Quel fut l’impact de la division et de la réunification de l’Allemagne sur sa toponymie ?

Réflexions sur les subtilités d’emploi des termes désignant les deux Allemagnes et leurs habitants. Un essai de Jean-Michel Pouget

Jean-Michel Pouget est maitre de conférences au département d’études germaniques de l’Université Paris Nanterre où il enseigne notamment la civilisation allemande et l’histoire des idées. (profil détaillé : https://www.parisnanterre.fr/m-jean-michel-pouget–790350.kjsp )

Le 3 octobre 1990, au terme de quarante années de division en deux États [1], l’Allemagne redevenait une nation, le peuple allemand renouait avec cette unité dont les concepteurs de la Loi fondamentale (Grundgesetz) avaient fait un impératif absolu inscrit en préambule à la constitution de 1949 qui ne valait à l’époque que pour une partie seulement du peuple allemand. « Ce qui va ensemble va maintenant grandir ensemble [2] » avait lancé l’ancien chancelier fédéral Willy Brandt au moment de la chute du Mur. Cette formule allait pourtant être cruellement démentie par la réalité des années 1990 caractérisée par la fracture persistante entre des populations devenues étrangères au terme de quatre décennies de vies séparées. Ce fossé qui n’est toujours pas totalement comblé, peut être appréhendé sous des angles multiples. Nous proposons ici un éclairage linguistique qui s’appuie sur les travaux du Leibniz Institut für Deutsche Sprache [3]. Dans une analyse de corpus consacrée aux termes clés du tournant de 1989/90 (Wendezeit) sont notamment étudiées de façon diachronique les différentes désignations des deux États allemands et de leurs habitants respectifs avant, pendant et après la chute du Mur.

Dans quelle mesure cette terminologie et ses évolutions, depuis la création de la RFA et de la RDA jusqu’à la réunification, reflètent-elles les aléas politiques de ces quarante années de division de la nation allemande ? Les aléas des relations interallemandes se sont-ils inscrits dans la langue et de quelle manière ? Afin d’esquisser une réponse à cette interrogation, nous allons retracer succinctement les grandes lignes de l’évolution de quelques termes parmi les plus fréquents en suivant une approche chronologique.

De la création des deux États (1949) à la signature du Grundlagenvertrag (1972)

Produit de la Guerre froide et de la bipolarisation de l’ordre international, la création des deux États distincts sur le sol allemand en 1949 s’est traduite par la naissance de la République fédérale d’Allemagne (Bundesrepublik Deutschland) et de la République Démocratique allemande (Deutsche Demokratische Republik)[4]. Mais, dans un contexte de Guerre froide, la terminologie officielle au sein de chacune des jeunes Républiques évitait soigneusement l’usage de ces dénominations valant reconnaissance de la légitimité de la sœur rivale. On se limitait à parler d’Allemagne de l’Ouest (Westdeutschland) en RDA et d’Allemagne de l’Est (Ostdeutschland) en RFA, ces termes géographiques permettaient d’éviter la référence à la citoyenneté contenue dans les désignations officielles et les sigles correspondants BRD et DDR. Une autre stratégie linguistique d’évitement en usage au sein de la République fédérale consistait à faire référence à la période d’occupation de l’Allemagne par les Alliés entre 1945 et 1949 : zone orientale, zone soviétique, SBZ, zone (Ostzone, Sowjetzone, SBZ [5], Zone). Ces désignations de l’autre Allemagne au moyen de termes empruntés à une période antérieure à la création de la RDA étaient un déni flagrant de reconnaissance du nouvel État voisin [6], justifié aux yeux du gouvernement de Bonn par le fait que les dirigeants est-allemands n’avaient aucune légitimité car non issus d’élections libres et démocratiques. L’usage de ces termes dépréciatifs reflétait la volonté de la RFA de s’affirmer comme le seul des deux États pouvant légitimement prétendre représenter le peuple allemand dans sa totalité[7]. Dans cette logique, l’emploi éventuel du sigle DDR par le gouvernement de Bonn s’accompagnait d’une mise à distance systématique par l’ajout de guillemets ou de l’adjectif « soi-disant » (die sogenannte DDR). Mitteldeutschland (Allemagne centrale) était un autre terme typique des années 1950-60, son emploi permettait à la RFA d’insinuer que la frontière orientale de l’Allemagne s’étendait au-delà de la fameuse ligne Oder-Neisse imposée par Staline. Côté RDA, on n’était guère moins tendre, la RFA était considérée comme l’héritière du nazisme et le régime est-allemand n’hésitait pas à qualifier les Allemands de l’Ouest de fascistes, impérialistes, revanchistes, militaristes [8]. Dans le meilleur des cas, on évoquait le gouvernement de Bonn (Bonner Regierung). Le déni linguistique mutuel de l’autre Allemagne perdurera jusqu’à la signature du Traité fondamental de 1972 (Grundlagenvertrag) ouvrant la voie de la normalisation des relations entre les deux États allemands.

Les années de statu quo : 1972-1989

L’évolution des rapports interallemands permise par la reconnaissance de facto (mais pas de jure) de l’autre État va se traduire sur le plan linguistique par des changements dans l’emploi des termes désignant l’autre Allemagne. Le Traité fondamental lui-même montrait la voie à suivre, les noms complets des deux États contenus dans le titre étant mentionnés in extenso à seize reprises dans ce court texte juridique[9]. Mais cet exemple ne sera guère suivi. Le sigle BRD ou la désignation Bundesrepublik, préférés à Bundesrepublik Deutschland, eurent la faveur du régime est-allemand dans la mesure où ces deux appellations gommaient la référence directe à l’Allemagne contenue dans le nom complet. La RDA cherchait à l’époque à promouvoir une identité plus socialiste qu’allemande [10] et à imposer la théorie des deux États séparés. L’emploi du sigle BRD et de son équivalent DDR plaçait les deux pays sur un même plan, suggérant leur équivalence et accréditant ainsi cette théorie au plan linguistique [11]. A l’inverse, durant cette phase de coexistence pacifique ou plutôt de statu quo, la conscience d’une identité allemande s’accrut en RFA en réaction à l’affirmation croissante d’une identité socialiste en RDA. C’est ainsi que s’opéra un glissement de sens des termes « allemand fédéral » (bundesdeutsch) et « allemand de l’Ouest » (westdeutsch) devenus simplement synonymes de deutsch à l’Ouest. On ne considérait implicitement comme allemand que ce qui relevait de la République fédérale [12], le nom Deutschland étant ainsi associé à la seule République fédérale et opposé à DDR [13]. Le terme le plus couramment utilisé alors en RFA pour désigner les habitants du pays voisin était celui de citoyens de RDA (DDR-Bürger / Bürger der DDR), comme s’il ne s’agissait pas aussi avant tout d’Allemands [14] ! Dès lors, il était logique que recule fortement l’usage des désignations « Allemagne de l’Ouest », « Allemagne de l’Est », « Allemands de l’Ouest », « Allemands de l’Est » [15]. Tous ces termes étaient une réminiscence de ce passé douloureux de la division et de la séparation auquel on tournait le dos à l’Est comme à l’Ouest. Il faudra attendre les événements de l’année 1989 pour que soit réactivée cette terminologie de la division restée en sommeil tant que chacun des deux États cultivait jalousement son identité, allemande en RFA, socialiste en RDA.

 

Die Wendezeit : 1989-90

La chute du Mur le 9 novembre 1989 ouvrit la perspective d’une réunification des deux peuples divisés aussi inattendue qu’inespérée. La période de transition entre la chute du Mur et la réunification le 3 octobre 1990, le fameux « tournant » (Wendezeit), fut d’une grande intensité pour les échanges entre RDA et RFA, au niveau des instances officielles des deux régimes mais aussi, fait nouveau et inédit, à celui des populations désormais libres d’entrer en contact. L’ancienne terminologie décrivant la division, qu’elle soit fondée sur le critère géopolitique (conflit Est/Ouest) ou sur la référence à la citoyenneté d’appartenance (BRD/DDR), fut à nouveau mobilisée. Parallèlement à ces réemplois de termes existants on assista à une recrudescence des désignations de toutes sortes, essentiellement pour décrire les Allemands de l’Est qui se trouvaient au centre des bouleversements politiques. Avec la réunification, on aurait pourtant pu s’attendre, comme le croyait Lothar de Maizière, à voir disparaitre les distinctions entre les Allemands puisque tous partageaient la même citoyenneté, tous étaient désormais des citoyens allemands (Bürger der Bundesrepublik, Bundesbürger). Le Premier ministre nommé au terme des seules élections libres de toute l’histoire de la RDA avait, à l’occasion de la signature du traité d’union économique et monétaire en mai 1990, formulé le souhait que disparaissent les termes discriminatoires Ossi et Wessi [16], hüben et drüben [17]. Mais il s’agissait là d’un vœu pieux et l’unification sur le papier ne pouvait suffire à combler le fossé creusé entre des populations façonnées quarante années durant par des environnements politique, économique et social aux antipodes. Leur brassage n’a fait qu’amplifier la conscience de divergences profondes qui ne demandaient qu’à s’exprimer verbalement. C’est ainsi que se sont propagés des mots familiers péjoratifs symptomatiques de la dimension émotionnelle des relations entre  les deux voisins: Bundi/Zoni, Westler/Ostler, et surtout Wessi/Ossi, paire emblématique de la Wendezeit [18]. Déjà en usage avant 1989, ces différents termes expressifs par leur brièveté (le suffixe « i » typique du langage de la jeunesse contribue à cette expressivité) vont être utilisés comme exutoire aux frustrations engendrées par la réunification, véhiculant des clichés sur les populations de chaque territoire de l’Allemagne d’avant la chute du Mur. C’est ainsi que s’établit une opposition binaire caricaturale entre des habitants de l’Est perçus à l’Ouest comme naïfs et se plaignant tout le temps (Jammerossi) et des Allemands de l’Ouest jugés arrogants et condescendants à l’Est (Besserwessi [19]). Bundi et Westler sont d’autres surnoms des habitants de l’ex-Allemagne de l’Ouest, Zoni, Ostler d’autres surnoms des habitants de l’ex-Allemagne de l’Est. L’emploi séparé de chaque terme permettait la stigmatisation de l’autre, mais pas seulement : ainsi le terme Bundi qui était, selon Ahrends (cf. supra, note 3), « une désignation affectueuse et ironique de l’Allemand de l’Ouest ». Quant à l’emploi conjoint des paires Bundi/Zoni, Westler/Ostler, Wessi/Ossi, il servait à mettre à distance les habitants des deux « camps » et à les renvoyer dos à dos. Parallèlement à la stigmatisation de l’autre dans un langage familier et à la reprise des dénominations d’avant 1989 fondées sur deux citoyennetés distinctes ou sur l’opposition Est/Ouest, s’est imposée une nouvelle terminologie permettant une différenciation des deux territoires et de leurs populations indexée sur le repère chronologique de la réunification. Les habitants de l’ex-RDA, les anciens Allemands de l’Est, ont été ainsi rebaptisés « nouveaux citoyens allemands » [20] et sont devenus résidents des cinq nouveaux Länder (fünf neue Bundesländer) qui ont officiellement rejoint la République fédérale le 3 octobre 1990. Ce glissement sémantique vers des appellations formées à partir des adjectifs ancien/nouveau présentait l’avantage (ou l’inconvénient selon la perspective adoptée) d’effacer toute trace de la division de l’Allemagne, il permettait de tirer définitivement un trait sur le passé en englobant tous les Allemands dans une seule et unique citoyenneté fédérale. La seule distinction résiduelle portait désormais sur le moment d’acquisition de cette dernière : 1990 pour les nouveaux citoyens, 1949 pour ceux de « l’ancienne République fédérale » (Bürger der alten Bundesrepublik [21]) habitant dans les « onze anciens Länder » (elf alte Bundesländer). La création du terme neue Bundesländer répondait en réalité à un besoin pratique à l’origine : il s’agissait de trouver une expression d’utilisation plus commode que le terme juridique officiel « zone de rattachement [à la RFA] » (Beitrittsgebiet) contenu dans le traité d’unification. Dès lors, les dénominations formées à partir de cette distinction ancien/nouveau se sont largement répandues. Au-delà de la commodité d’usage, elles présentaient l’indéniable avantage de la neutralité par rapport à des termes fortement connotés tels que Westdeutschland, Ostdeutschland. Toute réminiscence de la rivalité des deux États socialiste et capitaliste était écartée, cette terminologie était donc de nature à faire consensus, au prix toutefois de l’oblitération totale du passé de la RDA : la distinction entre anciens et nouveaux Länder /citoyens allemands suggère en effet une continuité historique de la seule citoyenneté fédérale, comme si l’identité est-allemande de ces territoires et de leurs habitants n’avait jamais existé.

Ce bref aperçu nous a permis de suivre les évolutions de quelques termes décrivant les deux Allemagnes et leurs habitants entre la création de deux États en 1949 et la réunification en 1990. Il donne une idée de la variabilité de cette terminologie changeante au gré des aléas des relations interallemandes dont elle est elle-même le reflet. La langue a joué le rôle de marqueur des disparités entre les deux États allemands et leurs populations respectives, elle a parfois été instrumentalisée à des fins de dépréciation ou de stigmatisation tant par les élites dirigeantes que par les populations elles-mêmes. Quand bien même les deux Allemagnes ont fini par s’unifier, la nouvelle Allemagne issue de la réunification n’est pas totalement parvenue à s’homogénéiser au point d’effacer totalement les traces des différences dans la langue d’aujourd’hui. Westdeutschland et Ostdeutschland sont encore bien loin de retrouver leur acception géographique d’origine [22].

 

[1] République fédérale d’Allemagne (RFA) et République démocratique allemande (RDA)

[2] Jetzt wächst zusammen, was zusammengehört. Sur l’origine de cette célèbre formule, on consultera : https://www.dw.com/de/willy-brandt-es-w%C3%A4chst-zusammen-was-zusammen-geh%C3%B6rt/a-16431107 (consulté le 2 juin 2021)

[3] OWID – Online-Wortschatz-Informationssystem Deutsch (2008ff.), édité par le Leibniz-Institut für Deutsche Sprache, Mannheim, www.owid.de. Concernant la langue en usage en RDA on consultera : Martin Ahrends, Allseitig gefestigt. Stichwörter zum Sprachgebrauch der DDR, München, dtv, 1989.

[4] On relèvera la dissymétrie de deux termes, l’un contenant le nom Deutschland l’autre seulement l’adjectif deutsch.

[5] SBZ : zone d’occupation soviétique (Sowjetische Besatzungszone).

[6] L’usage de l’adverbe drüben (en face/de l’autre côté) exprime le déni et l’indifférence affichés vis-à-vis de l’autre Allemagne.

[7] Principe de la « prétention à la représentation unique » (Alleinvertretungsanspruch).

[8] Westdeutsche Faschisten, Imperialisten, Revanchisten, Militaristen.

[9] Traité sur les bases des relations entre la République fédérale d’Allemagne et la République démocratique allemande (Vertrag über die Grundlagen der Beziehungen zwischen der Bundesrepublik Deutschland und der Deutschen Demokratischen Republik) du 21 décembre 1972.

[10] La constitution de 1974 dissout le lien avec la nation allemande en définissant la RDA comme « un État socialiste des travailleurs et des paysans » (ein sozialistischer Staat der Arbeiter und Bauern).

[11] En réaction aux critiques suscitées en RFA par cet usage linguistique, le gouvernement de Bonn renoncera à utiliser le sigle BRD en 1974.

[12] Dans la presse ouest-allemande par exemple, « deutsche Sportler » désignait les sportifs de RFA, « DDR-Sportler » ceux de RDA.

[13] Contrairement à la fréquence d’emploi de DDR-Bürger, les occurrences de BRD-Bürger étaient rares en Allemagne de l’Ouest.

[14] En revanche, dès qu’un DDR-Bürger réussissait à fuir de RDA et arrivait en RFA, il était aussitôt considéré comme Bundesbürger.

[15] Westdeutschland, Ostdeutschland, Westdeutsche, Ostdeutsche.

[16] Ossi : surnom des habitants de l’ex-RDA ; Wessi : surnom des habitants de l’ex-Allemagne de l’Ouest.

[17] hüben : de ce côté-ci ; drüben : de l’autre côté, en face. Ces termes étaient également en usage dans la population est-allemande.

[18] La fréquence d’emploi de tous ces termes a culminé à l’époque de la réunification pour décroître progressivement dans les années 90 et s’estomper à partir des années 2000 comme le montrent les courbes d’évolution (Wortverlaufskurven) publiées sur le site DWDS (https://www.dwds.de).

[19] Besserwessi sera élu mot de l’année en 1991, ce qui atteste de sa forte présence dans l’espace public.

[20] Neue Bundesbürger. On notera également les variantes Neubürger, Neubundesbürger. Ces derniers termes et leur équivalent Altbundesbürger ont aujourd’hui quasiment disparus (cf. courbes d’évolution sur le site https://www.dwds.de).

[21]  Variante : Alte Bundesbürger.

[22] A la question de savoir quand Ostdeutschland et Westdeutschland redeviendraient de simples notions géographiques comme le sont Norddeutschland et Süddeutschland, Willy Brandt répondait dans une interview parue dans le journal Hamburger Abendblatt le 18 mars 2015 qu’il faudrait vingt-cinq ans de plus.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.