La fille qui venait d’un pays disparu. La chute du Mur vue de l’Est – Saskia Hellmund

La fille qui venait d’un pays disparu

La chute du Mur vue de l’Est

Saskia Hellmund,  Paris, éd. Les points sur les i, 2015, 77 pages

Compte rendu rédigé par Magali Ksibi, étudiante en master 2 Kulturwissenschaften, Université Paris Nanterre

L’auteur de cet ouvrage, Saskia Hellmund, est née en 1974 en Thuringe en République démocratique allemande (RDA), un pays aujourd’hui disparu. C’est de cette perte éminemment douloureuse qu’il est question à travers ce récit autobiographique publié en 2015 aux éditions Les points sur les i. L’ouvrage a été rédigé uniquement en français, car l’auteur souhaitait l’offrir « aux Français désireux d’apprendre et de comprendre la complexité des évènements historiques. » En effet, vingt-cinq ans plus tôt, la chute du Mur de Berlin bouleversait profondément tout un peuple.

Saskia Hellmund est historienne de formation et a enseigné à la Sorbonne à Paris. Actuellement, elle travaille comme guide touristique en Bretagne. Elle a publié un second ouvrage sur cette nouvelle terre d’accueil où elle vit depuis 2014 : Pays perdu, pays choisi – Journal d’une jeune Allemande de l’Est. Elle apprécie beaucoup cette région de France où elle retrouve certaines similitudes avec son lieu de naissance, notamment en ce qui concerne la force du lien social et de la solidarité entre les gens.

Dans son livre La fille qui venait d’un pays disparu. La chute du Mur vue de l’Est, elle raconte qu’elle est âgée de quinze ans en 1989 lorsque les manifestations grondent en RDA pour lutter contre le pouvoir communiste en place. En l’espace de trois semaines, plus de 25 000 personnes ont fui le pays pour rejoindre la République Fédérale Allemande (RFA) à l’Ouest en passant par la Hongrie et l’Autriche. Le Mur a fini par s’effondrer dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 novembre 1989. À peine un an plus tard, en 1990, la réunification des deux Allemagnes est officielle. L’auteur déplore vivement la précipitation de l’unification du pays, n’offrant pas de période de transition. Par conséquent, il n’y a pas eu de temps d’adaptation, qui aurait pourtant été nécessaire face aux si grandes disparités de part et d’autre de la frontière, aussi bien en terme de façon de penser que de mode de vie.

De son côté Saskia Hellmund a grandi dans un milieu rural, au sein d’une famille où la religion n’était pas prépondérante. En effet, ses parents n’étaient pas croyants. Elle explique par ailleurs que son père était membre du conseil municipal pour le parti des paysans, un des quatre partis de RDA qui, comme les autres, était sous la tutelle du parti communiste.

Lorsque les manifestations ont éclaté, les discussions étaient vives au sein du cercle familial. Saskia Hellmund et sa mère étaient très critiques envers le parti. Son père par contre, bien que non communiste, restait attaché à certaines valeurs du système et en appelait ainsi à la modération face aux contestations.

Saskia Hellmund emploie dans son autobiographie une écriture fluide, personnelle et surtout dépourvue de langue de bois. L’évocation de son grand-père nazi, membre de la Waffen-SS, mais dont personne ne parlait jamais, illustre cette honnêteté avec laquelle elle cherche à rendre compte de son histoire et les nombreux silences qu’elle souhaite briser. De ce passé trouble de son grand-père, dont elle ne connaît presque rien, elle écrira que la RDA – comme toute dictature – « n’en était pas à un paradoxe près ». Le régime prétendait que plus aucun nazi ne vivait sur le sol de la RDA.

Elle dénonce la violence inouïe du régime communiste en place et le musellement de la liberté d’expression. Ainsi, dans une interview parue dans le journal L’Humanité, suite à la publication de son livre, elle dira : « J’ai vécu dans une dictature, avec toutes les contraintes que cela imposait. A l’école, les entraînements militaires, la duplicité des comportements adultes, le manque permanent. » Elle raconte les non-dits, la surveillance, l’oppression, les suicides terribles tels que ceux de certains pasteurs qui se brûlaient vifs pour dénoncer cet enfermement insoutenable. Par-dessus tout, elle révèle le silence assourdissant, l’obligation de taire les souffrances. Tout le monde devait feindre d’être heureux sans critiquer, sous peine de voir sa vie anéantie.

Elle souligne ainsi la chance qu’elle a eue de pouvoir partir étudier à l’étranger grâce à la chute du Mur et combien elle en voudra toujours à son pays de ne pas avoir su respecter la liberté individuelle.

Dans le même temps elle n’hésite pas à critiquer la façon dont son pays a été, selon elle, « annexé » par la RFA et non réunifié, car tout le système a été rejeté en bloc.

« Réunifier, c’est conjuguer, métisser, mélanger. Pour la RDA, il n’y a pas eu de compromis ni de rapprochement. On a invalidé du jour au lendemain le modèle de la société. Le pays a disparu et on a remplacé l’ensemble de son système et ses valeurs. La chute du Mur a conduit à la disparition pure et simple de mon pays. »

Le lecteur a ainsi véritablement le sentiment de détenir entre ses mains un témoignage intéressant et authentique. En effet, le sujet de la RDA reste encore de nos jours relativement tabou en Allemagne ou bien n’est abordé qu’en montrant du doigt les aspects négatifs de ce pays. L’auteur fait ainsi remarquer que son ouvrage dérangerait en Allemagne ; c’est une des raisons pour lesquelles elle a choisi de le rédiger en langue française. De la même manière, il ne lui est pas possible de voir figurer sur son passeport allemand son lieu de naissance exacte, la RDA. Or cela fut possible en France, lorsqu’elle a acquis la nationalité française.

Ce livre permet aux lecteurs français de prendre pleinement conscience des différences qui existaient entre la RDA et la RFA. L’auteur révèle l’immense souffrance qu’elle a ressentie lorsqu’elle a vu tous les particularismes de son pays effacés, reniés et même moqués. Elle cite l’exemple de la Trabant, voiture emblématique de l’Allemagne de l’Est, qui était observée comme un objet de foire par les Allemands de l’Ouest après la chute du Mur (et qui constitue pourtant le cadre idéal d’une photo de famille utilisée pour la couverture de l’ouvrage).

En soulignant sans concession, à la fois les aspects positifs et négatifs de la vie en RDA, Saskia Hellmund présente un état des lieux rare et précieux. Elle rend compte d’une mémoire qu’il convient de ne pas oublier, d’une histoire dans l’Histoire qui a également sa place à défendre. Enfin, elle souligne la nécessité de réévaluer le régime en place à cette période dans ce qu’il a su apporter de bénéfique, comme l’absence de chômage, les soins gratuits pour tous ou encore la place importante des femmes dans la société. En effet, ces dernières pouvaient conjuguer vie professionnelle et vie familiale bien plus facilement qu’à l’Ouest grâce aux nombreuses infrastructures (crèches, garderies) mises en place par le gouvernement.

Dans notre société de consommation de masse où l’individualisme est roi, Saskia Hellmund clame l’intérêt de remettre en question ce modèle de croissance à tout prix : « A l’heure d’une crise profonde du système du marché libre, les expériences et les savoir-faire des gens qui ont connu plus d’un modèle de société pourraient pourtant redevenir importants. Si on veut bien les écouter, ils vous parleront de la primauté du lien social. Ils vous raconteront comment on peut vivre heureux sans consommer. Ils vous diront la nécessité d’un État qui contrôle un minimum l’économie et qui planifie et investit suivant les besoins de la population. »

 

Cet ouvrage est par exemple disponible à la BDIC de Nanterre : http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=1/PRS=HOL/SHW?FRST=1&HLIB=920502101#920502101

Voir aussi l’analyse de Bénédicte Havard Duclos :

http://sociologie-narrative.lcsp.univ-paris-diderot.fr/IMG/pdf/recits_de_femmes.pdf

 


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.