Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable

Alors qu’à l’échelle nationale, les deux plus grands partis allemands s’efforcent d’aplanir leurs différends pour donner un gouvernement à un pays qui n’en a plus depuis le mois de septembre 2017, l’entente cordiale n’est toujours pas à l’ordre du jour dans les villes est-allemandes : les conflits liés à l’appréciation du passé spécifique de l’Allemagne de l’Est sont prêts à ressurgir à la moindre réévaluation publique perçue de part ou d’autre comme une provocation.

A Leipzig, c’est la nouvelle galerie de portraits des maires de la ville qui déclenche la polémique. En effet, comme c’est souvent l’usage dans les grandes cités, la métropole saxonne veut orner son hôtel de ville d’une galerie honorant ceux qui l’ont dirigée depuis l’établissement de la démocratie, ou de ce qui est considéré comme tel par les autorités municipales. Cette galerie, récemment inaugurée par le maire en poste (Burkhard Jung, social-démocrate), présente des portraits photographiques de sept maires ayant officié entre 1877 et 1937, puis entre 1990 et 2005.

Ainsi la date du début de la démocratie est fixée à l’an 1877, soit en plein Reich bismarckien, lorsque la ville a pour la première fois le statut de « grande cité » dirigée par un « Oberbürgermeister », un « super-maire », élu par l’équivalent d’un conseil municipal. Elu certes, mais au suffrage censitaire (Mehrklassenwahlrecht), c’est-à-dire un suffrage par lequel les citoyens les plus riches étaient mieux représentés. Notez que l’écriture inclusive n’est pas ici de mise : effectivement, les citoyennes ne furent alors aucunement appelées aux urnes car en tant qu’éternelles mineures, elles n’avaient pas le droit de vote. Cela n’empêche pas les dirigeants actuels de la ville – qui n’a jamais été dirigée par une femme – de considérer que l’exclusion de la moitié de l’électorat, ainsi que des soldats et des indigents (les plus pauvres dépendant de l’aide publique n’avaient pas non plus le droit de vote) n’était pas un obstacle à la démocratie. C’est donc le portrait d’Otto Georgi qui est dorénavant placé au début de la galerie « démocratique ».

Si l’évaluation de cette période ne fait plus débat aujourd’hui, il en va tout autrement de certaines autres qui renvoient à l’histoire mouvementée de la cité au XXème siècle. Il a été décidé d’un commun accord de ne pas accrocher les portraits des dirigeants de la ville pendant le Troisième Reich, à une exception près : celle du conservateur monarchiste Carl Friedrich Goerdeler. Certes, il s’est finalement opposé à la dictature nazie, et a démissionné de son poste en 1936, une attitude courageuse qui le mènera à l’opposition au régime nazi. Il fut finalement arrêté, et exécuté à Berlin en 1945. On cite toujours son opposition au déboulonnage du monument élevé à la gloire du compositeur d’origine juive, Mendelsohn-Bartholdy comme motif de sa démission. Cependant, ayant délibérément choisi la voie de la « résistance interne », il a couvert en son temps le baptême de la rue « Hitler »[1] et annulé certaines dénominations de rues décidées sous la république de Weimar pour honorer des personnalités sociales-démocrates ou socialistes telles que Karl Liebknecht et August Bebel[2]. Dès 1933, la ville dont il était responsable honorait aussi par des noms de rues les SA Walter Blümel et Alfred Kindler assassinés en 1931 et 1932, le pilote Franz Büchner, «fusillé par des ouvriers» en 1920, Haun, capitaine de frégate dont le bateau a sombré aux Malouines en 1914, Horst Wessel, SA «mort à Berlin le 23 février 1930 des suites d’un attentat marxiste», Leo Schlageter, fusillé en 1923 par les Français dans la Ruhr, Dietrich Eckhardt, mort en 1923, un ami poète d’Hitler et Walter Flex, auteur de poèmes de guerre, mort en 1917.

Il est apparemment possible dorénavant de fermer les yeux sur les ambiguïtés de ce passé-là, alors que le « passé rouge », quant à lui, ne passe toujours pas. La comparaison des dictatures, qu’on croyait passée de mode, est de nouveau d’actualité, donc les maires de la RDA ne sont plus présentables au public, ravalés au même rang que les maires nazis, selon les déclarations du maire actuel.

Voir la vidéo du quotidien de Leipzig, la Leipziger Volkszeitung, sur l’inauguration de la galerie de portraits.

L’un d’entre eux, Erich Zeigner, est au centre de la polémique. Il s’agit d’un social-démocrate, qui a présidé au destin de la ville de 1945 à 1949, soit juste pendant la période de disparition du SPD de la zone d’occupation soviétique au profit d’un nouveau parti, le SED, né de la fusion forcée du SPD avec le parti communiste KPD. Depuis la république de Weimar, Zeigner avait défendu la ligne politique du rapprochement avec les communistes ; il avait été ministre-président de Saxe pendant quelques mois en 1923 (démis de ses fonctions par Ebert pour avoir nommé deux ministres communistes) et dans la même logique, il a encore fait partie de ceux qui ont œuvré pour la création du nouveau parti unifié après la guerre. Tout juste libéré du camp de concentration de Buchenwald, il fut d’abord nommé maire en 1945 par le commandant soviétique de la ville, puis élu maire en 1946, lors d’élections encore démocratiques. Il bénéficiait d’une très bonne image auprès de la population et plusieurs lieux publics portent son nom. Il existe aujourd’hui encore un petit musée dans sa maison.

Portrait peint en 1948 par Walter Tiemann. Avec l’aimable autorisation de la Maison Erich Zeigner, Leizpig

Différents partis se sont affrontés autour de cette nouvelle bataille iconoclaste. Le parti de gauche Die Linke réclamait qu’on accroche le portrait de Zeigner dans la galerie et avait même prévu d’en offrir un exemplaire au maire Jung pour son soixantième anniversaire le 7 mars. Ce parti avait convié la presse à un ajout provisoire du portrait de Zeigner présenté sur un chevalet. A l’inverse, les libéraux du FDP accusent les politiciens de la Gauche, uniquement désignés comme « les héritiers du SED », d’employer des « méthodes de la RDA » en menant une politique « du fait accompli ». Puis les fédérations locales des sociaux-démocrates se sont elles aussi déclarées favorables à l’accrochage du portrait.

Cependant, face à la pression publique, le maire a fait volte-face et s’est finalement engagé à accrocher le portrait de Zeigner. Malgré quelques réserves, il reconnaît que Zeigner a « lutté pour une Allemagne démocratique » et « voulu du bien à sa ville ». Son portrait sera accompagné d’une notice biographique qui expliquera dans quelles circonstances il a été élu.  Pas question pourtant d’accéder à la seconde demande de Die Linke : expliquer sous chaque portrait quels ont été les différents modes de scrutin en vigueur à différentes périodes. Dernière concession cependant : une liste des maires de l’époque de la RDA sera aussi affichée, mais sans portraits et sans notices.

Cet exemple montre qu’en matière d’appréciation du passé, il existe encore deux poids et deux mesures et que le passé communiste de la RDA n’est toujours pas accepté comme partie intégrante de l’histoire. Plus d’un politicien importé de l’Allemagne de l’Ouest, comme l’actuel maire Burkhard Jung (ancien professeur de religion), souhaiterait simplement effacer cette période de l’histoire sans autre forme de procès car « la période du SED n’a pas lieu d’être » dans la galerie de portraits.  Un exemple que la journaliste Ulrike Gastmann a choisi pour illustrer sa chronique dans la Zeit du 8 mars intitulée « La démocratie ? Nous en sommes capables. L’Est n’a pas besoin de cours de rattrapage en politique ».

[1]  Voir les archives de la ville de Leipzig, Stadtarchiv, « Umbenennung », Kap. 24 Nr 1 Bd 28 (5). Lettre du 23 mars 1933. Sur la pratique dénominative à Leipzig au XXème siècle, voir : Leipzig rebaptise ses rues. Un exemple de pratique urbaine dénominative de la république de Weimar à nos jours, Pailhès, Anne-Marie

[2] Ibid. (11) et (33). Les citations entre guillemets indiquent l’argumentaire utilisé dans les archives pour justifier l’octroi de nouveaux noms.


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Une réflexion sur « Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.