtre : OST !

Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix et même au-delà, , affirme Wolfgang Engler, ce sont les Allemands de l’Ouest qui ont dominé le discours sur la RDA et sur la période postérieure à l’unification. Aussi incontestable que soit la qualité des travaux menés par les historiens et les sociologues, il n’en demeure pas moins que « ce qui a manqué, c’est une approche d’ensemble des réalités est-allemandes qui tienne compte du vécu des gens, qui saisisse les choses aussi de l’intérieur ».

En 2010 déjà, Jana Hensel avait écrit un texte intitulé « Wir sind anders » (« Nous sommes différents »)[14]. A travers ce « Nous » repris pour titre du présent ouvrage, Jana Hensel et Wolfgang Engler circonscrivent un espace collectif d’expériences que les principaux médias, parce que tous ou presque ouest-allemands, avaient ignoré ou qu’ils avaient saisi sans l’analyser au profit d’une approche essentiellement subjective et émotionnelle. L’émergence des mouvements Pegida et AfD – qui sans être spécifiques à l’Est, ont revêtu ici une dimension inédite – ont conduit les observateurs à s’intéresser à l’Est de l’Allemagne, souvent en réactivant les anciens stéréotypes.

Quelle signification accorder à ces mouvements ? Wolfgang Engler et Jana Hensel reviennent à plusieurs reprises sur cette question, on peut même dire qu’elle est à l’origine de ce dialogue fait ouvrage. Dès le début du mouvement Pegida, ce furent, sur les réseaux sociaux, des tombereaux de haine qui s’abattirent sur les Allemands de l’Est, traités de nazis et de racistes. Un sombre chapitre du dialogue inter-allemand ! « Vous nous haïssez tous », réagit alors Jana Hensel.[15]

Un an plus tard, lors d’une manifestation publique au cours de laquelle la chancelière avait été chahutée, Jana Hensel percevait dans l’assistance une colère sourde (eine stille Wut). Elle avait alors adressé à Angela Merkel une lettre ouverte[16] dans laquelle elle exhortait celle-ci à ne pas ignorer ces foules en colère rassemblant « des retraités, des lycéens, des gens âgés, des enfants, des familles entières »[17]. « Nous faisons tous une erreur dans notre rapport au populisme de droite, la xénophobie a un substrat économique en Allemagne de l’Est ; c’est un phénomène des années 1990 et la crise des migrants l’a rallumé (attisé ?) ». A la différence des manifestations contre Hartz IV, trop modestes dans leur objectif et pour ainsi dire « catégorielles », les mouvements Pegida et AfD seraient – la thèse est osée ! – des formes de réappropriation de soi, et même un moment réussi d’émancipation collective, associant toutes les couches de la société : ce mouvement aurait eu le mérite de faire enfin entendre la voix de l’Est, avec pour premiers effets concrets la nomination d’une ressortissante de l’Est au poste de ministre de la famille et un effort de coordination de responsables politiques des nouveaux Länder pour défendre les intérêts spécifiques de l’Est.

Jana Hensel et Wolfgang Engler s’interrogent néanmoins sur la raison pour laquelle ce besoin d’expression collective d’une révolte adopte les formes du racisme et de la xénophobie. Serait-ce un héritage de la RDA, qui n’aurait pas fait le travail nécessaire sur l’histoire passée, celle du troisième Reich ? Tous deux récusent ce postulat, mais portent une appréciation sensiblement divergente sur l’origine de ces mouvements. Wolfgang Engler qui estimait déjà que les jeunes hooligans et skinheads du temps de la RDA, loin d’être des néo-nazis, ne cherchaient en réalité qu’à défier l’Etat et à le provoquer, voit dans la poussée de nationalisme aux accents xénophobes et racistes qu’on observe ici ou là dans les nouveaux Länder, la traduction d’un malaise, une compensation d’une désespérance sociale d’une fraction importante de la population est-allemande. Jana Hensel ne partage qu’en partie ce jugement.

Mais c’est essentiellement sur la question des migrants que leur désaccord est total. Tandis que Jana Hensel approuve pleinement la politique d’ouverture d’Angela Merkel qui, selon elle, s’inscrit dans la tradition humaniste, Wolfgang Engler se range délibérément aux côtés de ceux qui la condamnent. Reprenant une expression de Martin Walser à propos de la Shoah,  il n’hésite pas à qualifier de « massue morale » une solidarité qu’il juge d’inspiration néo-libérale ou de gauche extrême ; il estime qu’en décidant seule d’ouvrir grandes les frontières, la chancelière a mis en péril l’équilibre de la société et a aiguisé les conflits sociaux. Elle serait donc « la mère des problèmes ».

Ce n’est pas là leur unique désaccord. N’en retenons qu’un seul. Pourquoi peut-on parler, à propos du mouvement Pegida, d’une « émancipation de droite » ? Pourquoi cette révolte profite-elle davantage à la droite extrême qu’à la gauche ? Est-ce parce que ce glissement vers la droite était pour l’Est la condition d’une véritable visibilité ? Jana Hensel semble le penser lorsqu’elle affirme : « Je considère que ce qui est central chez Pegida, c’est le conflit Est-Ouest ».

Mais Wolfgang Engler va plus loin. Il reproche en effet à la gauche – et ce faisant aussi à Jana Hensel -, de n’avoir pas, comme Pegida et l’AfD avec le « Deutschtum » (« Germanité »), un thème fédérateur, de trop s’attacher aux questions d’« identité », autrement dit aux questions des minorités et aux questions sociétales et de négliger la seule question qui vaille, la question sociale. Au cœur de cette question sociale, Wolfgang Engler place le logement. On lit à ce propos sous sa plume : « Il faut montrer les dents, déterrer les racines de cette colère généralisée et s’indigner, profaner les droits sacrés de la propriété, s’en prendre au système […) Alors on mobilisera des gens qui n’ont pas eu l’idée de voter à gauche. Parce que le but n’est pas seulement de nature défensive, pour garder, sauver ce qui reste à sauver de l’Etat social ». Reprenant une formule célèbre de Marx, il plaide alors pour une « expropriation des expropriateurs » (p. 249).

Wolfgang Engler croit donc à la capacité de révolte des masses est-allemandes, à son potentiel quasi révolutionnaire, car, dit-il, « il existe toujours dans cette identité est-allemande un souvenir collectif des actions de protestation dans la rue ». Jana Hensel partage-t-elle ce point de vue ? Pas sûr !

[1] Cf. Hermann Bausinger : Typisch deutsch. Wie deutsch sind die Deutschen, Munich, Verlag C.H.Beck, 2000.

[2] Jana Hensel : Zonenkinder et Wolfgang Engler : Die Ostdeutschen. Kunde von einem verlorenen Land (Pour Jana Hensel, il s’agit du « meilleur livre sur la RDA », cf p. 12).

[3] Selon Christian Eger, 100 pages au lieu des 288 auraient été suffisantes. https://www.mz-web.de/kultur/neues-buch-jana-hensel-und-wolfgang-engler-ueber-die–erfahrung–ostdeutsch-zu-sein–31344202.

[4] Qualificatif péjoratif utilisé par la RFA pour désigner un Etat dont elle s’est longtemps refusé à reconnaître l’existence – J.M.

[5] Voir à ce propos le livre de Philipp Ther que citent Jana Hensel et Wolfgang Engler : Die neue Ordnung auf dem alten Kontinent. Eine Geschichte des neoliberalen Europas, Berlin,2014. Ouvrage récompensé par le Leipziger Buchpreis (prix du livre de la foire du livre de Leipzig). Livre politique de l’année pour la Friedrich Ebert Stiftung.

[6] En septembre 2017, Thomas Ostermeier en proposa à la Schaubühne une version théâtrale. Celle-ci fut jouée à guichets fermés. « Le texte d’Eribon est une œuvre-clé pour comprendre la situation présente » (Texte de présentation de la Schaubühne). La pièce fut aussi jouée fin 2018 à Paris dans la version d’Ostermeier, avec une seconde partie actualisée sur les Gilets jaunes.

[7] Katrin Rohnstock (éd.) : Mein letzter Arbeitstag. Abgewickelt nach 89/90: Ostdeutsche Lebensläufe, Berlin, Verlag edition berolina, 2014, 336 p.

[8] La mine de potasse de Bischofferode était la plus grosse entreprise de la Région d’Eichsfeld en Thuringe. Sa fermeture brutale en 1993, conséquence de la fusion avec les mines de Kali-Salz à l’Ouest, filiales de BASF, mit des milliers de mineurs au chômage. Ceux-ci ne restèrent pas sans réagir : occupation de la mine durant plusieurs mois, grève de la faim d‘une quarantaine de mineurs. La presse internationale se fit l’écho du cas Bischofferode, car celui-ci était emblématique de la politique de liquidation des entreprises est-allemandes, menée par la Treuhand. Cf. par exemple : l’article d’Yves Moreau dans L’Humanité du 16.07.1993

[9] Cf. Markus Decker  « Oberste Gerichte. Westdominanz in der Ostjustiz », in : Berliner Zeitung, 23.1.2019. Les 25 présidents des principales cours de justice de l’Est sont tous des Wessis. En 2017 déjà, Le président de la Bundeszentrale für politische Bildung employait l’expression de « colonialisme culturel » à propos de la surreprésentation des élites ouest-allemandes à l’Est.

[10] Des qualités pour Wolfgang Engler, qui ne sont cependant pour Henry M. Broder que des défauts. N’écrivait-il pas en effet en 2013 sous le titre « Verostete Republik » : « Pendant que l’Ouest célébrait la ‘révolution pacifique ‘, l’ancienne République fédérale était gagnée par le virus de l’Est (Verostung). L’idée latente de justice sociale, l’idée selon laquelle l’égalité serait plus importante que la liberté, le refus du principe de performance et de responsabilité individuelle… Autant d’effets collatéraux de cette « Verostung ».. cf Die Welt, 24.09.2013.

[11] Cité par Wolfgang Engler, id., p. 112.

[12] Lire à ce sujet Carola Hähnel-Mesnard : « La fiction comme mise à distance. L’expérience de la RDA dans les narrations de Julia Schoch et d’Antje Rávic Strubel », in : GERMANICA, n° 39/2006.

[13] Wolfgang Engler songe entre autres à Sonnenallee de Leander Hausmann ou à Go Trabi Go de Peter Timm.

[14] Jana Hensel : « Wir sind anders ». Warum die Wirklichkeit des Ostens es so selten in die Medien und also in den Westen schafft, in : Die Zeit,Nr.39, 23 September 2010. (Nous sommes différents. Pourquoi la réalité de ce qu’est l’Est n’arrive-t-elle que si rarement à trouver un écho dans les médias et donc à l’Ouest)

[15] Jana Hensel : « Ihr hasst uns doch alle ». Wir sollten aufhören, die Mehrheit der Ostdeustschen wegen Pegida in Geiselhaft zu nehmen. So wird aus Deutschland kein modernes, plurales, progressives Land“, in : Zeit Online, 8.Februar 2016 (Vous nous haïssez tous ! Nous devrions cesser de prendre les Allemands de l’Est en otage à cause de Pegida. Ce n’est pas comme ça qu’on fera de l’Allemagne un pays moderne, pluraliste et progressiste).

[16] Parue dans Zeit-Online

[17] Stefan Heinlein, journaliste : interview à Deutschlandfunk, 13.09. 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.