Compte rendu – Daniela Dahn, Rainer Mausfeld, Tam Tam und Tabu

Daniela Dahn, Rainer Mausfeld : Tam Tam und Tabu. Die Einheit : Drei Jahrzehnte ohne Bewährung, Frankfurt/Main, Westend Verlag, 2020, 192 p.

Un compte rendu de Jean Mortier.

Nul n’ignore, en Allemagne, le nom de Daniela Dahn. Redoutable polémiste, elle est, par ses analyses percutantes des effets de la réunification sur l’Est de l’Allemagne et sur ses habitants, toujours allée à contre-courant des opinions établies et des récits convenus. Rares sont ses textes qui, au moment de leur publication n’ont pas été un événement médiatique en même temps qu’un sujet de controverses.

En sera-t-il de même de celui qui vient d’être publié et dont elle est la co-autrice avec Rainer Mausfeld ? On verra.

Rainer Mausfeld est moins connu du grand public. Depuis 2015 il publie sur les méthodes de manipulation mentale dans les médias et dans la politique, et sur la transformation, perçue par lui, de la démocratie représentative en une « démocratie d’élite néolibérale » (extrait de Wikipedia).

Le présent volume comporte cinq textes : trois d’entre eux ont Daniela Dahn pour auteur, Rainer Mausfeld en signe un ; le cinquième est un échange à deux voix.

Dans le premier de ces textes, Une lecture pour tous. Revue de presse, Daniela Dahn lève le voile, jusqu’à les mettre à nu, sur les agissements et les manœuvres auxquels se sont livrés divers acteurs ouest-allemands pour aboutir à une unification qui n’était pas gagnée d’avance et qui a en définitive abouti à une reddition collective, celle des responsables politiques d’abord, celle des citoyens est-allemands enfin lors des élections de mars 1990.

Novembre 1989 : 89% des citoyens est-allemands se prononcent pour « un meilleur socialisme, un socialisme reformé ». Seuls 5% se disent partisans de la voie capitaliste (Leipzig : Institut de recherche sur la jeunesse).

Mars 90 : 89% des citoyens est-allemands – le même pourcentage qu’en novembre 1989 – se prononcent pour l’unité dans le système capitaliste. 43% au terme d’un processus lent. 38% pour une unité rapide.

Comment en est-on arrivé là ? Dans quel sens le vent a t-il soufflé pour que, en si peu de temps il y ait eu un tel retournement d’opinion ? Les électeurs ont-ils été mis face à des réalités incontournables ou ont-ils été l’objet de manœuvres et de manipulations, le jouet de la propagande ?

Daniela Dahn entend montrer que le rattachement de la RDA à la RFA – aux conditions de l’Ouest, autrement dit son annexion – était dans les cartons très tôt et que la grande presse a, à sa façon, soufflé sur le feu ou joué un rôle de rabatteur. Les dirigeants politiques – Helmut Kohl en tête – et les principaux organes de presse de l’Ouest auraient, pour atteindre ce but, eu recours au tam tam, autrement dit au matraquage de la population est–allemande pour la convaincre d’abandonner toute idée de réforme qui aurait conduit à la survie de la RDA. Elle aurait été pour ainsi dire « chauffée » à coup de fake news et de promesses qui ne seront jamais tenues.

S’appuyant pour sa démonstration sur une masse de documents, Daniela Dahn procède de façon extrêmement minutieuse à une revue de la presse de l’époque (limitée malgré tout pour l’essentiel à trois organes de presse, la situation sanitaire rendant l‘accès à d’autres sources difficile). L’exercice est de fait intéressant, car remettant en mémoire de façon chronologique la succession d’écrits et de déclarations en provenance de l’Ouest, il fait ressortir ou rappelle plusieurs choses. Il rappelle d’abord l’ampleur de la campagne de désinformation et de dénigrement, qui a pris entre autres, sous la plume de journalistes, la forme de « révélations » de prétendus scandales touchant les dirigeants est-allemands. Ces révélations qui n’étaient rien d’autre que des fake news ont sans doute, pour une part, contribué à ce revirement de l’opinion. La seconde chose que met en relief cette revue de presse, c’est que, en dépit de ce matraquage de l’opinion, l’effondrement espéré se fera un peu attendre ; les habitants de RDA demeureront assez longtemps, au moins jusqu’au début février, majoritairement hostiles à une fusion avec la RFA. Elle montre aussi que, y compris dans l’esprit de responsables économiques ouest-allemands, des solutions alternatives existaient ou du moins que l’unification n’était pas forcément l’exigence immédiate. Y avait-il une autre voie qui aurait pu éviter des dégâts économiques et psychologiques aussi catastrophiques que ceux que l’on connaît trente ans plus tard, s’interroge Daniela Dahn ? De cette voie, on ne parle pas, on ne parle plus aujourd’hui : tabou ! On a oublié que, dans leur majorité, les Allemands de l’Est ont longtemps résisté à une mainmise rapide de la RFA sur leur État. Cette réalité est jusqu’à aujourd’hui, estime Daniela Dahn, un tabou dans l’historiographie.

De grands moyens ont été mis en œuvre pour désorienter les esprits et ancrer dans les têtes l’idée qu’il n’y avait d’autre alternative que celle du rattachement sans délai de la RDA à la RFA. Helmut Kohl a fait le forcing, cela on le savait déjà. Comme le relata avec justesse le Spiegel du 12 février 1990, il fit, avec ses ministres, le choix du scénario catastrophe :

« On ne recula devant rien pour dépeindre sous un jour catastrophique les réalités médicales et industrielles. Toutes les précautions politiques, toutes les considérations économiques furent balayées. La réunification se fera sous le sceau du D-Mark ». On alla même jusqu’à prêter à Hans Modrow, ministre-président de la RDA, une phrase qu’il affirma n’avoir jamais prononcée : « C’en est fini. Nous sommes au bout du rouleau ». `

Daniela Dahn montre enfin, dans la dernière partie de son essai, que les moyens de toutes sortes – y compris financiers – mis en œuvre par la CDU pour s’assurer la majorité aux élections de mars, avaient été gigantesques. Jamais à ma connaissance cela n’avait été relaté avec une telle précision. On assiste, en la lisant, à ce qui ressemble à une véritable « fabrication » d’un processus et à la mise en condition de l’électorat. Chose parfaitement permise, avait dit un jour James Woosley, ancien directeur de la CIA, puisque c’est « pour de bons objectifs et pour la démocratie ».

Le 1er juillet 1990 Helmut Kohl pouvait, après Mendelssohn et Schubert, mettre en musique, mais à sa façon, ces vers de Ludwig Uhland auxquels Daniel Dahn fait brièvement allusion :

Il faut maintenant que tout, que tout change
Le monde embellit chaque jour
Ce qui va advenir, nul ne le sait encore
Partout les fleurs éclosent
Jusqu’à la plus lointaine, la plus profonde vallée
Pauvre cœur blessé, oublie tous tes soucis

 

Nun muß sich alles, alles wenden.

Die Welt wird schöner mit jedem Tag,

Man weiß nicht, was noch werden mag,

Das Blühen will nicht enden.

Nun armes Herz, vergiss die Qual

Nun muss sich alles, alles wenden

(Ludwig Uhland : Frühlingsglaube)

Le second texte de Daniela Dahn ne pouvait qu’être nettement plus court.  Car trente ans après l’unification, les effets de l’Union monétaire, cette « bombe atomique économique », selon un chroniqueur du Guardian, qu’elle avait été, en Allemagne, peut-être l’une des premières à dénoncer – ce qui lui avait valu parfois des torrents de critiques – ne sont plus guère contestés aujourd’hui et font parfois la une des journaux : transfert de propriété au profit des Allemands de l’Ouest, désindustrialisation, émigration massive vers l’Ouest, accroissement de la pauvreté, paysages défleuris etc.[1]

Daniela Dahn reprend dans ce court texte quelques éléments largement développés dans ses ouvrages précédents. Elle rappelle que le traité d’unification avait pour but de revenir sur toutes les dispositions prises du temps de la RDA, qu’aucune des belles promesses faites à l’époque n’a été tenue et qu’il en est résulté une presque complète dépossession des Allemands de l’Est.

L’ouvrage se clôt par un dialogue en cinq chapitres, tous autour d’un thème de portée générale à l’exception du troisième. Rainer Mausfeld développe l’idée de la nécessaire manipulation des opinions pour l’exercice du pouvoir dans les sociétés capitalistes. Les techniques employées – très étudiées aux Etats-Unis – auraient notamment fait leurs preuves dans l’effondrement de la RDA. Daniela Dahn se livre à des considérations sur les notions de propriété privée et propriété collective.

Le troisième dialogue propose des éléments de réflexion sur l’historiographie de la RDA. Daniela Dahn rappelle que dans les années soixante-dix /quatre-vingt, les chercheurs ouest-allemands avaient une approche de l’histoire de la RDA et de ses réalités économiques, sociologiques, sociales, environnementales etc. qui se voulait factuelle, aussi objective que possible et souvent comparative. Dans certains domaines la comparaison n’était pas alors toujours au désavantage de la RDA.

Après 1989 les perspectives vont radicalement changer. L’histoire de la RDA va s’écrire à partir de la fin. Quand on regarde ce sur quoi se sont, durant ces trente années, focalisés la plupart des travaux sur la RDA, on pense à ces phrases de George Orwell dans 1984 :

Si le Parti peut manipuler le passé et décider que tel ou tel événement n’a pas eu lieu, cette idée est assurément bien plus terrifiante encore que celle de la torture ou de la mort à venir. […]

Et si tous les autres acceptent le mensonge imposé par le Parti, si tous les récits concordent avec lui, ce même mensonge passe dans l’histoire et devient vérité. Qui contrôle le passé contrôle l’avenir », clame un slogan du Parti, « et qui contrôle le présent contrôle le passé. »

Qui contrôle le présent contrôle le passé. À travers de multiples dispositions – recherches sur la Stasi, films, soutien financier exclusif pour certains types de recherches etc. – la RFA s’est arrogé longtemps ce monopole interprétatif qui a conduit à une image unidimensionnelle de la RDA : régime totalitaire fondé sur la violence répressive.

Daniela Dahn convient que la RDA a eu des aspects négatifs : pratiques répréhensibles, entorses au droit, dogmatisme etc. Mais à ceux pour qui le film « La vie des autres » est l’essence même de la RDA, à ceux qui voient dans la RFA le parangon de toutes les vertus démocratiques,  Daniela Dahn oppose les avancées réalisées au cours des quarante ans d’existence de la RDA : égalité des salaires, peu d’écarts de patrimoine, absence de spéculation foncière, égalité hommes-femmes, séparation Église-État, bourses pour tous les étudiants, nombreuses crèches et jardins d’enfants, accès à la culture, suppression du § 218 et même… limitation de la vitesse sur route à 100 km/ heure.

C’est sans doute sur tous ces points que Daniela Dahn, à qui déjà dans le passé, on a reproché de peindre les réalités est-allemandes sous un jour trop favorable, sera le plus attaquable. De fait les exemples de ces avancées sont peut-être moins exemplaires qu’elle le prétend.  Le modèle agricole était-il « supérieur », comme elle l’affirme ? C’est passer un peu vite sur les méthodes d’exploitation fondées largement sur la chimie et l’emploi massif de pesticides. Était-ce par souci écologique ou par nécessité, du fait de l’état des revêtements, que la vitesse sur route et autoroutes fut limitée ? Y avait-il dans certains milieux dirigeants, dans le monde universitaire et artistique les germes d’une opposition démocratique ? J’en suis moi-même convaincu. Mais cette aspiration démocratique trouva-telle les moyens de s’exprimer ? Les deux seuls exemples que Daniela Dahn est en mesure de citer sont le texte de Rudolf Bahro L’alternative et le manifeste des opposants qui ne put, bien sûr, être publié qu’en dehors de la RDA, dans le Spiegel. C’est maigre ! Il aura fallu le sursaut de novembre 1989 pour que l’éclosion se produise.

Il n’en demeure pas moins que la lecture de ce livre est stimulante et qu’elle contribue, par bien des côtés, à remettre les pendules à l’heure.

[1] Voir aussi à ce sujet mon compte rendu du livre de Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est) https://allemagnest.hypotheses.org/1478


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.