Compte rendu – Ausschluss. Das Politbüro vor dem Parteigericht. Das Verfahren 1989/1990 in Protokollen und Dokumenten.

Gerd-Rüdiger Stephan/Detlev Nakath (Hrsg.): Ausschluss. Das Politbüro vor dem Parteigericht. Das Verfahren 1989/1990 in Protokollen und Dokumenten. Berlin : Dietz Verlag 2020

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

La décomposition du parti dominant, le SED, entamée avant même la chute du Mur, s’accéléra après le 9 novembre 1989. Les signes précurseurs de cette désagrégation avaient été, entre autres, la démission le 18 octobre de Erich Honecker et son remplacement à la tête du parti par Egon Krenz et la manifestation du 4 novembre à Berlin au cours de laquelle 500 000 personnes réunies sur l’Alexanderplatz avaient dénoncé les abus de pouvoir et la corruption et réclamé la fin du rôle dirigeant du parti.

Le 8 novembre, sur proposition d’Egon Krenz, les membres du Bureau politique démissionnent collectivement. Le 23 novembre, Hans Modrow, nommé ministre-président, tente de sauver le régime en ouvrant un dialogue avec l’opposition. Le 1er décembre la chambre du peuple abolit le rôle dirigeant du parti inscrit dans la constitution. Le 3 décembre, lors de la 12ème et dernière séance du Comité central du SED, huit des anciens membres du Bureau politique, parmi lesquels Erich Honecker et Erich Mielke, ministre de la sécurité d’Etat, la Stasi, sont exclus du parti. Le congrès extraordinaire du SED qui fait l’objet de deux sessions successives (les 8 et décembre, puis les 16 et 17), ne prononce pas la dissolution du parti, eu égard notamment à ses avoirs et de ses biens. Honecker avait invoqué le « socialisme aux couleurs ». L’historien Michael Schumann veut lui en finir avec le « stalinisme aux couleurs de la RDA ». Ce congrès extraordinaire sanctionne de fait la fin du SED, qui prend le nom de SED-PDS. Le 20 janvier 1990, la question de sa dissolution est à nouveau posée ; elle est rejetée à une très large majorité. Ce fut néanmoins l’amorce d’un processus que d’anciens cadres tentèrent d’entraver mais qui allait conduire, non sans difficultés, à la naissance le 4 février 1990 d’une formation profondément renouvelée dans sa structure et son fonctionnement, le PDS, parti du socialisme démocratique.

Les 20 et 21 janvier 1990, réunie parallèlement au congrès extraordinaire, la Commission centrale d’arbitrage (Schiedskommission), qui remplaça la commission centrale de contrôle du parti, procéda à l’exclusion de 15 membres du Bureau politique de l’ancien SED. Parmi les personnalités les plus connues : Egon Krenz, Kurt Hager, chef de la commission idéologique du Bureau politique, Günter Schabowski, qui avait, par des propos improvisés ou, pour certains, calculés, lors de son intervention télévisée le 9 novembre, précipité la chute du Mur.

Dans une très longue introduction (p. 25 à 86), Gerd-Rüdiger Stephan et Detlef Nakath  retracent de façon passablement détaillée l’histoire du Bureau politique depuis l’arrivée d’Erich Honecker au pouvoir en remplacement de Walter Ulbricht (composition, structures, fonctionnement), relatent le processus qui aboutit, avec l’adoption de nouveaux statuts lors du 11ème Congrès du parti en avril 1986, à sanctionner le pouvoir quasi absolu qu’Erich Honecker détenait de fait déjà depuis longtemps (Le Comité central était, quasi autant que le Bureau politique, un cercle d’ « élus » qui ne pouvaient siéger sans l’aval explicite de Honecker ); ils rappellent en quelques pages son opposition à toute idée de réforme durant l’ère Gorbatchev, évoquent la crise économique, sociale et même politique dans laquelle la RDA, faute de réformes, finit par s’enfoncer et l’extrême confusion dans laquelle les événements de novembre 1989 précipitèrent le parti. Avec toutes les pages consacrées aux conséquences sur le parti de la période immédiatement postérieure à la chute du Mur (p. 55 à 80) cette introduction se lit, sous l’angle essentiellement politique, comme un résumé de l’histoire de la RDA durant ses dernières années d’existence.

En 1999, il y a donc vingt ans, Detlev Nakath et Gerd-Rüdiger Stephan avaient, avec le concours de l’archiviste Lothar Hornbogen, publié les actes du congrès extraordinaire de décembre 1989 et fait, en publiant notamment le discours de Hans Modrow (CD audio joint à la publication), litière de la légende selon laquelle le rejet de la proposition de dissolution de décembre 1989 aurait été le résultat d’une manipulation[1].

La présente publication des actes de la commission d’arbitrage vient très utilement compléter l’histoire des avatars de la formation politique qui succédait à l’ancien SED mais entendait rompre avec son fonctionnement et ses pratiques. Très utilement, car, comme l’écrivent les deux auteurs, dans la masse de publications consacrées à la fin de la RDA, peu d’entre elles « se sont penchées sur le processus concret qui a abouti à l’exclusion des membres du Bureau politique », alors que, selon eux, « les décisions prises alors furent d’une importance primordiale pour le PDS et la poursuite de son travail ».

Les éditeurs des actes de cette commission d’arbitrage ont jugé utile de faire précéder leur introduction de deux essais. Ils ont eu raison, car ceux-ci contribuent utilement à en décrypter le message. Dans son essai intitulé Ausschluss und Rehabilitierung – ein notwendiger Anachronismus (Exclusion et réhabilitation – un nécessaire anachronisme), Volker Schöneburg, juriste de formation et ministre de la justice du Brandebourg de 2009 à 2013, met en lumière la difficulté à laquelle le nouveau parti, successeur de l’ancien SED, s’est trouvé confronté pour sortir de la logique ancienne et marquer de façon définitive sa volonté de rupture. En procédant à l’exclusion de 15 de ses membres, le SED-PDS semblait en effet se situer dans la continuité du mouvement communiste qui depuis la fondation de l’Internationale communiste en 1919 et surtout sa « bolchévisation », avaient mis en place des pratiques de « purification », de mises au ban des soi-disant ennemis du parti, voire de liquidation de prétendus renégats qui la veille étaient encore des fidèles du régime. Jusqu’à la fin, le SED continua, sous des formes adoucies par rapport aux années cinquante surtout, à rester dans cette logique.
La façon dont se déroula cette procédure d’exclusion donna le sentiment que cette même logique restait à l’œuvre. Au travers notamment de la question posée à ces cadres supérieurs du parti, s’ils s’estimaient être devenus un poids pour le parti ou être encore en mesure de lui être utiles. Mais aussi dans la façon dont ces mêmes cadres acceptèrent « dans l’intérêt du parti » leur exclusion, allant même pour certains jusqu’à la réclamer (Kurt Hager par exemple) pour, estimait-il, accroitre le champ d’action du parti.

En abrogeant, dès 1990 par le fait de la commission d’arbitrage, puis en 1991 dans les statuts de 1991 du PDS, le délit à l’égard du parti et la pratique de la « sanction », on s’engageait certes sur la voie du renouveau. Restait néanmoins la question de la réhabilitation (premier point de l’ordre du jour de ladite commission : elle concernait près de 50 personnes dont certaines avaient effectué plusieurs années de prison). Dans la pratique communiste, la réhabilitation était le pendant de la sanction. Réhabiliter individuellement les personnes injustement sanctionnées ou condamnées, pour déviationnisme, trotskisme, social-démocratisme et autres « délits », n‘était-ce pas procéder exactement comme le faisait l’ancien parti ? N’aurait-il pas fallu au contraire prendre une mesure collective consistant à désavouer, au nom du socialisme, l’ancien système dans sa globalité et lui ôter ainsi toute légitimité ? La procédure de réhabilitation individuelle fut de ce fait un anachronisme.

Dans son essai, Tom Strohschneider, ancien rédacteur en chef de Neues Deutschland, rappelle que, dès avant novembre 1989, et tout autant après cette date, c’est à « une société démocratique écologique et sociale dans le prolongement de la tradition socialiste » qu’aspiraient tous les animateurs des divers mouvements d’opposition. Le courant réformateur au sein du SED avait, lui aussi, avant même la chute du Mur et à fortiori après, nourri l’espoir que la fin du socialisme bureaucratique serait le début du « vrai socialisme, d’un socialisme inventif ». Tout cela est largement tombé dans l’oubli. Non seulement parce que les véritables vainqueurs de l’histoire (ancien slogan de la RDA) ont tout mis en œuvre pour que ces moments d’utopie soient effacés des mémoires en polarisant l’attention et les recherches sur la Stasi et le caractère dictatorial du régime défunt.  Mais le SED-PDS se hâta lui aussi d’oublier que le parti avait été en proie à controverses et affrontements au tournant des années 89-90. Les mesures prises par la commission d’arbitrage et le refus de la direction du parti par 80 voix contre 2 de dissoudre l’organisation étaient le signe qu’on n’était pas alors encore parvenu à rompre de façon définitive et convaincante avec le passé.

Les auditions de la séance de la commission d’arbitrage, qui ne dura pas moins de 14 heures (sans interruption), constituent l’essentiel de la présente publication (un épais volume de 551 pages avec photos des personnes auditionnées)[2].

La lecture des interventions des 15 responsables n’est pas sans intérêt. Leur audition se déroule souvent sur un ton courtois (on s’excuse d’avoir fait attendre Egon Krenz 8 heures à la porte avant de l’entendre) mais tourne pour certains à la mise en accusation. C’est notamment le cas de Kurt Hager : occupant la position d’un quasi « prévenu », il essaie d’une voix lasse de se justifier, dans des termes stéréotypés et avec des arguments que personne ne veut plus entendre (Sa contribution à la philosophie marxiste-léniniste, son passé de résistant).

D’autres documents viennent en complément de ces auditions : statut de la nouvelle formation, le SED-PDS, composition de la nouvelle direction, rapport intermédiaire de la commission d’enquête sur la corruption et les abus de pouvoir, brève biographie des 14 personnes entendues par la commission et divers autres documents (Décisions du SED-PDS, articles de Neues Deutchland, autres cas de responsables politiques traités ultérieurement). Le livre se termine par un article écrit 20 ans plus tard par un journaliste de Neues Deutschland présent aux réunions de la commission d’arbitrage. Titre : La chute des dieux. Bref, on peut dire que, concernant l’histoire du SED-PDS, quasiment aucun des documents utiles pour son étude ne manque.

[1] Lothar Hornbogen/Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan (Hrsg.) : Außerordentlicher Parteitag der SED-PDS. Protokoll der Beratungen am 8./9.und 16./17.Dezember 1989 in Berlin, Berlin 1999.

Citons également l’ouvrage paru deux ans plus tôt : Hans-Hermann Hertle/Gerd-Rüdiger Stephan (Hrsg.) : Das Ende der SED. Die letzten Tage des Politbüros, Berlin 1997.

[2] Les minutes de la commission ont été enregistrées. On peut les écouter sur la page Web de la Rosa-Luxemburg-Stiftung.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.