Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967, Parenthèses, Marseille, 2021, 224 p. Textes de Nathalie Neumann, Ronan Guinée et Gabrielle de la Selle.

Nous avions déjà fait état dans ce carnet de recherche de l’exposition de photos de Willy Ronis sur la RDA, qui s’est achevée à Versailles le 18 septembre 2021. Le plaisir peut en être prolongé par la lecture du catalogue publié à cette occasion.

L’exposition de ces clichés commandés par les Échanges franco-allemands (association qui a précédé « France-RDA ») avait débuté en 1968 dans la ceinture rouge de Paris, à Montreuil, sans pouvoir alors, dans le contexte du Printemps de Prague, être montrée à Paris même, pour des raisons politiques. Signe des temps, c’est à Versailles qu’elle a été présentée un demi-siècle plus tard. Les textes du catalogue, publié en version bilingue, contextualisent les images au-delà de la Guerre froide et replacent ce travail dans l’œuvre du photographe humaniste.

Les photos reproduites sur environ 120 pages sont classées selon cinq thématiques principales. La partie « Europe vs RDA » met judicieusement en regard, sur des doubles-pages, une photo prise en RDA et une photo prise à Paris, ou bien ailleurs en Europe. La similitude de l’approche saute alors aux yeux : la RDA n’est pas opposée à l’Europe de l’Ouest mais incluse dans la culture européenne (l’objectif de l’exposition étant aussi, en 1968, de contribuer au mouvement pour la reconnaissance de l’État de RDA par les pays occidentaux). Willy Ronis n’a pas photographié de manifestations officielles du pouvoir, mais la partie « Politique » suggère un regard critique porté sur les scènes du quotidien : réception de la radio ouest-allemande par un transistor, contrastes sociaux. Le voyage à proprement parler se lit dans « Villes et paysages », qui montre surtout un pays en pleine mutation industrielle. Le photographe du quotidien excelle dans les portraits qui illustrent « Travail et loisirs » et « Arts et culture ».

La contribution de Gabrielle de la Selle, « Une vie de photographe engagé », retrace la carrière de Willy Ronis, né Roness de parents juifs – d’un père russe et d’une mère lituanienne – à Paris en 1910. Jeune photographe, il oscille entre la photographie commerciale de commande et la veine sociale qui le fera connaître plus tard. En 1945, il adhère au PCF et se rend, dans le cadre de cet engagement, dans plusieurs pays de l’Est. En 1960, il est invité en RDA par John Heartfield, un voyage qui l’enthousiasme. Il quitte cependant le parti vers 1964/65, évoquant les « douches froides » liées aux révélations sur le Parti et l’Union soviétique (p. 23). La reconnaissance de son œuvre ne viendra qu’à la fin des années 1970. Le travail mené par Willy Ronis en RDA en 1967 restera longtemps un échec pour lui, puisqu’il n’a pas pu être montré à Paris (p. 10).

Battage de l'orge près d'Egeln
© Donation Willy Ronis, ministère de la Culture – France, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP

Le premier texte de Nathalie Neumann, l’une des commissaires de l’exposition, « Willy Ronis et l’autre Allemagne », souligne la relation ambiguë que le photographe entretenait avec l’Allemagne : un pays dont il parlait très bien la langue pour avoir séjourné souvent chez sa tante à Francfort, mais qui l’avait contraint en France, en tant que juif, à la clandestinité pendant la guerre, et à ne pas exercer son métier en zone sud puisque les juifs n’avaient pas le droit de prendre de photos. Il n’a pu surmonter sa rancœur qu’ « au nom de sa proximité avec les valeurs et l’idéologie communiste de ‘l’autre Allemagne ‘ » (p. 30). Et ce n’est par ailleurs qu’en 2005 qu’il dévoila publiquement sa parfaite connaissance de l’allemand. Nathalie Neumann s’attache à définir ce qui constitue le style particulier du photographe caractérisé par « un amour sincère pour ses semblables et le respect de l’humain » (p. 34). Les éléments techniques et esthétiques (photographie à hauteur d’yeux, mise en page, lumière, contraste, composition) sont mis au service d’une approche qui révèle les contextes politiques et sociaux en établissant une relation directe avec le sujet.

Rostock
© Donation Willy Ronis, ministère de la Culture – France, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP

La RDA ne fut reconnue comme État par la France qu’en 1973 et Ronis est l’un des rares photographes occidentaux à avoir eu si tôt l’autorisation de réaliser un document complet sur la RDA, en balayant toutes les catégories sociales (en soulignant aussi les écarts sociaux qui subsistaient), toutes les générations, en parcourant de nombreuses régions et en rendant compte de multiples secteurs d’activité ou types de loisirs. Le domaine de l’art et de la culture, cher aux autorités, y est aussi très bien représenté, en particulier à travers quelques portraits d’écrivaines (Anna Seghers, Christa Wolf) ou d’artistes (Wolfgang Mattheuer) que l’on découvre aujourd’hui avec émotion.

La seconde contribution de Nathalie Neumann, « Un reportage au service de l’amitié franco-allemande » (p. 46-62), s’attache à décrire le reportage de 1967 en expliquant sa genèse, les conditions de son déroulement, la réalisation des photos et les choix de l’exposition, montrée 81 fois en France entre 1968 et 1974. Le travail dans les archives personnelles de Willy Ronis et des entretiens menés avec lui permettent de reconstituer son état d’esprit pendant ses séjours en RDA : « Mes sentiments sont partagés » (p. 53), « J’ai sympathisé mais cela ne m’a pas rendu aveugle » (p. 55) . Il fut obligé de se soumettre aux restrictions habituelles : ne pas photographier d’installations « sensibles » (concept très large en RDA), ni de personne en uniforme, ne pas photographier le Mur encore récent. N. Neumann analyse finement quelques photographies pour mettre en valeur la valeur symbolique voire la dimension critique de bon nombre de clichés. En marge des expositions successives, des pétitions réclamant la reconnaissance de la RDA par la France étaient proposées aux visiteurs. L’EFA utilisa souvent les photos de Ronis, mais celles-ci ne furent pas retenues par les grands magazines en Allemagne, pas même en RDA. Après le printemps de Prague, le photographe ne revint en Allemagne de l’Est qu’en 1990, après la chute du Mur.

Ronan Guinée (l’autre commissaire de l’exposition) replace le « moment  RDA » dans l’ensemble de l’œuvre (« Des années difficiles pour Willy Ronis, 1960-1972 », p. 68-81), et montre à quel point ce reportage faisant de Willy Ronis un auteur à part entière,  chargé d’embrasser un pays tout entier, est venu à point relancer la carrière du photographe qui traversait alors une période de doutes et de difficultés financières.

Le volume est très utilement complété par une chronologie biographique, une bibliographie et une liste des œuvres reproduites. Enfin une notice donne l’état du fonds RDA disponible dans le fonds Ronis que le photographe, décédé en 2009, a légué aux collections publiques françaises, et qui est maintenant déposé à la MAP (Maison de l’Architecture et du Patrimoine). C’est la MAP, le Ministère de la Culture et la Ville de Versailles qui ont rendu possible l’exposition et l’édition du catalogue.

La serveuse Barbara, hôtel Berolina, Berlin-Est
© Donation Willy Ronis, ministère de la Culture – France, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.