CR du film de Florian Henckel von Donnersmarck, Werk ohne Autor, par Paul Maurice

 

L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor

 

Treize ans après sa radioscopie de la surveillance des artistes en RDA par la Stasi dans La Vie des autres, Florian Henckel von Donnersmarck livre son troisième film, L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor (sorti en France le 17 juillet 2019).

Dans ce film, historique et didactique, il dessine une fresque de plus de trois heures – en deux parties – qui couvre trente ans de l’histoire allemande. Débutant à Dresde au milieu des années 1930 sous le régime nazi et se terminant dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1960, après la construction du Mur, un passage important du film est consacré à la RDA de l’après-guerre.

Le personnage principal, Kurt Barnert (joué par Tom Schilling) visite dans son enfance l’exposition sur « l’art dégénéré » à Dresde en 1937. Après la guerre, il devient un jeune peintre de fresques communistes dans la RDA des années 1950, puis un artiste contemporain de premier plan dans la RFA des années 1960. Le cinéaste s’est librement inspiré de la trajectoire de l’artiste Gerhard Richter, né dans l’Allemagne nazie, qui a étudié aux Beaux-Arts de Dresde à l’époque du réalisme socialiste triomphant avant de passer à l’Ouest et de rejoindre le groupe d’avant-garde de Düsseldorf. L’artiste, malgré certains parallèles biographiques évidents (jusque dans l’œuvre présentée comme celle de sa révélation artistique[1]), a néanmoins pris ses distances avec le personnage fictionnel présenté dans le film[2].

 

Le film n’est pas exempt de quelques poncifs narratifs : qu’il s’agisse du beau-père gynécologue, ancien SS criminel de guerre et manipulateur, responsable de l’assassinat de la tante schizophrène, mais dotée d’un profond sens esthétique, ou de l’impossibilité pour le couple de procréer tant que les crimes passés ne sont pas révélés. Il n’en reste pas moins que le cinéaste porte un regard intéressant et nuancé sur la naissance et les premières années du régime est-allemand.

La RDA de l’après-guerre n’y est pas présentée sous le seul prisme politique de la dictature communiste. Certes, cet aspect n’est pas tu : le personnage de Kurt, qui rêve d’être artiste, est tout d’abord employé à peindre des slogans de propagande dans un atelier de fortune installé dans un immeuble partiellement détruit par les bombes de la Seconde Guerre mondiale. La propagande semble ainsi passer avant la reconstruction matérielle du pays.

Toutefois, ses qualités artistiques sont repérées par son contremaître, un ouvrier bourru, probablement communiste convaincu, qui le recommande pour intégrer les Beaux-Arts de Dresde. Dans cette RDA où tout est à (re)construire, un certain espoir existe pour cette jeunesse que symbolisent les personnages de Kurt et de Ellie, sa future compagne qui étudie la mode aux Beaux-Arts. Ayant grandi pendant la guerre, ils semblent espérer en la paix promise par le régime et vouloir profiter de leur jeunesse. Les intérêts du régime, qui souhaite construire une société nouvelle en utilisant cette jeunesse « ressuscitée de ruines[3] », semblent concorder avec les espoirs d’émancipation sociale et d’éducation que vivent les deux personnages jusque dans leur histoire d’amour. Mais le paradoxe et la violence du régime s’expriment dans le sort réservé au personnage du père de Kurt, enseignant mis au ban par le régime nazi car il refusait dans un premier temps d’adhérer au NSDAP. Alors qu’il a fini par le faire, pour des raisons pragmatiques, au début de la guerre, il se voit refuser d’enseigner par le régime communiste en raison de cette adhésion sans conviction. Son fils lui trouve un emploi d’agent de ménage, mais, conscient qu’il n’a pas d’avenir dans ce système, le père de Kurt finit par se suicider. L’espoir concentré et porté par la jeunesse doit se construire contre les générations précédentes.

Néanmoins, alors que le père de Kurt, « suiveur » durant le régime nazi, subit durement les conséquences de ce choix, le véritable criminel n’est quant à lui pas inquiété. Le personnage du futur beau-père de Kurt, Carl Seeband (joué par Sebastian Koch) – dont la trajectoire est inspirée de celle de Heinrich Eufinger[4] – est un ancien SS membre de l’« Aktion T4 ». Il a participé à la stérilisation puis à l’extermination de plusieurs dizaines de milliers de handicapés et de malades mentaux. Convaincu et calculateur, il a appliqué sans les discuter les ordres eugénistes du régime nazi. Si ses crimes sont, dans un premier temps, reconnus par les autorités soviétiques, qui l’emprisonnent, il échappe à la condamnation – probablement à mort – promise par l’officier soviétique. Un retournement de situation, lorsqu’il sauve la vie de la femme et de l’enfant de l’officier soviétique lors d’un accouchement difficile, lui permet en effet d’échapper à la justice. Il peut ainsi s’intégrer dans cette nouvelle société et retrouver ses fonctions de directeur de sa clinique gynécologique en RDA. Bourgeois à la fois conservateur et réactionnaire, il adapte ses habitus à ce que le régime peut lui offrir. Pouvant utiliser à nouveau son titre de « Professor », recevant les honneurs et les décorations du régime, il mène un train de vie bourgeois dans sa maison, où – seule concession vis-à-vis du régime – il doit accueillir une école de danse. Le personnage est parfaitement représentatif de ces anciens nazis, que le régime communiste a « réintégrés » socialement voire politiquement par le biais du Nationaldemokratische Partei Deutschlands[5]. Ironie de l’histoire, lorsque ses crimes risquent d’être dévoilés en RDA, son « ami » soviétique le pousse à fuir à l’Ouest, où ses crimes n’ont que peu de chance d’être découverts, paradoxe d’un refoulement plus fort en RFA, en raison d’une dénazification inachevée à la fin des années 1950.

C’est enfin, au fil des années, la désillusion qui s’installe pour cette jeunesse qui a cru pouvoir s’adapter et vivre sereinement en RDA. Alors qu’il est un peintre reconnu à l’Est, à qui l’on confie la réalisation de fresques monumentales et allégoriques du régime, Kurt prend conscience qu’il n’a pas d’avenir artistique en RDA malgré son succès. L’art enseigné y est normatif et politique, son professeur affirme ainsi que les seules œuvres de Picasso qu’ils peuvent étudier sont celles de jeunesse, car elles sont socialement engagées. Toute forme d’art « bourgeois » y est rejetée au profit du projet collectif, l’artiste ne devant pas avoir d’aspiration individuelle. Pour Kurt et Ellie, le confort matériel, que pouvait leur offrir leur position en RDA, importe moins que l’accomplissement personnel et artistique.

Peu avant la construction du Mur, Kurt et Ellie se rendent à Berlin pour prendre la S-Bahn à Friedrichsstrasse, au milieu d’une foule inquiète et sous le regard suspicieux de la Grenzpolizei. Quelques stations plus loin, ils descendent à Zoologischer Garten en zone occidentale, fuyant ainsi le régime comme des centaines d’autres à cette époque.

Quelques mois plus tard, alors qu’il se trouve à Düsseldorf, Kurt apprend la construction du Mur de Berlin. Ses amis lui demandent s’il avait imaginé cela possible. Sa réponse est celle à la fois ironique et résignée des habitants de l’Est. Il répond à ses interlocuteurs que la phrase « Niemand hat die Absicht, eine Mauer zu errichten![6] », prononcée par le secrétaire général du SED Walter Ulbricht le 15 juin 1961, deux mois avant la construction du Mur, annonçait cette dernière. À elle seule cette phrase semble illustrer pour lui l’hypocrisie du régime dans lequel il ne pouvait s’épanouir.

Crédits photographiques : copyright Diaphana,

source : http://diaphana.fr/film/l-oeuvre-sans-auteur/

 

Paul Maurice (Sorbonne Université / Universität des Saarlandes)[7]

 

Paul Maurice est doctorant en histoire allemande, en co-tutelle entre Sorbonne Université et l’Université de la Sarre et rattaché à l’UMR SIRICE. Sa thèse de doctorat, débutée en 2015, porte sur les élites au sein de l’ex-RDA, principalement à travers la figure de l’historien de l’économie Jürgen Kuczynski.

[1] Gerhard Richter, Ema (Akt auf einer Treppe), 1966, Huile sur toile, 200 cm x 130 cm, Museum Ludwig, Cologne

[2] « Gerhard Richter kritisiert “Werk ohne Autor” », in Der Tagesspiegel, 04 octobre 2018 [consulté le 10 septembre 2019]

[3] « Auferstanden aus Ruinen », Hymne de la RDA, texte de Johannes R. Becher et musique de Hanns Eisler, 1949.

[4] https://research.uni-leipzig.de/catalogus-professorum-lipsiensium/leipzig/Eufinger_451/

[5] https://fes-online-akademie.de/fileadmin/Inhalte/01_Themen/04_Erinnerung_Demokratie/dokumente/171016_PArteien_in_DDR_1985_ZB.pdf

[6] https://www.bundesregierung.de/breg-de/themen/deutsche-einheit/-niemand-hat-die-absicht-eine-mauer-zu-errichten–393932

[7] http://sirice.eu/doctorant/paul-maurice

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.