Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019

La micro-étude sociologique de Steffen Mau sur le quartier de Lütten Klein[1], une banlieue de Rostock faite d’immeubles collectifs en préfabriqué construits dans les années 1970 (on appelait ce type de constructions un Plattenbau) a été un best-seller en Allemagne et vient d’être traduite en français (Éditions de la MSH, traduction de Christophe Lucchese). Outre le fait que cette étude soit très riche et très bien écrite, elle arrive au bon moment : il y a un besoin de plus en plus net en Allemagne de promouvoir dans l’espace public un discours nuancé sur la RDA. L’ouvrage pose la question centrale de la manière dont on met en récit le passé. Si l’on racontait l’histoire de la RFA en se centrant uniquement sur la répression des homosexuels, les élites nazies qui continuent d’être influentes, la police, la RAF, les Zwangserziehungsheime (maisons de redressement), tout le monde s’écrierait : certes, mais ce n’était pas que cela, la RFA. Et cela vaut aussi pour la RDA. D’où l’importance d’ouvrages tels que celui-ci pour raconter l’histoire de la RDA sans « verklären », c’est-à-dire sans minimiser le caractère répressif et dictatorial du régime, mais aussi sans jugements à l’emporte-pièces. En ce sens, ce livre est aussi une façon de « se confronter à la façon dont on s’est confronté » à l’histoire de la RDA (« die Aufarbeitung der Aufarbeitung der DDR-Geschichte », pour reprendre le terme de l’historien Karsten Krampitz qui est d’ailleurs cité[2]).

Dans la première partie de l’ouvrage, Steffen Mau décrit les évolutions socio-structurelles de Lütten Klein des années 1970 à 1989. Il dresse un tableau dense de l’histoire de la cité socialiste modèle, sous toutes ses facettes. Le sous-titre de l’ouvrage, La vie dans la société de transformation est-allemande n’est pas choisi par hasard, il s’agit d’étudier tous les aspects du vivre-ensemble : la relative égalité socio-économique entre voisins, l’éducation des enfants, la famille, les rapports entre les sexes, l’école, le travail, etc. Dans la deuxième partie, il analyse les processus de transformation après 1989, après « l’implosion d’un système en tant que choc collectif » (p. 113). Il souligne les répercussions du « destin commun du chômage », dans une société où le travail avait structuré la vie sociale bien plus encore qu’à l’Ouest.

L’étude de Steffen Mau repose sur un jeu entre les échelles micro-historiques et macro-historiques. Rappelons ici rapidement que l’approche micro-historique a des racines très anciennes puisqu’elle remonte aux années 1870. Entre 1874 et 1876, un historien de l’art et médecin, Giovanni Morelli a publié, sous un pseudonyme, une série d’articles sur la peinture italienne dans lesquels il affirmait que les musées étaient remplis de faux, de tableaux dont l’attribution était inexacte. Pour réussir à savoir qui était l’artiste qui avait peint un tableau, il était nécessaire selon lui de cesser de s’attacher aux similarités générales, car ce sont elles qui sont les plus faciles à copier, et d’examiner davantage les détails, comme les ongles des mains. L’idée sous-jacente est que la vérité réside dans les détails parcellaires plus que dans l’impression d’ensemble[3]. D’où la pertinence de choisir des objets de recherche à une échelle locale, d’étudier Lütten Klein pour écrire l’histoire de la vie quotidienne en RDA.

L’autre parti pris méthodologique de Steffen Mau est le choix de prendre sa propre histoire comme sujet de recherche, celle de sa famille, du quartier dans lequel il a grandi. Là aussi il n’est évidemment pas l’inventeur de cette méthode, mise en œuvre par de nombreux historiens et sociologues. Elle repose sur l’idée que, s’il y a une objectivité en histoire, elle n’a rien à voir avec la neutralité[4]. Le projet est donc, non pas de raconter son enfance, mais de faire ce que l’on pourrait appeler une autobiographie collective. Steffen Mau pose d’ailleurs explicitement la question : « Comment avons-nous vécu ? » (wie haben wir gelebt ?, p. 18). De ce fait, l’ouvrage suscite souvent l’émotion. On pourrait citer quelques souvenirs de l’auteur qui permettent à la grande histoire de s’incarner dans la petite : la visite de Fidel Castro à Lütten Klein en 1972, marquante car synonyme d’exotisme pour le petit garçon qu’il était alors ; le collègue de travail de ses parents qui avait commencé à construire un sous-marin afin de s’enfuir et qui a été arrêté et mis en prison au début des années 1980; l’instant où, soldat à la NVA, l’armée de RDA, il apprend grâce à une petite radio cachée que le Mur est ouvert le 9 novembre 1989; tous les livres jetés à la poubelle, car devenus invendables du jour au lendemain au début de l’année 1990; la tentative du professeur Artur Meier de l’Institut für marxistisch-leninistische Soziologie de l’université Humboldt de recouvrir de peinture après 1990 les mots « marxiste-léniniste » (qui restaient malgré tout encore visibles, ce qui faisait sourire tous les étudiants…) ou encore l’ancien occupant d’un appartement de Berlin-Est parti à l’Ouest qui vient récupérer sa veste en cuir des mois après, alors que l’auteur squattait ce logement, et avait en effet justement conservé la veste en cuir ! Cela se prolonge jusqu’à la période très récente : à l’été 2018, lorsque Steffen Mau sonne à la porte de son ancien appartement à Lütten Klein, deux fillettes afghanes prennent un cours d’allemand dans sa chambre d’enfant : l’actualité du monde entre dans ses souvenirs d’enfance.

Enfin, le troisième choix méthodologique est le recours à l’histoire du quotidien. Le succès de l’Alltagsgeschichte s’explique par cet état de fait : le quotidien permet d’arriver à des conclusions sur autre chose que le quotidien, en ce sens elle est une forme de micro-histoire qui cherche à comprendre le vécu des personnes. L’un des ouvrages emblématiques de l’Alltagsgeschichte est le livre de Dorothee Wierling sur les bonnes[5]. Alors que la bonne était considérée dans l’historiographie plus traditionnelle comme un point de vue privilégié sur le monde de la bourgeoisie, un envers du miroir, objet de fantasmes et de stratégies d’exclusion ou au contraire d’intégration, Dorothee Wierling s’intéresse à elles en tant que groupe social auquel on a retiré la parole. Son objectif est de reconstruire leur univers, mais en évitant ce point de vue extérieur qui les a toujours dominées, grâce à des entretiens biographiques qu’elle a menés avec plusieurs bonnes nées au tournant du siècle. Dorothee Wierling définit l’Alltagsgeschichte comme « l’histoire d’une expérience sociale spécifique et d’une perspective subjective[6] » : elle vise à raconter l’histoire des anonymes, des invisibles, en leur redonnant un statut de sujet. Avec cette méthode, Steffen Mau décrit, vu de Lütten Klein, les effets concrets de ce que l’on perçoit souvent seulement par des statistiques, comme la « masculinisation démographique » (demografische Maskulinisierung, p. 197) due au fait que davantage de femmes que d’hommes ont quitté la RDA après 1989-90. Il montre aussi, par le biais de l’histoire du quotidien, comment le Plattenbau permettait à des familles différentes de se côtoyer. Les enfants de médecins, d’ingénieurs, d’ouvriers, vivaient ensemble. Il n’y avait pas de grandes différences matérielles, ni dans le salaire, ni dans l’accès aux loisirs : on trouvait des livres de Christa Wolf, de Bertolt Brecht ou d’Anna Seghers dans les bibliothèques des familles ouvrières. Cependant, il faudrait nuancer ici : l’histoire orale nous apprend que cela est un peu idéalisé et que le fait de partager le logement n’a pas fait disparaître ce que Bourdieu aurait appelé la reproduction. Le Plattenbau a donc favorisé la mixité sociale jusqu’à un certain point seulement[7].

On le sait, la perception de la RDA dans l’Allemagne unifiée a été très souvent réduite dans les médias au Mur et à la persécution des individus par la Stasi. Steffen Mau part du constat que cette politique de la mémoire ne laissait que peu de place aux souvenirs positifs de la vie quotidienne, et que le sentiment d’exclusion et l’impression d’être prisonnier d’une histoire racontée par d’autres ont souvent débouché sur une distance, voire une méfiance vis-à-vis des institutions et des élites au pouvoir, qui persiste aujourd’hui. Les mouvements populistes, l’AfD au premier plan, exploitent ces dynamiques avec leurs promesses de compensation aussi bien matérielle qu’émotionnelle. S’y ajoute le fait que l’Allemagne de l’Est a été un « champ d’expérimentation » (p. 160). Outre la liquidation des entreprises par la Treuhand, cela s’est traduit par un transfert d’élites de l’Ouest vers l’Est sans précédent, permettant aux nouveaux dirigeants, généralement des hommes, de faire carrière à l’Est, alors même que parfois leur carrière était bloquée à l’Ouest faute de compétences, et en dépit du fait qu’ils avaient souvent peu de compréhension pour les expériences culturelles particulières des citoyens de l’ex-RDA.

Selon Steffen Mau, qui utilise le terme médical de fracture (Fraktur), bien connu en France dans le débat politique, mais plus rare en Allemagne, l’unification n’a pas été un processus linéaire et naturel de rapprochement mais au contraire une fracture, qui a mal cicatrisé et a laissé des séquelles plus ou moins visibles. Il situe l’origine des tensions sociales actuelles avant l’unification. « Ce que la société est-allemande était et ce qu’elle est devenue est indissociable » (p. 245). Selon lui, il existait déjà en RDA une prédisposition à certaines fractures, que les processus de transformation ont seulement approfondies. On pourrait discuter de ce postulat, Wolfgang Engler par exemple voit cela différemment. Pour lui, l’expérience d’être allemand de l’Est vient surtout de la dévalorisation des biographies après 1990, du sentiment de rester à la porte de la société allemande réunifiée alors que l’on a un ticket d’entrée. Steffen Mau cite d’ailleurs (p. 93) Jens Reich, qui a affirmé être devenu « intérieurement un citoyen de RDA » (innerlich ein DDR-Bürger) seulement après 1990.

De même, Steffen Mau insiste, à juste titre, sur le fait que les Allemands de l’Est sont sous-représentés dans les positions importantes – économie, médias, politique, recherche – y compris à l’Est (p. 183). Cependant ici il faudrait souligner que les femmes sont aujourd’hui encore une exception à ce constat général. Steffen Mau cite des statistiques de la fin de la RDA : un tiers de députés femmes (contre alors 15% au Bundestag), 50% de magistrates, 38% de doctorantes. Mais il aurait pu ajouter que cette différence perdure après l’unification et même qu’elle s’accentue. Une étude récente[8] a montré que parmi les Allemands de l’Est qui occupent des positions importantes aujourd’hui, on compte au moins 40% de femmes – et dans de nombreux secteurs même plus de 50% – alors que pour les femmes ouest-allemandes, on est très en-dessous de ces chiffres. Plus le poste de direction occupé par un Allemand de l’Est est élevé, plus les chances que ce soit une femme sont grandes. Cette étude montre que si l’on regarde par exemple les 100 plus grandes entreprises ouest-allemandes, il n’y a que 2% de femmes dans les CA, contre 25% pour les 100 plus grandes entreprises dans l’ex-RDA. Parmi les membres de la direction de partis politiques, c’est 73% contre 27%, et parmi les recteurs et présidents d’université, c’est même 100% contre 20%. Là où les femmes ouest-allemandes n’atteignent 50% dans aucun domaine, les femmes est-allemandes dépassent souvent ce chiffre. Dans le cadre d’une sous-représentation globale des Allemands de l’Est dans les fonctions sociales importantes en RFA, l’équité de genre est donc nettement mieux assurée pour les femmes est-allemandes. C’est une nuance importante !

L’auteur affirme par ailleurs hésiter entre les termes de friedliche Revolution et de Zusammenbruch (p. 114) pour qualifier la fin de la RDA. Or, en la matière, la formule de « l’effondrement de la RDA » (Zusammenbruch), utilisée partout dans les médias, ne rend pas justice à la part active qu’ont pris les citoyens est-allemands à la révolution. Elle ne prend pas en compte le courage collectif qui a été nécessaire pour se rebeller, alors qu’en juin 1989, donc très peu de temps avant, les chars avaient été utilisés pour réprimer dans le sang la révolte de la place Tiananmen. La RDA, rappelons-le, n’avait pas connu de libéralisation comparable à ce qui avait été mis en place par Gorbatchev en URSS (la véritable « Gorbi-mania » des citoyens de RDA à la fin des années 1980 n’est d’ailleurs pas évoquée dans l’ouvrage, étonnamment).

Dernier point qu’il est intéressant de discuter : selon Steffen Mau, il serait inutile de poser des was-wäre-wenn-Fragen (p. 175), c’est-à-dire de conduire une réflexion sur les possibles du passé qui ne se sont pas réalisés. C’est pourtant une méthode historique qui se développe et que l’on appelle le raisonnement contrefactuel : et si l’histoire avait suivi un autre cours ? Que serait-il advenu si le nez de Cléopâtre avait été plus court (pour reprendre la formule de Pascal) ? Si Napoléon avait remporté la bataille de Waterloo ? Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou ont théorisé cet instrument de réflexion sur le passé que constitue le raisonnement contrefactuel[9]. Imaginer d’autres possibles non advenus permet de saisir la dynamique de la révolution de 1989 en RDA, c’est-à-dire le moment d’ouverture mais aussi de fermeture des possibles. De plus, les futurs non advenus de la Révolution française ont par exemple été centraux dans les révolutions de 1830, 1848 et aussi lors de la Commune de Paris. Et de la même façon, les autres possibles de la révolution pacifique qui ne se sont pas réalisés jouent un rôle croissant aujourd’hui : se demander ce qui se serait passé si l’on avait réalisé l’unification autrement n’est donc pas forcément vain, cela permet de renforcer la capacité d’action au présent. Enfin, grâce à l’attention portée aux récits contrefactuels, on peut faire place aux désirs, à l’imagination et aux craintes des citoyens qui sont difficiles à saisir autrement. Pour toutes ces raisons, les was-wäre-wenn-Fragen sont au contraire très utiles !

Elisa GOUDIN

[1] Lütten signifie en platt « petit », il y a donc une redondance dans le nom de ce quartier, Lütten Klein.

[2] voir https://www.hebbel-am-ufer.de/ddr-neu-erzaehlen

[3] Dans Le Moïse de Michel-Ange paru en 1914, Freud se réfère explicitement à Morelli et à ses théories qui trouvent également des applications dans la psychanalyse médicale.

[4] Voir Christophe Prochasson dans l’ouvrage L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris, Éditions Demopolis, 2008.

[5] Dorothee Wierling, Mädchen für alles, Arbeitsalltag und Lebensgeschichte städtischer Dienstmädchen um die Jahrhundertwende, Bonn, Dietz Verlag, 1987.

[6] « Geschichte einer spezifischen sozialen Erfahrung und einer subjektiven Perspektive », in : Alf Lüdtke (éd.), op. cit , p. 169.

[7] Voir à ce sujet Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann, La RDA après la RDA, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2020.

[8] Michael Schönherr, Olaf Jacobs, « Ostfrauen – Wege zur Macht, Ostdeutsche Frauen in den Eliten und Frauenquoten in Ostdeutschland », en collaboration avec Hoferichter & Jacobs Film- und Fernsehproduktionsgesellschaft et l’Université de Leipzig, Ostfrauen/Hoferichter & Jacobs, 2019, https://www.rbb24.de/politik/beitrag/2019/03/studie-ostfrauen.file.html/Ostfrauen.pdf

[9] Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles, Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éditions du Seuil, 2016. Nous renvoyons aussi à Alexander Demandt, Ungeschehene Geschichte, Ein Traktat über die Frage, Was wäre wenn ?, Göttingen, V&R, 1986 (réédité en 2001 et 2005). L’ouvrage a été publié avant l’unification mais offre des éclairages intéressants sur l’histoire allemande du point de vue contrefactuel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.