Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019.

 

https://www.peterlang.com/document/1110888

Comme l’a montré Christophe Prochasson dans Le socialisme, une culture[1], la doctrine socialiste ne se laisse pas enfermer dans le périmètre d’une définition simple et stable dans le temps. « Dans la grande cuisine des idéologues, le chaudron socialiste est celui qui réclame le plus de soin et d’attention. Il déborde toujours ses fondateurs, ses organisations, son électorat traditionnel, les forces sociales qu’il est censé représenter[2] ». Dans cette optique, le cas de la recréation du Parti social-démocrate en RDA en octobre 1989 sous le nom de SDP et des diverses expériences qu’il traverse jusqu’à sa fusion avec le SPD ouest-allemand en septembre 1990 nous semble être un cas d’école : c’est à la fois un phénomène fascinant, propre aux époques de grande fièvre collective, où des anonymes peuvent se voir confier, en un temps record, des responsabilités auxquelles ils ne s’étaient pas préparés. Et c’est aussi l’histoire d’un échec, car les sociaux-démocrates est-allemands n’ont finalement pas réussi à empêcher que leur identité et leur pays ne soient happés par la RFA[3].

Le SDP, « Parti social-démocrate en RDA », a été fondé indépendamment des partis du « Bloc démocratique » – les partis autorisés en RDA, formant le Nationale Front – le 7 octobre 1989 dans le presbytère du village de Schwante (Brandebourg) dans la plus grande clandestinité. Il s’agit d’un parti révolutionnaire dans la première phase de son existence, l’auteur insiste beaucoup là-dessus, le SDP souhaitait renverser le régime. En outre, tout dans cette fondation[4] est une provocation contre le SED : le nom, le sigle, la date et le lieu de fondation. Par sa seule existence, le SDP conteste l’aptitude du SED à incarner l’unité de la classe ouvrière. Il suit la logique ou stratégie de provocation de ceux qui, en janvier 1988, arborent des slogans de Rosa Luxemburg lors d’une manifestation en son honneur orchestrée par le régime : ce qui est subversif, c’est le miroir qui place le régime face aux manquements quant à sa propre doctrine.

Dès le début, il s’agit de réfléchir à un socialisme alternatif et non à une alternative au socialisme. Les sociaux-démocrates entendent agir selon leur conscience, « fût-ce au prix de l’illégalité si le régime et la loi sont jugés illégitimes » (p. 94) un peu comme dans la théorie de la désobéissance civile – même si le terme n’apparaît pas dans l’ouvrage – et contre la doctrine luthérienne qui prônait la soumission au pouvoir temporel, alors même que les premiers sociaux-démocrates sont souvent protestants. Dès le début également, le parti entend œuvrer sur le territoire de la RDA, comme le souligne son nom, Parti social-démocrate en RDA, (« in der DDR » et pas « Deutschlands » comme le SPD ouest). Le datif locatif montre la limitation de son action à la RDA, et le SDP participe d’ailleurs à la Table ronde centrale à partir du 7 décembre 1989. Le projet du parti était au départ de renvoyer dos-à-dos les systèmes socialiste et capitaliste. Mais comme on le sait, le projet de constitution élaboré par cette Table ronde centrale a été caduc avant même son rejet par la Volkskammer[5] le 26 avril 1990. Ne répondant pas aux attentes de la population de RDA, il reste lettre morte. Et le SPD est-allemand finit par accepter l’idée de l’unification par l’article 23 et donc de l’adhésion à la RFA, en échange de quoi il serait parvenu à imposer au SPD-ouest, selon É. Dubslaff, un « large versant social » (p. 281). Voilà qui serait à nuancer, car on peut estimer que ce que la RDA a finalement pu mettre dans la corbeille de mariage représente très peu. L’histoire de ce parti social-démocrate est-allemand prend donc fin le 27 septembre 1990, avec la fusion des deux SPD, après plusieurs mois de confrontation avec le SPD ouest-allemand qui l’aide tout autant qu’il tente de le récupérer. Le SPD ouest ne cesse au cours des semaines de renforcer son ascendant sur le parti est-allemand, É. Dubslaff parle de « suprématie ouest-allemande » (p. 303).

De façon significative, il n’y a pas eu de consultation de la base[6] lors de la fusion des deux partis, car on a considéré qu’il ne s’agissait pas d’une « fusion avec un autre parti », mais du « rétablissement de l’état normal ». Ce changement de paradigme (rétablissement de l’état dit normal et non pas fusion avec un autre parti) dépasse de loin la sémantique, et implique qu’il n’y a pas eu de nouveaux statuts (le parallèle fait par l’auteur avec le renoncement à l’article 146 lors de l’unification et à une nouvelle constitution allemande qui aurait été adoptée par référendum est à cet égard très pertinent). En revanche, le parti social-démocrate est-allemand a pu obtenir des quotas transitoires lui garantissant un nombre de délégués dans les congrès jusqu’en 1993, ainsi que 10 sièges au Directoire national, dont un poste de Vice-président. Alors qu’il n’était au départ qu’un groupuscule de 40 personnes, il s’est transformé en quelques mois en un parti de 30 000 membres au moment de la fusion, ce qui montre sa très grande vitalité, d’autant plus que ce parti social-démocrate est-allemand a dû fonctionner « sans les ressources personnelles, financières et infrastructurelles dont jouissaient les chrétiens-démocrates et les libéraux de RDA depuis plus de 40 ans en contrepartie de leur soutien au Bloc » (p. 339). En moins d’un an d’existence, il connaît 4 présidents (chapitre « Chaises musicales » p. 245).

Les sources sur lesquelles se fonde cette étude sont diverses : la Fondation Robert-Havemann pour ses archives (Archiv der DDR-Opposition, notamment le fond Böhme, l’auteur étant parfaitement conscient de la prudence avec laquelle il faut manier les sources liées à cet homme) joue un rôle important, ainsi que des interviews d’histoire orale (une quinzaine d’entretiens de sociaux-démocrates). L’ouvrage démontre une nouvelle fois la validité de l’histoire orale, à condition de procéder par recoupement avec d’autres sources, ce que l’auteur fait constamment. Il a par ailleurs dû composer à plusieurs reprises avec un manque de sources : de nombreux sociaux-démocrates n’ont pas encore mis leurs archives à disposition de quelque institution que ce fût (p. 25), les documents internes au SPD-Ouest font aussi très souvent défaut (certains ont probablement été ouverts entretemps en 2020, soit 30 ans après 1990), les archives de la commission commune SPD Ouest et SDP (il change de nom en janvier 1990 lors de la conférence des délégués pour devenir le SPD) sont inaccessibles à l’AdsD (Fondation Friedrich Ebert, Archiv der sozialen Demokratie). De plus, il n’était pour les premiers sociaux-démocrates évidemment pas possible de se réunir dans des brasseries en RDA, comme le veut pourtant la tradition sociale-démocrate. De ce fait, les réunions avaient lieu dans le secret des appartements privés, ce qui ne favorise pas le recrutement de nouvelles personnes, ni le fait de laisser des sources pour les historiens (si ces réunions dans les brasseries ne laissaient pas forcément de traces non plus, elles avaient au moins l’avantage d’être publiques, de pouvoir donner lieu à la rédaction d’articles ou de lettres, de participants ou de simples observateurs, journalistes, curieux, etc. Il y a globalement une faible consignation écrite des premiers débats, sauf quelques vidéos faites par des agents officieux de la Stasi[7]. Par ailleurs, les sources privilégient les élites successives du parti au détriment des membres plus discrets qui ont laissé moins de traces, même si cela est en partie contrebalancé par les entretiens d’histoire orale. Pour toutes ces raisons, le choix des thèmes traités est parfois guidé par l’accès aux archives : par exemple les Jeunes sociaux-démocrates (Junge Sozialdemokraten JSD) et le Groupe de travail des femmes sociales-démocrates (Arbeitsgemeinschaft Sozialdemokratischer Frauen, ASF) sont étudiés de plus près par l’auteur, même si d’autres associations voient le jour en même temps.

L’ouvrage propose un rapide retour en arrière bienvenu sur l’histoire de la social-démocratie allemande, et notamment sur les conséquences des lois « antisocialistes », en vigueur de 1878 à 1890, qui obligent les sociaux-démocrates à se rallier aux thèses marxistes, et dont la conséquence est que le groupe parlementaire devient le centre intellectuel et politique du Parti, privé de toute possibilité d’expression hors du Reichstag. L’autre période charnière est celle qui suit la capitulation du 8 mai 1945. Le SPD a en effet été recréé formellement le 5 octobre 1945, et s’est rendu à l’invitation du KPD (avec d’autres partis, y compris certains qui étaient ouvertement anti-marxistes[8] comme la CDU et le LDPD, liberal-demokratische Partei Deutschlands) pour fonder en juillet 1945 le Bloc des Partis antifascistes à Berlin. De ce fait, il n’a jamais été formellement interdit en zone d’occupation soviétique mais a cessé de facto d’exister suite à la fusion forcée avec le KPD[9]. En ce sens, l’ouvrage d’Étienne Dubslaff peut aussi se lire comme une réflexion sur la temporalité en histoire : à l’Ouest le Parti social-démocrate a été refondé après 12 ans seulement en 1945, à l’Est, c’est après 43 ans d’inexistence, d’où des conséquences très concrètes que l’auteur met en évidence.

Il pose aussi la question de savoir s’il existe une identité sociale-démocrate proprement est-allemande. La réponse est nuancée car la phase de travail autonome du Parti en RDA prend fin assez vite en raison du poids du SPD-Ouest, même si le SDP reste jaloux de son indépendance. L’auteur utilise à cet égard la notion d’Eigen-Sinn, terme qualifié par Etienne Dubslaff d’intraduisible (p. 63). Mais il existe malgré tout, dans cette recherche d’une troisième voie, une spécificité de ce Parti, qui reprend l’éthique sociale-démocrate de l’ère bismarckienne (p. 104) tout en cherchant aussi plus généralement à allier démocratie et justice sociale. Cela fait surgir de nombreuses questions qui lui sont propres, du moins en partie : comment garantir des débats ouverts, comment éviter une « reddition sans réserve à la RFA » (p. 155), faut-il accepter le cumul des mandats entre les postes au niveau du parti et les responsabilités au niveau de l’État, est-ce qu’il y a un primat de la politique sur l’économie ou bien est-ce l’inverse (la libéralisation immédiate de l’économie peut-elle être considérée comme un moyen pour financer les acquis sociaux de la RDA ?), mais aussi : à quel rythme l’unification doit-elle être accomplie, qui peut adhérer (les anciens communistes doivent-ils montrer patte blanche) ?

Le Parti social-démocrate de RDA devient un parti parlementaire et gouvernemental après les élections décisives du 18 mars 1990. Auparavant, l’objectif premier était la lutte contre la dictature. Il devient ensuite, et c’est là que l’on pourrait parler de grand écart, à la fois héritier des mouvements citoyens de RDA et porte-parole d’une partie de la population pro RFA. Les liens avec les mouvements citoyens, Demokratischer Aufbruch, Neues Forum, Demokratie jetzt !, et IFM qui est la matrice de tous les autres, au sens où c’est le premier groupe qui sort du giron de l’Église et publie Grenzfall – cette pluralité étant emblématique de la volonté d’instaurer un pluralisme véritable (p. 87) – se sont distendus progressivement à mesure que l’idée de l’unification s’est imposée dans le parti. La question de savoir s’il fallait entrer dans le gouvernement du chrétien-démocrate de Maizière après ces élections a aussi été très clivante, comme le montre très bien É. Dubslaff : être dans l’opposition signifie voter aux côtés du PDS, participer signifie faire des compromis et risquer de passer pour un parti avide de pouvoir ou opportuniste.

On apprend également beaucoup, en filigrane, sur le SPD-Ouest, ses relations avec le SED (officielles et officieuses) même après la chute du Mur. Certains membres du SPD voulaient rompre avec le SED pour se concentrer sur les groupes citoyens est-allemands, et traiter le SDP comme les autres partis frères de Pologne ou de Hongrie, mais tous n’adhéraient pas à cette idée. Le Parti social-démocrate de RDA a profité d’une aide logistique massive du SPD-Ouest, notamment pour le congrès de Leipzig fin février 1990 (photocopies, décoration de la tribune, engagement de 25 techniciens son et lumière !). Puis, après l’échec des élections du 18 mars 1990, le SDP-Ouest a également aidé le SPD-Est par des formations à la « gouvernance », au travail médiatique, à l’informatique : en un mot il a contribué à une mise à niveau dans l’art de mener des campagnes électorales efficaces. Mais le SDP-Est a dû aussi définir des stratégies pour faire face au paternalisme du SPD-Ouest et faire comprendre aux collègues de l’Ouest qu’ils avaient besoin de leurs collègues de l’Est. Le rapport pour le compte du Directoire de Bonn, suite aux visites d’inspection de délégués du SPD ouest-allemand, en dit long sur leur attitude. Comme le résume É. Dubslaff : « Tous les auteurs tiennent pour acquise la supériorité du modèle ouest-allemand en matière organisationnelle et tendent à vouloir plaquer leurs recettes sur un pays et un système politique qu’ils ne connaissent guère » (p. 228). La journée du 28 septembre 1990, lendemain de la fusion des deux partis, offre également un cas de figure intéressant : il s’agit d’officialiser la nomination de Lafontaine comme candidat à la Chancellerie, de lancer la campagne électorale commune, mais aucun Allemand de l’Est n’est convié à prendre la parole à la tribune.

On apprend aussi beaucoup sur la situation politique de la RDA à la fin de son existence : le MfS (la Stasi) a cessé progressivement de réprimer et d’emprisonner les opposants, afin d’éviter d’en faire des martyrs ; il a choisi d’infiltrer massivement ces cercles, et de faire courir des rumeurs pour tenter de décrédibiliser leurs membres.

Les pages les plus convaincantes sont celles qui soulignent l’hétérogénéité énorme des différents programmes, à la fois sur les fins et sur les moyens, et aussi celles qui sont dédiées à l’analyse des textes qui « brillent par leur codage » (p. 141), notamment dans les premières semaines d’existence du parti car il était impossible d’agir ouvertement. Les remarques sur l’origine sociologique des premiers sociaux-démocrates sont également passionnantes : en effet ils étaient plus proches des mouvements citoyens que de la société de RDA en général. Il s’agit au départ d’un tout petit groupe très homogène, de trentenaires, souvent hommes, intellectuels, berlinois et protestants (p. 124). Ces liens avec l’Église s’expliquent par le fait qu’elle offrait aux jeunes exclus du baccalauréat par le pouvoir (leurs parents étant suspects aux yeux du régime) la possibilité de passer l’équivalent de l’Abitur. Mais celui-ci ne donnait accès qu’aux trois écoles supérieures gérées par l’Église protestante (Sprachenkonvikt de Berlin, Kirchliche Hochschulen de Naumbourg et Theologisches Seminar de Leipzig). « Ce n’est pas l’Église qui cherchait à recruter les exclus mais c’est bien le régime qui poussait cette jeunesse dans les bras de celle-ci, au point qu’elle devint, au cours des décennies, une pépinière d’esprits critiques, le centre de recrutement et de formation d’une véritable contre-élite » (p. 75). Par ailleurs, l’Église offrait des îlots de liberté pour discuter plus librement, un refuge pour ceux qui ne voulaient pas s’adapter. Cela se lit dans les réseaux de recrutement : on pense par exemple au « quartier Alléluia » (« Halleluja-Viertel » !), un lotissement de Berlin où l’Église protestante possède (possédait ?) de nombreux logements de fonction, et aux cercles pacifistes et écologistes comme Gewaltlos leben, Aktionskreis Solidarische Kirche, Grün-Ökologisches Netzwerk Arche, Aktion Sühnezeichen. L’auteur montre, au-delà de cette logique locale, le rôle du hasard, l’importance des contacts (amitiés ou inimitiés), des voyages privés à l’Ouest, des opportunités de parler dans les médias.

Toutefois, « la question se pose de savoir si le protestantisme menait à la contestation, à la ‘contre-révolution’ ou si c’est l’esprit critique qui poussait les jeunes dans les bras de l’Église. Dans le deuxième cas, l’Église aurait constitué une ‘niche’ de plus au sens où les pasteurs se seraient retirés de la sphère publique pour mieux se réaliser dans la sphère privée » (p. 76). A notre sens, il ne s’agit pas forcément d’une alternative, les deux ne s’excluent pas. L’auteur souligne d’ailleurs les passerelles entre la foi chrétienne et le socialisme, et notamment le 10ème Commandement : « Tu ne convoiteras ni la femme ni la maison ni rien de ce qui appartient à ton prochain » comme critique de l’esprit du capitalisme (ce qui pourrait aussi s’interpréter au contraire comme respect absolu de la propriété privée ?).

Cette homogénéité sociologique des premiers sociaux-démocrates du SDP en 1989 vient aussi du fait qu’il y avait au début dans le Parti très peu d’ouvriers, 6,7% seulement (p. 121), contrairement au Politbüro par exemple (deux-tiers d’ouvriers le 8 novembre 1989). Or, selon la théorie marxiste, seul un parti à dominante ouvrière peut se revendiquer du socialisme. Cela fait dire à É. Dubslaff : « Le régime paraît donc autrement plus légitime à incarner la société est-allemande que les sociaux-démocrates » (p. 121). Incarner et ressembler sont évidemment deux choses différentes, ce qui pose le problème de fond de la représentation politique, que l’auteur évoque par ailleurs.

Il soulève aussi la question de la place des femmes, de l’engagement féminin lors de la Révolution pacifique. Sur ce thème, de nouvelles recherches ont été menées depuis la soutenance de sa thèse, notamment par Jessica Buck sur l’invisibilisation des femmes dans les récits de la Révolution pacifique[10]. Ces dernières étaient bien plus présentes et actives que ce que l’on présupposait jusqu’alors. Sur la notion de deux États allemands comme conséquence du passé coupable allemand (la division serait une forme de « punition » légitime suite aux crimes nazis et non une conséquence de la Guerre froide), évoquée rapidement (p. 107), on reste un peu sur sa faim : quel rôle a pu jouer cette interprétation erronée des causes de la division (comme punition suite aux crimes nazis) pour les sociaux-démocrates est-allemands ? En quoi ont-ils pu lire dans l’unification une sorte de remise de peine prématurée, leur interdisant d’y adhérer ? Il est peut-être impossible de répondre en raison de l’absence de sources. Mais ces remarques n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage, qui pourra intéresser aussi bien des spécialistes de la RDA que des personnes curieuses des voies empruntées par la révolution pacifique et des débats autour de la notion de troisième voie.


[1] Christophe Prochasson, Le socialisme, une culture, Essais, Ville ?, Fondation Jean Jaurès, 2009. Cet essai reprend le rapport introductif à la table ronde « Socialisme et culture » présenté par l’auteur lors du colloque organisé par la Société d’études jaurésiennes et la Fondation Jean-Jaurès les 5 et 6 février 2009, « Qu’est devenue l’histoire du socialisme ? Hommage à Madeleine Rebérioux ».

[2] C. Prochasson, op. cit., p. 5.

[3] Il existe une étude qui est en quelque sorte le pendant côté ouest de cette étude sur les sociaux-démocrates est-allemands : Sophie Bouiller, Le Parti social-démocrate allemand et la justice sociale dans les années 1980. Une identité social-démocrate à l’épreuve de l’unification (1989-1990). Thèse de doctorat en Études germaniques, soutenue le 2 février 2018, à Sorbonne Université, sous la direction d’Hélène Miard-Delacroix.

[4] Il s’agit en fait d’une refondation et non d’un parti entièrement nouveau, c’est le parti disparu lors de la fusion forcée avec le KPD qui est refondé.

[5] Il a été rejeté de façon serrée, par 179 voix contre 167.

[6] La « base » existait bien pour le SPD-Ouest mais pour le parti est-allemand, elle était très réduite, il ne pouvait s’appuyer sur aucun réseau préexistant à la différence de l’Ost-CDU.

[7] C’est le cas pour la création de la Fédération régionale de Berlin, pour laquelle l’auteur a pu avoir accès à une retranscription abrégée des débats.

[8] Il s’agit d’un paradoxe seulement en apparence. Le reproche de « social-fascisme » de l’Internationale communiste contre la social-démocratie a bien existé mais à l’époque tous ces partis avaient été conjointement victimes du nazisme : c’est cela qui dominait dans les représentations collectives.

[9] Sauf à Berlin : jusqu’à la construction du Mur, la fédération SPD de Berlin a continué son activité à Berlin-Est et a même élu deux députés du Bundestag, ce qui s’explique par le statut d’occupation particulier de Berlin.

[10] Jessica Bock, Frauenbewegung in Ostdeutschland – Aufbruch, Revolte und Transformation in Leipzig 1980–2000, Mitteldeutscher Verlag, 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.