Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire.

Les propos recueillis s’étaient avérés très critiques envers la RDA et son système de production. Certains témoignages dénonçaient ouvertement la confiscation du pouvoir au profit d’une petite classe d’apparatchiks qui prenaient des décisions absurdes sur le plan économique, sans tenir compte du bien-être des ouvriers. Après la parution de « bonnes feuilles » dans Sinn und Form, l’ouvrage fut interdit en RDA, et son auteure réussit à faire passer le manuscrit à l’Ouest, où l’éditeur KiWi le publia en 1984. Cette ancienne enfant-prodige de la littérature de RDA subit ensuite le harcèlement de la Stasi, fut deux fois agressée physiquement, on mit le feu à sa boîte aux lettres, son appartement fut fouillé plusieurs fois, des pages de ses manuscrits disparaissaient. Victime d’un infarctus malgré son jeune âge, elle dut séjourner à l’hôpital. En 1987, à l’occasion de la Foire du livre de Francfort, elle saisit sa chance et décida de ne pas rentrer en RDA. Elle ne séjourna que trois mois en RFA, puis partit dès 1987 aux États-Unis sur l’invitation d’une université – elle décida de s’y établir, espérant bannir ainsi définitivement les fantômes du passé grâce à l’éloignement culturel et géographique. Depuis son départ, elle avait publié un nouvel ouvrage de littérature documentaire, Der gute fremde Blick (1992), basé sur des entretiens biographiques avec des Américains de tous les horizons.

Elle a ensuite fait carrière dans les universités américaines où elle enseignait l’allemand et l’espagnol, publiant de nombreux articles qui font le lien entre les deux aires culturelles, après une thèse consacrée aux traumatismes dans l’œuvre de Wolfgang Hilbig.

Le recueil Havelobst rassemble dix textes à forte composante autobiographique qui marquent un retour des thématiques liées à la RDA quittée pourtant déjà à l’âge de 34 ans, et plusieurs textes ont trait en particulier aux deux années passée dans la coopérative de Damsdorf. À trente-sept ans d’intervalle, l’auteure reprend son récit exactement là où elle l’avait autrefois abandonné, en en dévoilant la face cachée, plus personnelle. Il n’est ici plus question de donner la parole aux interlocuteurs, mais de rendre compte de l’expérience de l’enquêtrice en butte aux tracasseries du régime ; les événements traumatiques prennent un caractère obsessionnel, les mêmes cauchemars reviennent en boucle, affublés parfois de nouveaux habits. Le texte donnant son titre à Havelobst est celui qui ouvre le volume, avec une citation de Susanne Schädlich, liée à Gabriele Eckart par une communauté de destin (l’exil en RFA puis aux Etats-Unis) : « Ce sont toutes des histoires qu’il faut raconter. Pour continuer à y prendre part. Pour ne pas tirer un trait ».

Si Havelobst donne des aperçus intéressants sur la vie de l’auteure en RDA et aux Etats-Unis, et sur son état d’esprit, il frappe cependant au premier abord par son caractère quelque peu hétérogène : il est composé de huit textes déjà publiés séparément dans des revues littéraires de germanistes aux Etats-Unis et de deux textes inédits. Havelobst rassemble tous ces textes sous une même couverture et les rend accessibles au public allemand dans une mosaïque autobiographique qui apparaît comme une nouvelle variation sur des thèmes déjà abordés. Dans ces « mémoires », dédiées à son mari américain, certains sujets allemands, anciens, sont traités plus en détail, sous la forme de portraits, comme ceux de professeurs admirés à l’Université Humboldt, Wolfgang Heise et Gerd Irrlitz. Les deux textes inédits concernent à nouveau l’Allemagne : d’une part « Nachwuchstagung », dans lequel l’auteure revient sur le petit monde mesquin des écrivains de la RDA, et d’autre part un hommage intime à son frère décédé il y a peu de temps, « Bruderherz ». Dans Nachwuchstagung, l’auteure évoque ses expériences des séminaires de jeunes poètes organisés en RDA ; elle ravive la mémoire de personnalités de seconde zone du milieu littéraire est-allemand dont les noms sont tombés dans l’oubli. La description très précise des personnes, des émotions et des situations montre à quel point le souvenir de la RDA et de la période marquante de la fin des années 1970 est toujours vif dans son esprit.

Quelques textes sont cependant consacrés aux Etats-Unis, dont le plus étonnant est sans doute « Trump und Katzen » : sur une cinquantaine de pages, il met en parallèle la campagne électorale de Trump, très populaire dans le Missouri où elle réside, et son histoire personnelle de Katzenmutter, de grande amie des chats, puisqu’elle a eu de nombreux félins dont elle décrit l’existence par le menu, de leur arrivée dans son foyer à leur décès. En filigrane, on peut y lire le désarroi d’une vie où le refuge de l’individu n’est plus le Privatgrundstück, le terrain personnel soustrait au collectif, comme pour les adhérents de la coopérative arboricole du Brandebourg, mais le retrait dans la vie privée avec des animaux domestiques, loin de possibles utopies.

Au cours de plus de trente ans de vie aux Etats-Unis, le dialogue de Gabriele Eckart avec la RDA ne s’est en rien épuisé, ce qu’elle y a vécu reste sa principale source d’inspiration. Havelobst est le premier chapitre de cette suite d’une histoire sans fin, avant le roman Vogtlandstimmen[1], paru aussi en 2021, qui sera bientôt suivi, selon ses dires, d’autres ouvrages en cours d’écriture.

 

 

[1] Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021, 288 p.

 


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.