Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937.

Dans leur version française, ces Carnets se limitent à 77 pages d’un livre au format classique. Il convient de toujours avoir à l’esprit que c’est un homme brisé qui écrit, malade et épuisé après avoir vu tout ce qu’il avait construit au cours de sa vie s’effondrer en quelques semaines. Erich Honecker qui était réfugié à Moscou, a même connu l’humiliation d’être extradé en 1992 vers la RFA par les autorités soviétiques qu’il respectait tant.

En fait, ces 77 pages de testament politique, ressemblent surtout à une longue plainte contre les « traîtres » de l’intérieur comme de l’extérieur, qui selon Honecker, ont contribué à la chute de la RDA. Celles et ceux qui attendaient une sévère autocritique de la part d’Erich Honecker en seront pour leurs frais. Mais cette plainte est élaborée, argumentée et c’est en définitive ce qui la rend intéressante. La lecture de ces Carnets est donc vivement recommandée à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la RDA et plus généralement du socialisme.  Erich Honecker écrit : « La RDA a été sacrifiée sur l’autel de la ”maison commune européenne” pour laquelle Gorbatchev luttait avec tant d’acharnement[2] .» ; il ajoute : « Tout cela n’a été possible que parce que des pans entiers de notre Parti ont contribué objectivement à son élimination[3] ». Honecker dénonce les « traîtres conscients » qui se vantent – alors même qu’il se trouve en prison- d’avoir durant de nombreuses années utilisé leurs relations officielles  avec l’Ouest pour ouvrir la voie à l’annexion de la RDA par la RFA. Tout au long de son ouvrage, Erich Honecker accusera Gorbatchev, Chevarnadzé, Iakovlev et Eltsine d’avoir trahi les idéaux du socialisme après la mort de Tchernenko en Mars 1985 et il n’aura de cesse d’affirmer que la Perestroïka soviétique a été le faux nez de la contre-révolution sociale-démocrate internationale, laquelle n’avait pour objectif que de restaurer l’économie de marché en RDA. Organiquement liée à l’URSS et au Pacte de Varsovie, il était fatal que la République Démocratique Allemande fût emportée dans la tourmente générale qui terrassa le camp socialiste en quelques mois. Dénoncées par Erich Honecker tout au long de ses Carnets, les trahisons au plus sommet de l’Etat et du Parti prirent aussi parfois des tournures très inattendues et rocambolesques. C’est ainsi que Werner Krolikowski, membre du Bureau Politique du SED, travaillait depuis 1980 pour le KGB à qui il envoyait des rapports circonstanciés concernant l’activité gouvernementale en RDA. Erich Honecker précise bien que c’est l’intéressé lui-même qui a reconnu ces agissements dans un livre après la chute du Mur[4].

L’année 1989 fut pour Honecker et ses derniers fidèles ( Hermann Axen, Heinz Kessler, Günther Kleiben, Erich Mielke…), l‘annus horribilis par excellence. Le 12ème Congrès du SED avait été programmé pour le printemps 1990, mais c’était sans compter sur le coup de grâce asséné par les autorités hongroises qui ouvrirent unilatéralement leur poste-frontière de Szopron avec l’Autriche le 3 août 1989, permettant ainsi à des milliers d’allemands de l’Est de fuir vers la RFA sans être inquiétés. Dans ses Carnets, Honecker accuse laconiquement la Hongrie d’avoir touché un chèque de 500 millions de Marks de la RFA pour l’ouverture de sa frontière avec l’Ouest[5]. Selon l’auteur des Carnets, encouragés par ces événements, un certain nombre de hauts responsables politiques de la RDA comme Günther Schabowski, membre du Bureau Politique du SED depuis 1984 et par ailleurs Secrétaire du SED pour le Grand Berlin, mais aussi Markus Wolf, ancien adjoint du Ministre de la Stasi, s’engagèrent dans une campagne de dénigrement systématique de tout ce qui avait été entrepris en RDA. Ce sont d’ailleurs ces responsables qui formèrent le gouvernement de l’après-Honecker, Hans Modrow se trouvant à la tête du Conseil des Ministres et Gregor Gysi nommé Secrétaire Général du nouveau Parti, le PDS (Parti du Socialisme Démocratique). A ce stade de la lecture des Carnets, il convient de bien se rappeler que ni Modrow, ni Gysi ne furent jamais des personnages très importants dans l’organigramme dirigeant de l’ex-RDA. Erich Honecker déclare par ailleurs : «  La criminalisation [ de l’activité du SED] venue de nos propres rangs, brisa tous les liens de solidarité, ce qui facilita la tâche des forces réactionnaires de la RFA lorsqu’elles entreprirent de se venger systématiquement des communistes et d’autres éléments de gauche[6] . » Cependant, Erich Honecker n’accable pas les anciens dirigeants de la RDA qui ont failli, avec la même véhémence. Il semble garder, par exemple, une certaine estime pour Hans Modrow et Willy Stoph (1914-1999). C’est pourtant Stoph, Président du Conseil des Ministres, qui le 18 Octobre 1989, lors de l’ouverture de la réunion du Bureau politique, dira publiquement à Erich Honecker : « Erich, ça ne va plus, il faut que tu t’en ailles[7]. » Honecker acceptera de démissionner, car, écrit-il dans ses Carnets, il ne désirait plus rester au sommet de l’État dans la situation politique qui prévalait alors.

A partir de la page 45, les Carnets évoquent longuement les relations inter-allemandes après la démission d’Helmut Schmidt en 1982, et l’arrivée au pouvoir d’Helmut Kohl. Erich Honecker brosse un tableau en demi-teinte d’Helmut Kohl, en présentant un personnage adepte du double discours, radical devant ses troupes et l’opinion publique, mais modéré et raisonnable en privé. Le rédacteur des Carnets rappelle également dans ces pages que les autorités soviétiques se sont opposées à une rencontre Honecker-Kohl en 1984, Gorbatchev en tête. Cette résistance des Soviétiques a donc retardé de trois ans cette rencontre, laquelle aura finalement lieu en septembre 1987 à Bonn.

Suivent deux chapitres intéressants intitulés « sur la RDA » (p. 53 à 67) et « la RDA, ses réalisations et leur destruction » (p. 69 à 73).  Lorsqu’il parle de la RDA, Erich Honecker insiste surtout sur les réussites de cet État socialiste : « Avec la Tchécoslovaquie, notre pays était le plus développé des Etats socialistes[8] » ; « la RDA était en 1989 un pays industriel et agricole moderne, doté d’un filet social développé ; l’existence de la RDA ne peut être rayée de l’histoire. Aucune campagne idéologique contre le socialisme…ne peut faire qu’elle n’ait jamais existé[9]. » Toutefois le plaidoyer en faveur des réalisations du socialisme en RDA n’est pas aussi vibrant qu’attendu. Vers la fin de son ouvrage, il s’en tiendra à citer quelques statistiques et à attirer l’attention sur les réussites culturelles, mais aussi économiques de la RDA. Il parlera des installations pétrochimiques modernes de la RDA, comme celles de Schwedt où le raffinage du pétrole atteignait 70 % ; le centre sidérurgique d’Eisenhüttenstadt était – selon lui – le plus moderne d’Europe. Par ailleurs, toujours selon Erich Honecker, « la RDA avait le plus haut niveau de vie de tous les pays socialistes[10] .»  Erich Honecker précise que 3,4 millions de personnes ont pris des vacances au bord de la Baltique en 1988, et que les enfants bénéficiaient de nombreux centres de vacances gérés par l’organisation des Pionniers. Par ailleurs, au cours des vingt dernières années de son existence, la RDA construisit ou rénova 3,7 millions de logements et la surface habitable par personne passa de 12 à 27 m² entre 1949 et 1988.

Erich Honecker s’étend beaucoup sur les obstacles que la RDA a rencontrés sur sa route jusqu’en 1989 : selon lui, le déploiement des euromissiles de part et d’autre de la frontière allemande entraîna un coût de 2 milliards de marks pour la RDA ; il s’agit là d’une  affirmation tout à fait surprenante ! Les pays capitalistes ont développé des technologies de pointe qui leur ont permis de gagner « la suprématie ». Mais E. Honecker insiste tout particulièrement sur le fait que les médias audiovisuels de l’Allemagne de l’Ouest pénétraient chez les particuliers est-allemands et les endoctrinaient. Toujours selon le leader communiste déchu, le Comité « Helsinki » des droits de l’Homme se serait acharné sur la RDA, et le silence que les autorités est-allemandes opposèrent aux campagnes de cet organisme constitua une grave erreur. Les réglementations du commerce international (capitaliste) ont affecté les exportations comme les importations de la RDA, et la réduction des livraisons de pétrole et de charbon soviétique a augmenté le coût de la vie, puis déstabilisé la balance du commerce extérieur de l’Allemagne de l’Est. Enfin, la trahison des crypto-sociaux-démocrates de Moscou a entraîné des dysfonctionnements majeurs au sein du Pacte de Varsovie, ce qui a fini de saper l’édifice patiemment construit depuis 1949. Ainsi, selon Erich Honecker, si la RDA a été rayée de la carte du monde, c’est d’abord et avant tout à cause d’événements extérieurs et par la faute d’ennemis qui ont conspiré jusqu’à la destruction finale de l’Allemagne socialiste. Honecker concède des erreurs de gouvernance et de choix économiques, mais les critiques qu’il veut bien s’adresser à lui-même et au système qu’il a contribué à mettre en place puis à développer, sont très évanescentes, formulées d’une manière générale et lointaine : « dans tous les domaines, notre politique était entachée d’insuffisances [oui, mais lesquelles?]. En tout état de cause nous aurions pu et dû mieux servir notre cause[11] .» Abordant les questions sociétales, Erich Honecker estime que ce fut une erreur de ne rien entreprendre en matière d’extension de la démocratie dans le socialisme pour inciter les citoyens à participer à la gestion directe de la société, de l’entreprise et du quartier. Précisément, Honecker regrette que la création de conseils d’entreprises n’ait jamais vu le jour. Il admet que même le travail idéologique fut insuffisant. Mais il s’élève vigoureusement contre l’idée (répandue) selon laquelle la RDA aurait dû copier la Perestroïka gorbatchévienne. Pour lui, les situations politiques et économiques de la RDA et de l’URSS ont toujours été trop différentes pour pouvoir être comparées.

Erich Honecker n’exprime aucun regret concernant les agissements criminels de la Stasi et les  tirs mortels des garde-frontières dirigés contre celles et ceux qui tentèrent de fuir la RDA après la construction du Mur en août 1961, ou bien encore ne déplore aucunement les interdictions de voyager à l’Ouest. Il s’en tiendra à des « nous n’avons pas su », « nous aurions probablement dû ». Pour lui, la faiblesse des gouvernements successifs tint à leur évidente incapacité à rendre visibles et perceptibles à chaque individu, tous les aspects positifs des idéaux socialistes. Enfin, il se déchaîne contre la Treuhand, cette entreprise fiduciaire créée par le communiste-réformateur Hans Modrow le 1er mars 1990 pour démanteler les grands conglomérats industriels est-allemands, et les transformer petit à petit, dans un esprit socialiste, en sociétés de capitaux. En réalité, c’est effectivement la RFA qui prendra le contrôle de la Treuhand après 1990, situation qui entraînera de manière irréversible la RDA vers une économie de marché totalement intégrée à celle de la République fédérale.

Erich Honecker reconnaît qu’« il ne serait pas réaliste aujourd’hui de se fixer pour but de reconstituer la RDA[12] ». Il achève la rédaction de ses Carnets sur des considérations philosophiques : « L’essence de la société capitaliste reste la même : elle affirme chaque jour un peu plus le règne du moi exacerbé, [ quand] chaque jour l’esprit de la société est-allemande fondée sur le nous, se perd un peu plus[13] », avant de conclure plus loin sur un ton incantatoire que « l’avenir appartient au socialisme[14]. »

A bien des égards, les Carnets de Prison d’E. Honecker ressemblent à un exercice d’auto-justification, pour ne pas dire d’auto-satisfaction. Le dirigeant communiste déchu a écrit un plaidoyer en faveur de son action politique à la tête de la RDA entre 1971 et 1989, et il n’explique son échec final que par des causes extrinsèques à lui-même ( les trahisons des uns et des autres, la perestroïka gorbatchévienne assimilée à une entreprise de liquidation du socialisme, l’intrusion des médias de l’Ouest dans la vie des Allemands de l’Est.…). Cependant, au-delà de leur caractère apologétique souvent caricatural, ces Carnets présentent un grand intérêt historique, car ils livrent le témoignage de première main d’un des hommes les plus puissants du bloc communiste de l’après-Seconde Guerre mondiale.

[1]     Erich Honecker, Carnets de prison, ( Moabiter Notizen en allemand) Paris, éditions Delga, 2019.

[2]     Ibid. p. 14.

[3]     Ibid., p. 14

[4]     Ibid., p. 36. E. Honecker ne précise pas de quel livre il s’agit.

[5]     Ibid., p. 31.

[6]     Ibid., p. 36.

[7]     Ibid., p. 33.

[8]     Ibid., p. 53

[9]     Ibid., p. 55

[10]   Ibid., p. 81.

[11]   Ibid., p. 59.

[12]   Ibid., p. 85.

[13]   Ibid., p. 83.

[14]   Ibid., p. 88.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.