Compte rendu : Johannes Nichelmann, Nachwendekinder, die DDR, unsere Eltern und das große Schweigen

Johannes Nichelmann, Nachwendekinder, die DDR, unsere Eltern und das große Schweigen, Ullstein, 2019, 266 p. [Les enfants nés après 1990, la RDA, nos parents et le grand silence]

Un compte rendu de Dominique Bouchery, conservateur, responsable des fonds allemands à La Contemporaine.

On connaissait la génération des Zonenkinder, ces Allemands de l’Est dont l’enfance a brusquement pris fin avec la chute du Mur, et qu’incarne la journaliste et écrivaine Jana Hensel (née en 1976). Johannes Nichelmann entend s’occuper de la génération d’après, les Nachwendekinder, à savoir les filles et les garçons nés entre 1985 et 1992 à l’Est de l’Allemagne. On pourra remarquer que ce bornage chronologique ne constitue pas une génération à proprement parler, mais peu importe car d’une part J. Nichelmann l’envisage de façon ouverte (en gros qui se sent Nachwendekind est libre de se définir comme tel), d’autre part l’idée générale est que ces enfants nés dans le contexte du « tournant » sont porteurs plus ou moins consciemment d’un héritage est-allemand. Dès lors, Johannes Nichelmann, journaliste de profession, entreprend de dresser un portrait sensible de cette génération qui est aussi la sienne, en pratiquant par touches successives et en mobilisant quatre sources d’informations principales : sa propre expérience biographique d’abord, qu’il complète avec celle de ses amis et relations, le témoignage des parents, enfin les avis de personnalités de la sphère publique, qu’il s’agisse de journalistes, de chercheurs, voire de « grands témoins » (dans cette dernière catégorie on trouve par exemple Roland Jahn, ancien militant des droits civiques et actuel directeur du BStU, service des archives de la police politique de l’ex-RDA ). Sa démarche se situe donc dans un entre-deux, tenant à la fois de la psychanalyse et de l’enquête sociologique ou du reportage journalistique. J. Nichelmann en éprouve d’ailleurs une certaine gêne, car se sentant par moments trop directement concerné par son sujet d’étude, il estime courir le risque de le traiter sans la distance requise. Il parvient toutefois à contourner l’obstacle en se faisant un remarquable « collecteur de paroles ». Cela lui permet de livrer une image riche et vivante de l’Allemagne en temps de réunification, rendant compte des expériences et des vécus des uns et des autres, à l’Est comme à l’Ouest.

Les protagonistes de sa génération qu’il nous fait rencontrer dans la première partie de l’ouvrage (« Comment nous avons été imprégnés par un pays que nous n’avons jamais vu ») présentent, malgré les différences de ressentis, des points communs. Leur identité d’Allemands de l’Est s’est souvent forgée dans la confrontation avec l’Ouest et l’image très négative que celui-ci leur renvoyait du pays de leurs origines. Cela les a amenés, comme c’est le cas pour l’auteur lui-même, à s’ériger en défenseurs spontanés de ce pays dont ils ne savaient rien, mais qui les avait vus naître, la RDA. J. Nichelmann raconte comment à la suite d’un déménagement au début des années 2000, il avait tenté de s’intégrer sans succès dans une localité bavaroise près d’Augsbourg. Un échec dont il conserve un souvenir douloureux. A l’occasion d’un pèlerinage quelque quinze ans plus tard grâce auquel il espère comprendre ce qui s’est joué à l’époque, il retrouve une ancienne camarade de classe qui a réussi son intégration au prix d’un sacrifice complet de son identité d’origine. Le débat entre assimilation et intégration s’en trouve rouvert, et la camarade en question dresse un parallèle sans équivoque avec les immigrés d’aujourd’hui : pas question pour elle de risquer d’être considérée comme une étrangère, il s’agit donc de se conformer en tous points au creuset culturel bavarois. La comparaison entre Ossis et immigrés dans le contexte de la crise des réfugiés de 2015 affleure à plusieurs endroits du livre, mais J. Nichelmann en reconnaît avec justesse les limites (p. 129). Il n’en demeure pas moins que les Nachwendekinder oscillent entre revendication d’une identité virtuelle (au sens où celle-ci est pour eux en grande partie « en creux ») et reniement de leurs racines connotées très péjorativement, aussi bien dans les représentations médiatiques du Unrechtsstaat que dans l’actualité la plus récente (montée de l’AfD, etc). Ainsi en va-t-il par exemple de Sandro exilé à Brême, mais originaire de Calbe (Saxe-Anhalt), une localité identifiée comme étant un « Nazi Dorf » (« patelin à nazis ») : il a fait en sorte de faire disparaître ses particularités dialectales d’Allemand de l’Est pour ne pas être renvoyé sans cesse à la Dunkeldeutschland[i], cette Allemagne honnie, foyer des extrémistes de droite dont Chemnitz (Saxe) est devenue bien malgré elle le triste symbole depuis 2018.

La question qui se pose aux Nachwendekinder est celle de la conciliation des images contradictoires et exclusives l’une de l’autre qui se rattachent à l’imaginaire de la RDA. Pour y répondre, il leur est nécessaire de revenir sur les « blancs » qui caractérisent leur identité d’enfants nés dans les derniers jours de la RDA. Pour désigner cette absence, le mot Leerstelle revient en maints passages du livre et renvoie au « grand silence » de son sous-titre. C’est précisément le recours au témoignage des parents qui va permettre de combler ces manques (Deuxième partie « De l’intrusion dans le passé est-allemand de nos parents »). J. Nichelmann et ses congénères s’accordent sur le fait qu’il y a eu effacement voire refoulement de la vie d’avant 1989 dans le récit biographique de leurs parents. A la faveur de découvertes inopinées : un uniforme de la NVA porté jadis par le père que l’on retrouve à la cave, la réception d’un coup de téléphone d’un mystérieux ex-officier instructeur destiné au père, les enfants sont intrigués par ce rappel d’un passé dont il leur manque les clefs. Il leur apparaît nécessaire de contacter les parents avec le projet explicite de les questionner sur leur passé, démarche qu’ils s’étaient interdit de faire jusqu’à présent, de peur d’ouvrir un conflit de générations. La confrontation des enfants avec leurs parents (nés dans les années 1960) donne lieu à des scènes émotionnellement intenses, mais fécondes. Certaines découvertes bouleversent : un garçon homosexuel découvre que son père, qu’il se figurait jusqu’ici comme une sorte de marginal intégré dans le système, a en fait servi d’informateur pour la police criminelle (IKM), et qu’il était de surcroît chargé… de surveiller le milieu homosexuel. Une question lancinante émerge : lorsque ces parents ont joué un rôle dans l’Etat de non droit, le plus souvent par adaptation au système, ont-ils été amenés à faire du tort à d’éventuelles victimes ? Mais de ces entretiens avec les parents, il ressort surtout une image contrastée de la vie en RDA, allant au-delà d’une dénonciation globale d’un Etat-dictature. La période du tournant représente bien évidemment un moment charnière dans cette histoire : qu’ils s’en soient plutôt bien sortis ou pas, les parents reconnaissent tous que le « moment 89 » a représenté une rupture extrêmement brutale dans leur parcours de vie, avec la nécessité de solder tout un passé du jour au lendemain : déclassement social, impossibilité d’accéder à des postes à responsabilité dans la nouvelle Allemagne, séparation, dépression, perte de repères . En outre ces échanges avec la génération des parents permettent aussi de donner accès à celle des grands-parents, affinant encore un peu plus le tableau de la vie en RDA selon les différentes époques. Le début du livre évoque d’ailleurs la rencontre de J. Nichelmann avec son grand-père sur son lit de mort, un homme rigide avec lequel il a perdu contact depuis longtemps et dont il ne sait rien. Il essaiera d’en apprendre un peu plus à son sujet en consultant son dossier au BtSU, démarche qui s’avérera décevante. Qu’à cela ne tienne : à la fin de son enquête, J. Nichelmann tombe d’accord avec son père pour qu’ils s’efforcent ensemble d’éclairer les zones d’ombre entourant la vie de ce grand-père.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un ouvrage scientifique, le livre de J. Nichelmann est riche en informations, certes délivrées de façon parfois un peu sporadique. Il offre des pistes de réflexion pour qui s’intéresse au dialogue entre générations, lequel se trouve complexifié en Allemagne par la question d’une histoire tortueuse. Son entreprise participe d’une volonté louable de faire mieux connaître ce qu’a été la vie à l’Est, trente ans après la réunification, et invite l’Allemagne à une sorte de travail sur elle-même.

En Ile-de-France, l’ouvrage est disponible à La Contemporaine.

Lien vers un entretien avec Johannes Nichelmann, disponible sur le site d’Arte jusqu’en octobre 2022.

[i] Le terme de Dunkeldeutschland (« Allemagne sombre ») a d’abord renvoyé au fait que l’ex-RDA manquait d’éclairages publics en comparaison de la partie ouest (années 90). Plus récemment il est devenu synonyme de l’Allemagne intolérante et hostile aux étrangers

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.