Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique

13 décembre 2019, Université Sorbonne Nouvelle

Julien Beaufils, l’un des rédacteurs de ce carnet de recherche, a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en Études germaniques intitulée :

Le quotidien d’une « école rouge ». La politisation protéiforme du sport en République Démocratique Allemande à l’exemple de la Deutsche Hochschule fûr Köperkultur de Leipzig (1969-1990)

Directeur :
M. Armin OWZAR- Université Sorbonne Nouvelle, CEREG

Membres du jury :

M. André GOUNOT, Professeur des universités
Université de Strasbourg
 
Mme Dominique HERBET,  Professeur des universités
Université de Lille

Mme Hélène MIARD-DELACROIX, Professeur des universités 
Université Paris 4 – Paris Sorbonne

M. Armin OWZAR , Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Anne-Marie PAILHES, Maître de conférences HDR
Université Paris Nanterre

Bref résumé de la thèse

Le sport a été un des rares domaines où la RDA a atteint l’excellence mondiale, avec 519 médailles olympiques, dont 192 en or. Toutefois, pour les dirigeants du SED, « le sport n’est pas un objectif en soi, c’est un moyen d’atteindre cet objectif », comme l’avait déjà dit Erich Honecker en 1948, alors qu’il était président de la FDJ. Cette réussite sportive a cependant été acquise au prix d’un encadrement permanent et très strict de la part des autorités (moyens humains et financiers importants, dopage systématique, culte du secret, etc.). Pour le gouvernement, le sport était un outil devant servir à propager une image de puissance et d’indépendance.

Au sein de ce système, l’École supérieure allemande pour la culture physique (Deutsche Hochschule für Körperkultur, DHfK) de Leipzig a joué un rôle central, celui de courroie de transmission entre les dirigeants politiques et les sportifs de la base. Cette école fut en effet fondée dès 1950 et resta active jusqu’en 1990, date de sa dissolution par le Land de Saxe nouvellement recréé. Elle forma une grande partie des entraîneurs spécialisés dans le sport de haut niveau du pays, était considérée comme l’un des centres majeurs du pays dans la recherche sur les sciences du sport et disposait d’un dense réseau de contacts internationaux, notamment via l’accueil, pendant sa durée d’existence, de près de 2 400 étudiants étrangers issus des pays en voie de développement.

À travers des outils développés par l’Alltagsgeschichte, ce travail se propose d’étudier la DHfK comme une miniature du système sportif et sociétal est-allemand. Le but est ici d’étudier non seulement le processus de contrôle et de politisation mis en place par le régime du SED afin de s’assurer de la réalisation des objectifs fixés, mais aussi les conséquences de la prévalence de cette idéologie sur la vie quotidienne et les résultats du travail de l’ensemble des acteurs présents au sein de l’école. Au cœur de cette étude se trouve l’analyse de matériaux d’archives inédits issus des Archives fédérales allemandes, ainsi que de celles de la DHfK elle-même, actuellement conservées au sein des archives de l’Université de Leipzig. Ces dernières n’ont fait jusqu’à présent l’objet d’aucun travail de recherche.

Ce travail se concentre sur l’évolution de l’école durant les deux dernières décennies de son existence, depuis la réorientation de l’ensemble du système sportif vers les thématiques du haut-niveau jusqu’à sa dissolution.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.