Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. L’ouvrage n’est en rien une histoire littéraire ou culturelle, c’est un essai ou plutôt un recueil d’essais, une introduction de lecture aisée à cette parenthèse « entre les époques » que fut la RDA. Pour ceux qui ont vécu ces années, l’ouvrage nous la fait intensément revivre. Il devrait être, surtout pour la jeune génération, qui n’a souvent de la RDA qu’une image tronquée, quand l’existence de celle-ci n’est pas réduite à une simple note de bas de page[2], une lecture obligée. Ce serait pour elle un parcours initiatique « entre les époques où s’étend un terrain vague (où) l’on s’égare facilement » (Christa Wolf : Kein Ort. Nirgends/ Aucun lieu. Nulle part). L’auteur, né en 1965 en RDA, a pris soin, sans prétendre se substituer à l’historien, de replacer sous un angle très personnel, car mêlé de souvenirs et d’anecdotes toujours signifiantes, et avec un indéniable talent de conteur, ces quelques années dans l’ensemble de ce temps historique, en en marquant les moments forts : le « temps des grands enterrements », l’ère du « repentir», dont Tengiz Abuladzé fit avec son film le « cœur mythique » de la perestroïka. Gunnar Decker nous livre aussi en quelques pages dans son introduction une petite leçon d’économie qui ne manque pas d’intérêt. Erich Honecker[3], homme lige de Léonid Brejnev[4], aurait conduit la RDA à sa perte en menant une politique contraire aux lois de l’économie, tandis que Walter Ulbricht, en réaliste, aurait compris que « la RDA était, face à la concurrence économique, condamnée à se moderniser à tout prix ».  L’auteur de Zwischen den Zeiten participe ce faisant à une réévaluation du rôle historique de Walter Ulbricht[5], menée par un certain nombre d’historiens.

Decker nous propose, avec ces essais autour de textes littéraires et d’écrits critiques ayant fait date à leur époque, autour d’œuvres picturales, objets en leur temps de vives discussions, autour d’une mise en scène théâtrale à scandale, de groupes musicaux underground, d’entretiens et controverses, de quelques portraits aussi, un riche voyage au long de cette période historique dont la fin, avec la déchéance de nationalité de Biermann en 1976, était pour ainsi dire d’emblée annoncée. Parmi ces titres on retiendra entre autres de Christa Wolf, Kein Ort. Nirgends, Was bleibt et Störfall, de Monika Maron Flugasche, de Volker Braun Hinze-und-Kunze-Roman, de Christoph Hein Der Tangospieler, de Rudolf Bahro Die Alternative, de Wolfgang Mattheuer Was nun, au total une bonne quarantaine d’entrées. C’est faute de place que manquent tous ceux ou toutes celles dont l’auteur eût aimé parler : Irmtraud Morgner, Durs Grünbein, Hermann Kant, Frank Beyer, Eva Strittmatter et bien d’autres encore, cinéastes, acteurs, etc. Quel dommage.

L’auteur du livre a placé en exergue à son ouvrage Der Jahrhundertschritt (La marche du siècle), cette stupéfiante sculpture de Wolfgang Mattheuer qui se dresse aujourd’hui entre autres devant la Maison de la démocratie à Leipzig. D’un corps difforme sur lequel est greffée une tête minuscule s’échappent des membres disproportionnés. Côté droit de ce monstre, un bras tendu et une jambe d’une longueur démesurée écrasant le monde sous son talon, côté gauche un poing levé et un genou replié presque déjà à terre. Allégorie du XXe siècle, corps double, sœurs siamoises ayant enfanté deux systèmes à la fois semblables et ennemis. La RDA s’est bâtie sur les ruines de l’un, le nazisme, et sur l’avenir prometteur de l’autre,  le marxisme-léninisme, qui eut d’abord dans la pratique la figure du stalinisme.

Dans les dernières années d’existence de l’État est-allemand qui furent des années de mélancolie, – la RDA s’accrochant encore souvent à ses œillères -, les braises de l’esprit couvaient toujours. Partagés entre la soif d’avenir et la peur de ce même futur, les intellectuels et artistes auxquels Decker s’attache manifestèrent un esprit de résistance, qui était la promesse d’une aube, le gage d’une démocratie… qui n’advint pas.

Au moment de la chute du Mur, Jürgen Habermas se dressant sur son piédestal d’intellectuel libéral occidental, avait écrit le 26 novembre 1991 à Christa Wolf qu’« en se tournant vers l’Ouest, l’âme allemande ne s’était pas rabougrie mais avait au contraire appris à marcher droit », ajoutant que  « pour l’hygiène intellectuelle de l’Allemagne » le socialisme réellement existant avait été plus néfaste que le national-socialisme.[6] La lecture de cet ouvrage permet d’apprécier à sa juste valeur (!) la pertinence de ce jugement.

[1] Gunnar Decker est aussi l’auteur des ouvrages suivants : 1965-Der kurze Sommer der DDR, Carl Hanser Verlag, 2015, et Die Letzte Fahrt Ost. Die DDR im Rückspiegel, Leipzig, Militzke Verlag, 2004 (en collaboration avec Kerstin Decker).

[2] Déçu par les élections de mars 1990, Stefan Heym jugea que la RDA ne serait bientôt plus  dans l’histoire « qu’une note de bas de page ».

[3] Premier secrétaire du SED à partir de 1971. Il succède à Walter Ulbricht.

[4] Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique de 1964 à 1990.

[5] Secrétaire général du Comité central du SED depuis 1950.

[6] In Christa Wolf : Auf dem Weg nach Tabou, p. 146.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.