Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à instaurer une « révolution culturelle socialiste ». Il s’agissait de mettre au centre des productions artistiques le monde du travail, encourageant les écrivains à se rendre dans les usines et les ouvriers à se saisir de leur « plume », selon le fameux slogan lancé par Werner Bräunig lors de la première conférence de Bitterfeld en avril 1959 : « Greif zur Feder, Kumpel ! ». Si l’injonction faite aux écrivains de se saisir de thématiques du quotidien de la vie socialiste n’était pas nouvelle, il s’agissait désormais d’accélérer l’accès de la « classe ouvrière » à l’art et à la culture, en promouvant largement la création de « cercles » d’amateurs où se pratiquaient diverses formes artistiques (peinture, musique, danse, etc.), et notamment l’écriture.

Dans son ouvrage, Anne M. N. Sokoll souhaite rendre justice à un mouvement qui ne semble pas avoir été pris au sérieux par la recherche, qui le considère – de même que la « voie de Bitterfeld » – comme un « cul-de-sac », n’ayant pas porté ses fruits et s’étant peu à peu estompé. Or, l’auteure considère qu’il faut regarder ce mouvement dans une perspective plus large car il s’agissait d’une pratique culturelle s’étendant des années 1950 jusqu’à la fin de la RDA (p. 17). Dans la lignée des recherches sur la RDA s’appuyant sur l’histoire sociale et l’histoire du quotidien, A. Sokoll, prenant ses distances vis-à-vis des analyses choisissant pour cadre les seules structures répressives, envisage le mouvement des écrivains-ouvriers non pas comme un phénomène imposé « d’en haut », mais comme une véritable pratique culturelle vécue au quotidien (p. 19), ce que l’ouvrage – nous le verrons – ne réussit pas à démontrer de façon convaincante.

L’étude est composée de trois parties très inégales. La première, avec presque 270 pages de loin la plus longue, fait l’historique du mouvement des ouvriers-écrivains et en reconstruit le contexte. Dans un souci d’exhaustivité qui caractérise tout l’ouvrage, conduisant à de nombreuses digressions, l’auteure inscrit les cercles littéraires de RDA dans une longue tradition remontant jusqu’aux salons littéraires des Lumières pour – sans surprise – constater peu de proximité entre eux, les liens étant plus évidents avec la tradition de la culture prolétaire du XIXe et du début du XXe siècle, notamment l’Association des écrivains prolétariens révolutionnaires (BPRS). L’ouvrage retrace ensuite l’évolution du mouvement des ouvriers-écrivains en RDA et établit ses caractéristiques pour chaque décennie. Dès les années 1950, la politique culturelle a pour souci de faire accéder les masses à la culture et jette les bases d’une large culture populaire, mais ce n’est qu’avec la première conférence de Bitterfeld que l’« ouvrier-lecteur » (lesender Arbeiter) est invité à se transformer en « ouvrier-écrivain » (schreibender Arbeiter) grâce au mouvement du même nom et à fonder par-là une nouvelle « littérature nationale » (p. 63). Si les années 1960 sont à considérer comme l’apogée du mouvement qui se structure et s’institutionnalise, notamment avec la création de tout un réseau de cercles littéraires, elles voient aussi se produire un certain nombre d’ajustements dans la conception même du mouvement qui, de façon plus réaliste, n’est plus censé produire des ouvriers-écrivains professionnels fondateurs d’une nouvelle littérature nationale, mais se comprend plus modestement comme un courant œuvrant de façon « opérationnelle » au sein de la société. Au cours des années 1970, les liens avec les entreprises sont renforcés et le syndicat (FDGB) joue un rôle prépondérant dans la gestion des cercles littéraires. Ceux-ci sont encadrés par des responsables mieux formés et rémunérés et les membres peuvent se voir proposer une formation à distance à l’institut de littérature Johannes R. Becher de Leipzig. Si le nombre total de cercles littéraires et de membres a baissé depuis les années 1960, il se stabilise alors autour de 200 cercles actifs. Les années 1980 sont surtout analysées à partir de leur fin, la chute du Mur de 1989 et le coup d’arrêt donné au mouvement, faute de moyens de subsistance. Des sous-chapitres sont également consacrés à la composition des cercles qui ne réunissent que peu de véritables « ouvriers », ainsi qu’aux analyses – partiellement critiques – du mouvement, produites à l’époque de la RDA.

La deuxième partie de seulement 60 pages se réclame d’une approche littéraire pour reconstituer le cadre, ou plutôt le cadrage esthétique et programmatique du mouvement en analysant les « leçons », programmes de formation ou manuels fixant les normes esthétiques guidant la production de textes, mais qui se révèlent essentiellement être des prescriptions idéologiques. L’auteure retrace l’évolution d’une vingtaine d’ouvrages de ce « genre didactique » (p. 319) entre les années 1960 et 1980 et compare deux manuels publiés respectivement en 1969 et en 1976, le Handbuch für schreibende Arbeiter et Vom Handwerk des Schreibens. On s’aperçoit que la part laissée à la formation littéraire à proprement parler – à la familiarisation avec certains genres littéraires ou avec différents styles – est souvent minime et s’efface devant des injonctions d’ordre idéologique. À partir des années 1970, les ouvrages comptent améliorer la qualité des textes, mais sont davantage destinés à la formation des responsables des cercles qu’à leurs membres. Dans les années 1980, tout en devenant plus concrets et orientés vers la pratique, les ouvrages insistent sur la nécessité de créer une « littérature opérationnelle » étroitement liée à l’environnement dans lequel les cercles interviennent (les entreprises) et à intégrer les expériences de la « réalité du travail socialiste » en échangeant avec les ouvriers (p. 345). Ce retour aux prémices du mouvement et la volonté d’œuvrer toujours dans le sens d’une littérature proprement socialiste paraît quelque peu anachronique dans les années 1980, il aurait été intéressant de l’analyser en lien avec l’évolution du champ littéraire de la RDA en général.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage (42 pages) met l’accent sur la pratique concrète du mouvement en évoquant le travail d’un certain nombre de cercles littéraires et en analysant plus en détail l’exemple du cercle de l’entreprise d’État VEB Starkstrom-Anlagenbau/VEB Schiffselektronik Johannes Warnke à Rostock. Le lecteur obtient ici quelques informations plus concrètes sur la composition d’un cercle et sur la motivation de ses membres (on ne sera pas étonné qu’à la fin des années 1960, les membres aient tous de nombreuses fonctions en dehors du cercle et soient fortement engagés pour le ‘socialisme’, p. 392), sur l’organisation (le responsable est par exemple secondé par une lectrice de la maison d’édition Hinstorff de Rostock censée veiller sur la qualité littéraire et artistique) et le fonctionnement interne, le déroulement des réunions. Ainsi, apprend-on que les membres se réunissaient toutes les trois semaines pendant quatre heures dont une partie était dédiée à des exposés sur des thématiques générales (comme p. ex. en 1969 « Guerre psychologique et éducation militaire socialiste » [!], p. 398) ou littéraires (sur les particularités de certains genres littéraires, mais on notera également la thématique de la « décadence ouest-allemande » en 1963, ibid.). Le reste du temps, les membres discutent des productions littéraires des uns et des autres qui pouvaient, entre autres, être publiées dans les journaux locaux et régionaux : on notera qu’elles sont toutes en phase avec le discours officiel (p. 403).

L’objectif de l’ouvrage de Anne M. N. Sokoll était de montrer que le mouvement des ouvriers-écrivains en RDA n’était pas simplement une initiative imposée par le haut, mais qu’il reposait sur une pratique culturelle bien ancrée dans la société des années 1950 jusqu’à la chute du Mur. Or, après avoir parcouru les presque 500 pages, le lecteur n’en est pas convaincu. L’ensemble de la démonstration repose sur les documents officiels dont la « langue de bois » ne facilite pas l’accès et ne fait l’objet d’aucune réflexion. Dans ce contexte, on peut également déplorer le manque de distance de l’auteure par rapport à son objet : les fondements « utopiques » de ce mouvement et de la politique culturelle de la RDA sont mentionnés comme une évidence et le verdict contre le formalisme de 1951 est considéré de façon tout à fait affirmative comme une stratégie de politique culturelle parmi d’autres en faveur de la promotion d’un art populaire (p. 75). Si la volonté émancipatrice de la politique culturelle de la RDA ne fait pas de doute, il faut toutefois s’interroger sur les moyens mis en place, sur la prédominance du réalisme socialiste qui repose sur une vision utilitaire et partiale de l’art et de la littérature, ayant avant tout pour fonction d’exclure d’autres formes esthétiques taxées de décadentes. L’art populaire ou prolétaire n’est pas forcément synonyme de réalisme socialiste, comme le montre l’exemple du Proletkult ou du LEF en Union soviétique. La potentielle créativité des membres des cercles littéraires fut donc très tôt canalisée et bridée par les normes esthétiquement conservatrices du réalisme socialiste.

On peut également regretter que l’ouvrage ne fasse aucune place aux productions littéraires concrètes issues des cercles littéraires : la deuxième partie analyse les « traités de poétique », là encore du point de vue du pouvoir, mais n’aborde pas les œuvres. Pourtant, en analysant ces productions publiées et discutées dans la revue ich schreibe ou dans de nombreuses anthologies, on aurait pu se faire une idée plus précise des formes et thèmes choisis par ces écrivains amateurs[1]. Ce n’est que dans la conclusion de sa dernière partie que l’auteure nous livre quelques exemples de textes trouvés dans les archives qui, visiblement, n’ont pas pu être publiés à cause de leur forme et de la teneur critique des contenus (p. 415). À travers ces quelques exemples, l’ouvrage thématise le décalage entre certaines libertés prises à l’échelle micrologique des cercles où les textes ont pu être présentés et l’échelle macrologique de leur cadrage par les instances officielles (p. 416). À ce stade, l’étude évoque également la surveillance des cercles par la Stasi.

D’une certaine manière, la méthodologie de l’ouvrage est en contradiction avec ses objectifs. Il s’intéresse avant tout à la politique culturelle et au cadrage par le haut, par le pouvoir. Mais pour savoir si des marges et des espaces de liberté ont pu exister dans ce mouvement hautement symbolique pour l’État, il aurait fallu privilégier une approche microhistorique et s’intéresser davantage au terrain, comparer plusieurs cercles littéraires, essayer de rencontrer d’anciens membres et non seulement les responsables des cercles qui avaient un rôle partiellement coercitif, enfin interroger les textes[2]. Pour cela, d’autres études seront nécessaires, ainsi qu’Anne M. N. Sokoll le remarque elle-même, considérant son travail de reconstruction du mouvement des écrivains-ouvriers comme une base pour de futures recherches.

Carola Hähnel-Mesnard (Université de Lille, Alithila)

[1] Pour une première approche de ces textes en français, voir notamment la première partie de l’ouvrage d’Anne-Marie Pailhès, La recherche d’une identité dans la poésie de R.D.A. de 1960 à 1989, Verlag Hans Dieter Heinz, Akademischer Verlag Stuttgart, 1998.

[2] À titre d’exemple, l’ouvrage Bitterfelder Nachlese. Ein Kulturpalast, seine Konferenzen und Wirkungen (Berlin, Karl Dietz Verlag, 2007) dirigé par Simone Barck et Stefanie Wahl que l’auteure convoque à de nombreuses reprises permet bien plus de saisir la réalité du mouvement sur le terrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.