Compte rendu Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Dans son Histoire culturelle de RDA[1], Gerd Dietrich consacre de nombreuses pages, fort bien documentées, à la scène musicale populaire, que la RDA plaçait sous le terme générique de Unterhaltungskunst (Art du divertissement). Même si, sur le plan de la méthode, il affirme vouloir déconnecter, dans la mesure du possible, les goûts et les pratiques culturelles de la politique culturelle, et donc avoir pour chacun de ces champs une périodisation propre, afin de distinguer la réalité vécue de la réalité idéelle, il n’échappe pas à la nécessité de considérer souvent ces deux champs dans leur interaction, voire dans leur concomitance. Dans la carrière d’Uschi Brüning, qui fut l’une des plus grandes chanteuses de RDA, le poids des instances politiques s’est également souvent fait sentir ; son parcours et celui des groupes auxquels elle appartient est même émaillé de mesures d’intimidation ou même d’interdictions, tantôt pour avoir choqué, par des tenues légèrement hors normes et des cheveux trop longs, un petit chef membre du parti, tantôt pour ne pas avoir adapté de façon musicalement correcte les textes de la personne en charge de la censure (une poétesse connue) ou encore pour avoir menacé gravement l’ordre établi, en envisageant de chanter dans le cadre de l’Eglise. Le texte d’Uschi Brüning, rédigé avec l’aide de Krista Maria Schädlich[2] qui a eu recours, quand la mémoire faisait défaut, à ce formidable aide-mémoire – et en même temps souvent miroir déformant – que constituent les archives omniscientes de la Stasi, est toujours très personnel ; il fourmille d’anecdotes, piquantes pour certaines, déplaisantes pour d’autres, sans que pourtant cela n’affecte en profondeur joie de vivre dans et pour la musique. A travers ces souvenirs, on perçoit encore mieux ce que furent les attentes d’une fraction sans doute assez large des couches populaires est-allemandes, les modèles auxquelles celles-ci s’identifièrent, les pratiques qui en découlèrent, avec ou sans l’aval des autorités détentrices en principe du pouvoir absolu de réglementation et de contrôle.

Uschi Brünig voulut, toute jeune, être chanteuse ; issue d’un milieu extrêmement modeste, son univers musical, façonné en grande partie par les radios de l’Ouest (Radio Luxembourg, RIAS) fut aussi sans doute largement celui et de son milieu social et des jeunes de son âge : moins la musique classique que la chanson de charme, la variété et enfin et surtout le jazz. Ses idoles : Bärbel Wachholz, la top-star de RDA dans les années cinquante et soixante, Jenny Petra, Nicole Felix, Peter Kraus, Paul Schröder, Catarina Valente (dont le disque avec la chanson Ganz Paris träumt von der Liebe se vendit tant à l’Est qu’à l’Ouest à 500 000 exemplaires), Nana Mouskouri, tous des chanteurs et chanteuses pleinement acceptés par les autorités et enregistrés de nombreuses fois par la maison de disques est-allemande Amiga, mais aussi d’autres sur lesquels pesa, du moins au début, un interdit, car issu(e)s du monde « américano-impérialiste » : Conny Francis, Ella Fitzgerald, Mahalia Jackson, Elvis Presley, Ray Charles.

Le fossé entre soif du public et volonté des politiques et des idéologues apparaît de façon on ne peut plus nette dans la réception du jazz.  Malgré les tentatives de brouillage, les autorités furent impuissantes à entraver la marche de ce que Staline avait appelé un « cheval de Troie visant à endoctriner la jeunesse d’un monde communiste sain par le biais de rythmes africains »[3]. Sans aller aussi loin que Maxime Gorki qui en 1928 écrivait: « Quand on écoute ces plaintes quelques minutes, on ne peut s ‘empêcher d’imaginer un orchestre d’obsédés sexuels dirigés par un étalon humain qui brandit un énorme membre », Ulbricht et avec lui la revue Musik und Gesellschaft qualifiait en 1955, le jazz de « musique de sauvages ». Mais, sous le poids des attentes, le mur du jazz finit par tomber. En 1957 le trompettiste, radiologue de son état, Meinhard Lüning créait les « Blue Music Brothers » rebaptisés en 1959 les « Jazz Optimisten » : le succès fut immédiat et immense. En 1965 alors que Jens Gerlach, parolier de nombreuses chansons de variété, voyait encore dans le Jazz et la musique rock un « poison pour l’esprit qu’une partie de notre jeunesse absorbe ingénument », le 27 février de cette même année, le journal Der Morgen titrait : « Armstrong arrive ». De fait cette légende vivante arriva et à Leipzig comme ailleurs, les amateurs de jazz durent faire des heures et des heures de queue pour essayer d’obtenir une place.

Uschi Brüning a alors 18 ans. Sa vie va en être changée : « Pour moi « Satchmo » avait balayé la grisaille de mon quotidien en RDA. Il m’avait définitivement inoculé le virus du jazz ; cette expérience allait être déterminante pour ma vie musicale [4]».

Très vite, elle va être plongée dans le monde de la chanson, puis absorbée par l’univers du jazz dont elle deviendra une des grandes figures dans les années quatre-vingt. A travers le récit qu’elle fait de sa vie et de son parcours, non seulement elle nous offre une plongée dans la réalité vivante et l’histoire souvent tourmentée de milieux musicaux dont, avouons-le, nous n’avions qu’un aperçu très fragmentaire, mais aussi elle donne chair et épaisseur, par le texte mais aussi grâce à 19 planches photographiques, à tous ces artistes qui furent ses modèles ou ses partenaires de scène (Klaus Lenz qui fut son mentor, Ruth Hohmann, première jazzwoman de RDA, Ulrich Gumpert, Günter « Baby » Sommer, Manfred Krug, son idole avec lequel elle sera encore sur scène en 2016 avec « Baby It’s Cold Outside » et beaucoup d’autres encore) et avant tout à celui qui fit d’elle – à l’Est mais aussi plus tard à l’Ouest, – une légende du free jazz, avant de devenir son mari : Ernst-Ludwig Petrowsky, dit Luten, à qui ce livre est du reste dédié.

Simplicité, sincérité, modestie, humilité même, autant de termes qui viennent à l’esprit quand on lit ces souvenirs. C’est ce qui rend ce livre attachant et parfois émouvant. Cette grande du jazz est-allemand n’a en effet jamais revêtu le costume de star. Elle ne cache rien de sa timidité et même du complexe qu’elle ressentit longtemps face aux formations musicales parallèles de l’Ouest dont elle n’ignore rien, d’abord par les enregistrements obtenus par des voies diverses, mais aussi par les contacts personnels noués à l’occasion de divers festivals, en Pologne, à Prague dans les années soixante-dix, mais aussi en RDA même.

Uschi Brüning n’est pas née avec une cuiller d’argent dans la bouche : les premières pages de ce récit nous offrent une image de ce que furent les conditions de vie d’une enfant de pauvre, dans un quartier délabré de Leipzig puis celles d’une jeune femme qui cherche à toute force à réaliser son rêve : devenir chanteuse, en dépit des obstacles qu’elle rencontre sur sa route, du fait du régime et d’une situation matérielle et sociale qui reste longtemps précaire, en dépit des premiers succès. Il lui faudra aussi s’imposer dans un monde largement masculin, où elle n’est d’abord qu’un faire-valoir.

Mais c’est aussi, que de façon générale, il n’existe pas en RDA, pour ces artistes, d’équivalent du star-system de l’Ouest : leur condition reste modeste. La célébrité pourrait déjà être au rendez-vous, lorsqu’en 1973, dans Les nouvelles souffrances du jeune W., Ulrich Plenzdorf dresse d’elle, à travers le héros de la pièce Edgar Wibeau, un éloge dithyrambique ; mais celle-ci habite alors toujours à Leipzig dans un petit deux pièces avec sa mère, avec toilettes sur le palier.

Les débuts ne sont pas faciles, mais on est jeunes et plein d‘élan : aller se produire dans la RDA profonde, dans les foyers, les maisons de la culture relève toujours un peu de l’aventure : vieux véhicules à moitié rouillés, manque d’essence, baguettes taillées par les batteurs eux-mêmes, cordes de guitare obtenues par la débrouille. On couche souvent par terre, faute d’hôtel, et trouver à se restaurer après le concert tient du miracle. Les choses iront mieux peu à peu, mais jamais ces artistes, malgré leur notoriété, ne rouleront sur l’or.

Dans ce récit, on parcourt avec Uschi Brüning tous les lieux, les « caves » où le jazz, le blues, le gospel étaient rois ; moins massivement que le rock, ces musiques rencontraient néanmoins dans de nombreux milieux, y compris les milieux ouvriers, une très grande résonance. Pourquoi ? Parce que le jazz – à la différence de la chanson à texte – échappait à toute forme de contrôle et était ce faisant l’expression même d’un désir de liberté.

« Le Jazz et la RDA – c’était en soi une contradictoire. Absolue Liberté d’un côté, absolue manque de liberté de l’autre. Le jazz était une soupape ; c’est pourquoi l’intérêt des gens pour ce genre musical grandit en même temps que s’accroissait leur sentiment d’être emprisonné(s) ? derrière le rideau de fer. Même si le jazz n’était ni une forme de résistance ouverte, ni une protestation de nature politique, cette musique était ressentie comme l’expression d’une vie sans réglementation et devint le symbole d’une pensée libre. »

Ou encore, à l’occasion d’un festival international de jazz, un petit Woodstock façon RDA : « Le jazz qu’ils entendaient là leur apportait cet écho en demi-teinte en rupture avec le blanc et noir de la propagande quotidienne. Ecouter cette musique, la ressentir et s’abandonner en (à ?) elle était de nature à les faire réfléchir sur la réalité de leur vie » (p 108).

Sur les 270 pages que comporte l’ouvrage, 219 sont consacrées aux années passées en RDA, car si elles furent pour Uschi Brüning les plus difficiles, elles furent aussi, et de loin, les plus riches, les plus captivantes et donc les plus mémorables. Elles furent ponctuées d’événements qui la marquèrent pour toujours : l’affaire Biermann qui l’éveilla à la politique, mais lui laissa un goût amer (elle avait signé la pétition de soutien au chanteur, mais par crainte des conséquences pour elle et pour sa mère, elle la retira), une tournée rocambolesque en URSS qui lui donna à voir la réalité du quotidien et les inepties du système, et bien d’autres encore.

Dans le chapitre intitulé « Rester ou partir », Uschi Brüning fait un retour sur elle-même touchant de sincérité:

« Quand je reviens sur ma vie en RDA, dans ce pays où j’ai passé quarante ans de mon existence, j’ai parfois le sentiment de m’être trop accommodée du système. Comme si je m’étais conformée tandis que d’autres, au nom de leurs convictions mettaient en jeu leur carrière et risquaient même leur liberté. Mais d’un autre côté, je me dis : je ne me suis jamais aplatie devant les autorités, je n’ai jamais été la chouchou des bureaucrates de la culture ; ma carrière, je ne la dois pas aux médias de la RDA[5]. »

Uschi Brüning a toujours été elle-même. C’est bien ainsi que doit se lire le titre du livre : so wie ich[6]. Comme moi et comme personne d’autre.

[1] Gerd Dietrich : Kulturgeschichte der DDR, Vandenhoeck & Ruprecht 2018, 3 Bd.

[2] Lectrice de plusieurs maisons d’édition, Rowohlt, Classen, Econ, Ullstein. Elle avait quitté la RDA en 1977 avec sa famille.

[3] Cité par Pascale Cohen-Avenel. Jazz, pouvoir et subversion de 1919 à nos jours / Jazz, Macht und Subversion von 1919 bis heute. Peter Lang, 2014.

Voir aussi : Christian Schmidt-Rost : « Heisse Rhythmen im kalten Krieg. Swing und Jazz hören in der SBZ/DDR und der VR Polen (1945-1970) ». Voir https://zeithistorische-forschungen.de/file/2922

[4] p.32

[5] p.156-157.

[6] Titre repris d’un album datant de 2014 où elle chante en solo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.