Compte rendu de lecture : Rita Schober Vita – Eine Nachlese

Rita Schober – Vita  – Eine Nachlese

Ediert, kommentiert und mit Texten aus Archiven und dem Nachlass erweitert von Dorothee Röseberg. Narr Francke Attempto Verlag, Tübingen, 2018, 366 p.

Compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès

Le nom de Rita Schober (1918-2012) n’est pas familier aux lecteurs français : en tant que professeur d’études romanes en RDA, elle est surtout connue comme éditrice des œuvres complètes d’Emile Zola en allemand, et n’a publié aucun de ses travaux en français. Au-delà de sa fonction de trait d’union entre l’Allemagne et la France dans le domaine des études zoliennes, elle a traversé tous les régimes politiques de l’Allemagne du XXème siècle, défendant jusqu’au bout la théorie marxiste de la littérature, appliquée aux œuvres relevant du réalisme social.

L’ouvrage édité par Dorothee Röseberg ne relève ni de l’autobiographie, ni de la biographie, ni de l’étude historique mais emprunte des traits caractéristiques à ces trois types d’écrits, en trois parties distinctes : la première est constituée par les écrits autobiographiques de Rita Schober, restés lacunaires. Dans une seconde partie, D. Röseberg mène une enquête historique et psychologique sur les ruptures biographiques apparues en première partie. Enfin, la troisième partie présente une série de reproductions de documents historiques concernant Rita Schober, diplômes, lettres diverses, quelques photos. L’ensemble est constitué comme une mosaïque dont les multiples morceaux donnent finalement une image cohérente de la personnalité de Rita Schober.

On peut s’interroger sur le titre de l’ouvrage, « Vita », choisi de son vivant par Rita Schober elle-même : il relève à la fois de l’hagiographie et du curriculum vitae dans le langage courant. Le style de la rédaction autobiographique s’apparente presque à ce dernier, s’attachant surtout aux faits, rien qu’aux faits, et laissant très peu paraître les émotions pourtant essentielles dans le processus de remémoration. Ainsi l’auteure nous narre son existence d’un point de vue très factuel, visant l’objectivité, avec cependant de grandes lacunes. On regrette l’absence d’une chronologie générale biographique, tout comme celle d’une bibliographie des publications de la chercheuse. Née encore dans l’Empire austro-hongrois en 1918, Allemande des Sudètes, Rita Schober est issue d’un milieu modeste mais réussit à faire des études à l’Université allemande de Prague grâce à un travail acharné. L’arrière-plan politique de cette époque, y compris l’Anschluss, ne sont qu’à peine évoqués. La vie de l’auteure se concentre exclusivement sur ses études, même si elle raconte par ailleurs avoir soutenu sa thèse de doctorat dans une cave de Prague, sous les bombardements. Si l’on en croit son récit, dépourvu d’autre commentaire, son directeur de thèse Ehrhard Preissig, auquel elle vouait une très grande admiration, est tué sur le seuil de sa porte en 1945. Les recherches de Dorothee Röseberg donnent cependant un autre aperçu de cette période de l’existence de R. Schober. En effet, le professeur Preissig était un soutien des nazis, auteur d’écrits tels que Die französische Kulturpropaganda in der Tschechoslowakei 1918-1939 (1943 – traduction du titre : La propagande culturelle française en Tchécoslovaquie, 1918-1939). R. Schober omet également de mentionner sa propre appartenance au parti nazi, le NSDAP, de 1940 à 1945, dans ses textes autobiographiques. Elle n’y a fait une allusion publique qu’une seule fois dans une interview de 2011 (Ce « détail » est d’ailleurs également toujours absent de la notice Wikipédia qui lui est consacrée, alors qu’il a été révélé en 1999 dans d’autres publications, de Sonia Combe et de Ralph Jessen…). C’est surtout cette période-clef qui rend l’enquête passionnante : en 1945, Rita Schober réussit à s’inventer, inspirée peut-être par ses nombreuses lectures de fiction, un passé qui de toute évidence n’a pas existé. Elle aurait été envoyée en mission par le parti communiste tchèque comme « taupe » au sein du NSDAP. Un certificat de dénazification (« Persilschein ») obtenu dans des conditions peu claires lui permet d’être rapidement classée dans la catégorie des « antifascistes ». Dans des circonstances non entièrement élucidées, elle quitte la Bohême pour l’Allemagne en compagnie de son fiancé Robert Schober qui se trouve être un communiste sortant tout juste d’un camp de concentration. Arrivée à Halle, Rita Schober est embauchée comme assistante à l’Université de Halle et entre au SED dès sa fondation en 1946. C’est alors le début d’une longue carrière universitaire qui lui permettra de gravir tous les échelons et d’obtenir tous les honneurs en RDA (Certaines de ses décorations sont d’ailleurs reproduites en troisième partie). Les dossiers du SED avaient gardé la trace du passé « nazi » de l’enseignante, ce qui l’empêcha au début d’occuper un certain type de fonction politiquement sensible. Mais le travail acharné de Rita Schober et sa loyauté au régime à toute épreuve auront peu à peu raison des réticences que certains pouvaient encore avoir à cause des pages sombres de son passé. D’autant plus qu’elle fut soutenue en permanence par un ami indéfectible dont l’appui avait un grand poids : Viktor Klemperer, romaniste juif persécuté par les nazis, auteur d’une monumentale étude sur la « langue du Troisième Reich », nommé en 1948 à l’université de Halle. Lui-même ignorait le passé de son assistante jusqu’en 1949 et fut profondément ébranlé lorsqu’il en fut informé, comme cela apparaît dans ses « Journaux » – les passages concernés ne furent pas publiés dans l’édition de 1999, D. Röseberg  en a obtenu une copie et les cite.

Cette période essentielle de son existence fut pourtant déterminante dans la formation d’une personnalité, comme elle dut l’être pour tous ceux et celles qui ont compensé un déficit secret de légitimité par un zèle décuplé à servir le régime. Rita Schober y mit toute son intelligence et sa capacité de travail. Ce travail occupe la plus grande partie des pages qu’elle a écrites sur elle-même : il n’y est presque question que des débats théoriques auxquels elle participa autour de la littérature réaliste, et, surtout, de sa participation à des colloques internationaux qui lui permirent de tisser son réseau de relations. Ces passages ne sont pas d’une lecture passionnante, sauf à y chercher de l’inspiration pour une version est-allemande d’Un tout petit monde. On peut cependant y lire le récit intéressant de ses séjours prolongés en URSS et l’histoire de la création de l’Institut de « Romanistik » à l’Université Humboldt.

A peine apprend-on au détour d’une phrase qu’elle avait un fils, Hans. Son mari Robert Schober, quant à lui, est toujours évoqué comme l’homme généreux qui, n’ayant pas fait d’études, a fidèlement soutenu la carrière de son épouse. Il faut attendre la lecture de la seconde partie de l’ouvrage pour apprendre par l’éditrice que Rita Schober disposait à domicile d’une mère et d’une belle-mère qui élevaient son fils et d’une gouvernante qui gérait les questions  domestiques.

Le lecteur se demandera si Rita Schober, une personnalité notoirement autoritaire occupant une position de pouvoir, avait participé à la surveillance de ses collègues par la Stasi, d’autant plus qu’elle bénéficiait souvent du privilège de participer à des colloques dans des pays « non-socialistes ». Dorothee Röseberg consacre un passage à cette question et arrive à la conclusion, après consultation du dossier de l’intéressée, qu’elle n’a eu qu’une part réduite aux activités de la Stasi – conclusion étonnante lorsqu’on lit que Rita Schober a quand même livré des rapports sur nombre de ses collègues dans les années 1950. Elle entretenait de très bonnes relations avec les dignitaires qui déterminaient la politique culturelle du pays, tel Kurt Hager, avec qui elle a longtemps correspondu.

L’autre grande césure dans la vie de la chercheuse fut bien entendu celle de la réunification allemande. Rita Schober était émérite depuis 1978, mais a encore exercé une influence notable sur la vie universitaire bien après son départ, toujours consciente d’une hiérarchie très stricte qui empêchait par exemple les simples assistant/e/s de manger dans le même restaurant universitaire que les professeurs en titre (Elle fut ulcérée par le changement sur ce point après 1990). En 1989, elle avait 71 ans et dut s’adapter aux changements politiques pour conserver une partie de son influence intellectuelle. D. Röseberg montre bien comment cette intellectuelle sut se créer un nouveau réseau en soignant en particulier les relations avec ses collègues de la Freie Universität de Berlin-Ouest. En privé, elle décrivit souvent à ses correspondants étrangers la situation difficile des anciennes élites est-allemandes dont le gouvernement fédéral réduisit fortement les retraites. Tout en ne lâchant rien sur l’essentiel de ses convictions, elle fit un examen de conscience (intellectuelle) au cours des années 1990, révisant certaines de ses positions théoriques. Toujours attachée à une vision marxiste de la littérature (la critique littéraire restant à ses yeux une science sociale – p. 287), elle intégra cependant les apports du structuralisme qu’elle avait rencontré tôt lors de ses études à Prague. Elle est présentée comme la première chercheuse allemande qui a pressenti l’importance de Michel Houellebecq dans la littérature française contemporaine, replacé dans la droite ligne d’une littérature « sociale ».

La période de la fin de sa vie est marquée par un retour à la religion de son enfance, le catholicisme, proche, selon elle, de l’adhésion au Parti par certains aspects : partage de valeurs, obéissance à une hiérarchie.

Cet ouvrage trace somme toute le portrait d’un personnage ambigu, mu par une très grande ambition qui lui permit de surmonter beaucoup d’obstacles et de s’adapter à tous les régimes, tout en préservant le refuge d’une vie intellectuelle intense. C’est au prix d’un grand désinvestissement émotionnel que cette carrière a été possible, la personnalité autoritaire ne s’adoucissant qu’à la fin de sa vie en faisant de maigres confidences aux femmes qui, jusqu’au bout, ont pris soin d’elle. Mais elle laisse à la postérité ses éditions critiques des Rougon-Macquard en allemand, parues à partir de 1952 chez l’éditeur est-allemand Rütten & Loening et entre 1974 et 1977 chez l’éditeur ouest-allemand Artemis-Winkler : un chapitre important de l’histoire des transferts culturels franco-allemands.

 

 

 


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.