Compte rendu d’ouvrage: Zelba, Dans le même bateau

Zelba, Dans le même bateau, Paris : Futuropolis, 2019 (160 p.). ISBN : 978-2-7548-2852-9

Wiebke Petersen, Zelba de son nom de plume, est une auteure de bande dessinée installée en France depuis la fin des années 1990, mais née en 1973 à Aix-la-Chapelle. Durant cette enfance passée dans ce qui est encore à l’époque l’Allemagne de l’Ouest, elle pratique à haut niveau l’aviron, près d’Essen. Elle devient d’ailleurs en 1991 championne du monde junior du « deux sans barreur », une carrière de sportive qu’elle choisit de ne pas poursuivre au niveau senior, afin de pouvoir se consacrer à ses études aux Beaux-Arts.

C’est cette activité de jeune championne que Zelba décide de mettre au centre de Dans le même bateau, une bande dessinée autobiographique, rédigée en français et parue aux éditions Futuropolis en novembre 2019. Elle y croque avec un humour piquant la dureté des entraînements, les relations parfois tendues avec Britta, sa grande sœur et partenaire d’entraînement, la découverte de la sexualité ; plus largement, la vie d’une adolescente de la fin des années 1980 entre famille, études, sport et premières amours. Ce destin personnel se retrouve cependant vite confronté au cours des événements historiques : le 9 novembre 1989, le Mur tombe, un événement que Wiebke et ses amies n’apprendront que le lendemain par l’intermédiaire de Sœur Heriburg, leur professeure principale au Gymnasium catholique pour filles, où elles sont scolarisées.

L’histoire s’étend sur un peu plus de dix-huit mois : de cette fin d’année 1989 jusqu’aux championnats du monde junior d’août 1991. Durant cette période, nous assisterons à l’évolution du regard de l’héroïne sur cette autre Allemagne, et sur les gens de « là-bas », dont elle ne sait, avant la chute du Mur, que peu de choses, hormis ce qu’elle a appris par les cours d’histoire, la télévision et les Westpakete que Sœur Heriburg faisait confectionner à ses étudiantes et qu’elle envoyait par la suite à sa cousine de Dresde. Ces Autres ne sont au départ que mentionnés, vus comme de futurs rivaux, qui allaient monopoliser les places dans la future équipe d’Allemagne unifiée, comme des « pyjamonstres » aux tenues de compétition peu seyantes, mais aux physiques impressionnants, surentraîné.e.s, encadré.e.s par de sévères formateurs. Au fur et à mesure des contacts directs et des courses, les sportifs des deux côtés de ce qui devient l’ancienne frontière se rapprochent. De véritables amitiés – et parfois un peu plus – se nouent, notamment à l’été 1990, où l’euphorie de la réunification à venir est à son comble, dans une ambiance de réunion « qu’il faut avoir vécue pour comprendre » et où les petites différences culturelles et linguistiques entre désormais ancien.n.e.s Allemand.e.s de l’Ouest et de l’Est sont sources d’amusement bon enfant et de détente au sein des groupes.

Le récit se concentre sur le vécu de l’héroïne et de ses camarades ; le contexte historique étant principalement traité par quelques apartés, quelques planches où l’auteure remet son récit dans la grande histoire afin de donner aux lecteurs.trices les clés nécessaires à la bonne compréhension de la trame. Cela n’empêche pas une prise de distance critique de sa part et elle ne verse en aucun cas dans la célébration béate de la réunification et de la chute de la dictature du SED. Pour elle, par exemple :

Les Allemands de l’Est ont dû adopter sans exception tous les fonctionnements de l’Ouest. Tout ce qu’ils avaient connu jusque-là a disparu avec le marteau et le compas du drapeau.

Zelba, Dans le même bateau, p. 69.

Cependant, les protagonistes se voient malgré tout confronté.e.s aux marques encore visibles de la division, lorsque les ancien.ne.s champion.ne.s de la RDA racontent leurs carrières en tant que « diplomates en survêtement », la vie dans les KJS (Kinder- und Jugendsportschulen, des écoles en internat réservées aux athlètes de l’élite de la RDA) ou bien la dureté des entraînements et des entraîneurs. Plus frontalement, Wiebke et Kati, sa coéquipière de l’époque, tombent nez-à-nez avec un mirador, désormais abandonné, marquant l’ancienne frontière – lors d’un entraînement, une image saisissante qui est d’ailleurs celle de la couverture du livre. Enfin, plane sur l’histoire, même si elle est davantage évoquée que traitée frontalement, l’omniprésente question du dopage des athlètes de RDA.

De manière générale, la thématique de l’identité traverse tout l’ouvrage à travers différents questionnements : comment se démarquer en tant qu’individu durant cette période compliquée de l’adolescence ? Qu’est-ce qu’être allemand.e durant cette période de la réunification ? Mais également : qu’est-ce qu’être Allemand.e au début des années 1990 face aux autres nations ? Wiebke et ses camarades se voient en effet désigné.e.s comme représentant.e.s de l’équipe nationale allemande, une position difficile à accepter pour celles et ceux, venu.e.s de l’Ouest, que leur éducation a conduit.e.s à rejeter toute forme de nationalisme. Wiebke a ainsi le plus grand mal à porter la tenue officielle de l’équipe, ornée de l’aigle fédéral, qu’elle appelle « vautour », préférant arborer lors des entraînements le maillot marqué du marteau et du compas, que lui a donné un ancien rameur de l’Est.

Ainsi, Dans le même bateau offre une plongée à l’échelle de l’individu dans cette période de profonds changements qu’est la Wende, et donne une vision personnelle, à la fois drôle et touchante, de ces événements. La trame de fond historique, traitée subtilement et uniquement pour expliquer la narration, confronte les lecteurs.trices à ces interrogations cruciales de l’époque : comment rapprocher deux sociétés ayant vécu séparées pendant quarante ans et comment définir cette nouvelle identité commune ?

Pour un aperçu des graphismes de cette bande dessinée, voici une courte vidéo publiée par la maison d’édition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.