Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]

Katja Oskamp

Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]  Hanser, Berlin, 2019, 144 p.

https://www.hanser-literaturverlage.de/buch/marzahn-mon-amour/978-3-446-26414-4/

Les autorités culturelles de la RDA n’avaient de cesse d’envoyer les écrivains « dans la production », c’est-à-dire au contact du monde ouvrier pour les inciter à décrire (positivement) les réalités de l’économie socialiste. Peut-être peut-on situer dans cette lointaine filiation un courant littéraire qui continue d’explorer les expériences de la « vraie vie » pour les décrire au plus près, dans des œuvres proches de la « non-fiction ». Celles-ci ne sont pas nécessairement empreintes de tragique, mais peuvent simplement rendre compte du quotidien en proposant une analyse plus profonde qu’il n’y paraît de la réalité transcrite.  C’est la démarche de Katja Oskamp qui, fatiguée d’une existence de papier qu’elle juge sans perspectives, a décidé de plonger dans un univers qu’elle n’aurait pas découvert sans l’acte volontaire de « changer de vie », pour côtoyer les humbles et les sans-noms. Écrivaine née en 1970 à Leipzig, ancienne étudiante de l’Institut de littérature de Leipzig, elle a décidé, après des récits et romans marqués par la RDA, de tourner le dos au milieu littéraire et à une vie familiale sans surprise : « J’avais quarante-quatre ans, lorsque j’atteignis le milieu du grand lac. Ma vie était devenue fade – l’enfant envolé, le mari malade, les travaux d’écriture avec lesquels j’avais passé mon temps jusqu’ici, devenus plus que suspects.[1] »

Son choix a porté sur l’acte d’humilité suprême qui consiste à prendre soin des pieds d’autrui, une posture qui permet aussi à merveille d’avoir ce dont rêve tout sociologue : une vue d’en bas de la société. Fondue dans l’anonymat, elle a suivi une formation de pédicure, obtenu son diplôme puis s’est fait embaucher dans un cabinet situé à Berlin-Est, dans le quartier de Marzahn, au cœur des grands ensembles hérités de l’ex-RDA qui concentrent une population très hétérogène et une part non négligeable des problèmes sociaux de la ville. Après deux ans d’exercice dans cette profession, le naturel est revenu au galop et Katja Oskamp a décidé de rendre compte de son expérience en livrant au lecteur une galerie de portraits de ses clients dans un petit ouvrage qui a trouvé son public : il connaît déjà sa huitième réimpression en moins d’un an et a fait son entrée sur la liste des best-sellers du Spiegel.

Ce faisant, elle a adopté un angle d’approche particulier dans la mesure où ses portraits ne sont pas représentatifs de l’ensemble du quartier, il ne s’agit que des citoyens qui ont recours à ses services : peu de jeunes et peu d’étrangers parmi eux, et beaucoup de femmes, pour l’essentiel des personnes qui ont laissé derrière elles leur vie professionnelle. On est loin de la représentation médiatisée du quartier dans les séries telles que Dogs of Berlin qui met en scène la guerre des clans de différentes origines ethniques pour le contrôle de la drogue ou des jeux d’argent. Pas un seul patient non plus n’est originaire de l’Ouest de l’Allemagne, la fracture passant encore dans la géographie à l’intérieur de la capitale. La vision qu’elle propose reste définitivement celle d’une Allemande de l’Est qui soigne les maux et aussi les bleus à l’âme d’une génération d’ouvriers de l’ex-RDA, maintenant avancés en âge, dont le passé et l’histoire sont en quelque sorte marginalisés dans cette Allemagne qui a connu 30 ans de transformations. Une seule étrangère mentionnée n’est d’ailleurs pas une cliente : « la Russe », une femme qui se donne la mort en sautant de la tour où le salon de cosmétique est situé en rez-de-chaussée. Katja Oskamp, avec humour, se place résolument en dehors des courants dominants en affirmant qu’elle aussi, elle connaît l’un de ces réfugiés qui constituent 15% de la population du quartier : Mme Bonkat, née en 1938 à Königsberg, ville alors située en Prusse orientale, qu’elle a dû quitter en 1945.

À travers des portraits individuels ou de couples, elle brosse un panorama de la RDA après la RDA, c’est-à-dire du devenir de l’ancienne classe ouvrière qui a usé son corps, et en particulier ses pieds, dans les « Entreprises du peuple » (VEB). Les séances régulières de pédicurie sont dans le même temps pour le moins des entretiens biographiques, et souvent des séances de thérapie. Les descriptions médicotechniques au vocabulaire spécialisé font en général place, au fur et à mesure que la corne s’en va, à la biographie professionnelle et familiale et aux difficultés de l’existence quotidienne. On trouve parmi sa clientèle d’habitués un ancien livreur, une ex-vendeuse, un ex-éclairagiste du Friedrichsstadtpalast, un ancien cuisinier, des ouvriers déformés par le travail dans toutes sortes de VEB dont elle n’a pas inventé les noms, comme le VEB Aufstieg (VEB Ascension) ou VEB Perfekt (VEB Parfait) : « Je suis responsable des pieds d’anciens maçons, bouchers, d’anciennes infirmières. Il y a aussi une OS en électronique, une éleveuse de bovins, une pompiste [2].»Il faut avoir un handicap ou bien être envoyé par les services sociaux pour franchir le seuil du cabinet avant l’âge de 60 ans. D’ailleurs, les soins des pieds agissent comme révélateurs d’autres maux : alcoolisme, démence sénile, maltraitance.

L’auteure observe avec humour à quelles branches ses patients peuvent encore se raccrocher : « Ma clientèle est principalement constituée de retraités. Si j’étais sociologue, je classerais leurs passe-temps en trois catégories : chien, jardin, petit voyage. Les combinaisons les plus courantes sont « chien » plus « jardin » et « jardin » plus « petit voyage ». « Petit voyage » plus « chien » n’existe presque pas. Les passe-temps sont hérités d’un temps où ces retraités étaient jeunes, travaillaient et élevaient des enfants. À la retraite, ils continuent de s’adonner à leurs passe-temps, de façon même plus intense, mais un jour, on se dit que c’était le dernier chien, le dernier petit voyage, le dernier été au jardin[3]. » Le style concis et percutant est celui de la gouaille berlinoise livrée telle quelle ; Mme Frenzel en a fini avec les hommes, il y en a deux qu’elle a « mis en terre » (Zwei davon hat sie « unta de Erde jebracht[4].») : « Lieba zehn Dackel als een Mann[5]

La quinzaine de portraits est encadrée par des réflexions sur le processus personnel qui a amené l’écrivaine à effectuer une formation de pédicure, et sur l’amitié qui la lie à sa patronne et à ses collègues, reformant cette « communauté » de travail typique de l’Est de l’Allemagne – un aspect souligné dans le chapitre qui décrit une excursion commune, intitulée « Betriebsausflug », reprenant le nom donné aux sorties collectives effectuées par les « brigades » de travail des entreprises de la RDA. Ces clins d’œil créent une connivence avec une communauté de lecteurs dont elle affirme la présence et l’existence bien réelles – au sujet de son roman Halbschwimmer, un critique de l’Ouest lui avait reproché de trop citer dans ses ouvrages des marques de produits de la RDA[6] ! La présence des histoires de la pédicure sur la liste du Spiegel pendant des mois a montré que l’intérêt de cet ouvrage dépassait les frontières de la littérature régionale. L’ouvrage a également une valeur thérapeutique pour l’auteure. Elle écrit en fin de volume : « Je suis ici chez moi, à Berlin, et sur mon île flottante de Marzahn. Mon amour s’est liquéfié et pénètre dans les interstices les plus invraisemblables. L’amertume que je portais en moi a disparu et avec elle, les dernières traces de l’arrogance liée à la jeunesse. J’observe à la place un début de douceur liée à l’âge qui donne parfois dans un léger penchant pour le kitsch – cf les « little pink flowers » sur mes crocs. Je m’en fiche. Car personne ne me voit[7]

Le portrait de « Peggy » est, en creux, celui de l’auteure « Nous nous sommes immédiatement bien entendues ; Peggy Engelmann est une femme chaleureuse, qui va droit au but, sans prendre de pincettes et qui aime avoir le dernier mot. »[8] Katja Oskamp indique ici en peu de mots ce qui fait tout le charme de ses récits : une langue qui ne comporte ni ambages ni fioritures, qui va droit au but, à la verve berlinoise assez noire, frôlant parfois le cynisme, mais qui comporte une grande part d’autodérision. Et surtout qui traduit une réelle affection pour les personnages décrits, comme l’indique le titre : « Marzahn mon amour ».

 

Katja Oskamp lit le chapitre : « Frau Guse » :

https://zehnseiten.de/de/buecher/detail/katja-oskamp-marzahn-mon-amour-726.html

 

Entretien de l’éditeur avec trois auteures est-allemandes :

Mit Katja Oskamp, Jackie Thomae und Carolin Würfel in Ostdeutschland  :https://hanser-rauschen.podigee.io/17-mauerfall

 

 

[1] « Ich war vierundvierzig Jahre alt, als ich die Mitte des großen Sees erreichte. Mein Leben war fad geworden – das Kind flügge, der Mann krank, die Schreiberei, mit der ich es bisher verbracht hatte, mehr als fragwürdig », p. 7.

[2] «  Ich betreue die Füße von ehemaligen Maurern, Fleischern, Krankenschwestern. Eine Elektrofacharbeiterin ist dabei, eine Rinderzüchterin, eine Tankwartin », p. 30.

[3] « Meine Kundschaft besteht größtenteils aus Rentnern. Wäre ich Soziologin, würde ich ihre Hobbys in drei Kategorien unterteilen: Hund, Garten, Kurzreise. In Kombination treten gehäuft Hund plus Garten und Garten plus Kurzreise auf. Kurzreise plus Hund kommt praktisch nie vor. Die Hobbys sind Übernahmen aus einer Zeit, da die Rentner jung waren, arbeiteten und Kinder aufzogen. Im Rentenalter werden die Hobbys weiter gepflegt, sogar intensiviert, doch irgendwann war’s der letzte Hund, die letzte Kurzreise, der letzte Sommer im Garten », p. 94.

[4] p. 45.

[5] p. 46. « Plutôt dix bassets qu’un mari ! ».

[6] Critique de la Frankfurter Rundschau, 21 janvier 2004.

[7]« Ich bin zu Hause, in Berlin, und auf meiner schwimmenden Insel in Marzahn. Meine Liebe ist flüssig geworden und passt in die unwahrscheinlichsten Zwischenräume. Das Bittere, das ich vor mir hertrug, ist verschwunden und mit ihm der letzte Rest jugendlicher Arroganz. An ihrer statt registriere ich eine beginnende Altersmilde, die zuweilen in einen leisen Hang zum Kitsch mündet, siehe little pink flowers. Ist mir egal. Es sieht mich ja keiner ». p. 139.

[8] « Wir verstanden uns auf Anhieb; Peggy Engelmann ist eine herzliche Frau, die direkt losschnattert, kein Blatt vor dem Mund nimmt und gern das letzte Wort hat », p. 102.


Auteur : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.