Roger Loewig, peintre, dessinateur, poète et ami. Un ouvrage d’Anna Schädlich

Compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Anna Schädlich : Ikarus, um deinen Flug beneide ich dich. Roger Loewig, Maler, Zeichner, Dichter und Freund. Mitteldeutscher Verlag, 2018

Ce livre n’est pas une classique biographie. Le dernier terme du titre,  « Freund », ami, nous indique que nous allons pénétrer un peu dans l’intimité de l’artiste. Roger Loewig deviendra en effet, à partir de 1980, un ami très proche des Schädlich, Hans Joachim et Krista Maria, lesquels « contraints de quitter librement la RDA » vivaient depuis 1977 à Berlin-Ouest. Cette intimité, leur fille Anna Schädlich, née en 1973, la partagera dès son plus jeune âge. Avec ce livre, d’une tonalité toute personnelle, on est souvent au plus près de l’artiste.

« Icare je t’envie de voler ». Le livre emprunte son titre à une poésie de Loewig qui, lue à l’enfant, est restée dans l’oreille de l’adulte. Car Loewig, peintre, dessinateur et graveur était aussi poète. Associé au groupe de peintres-poètes de Berlin (avec Günter Grass, Christoph Meckel et quelques autres) créé en 1972, il serait, selon elle, « le plus grand Malerpoet (peintre-poète) de l’Allemagne unifiée ».

À lire tous les témoignages d’admiration dont l’œuvre graphique de Loewig fut, de son vivant, l’objet, –  témoignages à l’Est de Marga Böhmer, la veuve d’Ernst Barlach et de ceux, plus discrets, d’historiens de l’art connus, témoignages de galeristes et directeurs de musée à l’Ouest, mais aussi témoignage d’Irina Jakimowitz, directrice de la section dessins et estampes au musée national de Varsovie – à regarder les quelques reproductions de dessins, gravures et lithographies qui figurent dans l’ouvrage, à lire aussi les textes qui accompagnent ces œuvres et en sont pour ainsi dire le décryptage, on peut penser que Roger Loewig mériterait peut-être une place plus grande dans l’histoire de l’art que celle, ténue, qui lui est généralement accordée.

En 2018 Anna Schädlich commença la lecture de son livre par cette question adressée au public :  Roger Loewig. Noch nie gehört ? Roger Loewig. Jamais entendu parler ?  De fait, du temps de la RDA, le nom de Roger Loewig resta quasiment ignoré du grand public : d’abord parce que ses possibilités d’exposition furent réduites à la sphère privée tant que, autodidacte, il ne fut pas admis à l’Union des artistes. Cette admission en 1964 ne changea portant guère les choses. Une modeste exposition Loewig n’était guère connue que de de bouche à oreille. Altenbourg et Glöckner étaient du reste logés à la même enseigne. Dans le même temps, contournant la politique culturelle officielle, des musées procédaient néanmoins à quelques acquisitions. D’exposition il ne fut plus question, dès l’instant où, souffrant de ce manque de reconnaissance, Loewig se résolut à déposer une demande d’expatriation.

Son œuvre non seulement ne correspondait pas aux canons esthétiques du moment, mais aussi, et surtout, elle allait à l’encontre des thématiques souhaitées à cette époque par les autorités culturelles. Son nom n’est pas mentionné dans l’ouvrage monumental Grafik in der DDR publié en 1978 au Verlag der Kunst de Dresde qui ne retient que les œuvres reflétant une certaine « éthique révolutionnaire ». Il est du reste frappant de constater que dans cet ouvrage aucune des gravures de Lea Grundig ayant pour thème la persécution des juifs et l’holocauste, n’y figure non plus, malgré la place importante que celles-ci occupent dans son œuvre. Il est vrai aussi qu’à cette date, ayant quitté la RDA, Loewig comme tous les artistes et écrivains partis à l’Ouest, était devenu une non-personne. Étaient politiquement carrément incorrects tous les dessins à la plume et à l’encre (ainsi que quelques peintures) de l’année 1961/1962 – 20 au total, réunis sous le titre Aus Geschichte und Gegenwart (Histoire et présent) – qui étaient l’expression de cette « Maladie du Mur » (Mauerkrankheit), de ce choc qu’avait été pour lui la construction du Mur : «:Die Erschossene im Kanal » (Tuée  sur le Landwehrkanal), « Wir vor den Wachtümen » (Nous, devant les miradors)  « Flüchtlinge stürzen sich von den Dächern » (Ils sautent des toits pour fuir) « Bewachte und Bewacher » (Surveillants et surveillés), « Gescheitert an der Mauer » (Échoué au pied du Mur). Les 9 illustrations saisies par la Stasi – sur un total de 20, les 11 autres ayant été préalablement confiées à un ami – constituèrent autant de pièces à charge dans le procès qui lui fut intenté pour « atteinte à la sûreté de l’État ». Aucune ne lui fut restituée. Il n’en reste que quelques photos de piètre qualité reproduites dans le présent ouvrage : Vögel durchbrechen die Grenze (Oiseaux déjouant la frontière), Gehender und Gestürzter (Homme debout et homme à terre), Überall lauern Festnahme und Tod (Partout la prison te guette et la mort rôde).

On lui mit également sous les yeux certains de ses poèmes dans lesquels il exprimait son indignation face aux mesures prises pour rendre la frontière interallemande étanche

Vögel nisten in den Dächern

weil die Bäume keine Wohnung haben,

Und den Häusern fehlen Dächer,

Jeder Tod vermag hineinzulangen

Brücken hängen ohne Arbeit

über ihre ungebrochenen Pfeiler

Und der Strom an unseren Ufern

hat den Sog der Kiele längst vergessen

Türme heut verflucht zu wachen

Sehen mit bösen Augen in die Straßen

Schütteln Feuer auf die schwachen

Lämmer, die um Mauergräber grasen

 

Les oiseaux nichent dans les toits

Faute d’arbres pour abri

Aux maisons les toits manquent

Et la mort y pénètre

Les ponts sont suspendus pour rien

au-dessus de leurs piliers intacts

Et les quilles ne tracent plus leur sillage

au fil de la rivière

Les rues sont surveillées

du haut de tours au regard mauvais

Et l’on fait feu sur de pauvres

moutons qui paissent là

où gisent les victimes du Mur

Anna Schädlich avait eu le projet d’écrire une biographie de Roger Loewig. Projet qui tomba à l’eau avec la parution en 2011 de celle écrite par Felice Fey[1]. C’est donc un ouvrage d’une toute autre nature qu’elle nous offrit sept ans plus tard. Les citations, nombreuses, n’ont pas de référence précise. Les chapitres ne respectent pas un ordre chronologique strict.  Ils se succèdent plus ou moins au gré des albums et catalogues feuilletés ou de la consultation des écrits (poèmes, fragments de romans et de pièces de théâtre). Anna Schädlich fait une place importante aux textes accompagnant les catalogues dont elle extrait parfois des passages entiers et aux poèmes qu’elle cite souvent dans leur intégralité. Ce livre est une mosaïque, un collage d’éléments factuels glanés à de multiples sources (notamment celles de la Stasi, avec le compte rendu souvent détaillé des interrogatoires successifs), de souvenirs de cet « ami très cher » entremêlés parfois des propres souvenirs de l’autrice, de témoignages oraux recueillis sur les lieux où séjourna l’artiste, d’interviews, de lettres, du récit en partie imaginé et reconstitué à partir des séries de dessins et de gravures, d’épisodes-clés de sa vie, c’est à dire souvent des épreuves qu’il traversa : la guerre et son flot d’horreurs dont il gardera le souvenir traumatisant  toute sa vie, le Mur et ses barbelés – second  traumatisme – et enfin la prison avec le cliquetis des menottes et le bruit des verrous.

Anna Schädlich donne vie à son texte en restituant ce que lui et sa compagne ont, à un moment donné, perçu de la réalité ou l’image qu’ils s’en sont faite. Les lettres qu’ils s’échangent quand Cenzi fut forcée par les autorités de RDA à partir la première (Loewig sera retenu plusieurs jours en RDA) occupent par exemple tout un chapitre

« Sais-tu, écrit Cenzi Troike, le 27 décembre 1971, au lendemain de son arrivée en République fédérale, il y a un tas de choses ici qui sont à mourir de rire, le fait par exemple que tout fonctionne, le téléphone, les renseignements, les bus, les tramways, les distributeurs, les services, bref tout ». Loewig, le lendemain : « Ça fait deux jours que tu es dans cette Allemagne de l’Ouest merdique ». Ce qui transparaît dans ce jugement à l’emporte-pièce, c’est la nostalgie d’un univers qui lui est familier, celui de Belzig et de ses environs (« Hier je suis allé dans presque toutes les forêts situées au sud…la campagne est superbe ») et la crainte d’avoir à affronter un monde dont il sait, par avance, qu’il lui sera étranger. On ne trouvera pas dans ce livre tous les épisodes de la vie de Loewig comme dans l’ouvrage de Felice Fey. Anna Schädlich a plutôt cherché à nous rendre sensible sa relation au monde qui l’entoure et ce faisant à éclairer, à travers ses propos, ses échanges et bien sûr son œuvre, sa personnalité et son appréhension tragique du monde, tant il est vrai « qu’on ne guérit jamais de son enfance ».

Roger Loewig, avait, dès avant son passage de l’autre côté du Mur, grâce entre autres à de jeunes amis, joui en République fédérale d’une notoriété certaine ; il eut droit, après 1974 à la reconnaissance à laquelle il aspirait et qui lui avait été refusée à l’Est. Par sa facture, ses références au symbolisme, au surréalisme et à l’expressionisme, l’œuvre fut certes jugée par certains comme « inactuelle », passéiste même, au moment où, il est vrai, la documenta de Kassel privilégiait des formes artistiques en rupture avec les traditions. À en juger par les comptes rendus dans la presse, les nombreuses manifestations autour de l’œuvre, du moins jusqu’à la chute du Mur, on peut dire que l’œuvre de Loewig jouit effectivement d’une actualité certaine, même si pour le grand public elle conserva un caractère relativement confidentiel.

Cette reconnaissance reposait en partie sur un malentendu : les expositions mettaient souvent en exergue la seule dimension fantastique des représentations. Or, à travers des œuvres qui, sans jamais tomber dans le naturalisme évoquaient les horreurs de la guerre, les crimes nazis, la déchirure de l’Allemagne qui résulta de cette folie meurtrière, et toutes les violences faites aux hommes de quelque nature qu’elles soient, Loewig assignait une dimension pédagogique et morale à son travail

« Ce que je dénonce, sous une forme ou une autre, c’est tout ce qu’on inflige aux hommes sur l’ensemble de la terre, peu importe au nom de quelle loi, de quelle nation, de quelle idéologie ». (Interview de la station allemande de la BBC, 3 février 1972).

Anna Schädlich reproduit dans son livre un nombre significatif de dessins, de gravures et de lithographies, dans lesquels s’expriment, associés à de nombreux textes et poèmes et de façon récurrente les tourments et même les obsessions qui habitèrent Loewig toute sa vie. Il souffrit d’autant plus du déchirement entre les deux Allemagnes, qu’il avait été, du fait de son exil, privé de la partie de l’Allemagne dans laquelle il se sentait véritablement chez lui. Ce « chez lui » était double : c’étaient les paysages du haut Fläming en Brandebourg avec ses collines boisées (qu’il illustra abondamment, surtout après la chute du Mur, quand il trouva ou retrouva à Belzig une terre qui lui était familière), c’était aussi l’Est de l’Allemagne et ses habitants auxquels il destinait en priorité ce qu’il considérait comme son message. Le dessin à la plume et au crayon réalisé en 1973, donc 2 ans après quitté la RDA, est on ne peut plus explicite : Heimweh (nostalgie, mal du pays). Loewig ne se sentit jamais à l’aise dans la société de consommation : tous les documents reproduits dans ce livre en témoignent, les écrits, les œuvres et les lettres qu’en son absence occasionnelle il échangea avec sa compagne Crezcentia Troike (Cenzi) laquelle, étant donné la personnalité difficile de Loewig, joua souvent le rôle d’« agent ». Pour lui, l’après-guerre, ce n’étaient pas les néons, les belles voitures, un marché de l’art florissant, tout cela lui était étranger, c’était le souvenir des crimes, l’holocauste, la permanence des barbelés, la mutilation des hommes, physiquement et moralement.

La figure d’Icare associé souvent à l’image des oiseaux tient dans l’œuvre de Loewig, dans l’œuvre graphique comme dans son écriture, une place majeure.  « Warnung an Ikarus » (1966), « Ikarus Weg in die Versunkenheit » (1968, « Ikaruslegende » (1973), « Sehr kranke Vögel » (1965) sont autant d‘oeuvres reproduites sur papier glacé dans le présent ouvrage. Au fil des pages, Anna Schädlich s’efforce de décrypter le sens polysémique de ces figures, toutes tragiques.

Elle consacre tout un chapitre à la rencontre, en mars 1977, entre Loewig et Lothar Lang, le plus connu des historiens et critiques d’art de RDA. Loewig attend cette visite avec une certaine fébrilité, car le regard de Lang sur son œuvre lui importe plus que tout. Peut-être espère-t-il que par son truchement, il pourra enfin sortir de l’ombre et s’adresser au grand jour à ce public qui est le sien, dans cette partie de l’Allemagne à laquelle il reste viscéralement attaché. Ce qu’ignorait Loewig, c’était que Lang, alias « Schreiber » était informateur de la Stasi et agissait en l’occurrence en service commandé. C’est un portrait au vitriol qu’Anna Schädlich, en s’appuyant sur les rapports internes de cet organisme, dresse de la personnalité de Lang. Dans l’un de ces rapports, on peut en effet lire que Lang « est une autorité respectée dans la vie culturelle de RDA, mais pour beaucoup c’est un mufle qui a le goût de l’argent et une soif de pouvoir, qui est brutal, égoïste, cynique… vaniteux comme un paon…et qui s’est constitué une imposante collection d’œuvres d’art, dans des conditions douteuses ». Il y a peut-être dans cette appréciation une part de vérité. Mais Anna Schädlich la reproduit sans prendre la moindre distance avec elle. Nulle part elle ne mentionne que c’est à Lang que Loewig dut, dix ans plus tôt, en 1967, son unique exposition officielle en RDA, dans le cabinet des estampes de l’Institut de formation continue des maîtres. Felice Fey se montre, elle, beaucoup plus prudente et nuancée. Lang n’aurait en effet repris contact avec Loewig que tardivement, cédant à la pression de la Stasi. On peut lire dans un rapport de la « section de Potsdam du contrôle des personnes » (OPK) qu’« il est douteux que ce soit par véritable conviction politique que Schreiber ait accepté de collaborer ». Lang ne produit pas d’informations qui ne soient en réalité déjà connues de la Stasi. Il ne fournit aucun élément susceptible de nuire à ceux avec qui Loewig est encore en relation à l’Est. Ce sera du reste l’unique rencontre entre les deux hommes. On pourrait ajouter que dans son ouvrage Ein Leben für die Kunst, paru en 2009, il consacre une page entière à l’œuvre graphique de Loewig dont il souligne l’importance tout en ajoutant que c’est un univers – y compris dans les paysages – qui lui est étranger.

Loewig est mort en 1997. Le livre d’Anna Schädlich, à mi-chemin entre l’histoire d’une vie et le livre de souvenirs, s’arrête pratiquement en 1977. Avec une lettre de Christoph Meckel, un des peintres-poètes de Berlin, que l’hebdomadaire Die Zeit publia le 21 octobre. Cette longue lettre ouverte en vers libres est un appel à une reconnaissance nécessaire et urgente de l’œuvre, de toute l’œuvre, graphique et littéraire. En réalité, dans les années qui suivirent, les expositions de dessins et de lithographies furent nombreuses, en Allemagne, au Mexique etc. Loewig fut surtout le premier artiste allemand à être exposé au musée d’État d’Auschwitz. Les publications ne manquèrent pas non plus, des dessins mais aussi des récits et poèmes. Tout cela est évoqué très rapidement dans les dernières pages de l’ouvrage.  Dommage. Comment Loewig a-t-il vécu la chute du Mur, quels sentiments a –t-il éprouvé en foulant à nouveau la terre qui lui était si chère, en trouve-t-on une traduction dans son œuvre ?  Pourquoi n’est-il pas retourné vivre à Belzig, au milieu des collines du haut Fläming et resté au contraire au 14ème étage de cet immeuble du Märkisches Viertel avec vue sur un mur devenu virtuel ? La biographie de Felice Fey vient heureusement combler ce vide. Celle-ci rappelle entre autres que peu avant sa mort, à l’automne 1997, Eckhart Gillen fit figurer trois dessins de Loewig dans la grande exposition Deutschlandbilder qui eut lieu au Martin-Gropius-Bau à Berlin. Ce que furent Loewig et son œuvre est résumé dans l’article que Günter et Ursula Feis firent paraître à cette occasion dans le Tagespiegel : « Dans tout ce qu’il a écrit, peint ou dessiné, Loewig a eu constamment en tête des images d’Allemagne, elles sont l’expression d’une méditation sur son pays qui depuis 1933 porte le poids d’une infinie culpabilité mais s’en repent assez peu. Mais le cas Loewig n’est-il pas lui-même, à sa façon, une image d’Allemagne ? Et la toute petite pièce dans laquelle ses œuvres sont exposées en est le reflet on ne peut plus clair. C’est un éternel marginal qui est ici présenté… ».

« Roger Loewig, vous connaissez ? », avait demandé Anna Schädlich. Par la nature de ses œuvres (petits formats, jamais de grands tableaux susceptibles d’intéresser un marché de l’art qu’il méprisait et auquel il refusait de se soumettre), par l’image pessimiste qu’il donne de façon récurrente de la condition humaine, une image susceptible de lasser le regard, Loewig, en restant de surcroît en marge des courants artistiques à succès, s’était peut-être lui-même condamné à un certain oubli.

[1] Felice Fey : Roger Loewig. Eine Biographie, Lukas Verlag, 2011

Toutes les traductions sont de Jean Mortier.

Le site consacré au peintre permet de voir certaines de ses oeuvres :http://www.roger-loewig.de/zeichnung/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.