Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten.

Un compte rendu de Jean Mortier, illustré de tableaux d’Ulla Walter. Qu’elle soit ici remerciée de bien avoir voulu les mettre à la disposition de notre carnet.

Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. Mitteldeutscher Verlag, 2019

A travers le récit des étapes ou des événements majeurs qui ont marqué sa vie et dont quelques œuvres, reproduites dans les 287 pages de cette autobiographie, ont été les unes la traduction immédiate et nécessaire, d’autres la résurgence de souvenirs, Ulla Walter nous livre souvent le plus intime d’elle-même (ses amours, ses mariages ratés), sauf « lorsque le fait est vraiment de nature trop privée pour être raconté ». L’histoire personnelle est donc – comme l’indique le sous-titre (Bildergeschichten) – inscrite au cœur même des tableaux, tableaux qu’elle analyse et commente (ce qui est peu commun chez un artiste) et dont elle nous livre ainsi un peu la clé.

«Chaque fois, ce que je venais immédiatement de vivre ou avais antérieurement vécu commandait de façon impérieuse le geste pictural».

C’est à Leipzig auprès de Bernhard Heisig qu’elle fait en quelque sorte ses classes. La puissance de l’œuvre la fascine, mais elle apprécie aussi les qualités humaines de ce maître à la fois tolérant et redoutablement exigeant : « Chez moi vous pouvez faire ce que vous voulez, à une condition : que ce soit bon ». C’est donc à cette école qu’elle commence à naître à l’art ou plutôt à renaître, car les premières années d’études à l’Ecole supérieure d’art de Dresde, « un repaire de nullards où la dimension politique d’une œuvre importait davantage que sa qualité artistique » ont été desséchantes : « Personne n’a eu une telle influence sur ma vie ». Cette influence du maître sur l’élève se lit incontestablement dans la première peinture, reproduite dans l’ouvrage : Fische ( 1978), mais aussi dans des œuvres postérieures : Cäsar in den Iden von März (1982), Eva mit Schlange (1986) ou Originis (1987) par exemple. Des œuvres dont on peut dire qu’elles appartiennent, par leur facture et la palette de ouleurs, au courant néo-expressionniste est-allemand des années 1980.

Eva mit Schlange, © Ulla Walter

Elle se reconnaît aussi une dette vis-à-vis de cet autre modèle que fut pour elle Rembrandt dont en 1975 (elle a alors vingt ans), elle fréquenta l’œuvre durant les nombreuses nuits qu’elle passa comme gardienne dans le Zwinger de Dresde : un « mini-job » qui lui permit, durant le temps de ses études, de subvenir à ses besoins. Sur le tableau Rembrandts Erbe [Héritage de Rembrandt] peint en 2005, le visage de Rembrandt occupe les deux tiers de la toile, le sien ne figurant, réduit, qu’à la marge. Immense hommage à Rembrandt, évident témoignage de ce que furent alors ses doutes quant à sa capacité à maîtriser l’art de peindre.

Dans son récit, Ulla Walter ne suit pas une chronologie stricte. « Une histoire chasse l’autre » Son récit est entrecoupé d’éclats d’enfance, de péripéties tantôt pénibles, tantôt loufoques en lien avec la Stasi (Celle-ci lui arrache un jour un engagement dont elle se défait rapidement), d’épisodes révélateurs de pratiques douteuses dans les écoles d’art ou encore de réflexions sur les comportements humains, les siens propres face aux autorités, ou celui des Ossis, conformistes avant, conformistes après :

«Après la chute du Mur, quasiment tous les Allemands de l’Est furent des dissidents et des victimes du régime est-allemand… Un vent de dénonciation souffla sur le pays et on ne sut s’il s’agissait d’une vraie victime ou de quelqu’un ayant pris le train en marche.»

Ulla Walter évoque à diverses reprises les difficultés rencontrées durant la RDA ; mais elle est tout aussi critique vis-à-vis de la société de consommation capitaliste où l’art n’est le plus souvent qu’un objet de spéculation : « Où est la liberté de l’art quand les prix dictent la mode ? ». Le tableau System peint en 2002 est l’illustration de l’idée que Ulla Walter ne cesse de se faire de l’art : être en prise sur le réel, se confronter à la réalité. La peinture d’Ulla Walter n’a rien d’anecdotique ou d’illustratif. Elle est au contraire fondamentalement métaphorique, comme l’est, semble-t-elle penser, souvent l’œuvre des « natifs de l’Est ». Celle-ci s’inscrirait donc de façon spécifique dans son temps et dans son milieu.

Les anecdotes dont son récit est parfois émaillé, les événements qu’elle évoque, sont, comme je l’ai dit, intimement liés à sa vie. Parmi les anecdotes, celle-ci jette un éclairage sur un pan de la contre-culture de RDA : une soirée avec Sascha Anderson et sa bande issue de ce milieu qui vire au cauchemar et dont bizarrement ou plutôt logiquement on ne trouve aucune trace dans le dossier Ulla Walter de la Stasi : Sascha Anderson, agent de cet organisme ne s’était pas dénoncé lui-même. Parmi les événements, celui qui la mena au bord de la dépression : le long et épuisant combat qu’elle dut mener quatre ans durant pour ne pas être expulsée du vieux bâtiment délabré, qu’au prix de rudes efforts elle avait restauré dans la lointaine banlieue de Berlin, car, forte de son bon droit, la propriétaire ouest-allemande, dépossédée de ce bien durant la RDA, en exigeait la restitution.

Originis © Ulla Walter

Les quelques pages que Ulla Walter consacre au groupe d’artistes un peu à la marge dont elle fit partie à la fin des années quatre-vingt, le groupe INSTABIL, nous permet d’ appréhender de façon concrète ce que furent pour ce groupe, mais aussi de façon plus générale pour tous ces groupes « inofficiels », en principe interdits mais finalement tolérés, voire même aidés financièrement, leurs rapports aux autorités, leurs conditions de production et de publications (2 catalogues autoédités), les limites imposées à leur existence publique par un pouvoir plus que jamais inquiet de voir les choses lui échapper, et leur façon de contourner les interdits.

Lorsque un jour – à une date récente sans doute -, Ulla Walter croise la route d’un Berlinois de l’Ouest, qui non seulement se révèle grand admirateur de son œuvre mais, à en juger par l’extraordinaire collection de toiles d‘artistes de l’Est qu’il possède à titre purement privé, s’est passionné pour cette peinture, Ulla Walter est envahie par l’émotion. C’était pour elle comme une revanche : revanche sur des années de dénigrement de cet art, témoignage de sa valeur et signe de sa réhabilitation nécessaire : « Je ressens un immense bonheur, car, après des années de bouleversement politique, notre art n’est visiblement en rien obsolète ». Sur un ton presque lyrique, Ulla Walter évoque alors la « rage des couleurs » du courant artistique dans lequel elle se reconnaît :

«Il y a comme une vibration d’énergie dans ces images qui captaient toute une époque…Cet ‘expressionisme est-allemand’ était très particulier. Sa virulence à la fois intellectuelle et émotionnelle galvanise le spectateur. Elle secoue sans dérouter. Elle le mobilise plutôt…Comme ces puissantes toiles originales sont des professions de foi, elles sont, regroupées en ce lieu, comme le concentré de toute la dynamique de l’époque et de la volonté de briser les carcans. Sur ces murs de Schönberg est accroché l’art qui, par sa puissance, allait préparer les événements révolutionnaires à venir… Nos coups de pinceaux rageurs étaient le signe que, rebelles, nous refusions l’obéissance.»

Ulla Walter nous offre à travers ces pages très personnelles, des fragments de vie. Qu’on aimerait compléter par un regard extérieur, celui de l’historien de l’art. Ulla Walter ne dit rien, par exemple de ce voyage en Algérie réalisé en 1989 avec le groupe de Rock LIFT de Dresde qui, à en juger par les trois tableaux exposés en 2015-2016 dans le cadre de l’exposition de Frankfurt/Oder DDR-Expressiv-Die 80er Jahre, ont considérablement influencé son traitement de la couleur. Elle ne dit rien non plus des débats et controverses auxquels donna lieu lors de la IXe exposition de Dresde le tableau Cäsar in den Iden von März, parabole peut-être de la dictature. Ce serait là le travail d’un biographe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.