Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021

Hans Mayer

Revue germanique internationale 33/2021, CNRS Editions

Un dossier dirigé par Bénédicte Terrisse et Clément Fradin

Ce numéro de revue consacré à la grande figure intellectuelle allemande que fut Hans Mayer « entend combler un manque dans sa réception française alors même que certains de ses textes ont été traduits, essentiellement dans les années 1990 mais aussi, dans une perspective franco-allemande, ouvrir cette réception à d’autres horizons, notamment celle d’une histoire croisée des intellectuels » (p. 6). Hans Mayer, né en 1907 dans une famille de la bourgeoisie juive de Cologne, a en effet connu le destin de nombreux intellectuels de cette époque, empêchés de poursuivre leur carrière en Allemagne après 1933, contraints à l’exil, et ayant dû choisir entre Est et Ouest à leur retour. Hans Mayer fit le choix de la zone soviétique puis de la RDA, où il connut tous les honneurs avant de quitter sa chaire de littérature à l’université de Leipzig en 1963 après avoir été attaqué et marginalisé.

Le dossier proposé se penche sur les étapes de l’existence de Hans Mayer, ses affinités électives avec certains de ses contemporains, ici Bertolt Brecht et Ernst Bloch, ainsi que son rapport au judaïsme, puis, dans une troisième partie intitulée « Hans Mayer lecteur », il aborde ses écrits sur Kleist, Hofmannsthal et Kafka et sa vision de la littérature « contemporaine ». Le lecteur découvrira aussi la traduction d’un texte de Hans Mayer sur Kleist, jusqu’ici inédit en français[1]. Nous rendrons compte des articles ayant trait aux années vécues par Mayer en zone d’occupation soviétique  puis en RDA, entre 1948 et 1963.

Plusieurs contributions portent effectivement sur la période passée en RDA, entre 1948, date de sa nominationà l’université de Leipzig, et 1963, date à laquelle il quitta la RDA. L’article de Sarah Kiani renouvelle l’approche du philosophe dont l’œuvre avait rarement été envisagée sous l’angle de la domination et de la discrimination, si ce n’est du point de vue politique, lorsque le SED avait  mis à l’écart ce  marxiste hétérodoxe, de plus en plus critiqué après le soulèvement de Hongrie en 1956. En effet, si ses rapports avec le judaïsme avaient déjà été évoqués dans son œuvre et par ses critiques[2], sa disqualification n’avait pas encore été reliée directement à son homosexualité. Il est frappant de noter qu’en 2018, le roman Verwirrnis (https://allemagnest.hypotheses.org/1325) de Christoph Hein, qui porte sur le destin de deux étudiants homosexuels à Leipzig dans les années 1950, met justement en scène un personnage à clef, un professeur adulé par les jeunes intellectuels, en qui on reconnaît facilement la figure de Hans Mayer. Dans une approche ici biographique, l’auteure étudie la fonction de l’homosexualité de Mayer dans le processus de discrimination dont il est victime à partir de 1956, en comparant les deux types de sources que sont d’une part son autobiographie parue en deux volumes en 1982 et 1984, Ein Deutscher auf Widerruf[3], et d’autre part les dossiers de la Stasi constitués au plus tard à partir de 1957. L’autobiographie ne fait aucune allusion à la vie intime de l’auteur – les critiques de Mayer verront dans son écrit plus tardif sur les marginaux une réflexion à ce sujet[4]. S. Kiani souligne clairement, dans son examen précis des rapports de la Stasi, que l’homosexualité de Mayer ne constitue en rien le fondement de la progressive mise à l’écart et du discrédit jeté sur le penseur, mais qu’elle devient au fil du temps un aspect supplémentaire utilisé pour dénoncer son manque de « moralité socialiste ».

L’article de Marielle Silhouette, « La rencontre de Bertolt Brecht et de Hans Mayer dans une RDA en construction (1948-1956) » (p. 73-84) évoque l’amitié qui liait Mayer à Brecht, depuis leur arrivée dans la zone soviétique en 1948 jusqu’au décès de Brecht en 1956. On découvre le soutien mutuel que se sont apporté les deux marxistes hétérodoxes, en vertu de la proximité de leur vues sur le théâtre, développées dans des activités publiques communes, qu’il s’agisse d’articles critiques, de séminaires ou de rencontres avec des étudiants, ainsi que dans leur correspondance. La dimension plus personnelle de leurs échanges s’est développée dans le cadre de la pratique théâtrale et Hans Mayer constitua un relais puissant pour diffuser les pièces de Brecht et animer des discussions sur la mise en scène dans son séminaire de Leipzig, alors que Brecht soutint fidèlement les écrits de Hans Mayer lorsqu’il fut violemment critiqué, par exemple pour son ouvrage sur Thomas Mann.

L’article de Norbert Waszek apporte aussi un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle de la RDA à cette époque en rappelant les jalons de l’amitié indéfectible qui lia Hans Mayer à Ernst Bloch, par-delà la pensée hégélienne, que ce soit à l’Est ou à l’Ouest (« ‘Qui l’a connu ne peut l’oublier’ : Hans Mayer sur Ernst Bloch », p. 85-98). Bloch avait été ostracisé dès 1957 et resta à l’Ouest après la construction du Mur. Mayer cite souvent Bloch dans son autobiographie et lui a consacré plusieurs discours. Après avoir évoqué la question du judaïsme commun aux deux amis (mais non assumé par Bloch, qui n’y voyait qu’un aspect contingent de son existence), N. Waszek met en valeur le jugement littéraire porté par Mayer sur les écrits de Bloch, que le professeur de littérature ne manque pas de rapprocher de certains auteurs dont le plus important est Schiller. Enfin l’auteur de l’article émet l’hypothèse que les réserves de Hans Mayer sur l’inféodation de Bloch à la pensée hégélienne ne reflètent que ses propres doutes.

Ce dossier s’adresse à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à une approche pluridisciplinaire telle qu’elle était pratiquée par Hans Mayer, au carrefour de la sociologie, de l’histoire, de la philosophie et de la littérature. La variété des approches proposées rend compte de l’œuvre de celui qui « avait su placer dans ses textes le ferment de leur survie à travers le temps : leur capacité à parler, par-delà leur contexte d’émergence, à des lectrices et lecteurs contemporains, vingt ans après la mort de leur auteur »[5].

[1] Dans ce dossier : Heinrich von Kleist. L’instant historique. Traduit par Clément Fradin, p. 125-161

[2] Ils le sont aussi dans ce numéro sous la plume de Hans-Joachim Jahn dans son article : « Le judaïsme comme matière à réflexion. Aspects de la philologie critique de Hans Mayer », p. 99-112.

[3] Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf. Erinnerungen, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1982 et 1984.

[4] Hans Mayer, Les Marginaux. Femmes, Juifs et homosexuels dans la littérature européenne, Paris, Albin Michel, 1994 [1975]

[5]Dossier, p. 13


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search