Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

           Compte rendu d’ouvrage

Daniel Argelès  Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001. Septentrion, 2017. Collection Mondes germaniques.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100094640

Pour la première fois en France, un ouvrage complet présente l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Schlesinger, auteur qui a connu plusieurs régimes politiques, Troisième Reich, Allemagne occupée, RFA, RDA et Allemagne unifiée. Les années déterminantes de son existence se sont cependant déroulées en RDA, pays où est née sa vocation et où il est devenu écrivain. Et qu’il a quitté en 1980, à la suite de l’affaire Biermann de 1976, avec cependant un visa permanent.

Klaus Schlesinger a accompagné le mouvement de l’histoire de toutes sortes de textes, nouvelles, romans, journal, reportages, essais, scénarios de films. La monographie présentée par le germaniste Daniel Argelès retrace de façon chronologique l’œuvre de cet écrivain encore peu connu hors d’Allemagne : force est de constater à quel point les césures déterminantes pour l’œuvre sont également chez lui celles de l’histoire ; une première partie est consacrée à l’œuvre écrite en RDA, qui se confronte au tabou du passé national-socialiste au pays du « socialisme réellement existant ». La période qui suit son départ pour l’Ouest est celle de la recherche d’une identité entre Est et Ouest, d’un passage incessant entre deux mondes. Les années qui ont suivi la chute du Mur remettent en perspective l’histoire allemande du XXème siècle, dont il reste principalement l’interrogation sur la mémoire du passé national-socialiste – selon la lecture proposée par D. Argelès.

En effet, dès les années 1960, Schlesinger devient un auteur inconfortable qui met en scène les dernières heures du plus jeune participant au soulèvement du ghetto de Varsovie (dans David), ou bien la découverte par un jeune ingénieur est-allemand bien sous tous rapports que son père figure sur une photo d’exécution de civils par la Wehrmacht (dans Michael). Dans les années 1970, le passé allemand continue à être présent comme toile de fond d’un contexte politique  pesant, celui d’une RDA qui se fige dans un immobilisme paralysant, où Schlesinger et sa compagne Bettina Wegner, chanteuse engagée , sont peu à peu englués à leur tour. En 1980, ils partiront comme nombre d’autres intellectuels est-allemands dans le sillage du chanteur Wolf Biermann, destitué de sa nationalité de RDA en 1977.  Klaus Schlesinger avait été exclu de l’Union des écrivains et voyait donc ses possibilités de travail restreintes.

Suit alors la période de la découverte de l’Ouest : vivant pendant dix ans dans un squat de Berlin-Ouest, Klaus Schlesinger dresse un portrait ironique de la culture alternative dans son roman Matulla und Busch (Le seul de ses romans traduit en français, paru en 1990 et encore disponible en bibliothèque), un constat drôle mais amer sur la fin des utopies post-68.

La chute du Mur qui met fin à la partition de l’Allemagne en 1989 réoriente l’œuvre vers un nouveau bilan d’étape : dans une période d’accélération apparente des changements politiques, Schlesinger se tourne vers la forme du journal (Fliegender Wechsel) pour garder la trace autobiographique de brusques évolutions qui modifient aussi l’identité de l’auteur. Toute l’analyse de Daniel Argelès, qui tient compte avec rigueur d’un contexte historique et politique précis, est fondée sur un travail d’archives minutieux qui lui permet de dégager les grandes constantes de l’œuvre : elles se définissent par une tension permanente entre l’individuel et le collectif, le particulier et le général, l’époque contemporaine et les couches souterraines latentes. Cela apparait dans les titres choisis qui placent tous les textes dans cette opposition et cette recherche d’identité dont la faille autobiographique originale est la défaillance des pères, puis la désillusion politique. L’auteur ne se contente cependant pas de replacer l’œuvre dans son contexte politique et biographique, il la présente comme un tout placé sous la notion de passage ou liminalité, l’écriture créant un « espace d’émancipation et de construction de soi ».

Il faut souhaiter que cet ouvrage attire l’attention sur l’œuvre d’un auteur majeur méconnu et sur la nécessité d’en proposer des traductions au public francophone.

Plaque apposée à Berlin, Dunckerstraβe 4

Compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès

 


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *