Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Un compte rendu rédigé par Daniel Argelès.

Alors que l’on s’apprête à commémorer les trente ans de la chute du Mur – à s’interroger sur ce qu’il reste de la RDA dans les domaines politique, social, culturel, mais aussi sur l’évolution des nouveaux Länder dans l’Allemagne réunifiée et la mondialisation – la lecture de Lyrik nach 1989 apporte un éclairage intéressant.

Fruit de deux séries d’entretiens avec des auteurs et poètes originaires de RDA, réalisés à quinze ans d’intervalle par Cécille Millot puis par Sybille Goepper (en 1994 pour l’une, en 2009-2010 et 2016 pour l’autre), cet ouvrage imposant (près de 500 p.) livre en effet un témoignage captivant sur le travail des identités individuelles et collectives dans un espace politique et culturel bouleversé par l’histoire et ses ruptures. L’éventail des poètes interviewés est intéressant : les douze auteurs (Adolf Endler, Karl Mickel, Wolfgang Hilbig, Elke Erb, Richard Pietraß, Jan Faktor, Katja Lange-Müller, Gabriele Stötzer, Bert Papenfuß, Uwe Kolbe, Kathrin Schmidt, Kerstin Hensel) recouvrent un spectre assez représentatif, avec une quasi-parité des sexes et une répartition sur quatre générations qui permet de balayer les époques comme les périodes littéraires, grosso modo de l’Ankunftsliteratur (la littérature de l’« arrivée » dans le socialisme dans les années 1960) à la Wendeliteratur (la littérature sur le « tournant » de 1989/90) en passant par la littérature critique des années 1970, la littérature des Hineingeborenen (la génération des auteurs nés en RDA) ou le microcosme du Prenzlauer Berg.  Bien sûr, on remarque l’absence d’un certain nombre d’auteurs, tels Günter Kunert, Rainer ou Sarah Kirsch, Volker Braun, Rainer Kunze ou encore, dans un autre registre, Wolf Biermann. Mais l’exhaustivité n’était bien entendu pas l’objectif – et y prétendre aurait donné à l’entreprise une dimension colossale. En revanche, la possibilité de lire deux entretiens pour la plupart des auteurs (seuls Endler, Mickel et Hilbig, décédés entre les deux séries d’entretiens, font exception) apporte une dimension originale, intéressante pour le lecteur à plusieurs titres.

Le premier intérêt est à la fois historique et documentaire. La première série d’entretiens, en effet, réalisée au milieu des années 1990, fait immédiatement sentir l’ampleur de la rupture qu’a constituée le tournant de 1989/90 (la Wende). Une large part de ces entretiens est consacrée à l’expérience qu’ont faite ces auteurs de ce moment de basculement et à ses conséquences dans le paysage culturel et politique, dans le monde des lettres et de l’édition, dans le rapport au public, dans l’exercice du métier d’écrivain, dans l’écriture aussi. La problématique, à cet égard, est à rapprocher de celle adoptée par Janine Ludwig/Mirjam Meuser (éds.) dans Literatur ohne Land? Schreibstrategien einer DDR-Literatur im vereinten Deutschland. Band I et II (2009 et 2014) : essayer de faire la part entre les évidentes ruptures biographiques et politiques et d’éventuelles continuités dans l’écriture. Or ce qui frappe, à la lecture de ces entretiens, c’est la diversité des destins personnels, des expériences du socialisme et de la réunification, des positionnements politiques, des évolutions. Les relectures de 1989, en particulier, ne sont pas les mêmes selon que l’auteur avait déjà quitté le pays ou était resté en RDA, selon qu’il y avait déjà publié l’œuvre d’une vie ou une poignée de textes avant un passage plus ou moins douloureux ou libérateur à l’Ouest. Les expériences de profonde déstabilisation, de désarroi face à des évolutions « fulgurantes », de perte aussi – d’un public, d’un pays, de thématiques, d’adversaires, parfois même de la parole – côtoient donc dans les premiers entretiens les sentiments d’ouverture au monde ou cette impression d’être soudain rattrapé par un pays qu’on venait de quitter et vers lequel le cours de l’Histoire vous ramenait à rebours.

Le deuxième intérêt réside dans la distance séparant les deux séries d’entretiens, qui permet de faire apparaître des évolutions plus lentes. On note ainsi chez la plupart, sinon un recul du politique (dimension qui reste évidemment présente car, comme le note Katja Lange-Müller, « il n’y a pas d’écrivain apolitique », p. 249), du moins une diminution des antagonismes et des sujets d’affrontement. Les polémiques autour du Prenzlauer Berg et des compromissions avec la Stasi, la question du rapport à l’Etat est-allemand, la question des modalités de l’unification (avec son cortège de sentiments d’assister à l’annexion d’un pays par un autre) s’estompent dans la deuxième série d’entretiens et on voit de nouvelles préoccupations prendre le dessus : une attention plus poussée au métier et à ses conditions, aux questions de pratique quotidienne ou de forme (la place du sonnet, la métaphore), au rapport aux grands courants littéraires (le surréalisme, la post-modernité), aux nouvelles possibilités apportées dans le paysage littéraire et éditorial par les départements de creative writing ou par Internet. L’expérience de rupture propre au tournant de 1989/90 semble céder la place à des réflexions sur la « crise permanente » (Uwe Kolbe p. 372) qu’est au fond l’écriture. S’y ajoute ce qui apparaît comme un travail plus lent, plus sous-jacent des identités. Les auteurs – dès les années 1990, bien sûr, mais de façon plus marquée dans les années 2010 – sont aux prises avec l’appréhension d’espaces et de temporalités plus larges, l’Allemagne, mais aussi la Prusse, l’Europe, ainsi qu’avec le sentiment, fût-ce seulement à travers la « communauté mondiale de la poésie » (Uwe Kolbe, 370), de s’inscrire dans un horizon plus global.

Au fond, à la question de l’influence du tournant de 1989 et de la disparition de la RDA sur l’écriture, les entretiens n’apportent pas de réponse univoque mais donnent à voir, pour citer la préface, « la gamme la plus large de positionnements et d’évolutions que l’on puisse imaginer » et font ressortir la nécessité d’aborder les choses avec un « fort sens de la nuance et des dégradés » (p15). Mais peut-être une des formulations les plus réussies revient-elle à cet égard à Katja Lange-Müller qui, à la question de savoir si elle « écrit autrement » depuis la chute du Mur, répond : « Non. Au fond, j’écris toujours autrement. » (p. 231).

Il convient donc de saluer le travail important de ces deux représentantes de la germanistique française. Sur la forme, on note la grande qualité des retranscriptions qui, relues par les auteurs interviewés, se lisent avec fluidité, mais sans gommer les incertitudes, approximations et méandres propres à l’oral. Sur le fond, sans doute peut-on regretter qu’elles n’aient pas tenté, à l’exception d’une brève préface de Sybille Goepper, de dégager davantage des lignes de force. Mais c’est peut-être ce qui fait justement la valeur de l’ouvrage. Le matériau, livré de façon brute, constitue une mine pour les spécialistes de poésie intéressés par tel ou tel auteur et son évolution d’une décennie à l’autre comme pour ceux qui seraient en quête de recoupements. Mais l’ouvrage s’adresse également à un public (germanophone) plus large. En donnant à entendre la voix de ces auteurs à quinze ans d’intervalle, ces entretiens permettent de jeter un coup d’œil non seulement dans l’atelier des poètes, mais, pour ainsi dire, jusque dans leur arrière-cuisine existentielle : de voir ces hommes et femmes de chair et d’os engagés dans un corps-à-corps passionnant avec leur position dans l’histoire, le sens à donner à leur pratique, la problématique cohérence d’une existence « entre continuité et transformation, histoire collective et itinéraire personnel, conscience sociale et autonomie du langage poétique » (préface, p. 15). Il n’y a donc pas qu’une rupture dans ce livre. Ce qui s’y donne à lire en filigrane, c’est autant une histoire de la poésie de la RDA que la chronique de son atterrissage dans une nouvelle Allemagne et le passage d’un siècle (et donc d’un monde) à un autre.

 

 

 


Auteur : Daniel Argelès

Maître de conférences à l'École polytechnique, Palaiseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.