Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?

Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2019, 356 p.

ISBN: 978-2-379065-020-5

Le présent ouvrage livre les résultats très richement contextualisés d’une vaste enquête de terrain menée par l’auteure en deux temps, à presque dix ans d’intervalle, en 2006/2007 et 2015/16, dans cinq communautés rurales d’Allemagne de l’Est. Ces communautés rurales se sont établies sur le territoire de l’ex-RDA à la suite de l’unification, en octobre 1990, des deux Etats allemands et représentent un petit échantillon d’un phénomène quantitativement plus important.

Le fil rouge de l’analyse est indiqué dans le titre et porte tout particulièrement sur la dimension Est-Ouest du phénomène étudié, considérée sous différents angles : quels ont été les ressorts principaux (économiques, idéologiques, historiques ou autres) de cette installation numériquement remarquable de communautés « alternatives » en Allemagne de l’Est, après 1990 ? Quel rôle y ont joué les éventuels transferts culturels d’Ouest en Est ou réciproquement, qu’il s’agisse de l’héritage du mouvement alternatif ouest-allemand des années 1970/80 et de ses diverses racines intellectuelles, ou, à l’inverse, qu’il s’agisse de l’impact exercé par l’environnement est-allemand, géographiquement et socialement spécifique, sur les communautés étudiées ? Que peut-on dire des relations Est-Ouest au sein de la mouvance communautaire étudiée ?

La première partie du livre (p. 17-79) précise et contextualise cette problématique générale en définissant les diverses acceptions sociologiques ou philosophiques de la notion de communautés et en rappelant les divers mouvements d’expériences communautaires qui ont scandé l’histoire allemande, notamment dans le sillage du mouvement de Lebensreform au tournant du XXème siècle, sous la République de Weimar, ou encore dans le cadre de l’après 1968. Cette partie se clôt sur les derniers jalons de cette histoire qui précédent directement la création de communautés en Allemagne de l’Est dans la foulée de l’unification.

Les parties 2 à 6 (p. 81-292) sont consacrées aux cinq études de cas qui constituent le cœur du travail. Ces études de cas sont menées successivement de façon contrastive. L’auteure y présente de façon tout à la fois singulière et comparée les points saillants (en termes d’environnement général, d’organisation, de modèle écologique, de rapport au travail notamment) résultant de l’enquête, de sorte qu’à l’issue des cinq parties présentant les cinq communautés analysées à la loupe, le lecteur a reçu progressivement des éléments de réponse nuancés et circonstanciés aux diverses questions posées en introduction, puis dans le cours du travail. La table des matières en est le reflet précis et subtil. On est frappé de la diversité des filiations ou influences à l’œuvre : du kibboutz au réseau Longo Maï (créé en France par de jeunes Autrichiens et Suisses dans les années 1970), en passant par l’association protestante de réconciliation germano-polonaise Aktionsühnezeichen, frappé aussi de la diversité des impulsions initiales (expansion à l’Est d’une communauté ouest-allemande, réponse alternative au vieillissement démographique ou concession accordée aux alternatifs est-allemands, par exemple) ou des situations au-delà d’une analogue volonté de rupture écologique ou sociale.

La partie 7 (p. 293-328) s’attache à reprendre de façon synthétique quelques traits caractéristiques de la mouvance communautaire étudiée, en matière de subsistance, de rapport à la société, à l’espace, de relations hommes-femmes, d’éducation, tandis que la conclusion générale (p. 329-337) éclaire la spécificité du phénomène étudié à la lumière des périodisations existantes sur les phénomènes communautaires, à la lumière aussi des réflexions sur les différences et points communs entre une « génération 1968 » et une « génération 1989 ».

Le travail est richement illustré en quadrichromie de nombreuses photos prises par l’auteure au cours de son enquête, mais aussi de graphiques ou de cartes (réalisées par ses soins), ainsi que de tableaux rassemblant les informations biographiques principales relatives aux acteurs interrogés. L’enquête repose sur l’analyse de nombreuses sources archivistiques (archives Bahro, fonds Vilmar) et documentaires (brochures des communautés, sites et blogs internet) ainsi que sur l’étude du matériau d’histoire orale principalement recueilli par l’auteure elle-même, ou mis à sa disposition, à la faveur de différents séjours en immersion sur le terrain ayant permis conjointement le recours à l’observation participante.

La perspective comparatiste adoptée par l’auteure permet de mettre en lumière comme dans un miroir grossissant tout à la fois les particularités de chaque communauté, leur fonctionnement interne, leur évolution au fil du temps après l’effritement de l’enthousiasme des débuts, mais aussi les points communs, les débats qui agitent toutes les communautés : la question de l’autogestion, de la mise en commun de l’argent, la question du rapport de dépendance envers l’État, la question de l’éducation des enfants, par exemple. Les différences entre les divers projets, analysées en profondeur, concernent notamment le sous-bassement théorique sur lequel se fondent les membres de la communauté, les caractéristiques générationnelles et sociologiques des habitants, le lieu d’implantation de la communauté, plus ou moins proche d’un centre urbain important comme Berlin.

Un autre atout de l’ouvrage est d’inscrire le phénomène étudié dans une histoire culturelle allemande de longue durée. En effet, ce phénomène communautaire est analysé sur les divers arrière-plans historiques qui lui donnent sens et qui sont convoqués non seulement en première partie, mais au gré de l’étude de cas, selon les besoins de l’analyse : il s’agit notamment non seulement des mouvements de Lebensreform et de jeunesse depuis le XIXème siècle, ou du modèle du kibboutz déjà évoqués, mais aussi des expériences de socialisme utopique, et plus récemment des évolutions liées à la mouvance ésotérique du New Age. Conséquence, entre autres, de cette variété d’ancrages, les outils méthodologiques mobilisés sont divers : l’auteure se réfère notamment aux théories sociologiques sur l’organisation des sociétés, et par exemple à la notion de société alpha ou bêta (et le concept de self-reliance) de Johan Galtung1, qui distingue les sociétés guidées par un échange inégal, une division verticale du travail, le fragmentation, la marginalisation (i.e les sociétés alpha) et les sociétés organisées au contraire par l’échange équitable, le partage horizontal du travail, l’entraide, l’autonomie, la solidarité, l’intégration (i.e les sociétés bêta). Elle montre dans quelle mesure les communautés rurales d’Allemagne de l’Est tendent vers le second modèle, au prix de quelques contradictions ou aménagements qui sont toujours explicités.

La richesse du matériau empirique recueilli et des observations de contextualisation effectuées par l’auteure fait de l’ouvrage une mine d’informations intéressant un large public allant bien au-delà des seuls germanistes ou lecteurs intéressés par l’Allemagne. Les résultats de l’enquête pourront intéresser à coup sûr les sociologues de la religion ou de la famille, les anthropologues (observations sur le propre et le sale, l’alimentation) ou les géographes, mais aussi tous les passionnés d’écologie, de permaculture et de modèles de développement alternatifs.

Il s’avère donc que les communautés étudiées, choisies au départ comme objets d’analyse sur la base d’une hypothèse de travail faisant d’elles des laboratoires culturels (ou contre-culturels) de l’unification allemande en actes, représentent bien plus que cela et que leur étude permet de mettre au jour des éléments beaucoup plus profonds (rapport à l’enfant, recherche de l’authenticité, par exemple) liés à des phénomènes sociaux ou culturels à l’œuvre dans l’aire germanique. Le livre permet aussi de comprendre comment les facteurs démographiques (le vieillissement de la population en Allemagne) exercent une influence sur la structuration de ces lieux de vie alternatifs. Notons enfin qu’une des forces de la démonstration est de mettre en évidence à la fois les multiples filiations et les nombreux paradoxes caractérisant les groupes étudiés, liés par exemple aux difficultés à mettre en pratique certains idéaux comme l’autosuffisance alimentaire.

Le propos est clair, rigoureux, bien mené, l’analyse, pénétrante. Les conclusions partielles qui ponctuent chaque étude de cas sont très précieuses. Les qualités pédagogiques de l’auteure s’expriment dans les analyses iconographiques très éclairantes effectuées à partir des couvertures de brochures ou des photos présentées, et elles sont servies par une édition soignée, l’utilisation d’un beau papier qui met en valeur ces illustrations. Ainsi, l’analyse est toujours ancrée et très vivante. Le lecteur peut s’imaginer très concrètement les lieux de vie dont il est question.

En somme, l’angle d’approche très original de cet ouvrage est aussi d’une grande actualité trente ans après la chute du Mur et à l’heure où les questions écologiques sont devenues particulièrement brûlantes. Il peut être reformulé de la façon suivante : quelle fut l’incidence de l’unification allemande sur la contre-culture en Allemagne et peut-on parler d’une réunification des communautés ? Ce sujet avait été peu traité par les sciences sociales jusque-là et la plupart des publications à ce propos étaient des écrits publiés par les communautés alternatives elles-mêmes. Or, examiner cette question de la contre-culture et des communautés marginales à travers le prisme des rapports Est/Ouest s’avère, on l’a vu, très fécond, notamment pour le lecteur français qui ne connaît parfois l’Allemagne de l’Est que par un certain nombre de clichés véhiculés par les médias (le chômage, la misère sociale, l’extrême-droite…). L’auteure, à travers l’analyse des communautés installées en Allemagne de l’Est, aide le lecteur à déconstruire certains clichés sur « les Allemands » en général, notamment le rapport à la maternité, les liens hommes/femmes, et l’environnement. Mais l’intérêt de l’ouvrage va au-delà et s’inscrit dans des problématiques très actuelles. Car si l’ouvrage approche la question sous l’angle de ses spécificités allemandes (ou est- et ouest-allemandes), des phénomènes contre-culturels similaires existent et se développent aussi ailleurs dans le monde, par exemple en réaction à la mondialisation ou aux défis du changement climatique. Nous souhaitons à cet ouvrage de rencontrer la curiosité de nombreux lecteurs qui s’intéressent à ces formes de contre-cultures, et, plus généralement, à ces expériences de vies alternatives.

Elisa Goudin et Sylvie Le Grand*

* L’auteure de l’ouvrage, Anne-Marie Pailhès, de même que celles du compte rendu sont respectivement éditrice et rédactrices de ce carnet de recherches.

Illustrations :  A.M. Pailhès. Tous droits réservés.

1 Self-Reliance: a strategy for development edited by Johan Galtung, Peter O’ Brien, and Roy Preiswerk London, Bogle-L’Ouverture Publications, 1980. Pp. 422.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.