Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ?

Un texte de Justine Guillet, issu d’un mémoire de fin d’études franco-allemandes sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)

La culture du corps libre, appelée Freikörperkultur en allemand et désignée par le sigle FKK, est l’héritage d’une longue tradition en Allemagne. Elle est la descendante du mouvement de la réforme de la vie, die Lebensreformbewegung, qui date de la fin du XIXème siècle en Allemagne et qui prône un retour à la nature.

[La Réforme de la vie] apparaît en réaction à la modernisation urbaine accélérée, l’industrialisation, l’explosion démographique. C’est une prise de conscience que la vie devient aliénante. On s’interroge sur la pollution visuelle, sonore, l’alimentation, le bio, le végétarisme voire le véganisme, les pratiques sportives, les pédagogies alternatives. Il s’agit de revenir à soi. On lève toute forme de médiation entre soi et la nature. Dans ce contexte, le vêtement est considéré comme une médiation. Il est lié à des tabous sur le corps, à la culture judéo-chrétienne. C’est le vêtement qui crée le péché. Ainsi se développe le naturisme, qui se retrouve désexualisé[1].

Dans les années 1920, ce mouvement a gagné en importance car il représentait un idéal utopique et sain. Le climat politique libéral de la République de Weimar lui était favorable. Ces « activités de loisirs sans vêtements et dans un espace délimité »[2] se caractérisent par le respect de soi et de l’environnement. L’étude se limite géographiquement et temporellement au contexte de la RDA, c’est-à-dire de 1949 à 1990. Dans ce cadre, nous étudions dans quelle mesure la culture du corps libre a été une forme de micro-résistance en RDA. Pour ce faire, le concept de « micro-résistance » de James Scott est transposé à l’étude du naturisme en RDA. À première vue, le naturisme semble être apolitique, comme un mouvement pacifiste qui n’a rien à voir avec le régime. Pourtant le concept de « résistance infra-politique » montre une réalité plus complexe.  Cette lecture permet de distinguer le discours public (public transcript) du discours caché (hidden transcript). Alberto Moreiras donne la définition suivante :

L’action infra-politique est le type d’action symbolique dans le réel qui refuse une identification avec le politique. C’est-à-dire qu’elle refuse de se comprendre comme une action politique, comme une action dans la sphère politique, qui est la sphère des relations de pouvoir entre les personnes. Elle opère une rupture avec le politique, non pas au nom du politique, mais plutôt au nom d’une affirmation essentielle qui, tout en impliquant l’éthique, ne peut se limiter à l’éthique. L’action infra-politique dépasse le politique et l’éthique, mais elle est toujours une action pratique orientée vers la relation entre les personnes[3].

Le discours caché est important pour penser la domination sans aliénation. Le texte public représente l’ensemble des interactions manifestes entre subalternes et dominants, alors que le texte caché renvoie à l’ensemble des discours et des pratiques qui se déroulent « dans le dos » du pouvoir[4]. Une communauté – en l’occurrence les naturistes – a besoin d’une structure et d’une couverture pour la résistance. Cette communauté est pratique pour éviter la surveillance à l’échelle individuelle. La communauté est, pour ainsi dire, anonyme. Il n’y a pas de meneurs à traquer, pas de listes de membres à passer au peigne fin, pas de manifestes à dénoncer, pas de manifestations sur lesquelles on risquerait d’attirer l’attention. Ces assemblées informelles sont, pourrait-on dire, les formes élémentaires de la vie politique sur lesquelles des formes plus élaborées, ouvertes et institutionnelles peuvent être construites et dont dépendra la survie de ces mêmes formes. Ces formes élémentaires expliquent aussi pourquoi le discours caché échappe à l’attention[5]. Ainsi, le pouvoir était également entre les mains de la population et pas seulement entre les mains de l’État omnipotent. C’est en ce sens que le naturisme pouvait être une forme de micro-résistance en RDA.

En fait, la RDA et la culture du corps libre […] se sont d’abord regardés avec méfiance. À l’extrême nord du pays, sur une île appelée Ahrenshoop, ont lieu les premiers affrontements violents entre la RDA et la FKK. Fornication ! ont crié les uns : Fédération culturelle pour le renouveau démocratique de l’Allemagne ! ont proclamé les autres. Sales Saxons !, ont rugi ceux-là, et les autres ont argumenté : la bourgeoisie coincée et rétrograde doit enfin accepter la vérité non déguisée[6].

En RDA, l’attitude du SED envers le naturisme était claire. Dès 1952, le ministre de l’Intérieur de la RDA qualifiait le naturisme de « sectarisme dangereux et de forme d’expression de la décadence impérialiste »[7]. « L’administration des stations balnéaires de la mer Baltique a interdit le naturisme parce qu’il y aurait eu des émeutes et des protestations liées à la baignade nue en 1953.  En 1954, l’interdiction officielle a suivi et des contrôles de police réguliers ont été introduits »[8]. Les naturistes ont immédiatement réagi à l’interdiction officielle de 1954 : « Le foyer de résistance contre ce décret officiel [se trouvait] chez les travailleurs culturels du pays »[9]. Face aux revendications des naturistes, le régime a changé de position. Il s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un espace de liberté précieux pour les habitants de la RDA et a laissé les choses suivre leur cours. La théorie de James Scott a ainsi été confirmée, le régime politique « [permettait] aux groupes subalternes de jouer à la rébellion à des périodes, et dans le cadre de règles spécifiques, permet d’éviter de bien plus dangereuses formes d’agression »[10]. La décision de 1954 a suscité tant de protestations au sein de la population qu’elle a contribué à faire du naturisme une pratique très populaire parmi les Allemands de l’Est au cours des décennies suivantes. Par la lutte engagée et durable de la culture du corps libre, le naturisme n’a plus jamais été interdit depuis 1956. En 1956, un décret paru dans le Journal officiel de la RDA stipulait que la population peut se baigner nue, sous réserve de deux conditions : les plages naturistes doivent être clairement indiquées et les autorités locales doivent avoir donné leur accord[11]. Progressivement, à partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980, le naturisme s’est répandu en RDA, et des reportages télévisés réguliers sur les plages naturistes ont été diffusés par le journaliste nu Joachim Wolle. L’État ne pouvait plus nier l’ampleur du mouvement[12]. En ce qui concerne les contrôles policiers sur les côtes, la culture du corps libre a gagné symboliquement : les policiers sont partis et ne sont jamais revenus. L’humour et l’ironie permettaient aussi de se distancier du régime : « Si le Politburo avait su à quel point c’était agréable sur notre plage naturiste, Erich & Co. auraient été avec nous tous les jours »[13].

En outre, un sentiment de groupe s’est construit chez les naturistes au fil du temps. Ces derniers résistaient pour défendre et préserver ce groupe, assimilé à une contre-culture en RDA. C’est la bonne volonté des naturistes qui permettait à chacun de se sentir à l’aise au sein de cette communauté. Concrètement, les gens se rapprochaient les uns des autres grâce aux activités communes. Par exemple, ils faisaient du sport ou de la gymnastique, s’entraidaient et passaient du temps ensemble. Ils construisaient des jeux pour les enfants ou des cuisines de camping à partir de matériaux de récupération. Cela renforçait la solidarité. Le sentiment d’égalité créé par la nudité est aussi caractéristique de ce mouvement : il n’y avait « pas de classes sociales, seulement des gens »[14]. Cette égalité est cohérente avec les principes fondamentaux du communisme : absence de classes sociales, égalité, communauté. On peut en déduire que les naturistes s’étaient approprié le discours officiel (public transcript) du régime. Antje Hückstädt, directrice du musée Darss de Prerow, confirme : « Cela nous donnait le sentiment d’appartenir à une communauté dans laquelle nous ne cherchions pas à nous démarquer des autres »[15]. René Roloff, maire de Prerow, note qu’il existe encore de nombreuses plages réservées aux naturistes, et que la municipalité de Prerow y tient. À l’époque actuelle, les gens se mélangent avec et sans textiles[16]. Le naturisme était un phénomène de grande ampleur en RDA : 90% des jeunes avaient essayé le naturisme avant 1989 et 64% passaient leurs vacances avec leurs enfants sur des plages naturistes[17]. C’était un mouvement de masse, dans lequel les motivations pédagogiques ont aussi leur part[18] :

Nous avons accordé une attention particulière aux questions de motivation dans l’étude sociologique. 79,8% des personnes interrogées, et 100% des femmes, ont indiqué des raisons de santé pour expliquer leur participation au naturisme. […] À notre avis, un autre argument important pourrait être la signification éducative et socio-pédagogique du naturisme. Il est surprenant que cet argument n’ait été donné que par 15% et que les femmes aient mentionné ce motif moins fréquemment[19].

Ingrid, sexagénaire et naturiste depuis sa jeunesse, raconte que le naturisme était son espace de liberté en RDA, comme une vie alternative : « Le naturisme était notre seule liberté »[20]. À l’Est, le naturisme était l’un des rares loisirs offrant un précieux sentiment de liberté[21]. Dans cet État autoritaire, le naturisme était un des seuls espaces privés de liberté qui restait pour les citoyens. Leur corps était leur bien propre et l’utilisation de ce « capital » peut être considérée comme une forme de micro-résistance. Cette liberté accordée par le naturisme était un moyen de se libérer de l’emprise du régime à la fois sur l’esprit et sur le corps.

Au-delà des relations sociales, le naturisme était également une transmission de certaines valeurs et d’une forme de culture. Par exemple, les naturistes se rebellaient contre le régime, destructeur de la nature. À cette époque, la RDA se définissait par opposition à l’Ouest. La Guerre froide divisait le monde en deux camps. Le naturisme à l’Est était une forme de micro-résistance, car il représentait une contre-culture à la fois pour le régime de la RDA et pour l’impérialisme occidental. Cette culture du corps libre en RDA reposait aussi sur des usages communs. « En RDA, malgré les tentatives du pouvoir d’en prohiber la pratique, le naturisme [s’est imposé] comme un loisir populaire, notamment sur le littoral de la mer Baltique »[22]. Ainsi, les plages de la mer Baltique sont devenues le symbole de la culture naturiste. Les plages et les îles naturistes mythiques, comme Ahrenshoop, Usedom, Hiddensee, Stubbenfelde, Prerow, etc., étaient les témoins de cette appropriation du territoire. En plus de ces lieux, la technologie revêtait également une grande importance pour la culture du corps libre. Les naturistes avaient généralement l’air heureux sur les photos et vidéos de leur temps libre, leur temps de loisir, ou des vacances. Par conséquent, le naturisme était assimilé à une culture du bonheur : « Le soleil brille et nous sommes heureux. Seul le naturisme peut être aussi beau »[23]. La publication du livre Se baigner nu[24] en 1982 a déclenché une certaine satisfaction chez les naturistes, car ils se sont sentis reconnus et soutenus dans leur mouvement, et ont parfois mis cela en relation avec des idéaux socialistes : « C’était un véritable exploit socialiste de dire adieu à cette pudibonderie »[25].

 

En conclusion, la pratique du naturisme en RDA a montré que l’emprise d’un régime sur la population n’est jamais totale. Le naturisme en tant qu’activité privée n’était pas bien accueilli et était même interdit au début de la RDA, comme on le voit par exemple dans certains passages du roman de Christoph Hein, Verwirrnis, qui se situe dans les années 1950, jusqu’à ce que le régime, face à une grande résistance et à de nombreuses protestations, l’a finalement autorisé en 1956. Une résistance infra-politique s’est exprimée, et ce, de différentes manières. Les naturistes ont ainsi réussi à créer un espace de liberté dans un État où il y avait peu de place pour les libertés individuelles. Parce qu’il était anonyme, le groupe protégeait les individus.

Pour aller plus loin :

Baubérot, Arnaud: Le naturisme. Le corps comme enjeu du retour à la nature. Encyclopédie  d’histoire numérique de l’Europe [online] 2020. <https://ehne.fr/fr/node/12408> (20/05/2021).

FKK. In: DWDS- Digitales Wörterbuch der deutschen Sprache.  <https://www.dwds.de/wb/FKK> (26.05.2021).

Goudin-Steinmann, Élisa: Ce qui reste de la RDA, 1989-2019. In: La Vie des idées 2019.  <https://laviedesidees.fr/Ce-qui-reste-de-la-RDA-1989-2019.html> (27.05.2021).

Kupfermann, Thomas: Sommer, Sonne, Nackedeis. FKK in der DDR. Eulenspiegel-Verlag: Berlin 2008.

Luyssen, Johanna: J’ai testé. Les Teutons à l’air. In: Libération, Nr ?, 21. August 2018. <  https://www.liberation.fr/planete/2018/08/21/les-teutons-a-l-air_1673744/> (27.05.2021).

Mailliet, Anne: En Allemagne, le naturisme n’est plus à la mode. In: Arte 2019.  <https://www.arte.tv/fr/videos/091751-000-A/en-allemagne-le-naturisme-n-est-plus-a-la mode/> (28.05.2021).

Marche, Guillaume: Why Infrapolitics Matters. Revue française d’études américaines, 1  (2012), H.131, 3-18. <https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2012-1- page-3.htm> (27.05.2021).

Piedtenu, Ludovic: En Allemagne, Berlin et ses 3000 lacs accueillent les naturistes. In: Radio  Franceinfo 2019. <https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/en-direct-du-monde/en allemagne-berlin-et-ses-3-000-lacs-accueillent-les-naturistes_3529289.html> (28.05.2021).

Scott, James C: Infra-politique des groupes subalternes. In: Vacarme, 3(2006), H.36, 25-29.  <https://www.cairn.info/revue-vacarme-2006-3-page-25.htm> (27.05.2021).

Thiel, Gerhard: Nu et libre. Histoire du naturisme en Allemagne. In: Naturisme TV 1999.  <https://www.naturisme-tv.com/video/nu-et-libre-version-allemande-sur-arte/> (27.05.2021).

[1] Johann Chapoutot, dans : Luyssen, Johanna: J’ai testé. Les Teutons à l’air. In: Libération, 21. August 2018. <  https://www.liberation.fr/planete/2018/08/21/les-teutons-a-l-air_1673744/> (27.05.2021).

[2] FKK. In: DWDS- Digitales Wörterbuch der deutschen Sprache. <https://www.dwds.de/wb/FKK> (26.05.2021) [Nous traduisons].

[3] Marche, Guillaume: Why Infrapolitics Matters. Revue française d’études américaines, 1 (2012), H.131, 3-18.  <https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2012-1-page-3.htm> (27.05.2021). [Nous traduisons]

[4] Goudin, Élisa: Ce qui reste de la RDA, 1989-2019. In: La Vie des idées 2019. <https://laviedesidees.fr/Ce-qui reste-de-la-RDA-1989-2019.html> (27.05.2021).

[5] Scott, James C: Infra-politique des groupes subalternes. In: Vacarme, 3(2006), H.36, 25-29.  <https://www.cairn.info/revue-vacarme-2006-3-page-25.htm> (27.05.2021).

[6] Kupfermann, Thomas: Sommer, Sonne, Nackedeis. FKK in der DDR. Eulenspiegel-Verlag, Berlin 2008. p.143- 144. [Nous traduisons]

[7] Ibid. p.8.

[8] Ibid. p.41.

[9] Ibid. p.41.

[10] Scott, James C.: loc.cit.

[11] Thiel, Gerhard: Nu et libre. Histoire du naturisme en Allemagne. In: Naturisme TV 1999.  <https://www.naturisme-tv.com/video/nu-et-libre-version-allemande-sur-arte/> (27.05.2021).

[12] Ibid.

[13] Kupfermann, Thomas: loc.cit. p.64-65. [Nous traduisons]

[14] Thiel, Gerhard: loc.cit.

[15] Mailliet, Anne: En Allemagne, le naturisme n’est plus à la mode. In: Arte 2019.  <https://www.arte.tv/fr/videos/091751-000-A/en-allemagne-le-naturisme-n-est-plus-a-la-mode/> (28.05.2021). [Nous traduisons]

[16] Ibid.

[17] Kupfermann, Thomas: loc.cit. p.132.

[18] Ibid. p.132.

[19] Ibid. p.132. [Nous traduisons]

[20] Piedtenu, Ludovic: En Allemagne, Berlin et ses 3000 lacs accueillent les naturistes. In: Radio Franceinfo 2019.  <https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/en-direct-du-monde/en-allemagne-berlin-et-ses-3-000-lacs accueillent-les-naturistes_3529289.html> (28.05.2021).

[21] Luyssen, Johanna: loc.cit.

[22] Baubérot, Arnaud: Le naturisme. Le corps comme enjeu du retour à la nature. Encyclopédie d’histoire numérique  de l’Europe [online] 2020. <https://ehne.fr/fr/node/12408> (20/05/2021).

[23] Kupfermann, Thomas: loc.cit. p.126. [Nous traduisons]

[24] Hagen, Friedrich: Baden ohne. FKK zwischen Mövenort und Talsperre Poehl. Tourist: Berlin 1982. [Nous traduisons]

[25] Ibid. p.40. [Nous traduisons]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.