Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée.

La forme n’est pas nouvelle : ce n’est pas le premier recueil de textes très brefs que nous offre l’auteur : Invitation au Lever Bourgeois, paru en 1980 [4] et Mise à mort paru en 1994 [5], réunissent l’un et l’autre plusieurs récits courts qualifiés non pas d’anecdotes mais tantôt de nouvelles, tantôt de récits. (Novellen / Erzählungen). Même si Gegenlauschangriff n’est pas une fiction littéraire, on y retrouve quelques grands traits de l’écriture de Christoph Hein : il ne se défait pas de son rôle de chroniqueur et nous livre des descriptions et un vocabulaire très précis ; la forme de l’anecdote met en valeur son style concis et incisif ; les fins ouvertes de ses anecdotes en appellent à la réflexion de son lecteur.

L’intention de Christoph Hein n’est pas nouvelle non plus : il s’agit toujours et encore de lutter contre l’oubli et le refoulement de l’histoire[6].

Ce qui en revanche est nouveau, c’est que l’auteur se mette lui-même au cœur de son ouvrage. Ses personnages de roman sont souvent des gens exclus ou en marge de la société ; cette fois, c’est lui le marginalisé – chassé de sa ville natale Breslau après la Seconde Guerre mondiale, fils de pasteur en porte-à- faux avec le régime de RDA, écrivain contestataire – qui, à 75 ans, nous fait part de quelques souvenirs de luttes, d’humiliations et de victoires. C’est comme s’il nous faisait entrer dans les coulisses de son travail car ses expériences et son vécu constituent toujours sa matière première, le point de départ de son écriture[7]. Ce dernier livre n’est cependant pas une autobiographie, l’auteur nous offre avec ses 28 anecdotes une multiplicité de petits événements qu’il va chercher dans les recoins, les interstices de l’histoire pour en corriger une vision erronée ou incomplète. Certains événements sont parfois bien connus : dans l’anecdote Les débuts de Horn[8], il évoque ses ruses et démêlés avec le régime de RDA pour que ses œuvres soient publiées, l’anecdote Sécurisation de la ligne suivie par les écrivains[9] nous rappelle son fameux discours si audacieux contre la censure lors du 10ème congrès des écrivains de RDA en novembre 1987 ; d’autres sont moins connus et montrent, comme une contre-histoire, de nouvelles facettes d’une réalité. L’anecdote Gegenlauschangriff qui donne son titre au recueil, rend hommage au courage du comédien Manfred Krug qui, en 1976, avait astucieusement copié les pratiques de la Stasi et enregistré dans son appartement une discussion entre artistes et hauts fonctionnaires du SED à la suite de l’affaire Biermann.

Le sous-titre du recueil Anekdoten aus dem letzten deutsch-deutschen Kriege était le titre originel, relégué au rang de sous-titre par l’éditeur. Il est indéniablement un hommage à  Heinrich von Kleist – auteur que Christoph Hein admire beaucoup – qui publiait en 1810 ses souvenirs de la défaite de la Prusse contre Napoléon dans Anecdote de la dernière guerre prussienne et autres anecdotes[10]. Christoph Hein évoque, quant à lui, une guerre germano-germanique qui commence après la Seconde Guerre mondiale et se terminerait officiellement en 1990 avec la signature du traité d’Unification que l’auteur qualifie plutôt de  « déclaration de capitulation  » et de « soumission à la puissance victorieuse ». (« Kapitulationserklärung (…) von der siegreichen Macht diktiert »)[11]. L’auteur ne cache donc pas sa colère et son amertume à l’égard de l’Unification allemande qu’il qualifie de mariage forcé ou au moins précipité (« Zwangsehe » / « Shotgun Wedding »)[12]. D’ ailleurs, dans l’ensemble du recueil, il ne parle pas d’Unification allemande, mais d’ « adhésion de l’Etat est-allemand à la République fédérale » (« Beitritt des ostdeutschen Staates zur Bundesrepublik »). Il s’est bien agi, selon lui, d’une guerre avec un vainqueur et un vaincu qui a dû se plier aux conditions imposées.
La dernière anecdote, Cicatriser[13],  nous suggère d’ailleurs que cette guerre, conclue dans de telles conditions, n’est en 2019 finalement toujours pas terminée : lors d’une cure à Bad Rappenau, dans le Bade-Wurtemberg, une amie de Christoph Hein fait la connaissance de deux dames originaires de ce Land. Toutes deux se disent férues de littérature ; l’une est libraire, l’autre anime régulièrement un cercle de lecture. L’amie de l’auteur ose leur demander si elles lisent également des auteurs est-allemands ; surprises et irritées (« überrascht und irritiert »), elles répondent à cette question qu’une telle chose ne les intéresse pas (« so etwas interessiert uns nicht »). Christoph Hein voit en cette anecdote une parfaite illustration des relations entre ex-Allemands de l’Est et de l’Ouest, 30 ans après la chute du Mur. Le progrès atteint se résume ainsi selon lui : en une génération, on est passé d’une aversion réciproque (« beidseitige Abneigung ») à une indifférence (« einem gleichgültigen Desinteresse ») ; une génération supplémentaire semble nécessaire pour normaliser les relations entre Allemands.

Contrairement à ce qu’affirme l’auteur qui dit avoir relayé ses souvenirs « sans émotions »[14], on sent à la lecture du recueil l’amertume et la blessure que des années de lutte ont laissées. Christoph Hein clôt d’ailleurs avec sarcasme son anecdote et son recueil en déformant la célèbre phrase de Willy Brandt : « Il faudra encore trente ans pour que soit ressoudé ce qui doit grandir ensemble »[15] .

Les propos et le ton sont parfois véhéments, rien d’étonnant à ce que ce nouveau recueil déclenche de vives réactions. Dans l’anecdote « On peut sourire et sourire …»[16] , Christoph Hein s’attaque à un journaliste du Spiegel : lors d’une interview au printemps 1993, ce dernier lui aurait dit avec un sourire de déception que malheureusement, ils n’avaient rien trouvé de compromettant contre lui dans les archives de la Stasi récemment ouvertes. Christoph Hein exprime ouvertement son mépris en citant Hamlet : « On peut sourire et sourire et pourtant être un scélérat ». Malheureusement, l’auteur qui avoue ne pas garder d’archives, se trompe sur la date de l’entretien et donc sur le journaliste qu’il accuse. Ces erreurs factuelles et les accusations jugées non fondées lui valent quelques articles déplaisants qui le présentent comme un monsieur vieillissant et aigri[17]. Christoph Hein reconnaît et regrette ses erreurs[18] mais insiste néanmoins sur l’absence répugnante de scrupule des journalistes [19].

Une autre anecdote, Ma  vie, légèrement retravaillée[20], publiée dès janvier 2019 par le Süddeutsche Zeitung[21], déclenche elle aussi une vive polémique avant même la parution du recueil. Christoph Hein décrit son malaise en voyant le film de Florian Henckel von Donnersmarck  La vie des autres[22], plusieurs fois nominé.  Avant d’écrire le scénario, le réalisateur avait longuement interviewé Christoph Hein pour connaître la vie d’un écrivain en RDA. Ce dernier accuse le réalisateur d’avoir fait de toutes ces informations un mélodrame à la recherche d’effets qui ne décrit pas les années 1980 en RDA[23]. Les attaques sont fortes[24] et les réactions le sont tout autant. Il est vrai que Christoph Hein commet de nouveau dans cette anecdote quelques erreurs factuelles : il se trompe sur la date de sa rencontre avec le réalisateur allemand et croit se souvenir à tort d’avoir vu son nom dans le générique du début de film. Ces erreurs font réagir encore plus vivement les défenseurs du réalisateur Florian Henckel von Donnersmarck : Andreas Platthaus, journaliste responsable de la rubrique « Littérature et vie littéraire » du Frankfurter Allgemeine Zeitung, reproche à Christoph Hein de répandre des mensonges, mais surtout qualifie son attitude de « frivole » et l’accuse de minimiser la dictature en RDA[25].L’auteur se défend contre ce qu’il nomme une « dénonciation »[26] et explique qu’une « dictature a également une histoire », que dans les années 1980, l’Etat ne pouvait plus répondre systématiquement par la violence et la répression à la critique : « Die Zeiten hatten sich geändert, allein mit Gewalt und Repression konnte der Staat in den Achtziger Jahren diesem Druck der Bevölkerung nicht Einhalt gebieten »[27]. Il ne minimise pas la RDA mais reste fidèle à son devoir de précision et d’exactitude en luttant contre la « falsification de l’histoire » (« Geschichtsklitterung »)[28].

Etonnant, en effet, d’accuser Christoph Hein d’oublier que la RDA était une dictature, lui qui a dû se battre contre le régime durant 40 ans, dont l’œuvre entière est précisément une lutte contre le refoulement du passé allemand.

La colère qu’exprime Christoph Hein dans cette anecdote rappelle une réaction générale des citoyens d’ex-RDA après 1990 qui ont souvent eu l’impression que l’Ouest s’emparait facilement de leur biographie et l’accommodait sans vergogne avec ce sentiment de savoir mieux que les autres.

Trente ans après l’Unification, cette polémique n’est pas sans rappeler la querelle germano-germanique de 1990, à la suite de la publication du récit Ce qui reste[29] de Christa Wolf accusée de complaisance à l’égard du régime est-allemand. Elle rappelle aussi, plus récemment, la critique dont a fait l’objet le livre Le pays disparu de l’historien Nicolas Offenstadt[30] à qui on a reproché d’oublier que la RDA était une dictature[31]. La récurrence régulière de ces tensions montre à quel point il est encore difficile d’aborder l’histoire de la RDA sous un autre angle que celui de la dictature, d’essayer de comprendre, sans être accusé de relativisme, comment ses habitants ont vécu.

(Voir aussi le compte rendu de Fanny Perrier sur le dernier roman de Christoph Hein, Verwirrnis)

[1] Fontane Theodor, Frau Jenny Treibel. Traduction de M-F. Demet, Edition R. Laffont, 1981- P.459.

[2] Ibid.

[3] Hein Christoph, Gegenlauschangriff, Suhrkamp, Berlin, 2019.

[4] Hein Christoph, Einladung zum Lever Bourgeois, Aufbau-Verlag, Ostberlin, 1980. Traduction de F. Mathieu.

[5] Hein Christoph, Exekution eines Kalbes und andere Erzählungen, Aufbau-Verlag, Berlin, 1994. Traduction de N. Bary.

[6] « Das ist eigentlich die ganze Arbeit eines Schriftstellers », Interview de l’auteur, Kulturjournal. 08.04.2019

[7] « Der Stoff eines Autors ist eben auch der Autor ». Gespräch mit A. Hurton et H. Schneider in Baier Lothar, Christoph Hein, Texte, Daten, Bilder. Luchterhand, Frankfurt am Main, 1990, p.87.

[8] Horns Anfang, in Gegenlauschangriff, p.38.

[9] Absicherung der Linie Schriftsteller, in Gegenlauschangriff, p. 54.

[10] Von Kleist Heinrich, Aus dem letzten preussischen Kriege und weitere Anekdoten, Berliner Abendblätter, Berlin, 1810.

[11] Der Diakon unter den Bischöfen, in Hein Christoph, Gegenlauschangriff, p. 94.

[12] Eine Schrotgewehrheirat, in Hein Christoph, Gegenlauschangriff, p. 78.

[13] Verwachsen, in Gegenlauschangriff, p. 122

[14] Interview de l’auteur. Berliner Zeitung, 09.03.2019.

[15] In weiteren dreiβig Jahren kann dann endlich zusammenverwachsen, was zusammenhört  Verwachsen in Gegenlauschangriff, p. 123

[16] Dass einer lächeln kann und lächeln, in  Gegenlauschangriff, p. 97.

[17] Der Spiegel,23.03.2019 « Ein Schurkenstück » von V. Weidermann ; Die Zeit, 03.04.2019 « Lieber Christoph Hein » von V. Hage.

[18] Interview de l’auteur. Die Zeit, 28.03.2019, « ich bedauere die Fehler sehr ».

[19] « Wäre in den Akten etwas Belastendes gefunden worden [….], dann hätte das meinen bürgerlichen Tod bedeutet » Ibid.

[20] Mein Leben, leicht überarbeitet, in Gegenlauschangriff, p. 102.

[21] Süddeutsche Zeitung, 24.01.2019.

[22] Henckel Von Donnersmarck Florian, Das Leben der Anderen. 2006.

[23] Un autre film du même réalisateur, Werk ohne Autor (2018) sur la vie du peintre Gerhard Richter a fait l’objet d’une critique similaire.

[24] « der Film ist ein Gruselmärchen » ; « eine Hanswurstiade » ; « all das ist bunt durcheinandergemischter Unsinn ». Mein Leben, leicht überarbeitet, in  Gegenlauschangriff .

[25] Frankfurter Allgemeine Zeitung, 29.01.2019.

[26] Die Zeit, 28.03.2019. ; Die Zeit 30.01.2019.

[27] Ibid.

[28] Kulturjournal, 08.04.2019.

[29] Wolf Christa, Was bleibt. Luchterhand, München, 1990.

[30] Offenstadt Nicolas, Le pays disparu, Stock, Paris, 2018. Voir le compte-rendu de Sylvie Legrand : https://allemagnest.hypotheses.org/1100.

[31] Libération 18.09.2018, Tribune de Jean-Louis Georget.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.