Unterleuten, la série télévisée de Matti Geschonnek

Une analyse rédigée par Clémentine Condé, germaniste, étudiante en Master 2 MEEF à l’université Paris Nanterre en 2019/2020.

Unterleuten – le village déchiré, une série de Matti Geschonneck

« – Il ne se passe pas grand chose ici. – On avait plus de services avant : un médecin, une pharmacie, une école, deux magasins. Maintenant, les habitants doivent se déplacer à Plausitz. […] – Cela pourrait bientôt changer. Vous allez voir, on va aller de l’avant à Unterleuten. Grâce à vous, et grâce à moi. »

Deux personnes discutent au milieu d’un champ de blé séché par le soleil de l’été, « le plus chaud depuis des années » ; derrière se dresse un clocher parmi une dizaine d’habitations, pas une voiture, les oiseaux gazouillent, tout semble paisible. Et pourtant. La tension, on le devine, naîtra du projet de ces deux personnages : Mme Pilz, une trentenaire soigneusement apprêtée dans un costume noir, et M.Seidel, le maire d’Unterleuten, un cinquantenaire habillé d’une chemise ample blanche. Le projet est l’implantation d’éoliennes dans ce petit village du Brandebourg, déjà matérialisées sur les plans millimétrés de la commerciale, Mme Pilz.

Ce dialogue et ces quelques plans sont le début d’une série en trois épisodes, diffusée sur ZDF en mars 2020, Unterleuten, d’après le roman de Juli Zeh qui avait fait l’objet d’un compte rendu sur ce carnet : un roman dont l’action se déroule dans un petit village de l’ancienne Allemagne de l’Est, traduit par Brandebourg en français, « avec des allures de série télévisée où chaque chapitre est riche en rebondissements ». De fait, seulement deux ans après sa publication en 2016, le réalisateur Matti Geschonneck décide de l’adapter en 2018 dans une série, diffusée en mars 2020. Né à Potsdam en 1952, capitale du Brandebourg, ce n’est pas la première fois que le réalisateur adapte un roman, qui plus est dont l’action se passe dans l’Allemagne de l’Est, d’hier ou d’aujourd’hui. En 2017, il avait notamment adapté le roman d’Eugen Ruge Quand la lumière décline. Roman d’une famille (In Zeiten des abnehmenden Lichts en allemand), dont l’intrigue expose l’histoire de quatre générations en Allemagne de l’Est, de la Seconde guerre mondiale aux années 2000. Si l’action du roman de Juli Zeh, Unterleuten, se déroule en 2010, les souvenirs de la RDA sont encore vifs, les allusions au passé multiples, et les choix du réalisateur Matti Geschonneck, à commencer par son casting, renforcent cette dimension du roman.

Pour rappel, l’intrigue principale repose sur les désaccords entre les habitants du village Unterleuten au sujet de l’implantation des éoliennes. Ceux-ci font progressivement émerger d’anciennes et nouvelles dissensions entre les villageois, entre les gagnants et les déçus de la RDA, entre les originaires d’Unterleuten et les nouveaux fraîchement débarqués de la ville. Ainsi, deux clans se forment progressivement, bien que certains oscillent entre les uns et les autres.

Parmi les protagonistes ex-Allemands de l’Est, on trouve Seidel (Jörg Schüttauf, acteur né à Karl-Marx-Stadt devenue Chemnitz), maire et ancien vétérinaire ; Gombrowski (Thomas Thieme, né à Weimar), fondateur de l’entreprise Ökologika, transformée en 1989 à partir d’une coopérative de production agricole et qui emploie tous les agriculteurs du village ; Kron (Hermann Beyer, né en Thuringe), ennemi de Gombrowski et fidèle aux idées communistes ; Betty Kessler (Sarina Radomski, née à Leipzig), jeune femme à la codirection d’Ökologika ; sa mère Hilde Kessler (Dagmar Manzel, née à Berlin-Est), ancienne salariée de la coopérative et veuve qui a perdu son mari peu après 1989 dans des circonstances troubles, au cœur du conflit ; la fille, le beau-fils et la petite fille de Kron, famille respectée d’Unterleuten qui peine à se positionner dans le conflit entre Kron et Gombrowski ; enfin Schaller (Charlie Hübner, né dans le Meckemburg), mécanicien suspecté dans la disparition trouble de 1991. Il est représenté dans le film comme un archétype de l’ancien Allemand de l’Est: dans le premier épisode (24 min), il apparaît pour la première fois en pleine discussion en russe, au milieu d’un bric-à-brac dans sa vieille grange, scène symbolisant une RDA toujours présente et regrettée.

Parmi les personnages caractérisés comme Allemands de l’Ouest, on découvre Mme Pilz (Mina Tander, née à Cologne), transformation féminine du personnage de Juli Zeh, M.Pilz, un quarantenaire chargé de vendre des éoliennes ; le couple Jule et Dr.Gerhard Fließ (Rosalie Thomass et Ulrich Noethen, nés à Munich), certes originaires de l’ex-Allemagne de l’Ouest mais confortablement établis à Unterleuten et fervents opposants du projet éolien ; le jeune couple originaire de Berlin, Lila Franzen et Frederick, fraîchement arrivés de Berlin avec pour projet de fonder un centre équestre ; enfin Meiler (Alexander Held, né à Munich), investisseur avide et opportuniste, qui jongle entre Mme Pilz et Lila Franzen pour tirer le meilleur parti des désaccords dans le projet des éoliennes.

Ainsi, Matti Geschonnek signe un casting singulier avec un choix très net, celui de faire interpréter les personnages autrefois Allemands de l’Est par des acteurs originaires des régions de l’ancienne Allemagne de l’Est, de même pour les Allemands de l’Ouest. Il défend ce choix lors d’une interview avec le Süddeutsche Zeitung en affirmant que « l’on sent, quand les acteurs s’identifient avec leurs personnages, qu’ils savent qui ils incarnent, comme s’ils reflétaient leur propre vécu[1]. »

Ce parti pris se traduit également par une interprétation presque caricaturale de certains personnages, ce que Juli Zeh elle-même fait remarquer au court d’une interview pour le ZDF[2]. Le personnage de Linda Franzen, notamment, apparaît selon elle moins sympathique, plus calculateur dans la série que dans le roman, par son jeu ainsi que certains plans au volant de sa voiture, filant  à grande vitesse au milieu des champs vers la ville, Berlin, où elle parlemente avec l’investisseur Meiler pour tirer un meilleur parti de son champ dans le projet d’éoliennes. Ces va-et-vient entre la campagne et la ville opposent les mondes citadins et ruraux, en associant l’Allemagne de l’Ouest à la ville et l’Allemagne de l’Est à la campagne.

Malgré ces quelques traits caricaturaux, on retrouve la diversité et la complexité des questions soulevées par Juli Zeh dans son roman, celles de l’environnement, de l’intégration des ex-Allemands de l’Est dans l’Allemagne actuelle, ainsi que le modèle familial. L’auteur admet d’ailleurs avoir redécouvert son œuvre sous un nouveau jour, notamment concernant ce dernier point[3]. Alors que Mme Pilz travaille à des kilomètres de son jeune enfant, représentée en « Mère corbeau » (Rabenmutter) dans son costume noir, Jule Fließ milite et se déplace constamment avec son bébé dans les bras. Alors que le couple Fließ s’indigne de la pollution provoquée par Schaller, leur voisin mécanicien qui brûle des pneus dans son jardin, tous deux militent contre les éoliennes, pour protéger les oiseaux mais aussi leur intérêt personnel : préserver la vue depuis leur maison. Cette contradiction s’exprime par un juste choix de répliques par le réalisateur, comme celle de Gerhard Fließ à l’égard de Schaller : « C’est un animal méchant. Je crois qu’il est un peu bête. Ici, c’était la RDA, il n’y avait pas de mouvement écologiste. » Enfin, alors que Kron adhère toujours aux idées communistes, refuse tout argent de la part de sa fille quand il en a besoin, circule sur une vieille bicyclette, il propose pourtant au maire, Seidel, de vendre son terrain pour le projet d’éoliennes, par simple vengeance envers Gombrowski. « N’est-ce pas un ressort des méchants capitalistes ? », lui répond le maire, soulignant encore ici une contradiction.

Si la série de Matti Geschonneck se distingue du roman de Juli Zeh par une interprétation différente de certains personnages (Mme Pilz, Linda Franzen) et n’est pas toujours fidèle, notamment à la fin, les moments clés du roman sont habilement mis en scène, avec un jeu d’acteur  juste (notamment le jeu de Thomas Thieme/Gombrowski), et des répliques percutantes, qui invitent à s’interroger sur de nombreux problèmes qui animent la société allemande actuelle, l’intégration des Allemands de l’Est, la place de la femme, le mouvement écologiste, la fracture entre le monde citadin et le monde rural.

NB : la série est dorénavant disponible en DVD.

[1]Christian Mayer, « Da prallen Welten aufeinander, die doch zusammengehören sollen », in Süddeutsche Zeitung,  6/03/2020. URL: https://www.sueddeutsche.de/medien/unterleuten-film-matti-geschonneck-juli-zeh-1.4832815

[2]Claudio Armbruster, « Unterleuten, das Dorf als Hölle », in ZDF, 9/03/2020. Vidéo. URL : https://www.zdf.de/nachrichten/heute-journal/unterleuten-das-dorf-als-hoelle-100.html

[3]Ibid.2020

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.