Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”.

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”, Lormont, Le bord de l’Eau, 2019.

Un compte rendu de Coline PERRON

Après s’être fait connaître dans les années 1990 par ses travaux sur le rapport à l’archive dans les sociétés post-communistes, Sonia Combe revient avec La loyauté à tout prix sur un thème qui lui tient à cœur : la place des intellectuel(le)s en RDA.  Elle l’avait déjà abordé, vingt ans plus tôt, à travers le prisme de la surveillance, dans son ouvrage sur les intellectuels et la Stasi[1]. Il s’agit ici d’un hommage assumé à celles et ceux qui sont retournés en Allemagne après la guerre avec la volonté d’y construire un État socialiste. Le prologue, « Un rêve tué par des imbéciles[2] », donne le ton. Sonia Combe se propose en effet de raconter « l’histoire de cette génération et de ses fils, biologiques et spirituels, floués par l’Histoire […] » ; « Non pas l’histoire des apparatchiks médiocres et redoutables, ni celle des membres du Parti par conformisme, mimétisme, ou opportunisme ; mais l’histoire de ceux qui se sont tus, davantage par loyauté envers un idéal dévoyé que par lâcheté[3]. »

Cet ouvrage se propose donc d’étudier « les racines » de cette loyauté des marxistes est-allemands. Dans un chapitre introductif, « Le prix de la loyauté[4] », Sonia Combe annonce son parti pris et reprend les propos tenus par l’essayiste Daniela Dahn une dizaine d’années après la chute du Mur : l’étude du socialisme allemand serait, et resterait encore, « largement une étude de tonalité anticommuniste[5] ».

Si cette affirmation a pu s’avérer – dans une certaine mesure – exacte en RFA dans la première décennie après la disparition de la RDA, elle se révèle aujourd’hui largement dépassée. Conscient(e)s du problème posé par la monotonie des thématiques de recherches portant, en Allemagne, sur la RDA, des historiens comme Alf Lüdtke se sont attelés à y remédier dès la fin des années 1990[6]. Enfin, il convient de rendre hommage aux nombreux travaux académiques ou destinés à un plus large public récemment parus, qui reviennent sur « l’expérience RDA » de manière nuancée, accordant une grande place à la parole et aux ressentis pluriels de celles et ceux qui l’ont vécue. Le livre de Sonia Combe, loin de constituer une rupture historiographique, s’inscrit donc bien dans une tradition existant depuis une vingtaine d’années et qui, au moment du 30e anniversaire de la chute du Mur et de la disparition de la RDA, a fini par jouir d’une large audience dans l’espace public[7].

Comme une tragédie, Combe a construit son ouvrage en cinq actes. Les trois premiers, « L’espoir », « Le désenchantement » et « Les héritiers », retracent d’abord le cheminement de ces hommes et de ces femmes « rémigrés » qui choisirent la RDA. L’auteure revient sur les raisons qui les firent opter pour le retour et décrit l’évolution de leurs rapports au Parti, en insistant enfin sur le legs des « pères-fondateurs » à la génération suivante, celle des Christa Wolf et des Heiner Müller (tous deux nés en 1929). La quatrième partie est consacrée exclusivement à la figure de Jürgen Kuczynski (1904-1997), dont le parcours est qualifié d’« exemplaire » au regard de l’objet d’étude de l’auteure. La dernière partie, enfin, dont l’intitulé – « La RDA : les derniers jours d’une symbiose judéo-allemande » – reprend le titre d’un article publié par Combe en 1992, se penche sur le rapport au judaïsme de ces intellectuel(le)s marxistes.

Quelles ont donc pu être les raisons qui ont poussé ces intellectuel(le)s allemand(e)s à regagner la RDA après la guerre ? L’auteure rappelle à ce propos l’absence de statistiques officielles sur le sujet, que ce soit pour l’émigration ou la « rémigration », tout en avançant les chiffres suivants : le nombre de personnes ayant fui le régime nazi en Allemagne et en Autriche est estimé à 500 000, dont 130 000 auraient réussi à gagner les États-Unis, et moins de la moitié aurait décidé de rentrer à la fin de la guerre (dont 4% seulement de Juifs[8]). Pour ceux qui ont gagné les États-Unis, le climat menaçant qui y régnait envers les sympathisants communistes a pu les pousser à finalement quitter le pays ; l’auteure souligne ainsi que « jusqu’à la fin du maccarthysme, les antifascistes allemands ayant des sympathies communistes avaient de réelles raisons de se sentir menacés sur le sol américain[9] ».  Pour expliquer le choix de la zone d’occupation soviétique, Combe souligne le mauvais accueil qui aurait été réservé aux rémigrés à l’Ouest : la population n’aurait pas caché son ressentiment envers ceux qui étaient revenus après avoir passé la guerre en exil, les surnommant les « anges vengeurs »[10], et les autorités d’occupation n’auraient par conséquent rien fait pour faciliter leur installation. Cette hostilité aurait contribué à pousser les rémigrés communistes (ou ayant des sympathies communistes) à se décider pour la zone d’occupation soviétique, où ils auraient été accueillis à bras ouverts.

Sonia Combe revient ensuite dans deux chapitres comparatifs (« A l’Est, une dénazification “rapide et conséquente” » ; « A l’Ouest, une dénazification de façade »[11]) sur le processus de dénazification « à l’Ouest » et en zone d’occupation soviétique. On peut regretter sur ce point un traitement un peu expéditif, qui a tendance à confondre dénazification et épuration et n’établit pas de différenciation entre les zones d’occupation américaine, anglaise et française – les trois étant englobées sous le vocable « l’Ouest »[12]. Par ailleurs, quand Sonia Combe rappelle que la zone d’occupation soviétique déclare la dénazification achevée dès avril 1948, l’auteure aurait pu davantage souligner que cette image d’une Allemagne antifasciste et totalement dénazifiée véhiculée par le discours officiel en RDA relevait également de la propagande. Il n’en reste pas moins que, comme le rapporte Sonia Combe, la présence d’anciens nazis dans des postes en vue à l’Ouest, comme Hans Globke, ancien rapporteur aux questions juives au ministère de l’Intérieur du Reich, qui va devenir chef du cabinet d’Adenauer puis son secrétaire d’État à la chancellerie (jusqu’en 1963), « permet de comprendre que les opposants au nazisme aient hésité à s’installer en RFA[13]. »

Sonia Combe décrit ensuite de manière détaillée le programme culturel impulsé par les officiers soviétiques dans la zone d’occupation soviétique, qu’elle décrit comme « conçu pour attirer les élites intellectuelles[14]. » Comme le rappelle Combe, les Soviétiques commencent rapidement à piller les ressources de leur zone d’occupation, mais, parallèlement, « jou[ent] la carte de la culture[15] » : un premier concert à la Philharmonie est donné le 26 mai 1945, un mois après la chute de Berlin, et on rouvre le Deutsches Theater pour y jouer Nathan der Weise le 7 septembre 1945. Enfin, l’auteure souligne à quel point la perspective d’un avenir professionnel offert par les autorités soviétiques a pu tenter les intellectuel(le)s : contrairement à l’Ouest, on fait tout pour leur rendre leurs chaires dont ils avaient été chassés pendant le nazisme, on publie leurs livres, on leur propose des postes à l’université, à Brecht, un théâtre – alors qu’il peinait aux États-Unis à trouver son public –, à Kuzcynski, son propre institut d’histoire économique. Aussi, quand Hans Mayer, Stefan Heym et Stephan Hermlin, antifascistes rentrés en Allemagne et qui travaillaient dans des médias situés en zone occidentale, perdent leur poste « en raison de leur sympathie ou simplement de leur refus de relayer un climat de guerre froide[16] », ils ne mettent pas longtemps à décider de s’établir à Leipzig[17]. En RDA, ils sont, selon Combe, « choyé[s][18] », et bénéficient d’une politique de logement extrêmement favorable, installés dans des « colonies d’intellectuels[19] » à Berlin, près de Pankow ou de Grünau, tandis que le statut de membre de l’Union des artistes et des écrivains leur assure une existence professionnelle. Sonia Combe conclut ainsi qu’« [e]n fin de compte, si les Soviétiques ne purent gagner la confiance que de ceux qui leur étaient déjà acquis, il faut à nouveau souligner qu’ils furent aidés en cela par la politique des Alliés occidentaux[20]. » Elle rappelle cependant que ce traitement de faveur était intimement lié à la notoriété : tous n’ont pas été « choyés » à leur arrivée comme Bertolt Brecht ou Anna Seghers, et certains ont pu souffrir de difficultés matérielles et financières à leur retour des États-Unis.  

            La deuxième partie, « Le désenchantement », commence par aborder ce qui constitue selon Sonia Combe la « clef de lecture » de l’attitude des intellectuels durant leur vie en RDA, à savoir « l’éthique du silence[21] » que développèrent les communistes allemands et est-européens. L’auteure revient ainsi sur la manière dont bon nombre de ceux qui ont passé leur exil en URSS – dont Georg Lukács – se turent sur le sort qui avait pu être réservé aux antifascistes allemands réfugiés en Union Soviétique. Comme Combe le souligne, « [j]ustifié au nom de l’idéal communiste, le silence n’est pas un acte d’obéissance, il est devenu une seconde nature, une disposition acquise sur laquelle on ne s’interroge plus[22] ». Elle cite à ce propos la postface écrite par Maik Hamburger à la fin du livre de son père Rudolf, Zehn Jahre Lager. Als deutscher Kommunist im sowjetischen Gulag (« Dix ans de camp. Un communiste allemand au goulag »). Si son père et d’autres n’ont pas parlé, ce n’est, selon lui, pas tant par obligation de se taire qu’en raison de « la peur chez les communistes convaincus que ce qui restait encore malgré tout de leur idéal soit déformé » ; il évoque aussi « le refus de donner des munitions à l’adversaire » ; ou encore « le sentiment d’appartenir à une élite » qui les pousse à « dénier au non-communiste la capacité à porter un jugement », sans compter « la honte de l’ostracisme vécu par celui qui avait été injustement puni[23]. » 

            Les chapitres suivants reviennent sur plusieurs points sombres de l’histoire de la RDA, notamment la question de l’antisémitisme au moment où, en janvier 1953, la répression, initiée par un Staline paranoïaque, frappe de plein fouet les médecins juifs en URSS. Sonia Combe rappelle à ce propos que plus de 500 Juifs, pris de peur, quittèrent Berlin, et que, même si les personnalités les plus en vue furent épargnées (les écrivains Anna Seghers et Arnold Zweig, Stephan Hermlin et Stefan Heym, et des universitaires comme Ernst Bloch, Hans Mayer et Victor Klemperer), la RDA ferma les bureaux de toutes les institutions juives et perquisitionna les bureaux des différentes communautés pour y saisir des documents[24]. Cependant, Combe soutient que ce mouvement a été très largement impulsé d’URSS et qu’on ne peut pas conclure à un antisémitisme renaissant au sein des instances supérieures du SED : « À cette époque, la RDA tente plutôt de satisfaire Moscou tout en limitant les dégâts – ce qui, naturellement, n’excluait pas des manifestations sporadiques et isolées d’antisémitisme individuel[25]. » Combe note en effet que « dès la mort de Staline, des mesures sont prises, comme pour compenser[26] » : en 1953, la synagogue de la Rykestraße est rendue à la communauté juive ; en 1954, on appose une plaque en mémoire des victimes juives à Buchenwald ; le 9 novembre 1956, le pogrom de la « nuit de Cristal » est commémoré dans le Friedrichstadtpalast[27]. On peut néanmoins se demander si cette « flambée » d’antisémitisme de janvier 1953 n’était pas symptomatique d’un problème plus structurel, le rapport au judaïsme ainsi que la question de l’extermination des Juifs par l’Allemagne nazie ayant continué à être marqués par un certain tabou jusque dans les années 1980 en RDA, question sur laquelle Sonia Combe revient plus tard dans son livre[28].  

            L’auteure revient également sur le sombre épisode des « procès de Moscou à Berlin [Est][29] » : en 1952, des communistes allemands survivants des camps sont soumis à des interrogatoires et des procès, à la suite de témoignages contradictoires sur les « atrocités[30] » qu’ils y auraient commises en tant que Kapos. Combe y lit un prétexte trouvé par le SED pour exclure, dans un premier temps, les anciens de Buchenwald des fonctions importantes car, moins dociles que les rémigrés de Moscou, ils auraient risqué de faire de l’ombre aux dirigeants rentrés d’URSS. Les deux principaux accusés, Ernst Busse et Erich Reschke, furent condamnés pour « collusion compromettante avec les nazis et mauvais traitement des prisonniers soviétiques[31] » et envoyés au goulag. Les deux furent « discrètement réhabilités[32] », mais Busse y avait déjà laissé la vie ; Reschke, qui survécut, revint en RDA où il fut affecté à un emploi subalterne et reprit sa carte du Parti. Rien de ces procès « contre-nature » pour une RDA qui avait fondé sa légitimité sur le combat mené par ces mêmes antifascistes, ne filtra à l’Ouest : les procès-verbaux des interrogatoires et des procès de ces survivants des camps ne furent rendus accessibles qu’au début des années 1990 avec l’ouverture des archives du SED.

Selon Combe, lors de la répression sanglante de la révolte ouvrière du 17 juin 1953, le Parti continue cependant de bénéficier, « non sans malaise[33] », du soutien de ses membres et notamment des intellectuel(le)s, qui croient voir dans cette révolte la main d’agitateurs venus de l’Ouest[34]. Ce n’est qu’à partir de 1956, année du rapport Khrouchtchev et de l’écrasement de l’insurrection de Budapest, que commence selon elle « le lent processus du désenchantement[35] » des rémigrés, dont les consciences finissent par être « ébranl[ées][36] ». En août 1961, l’Union des écrivains semble néanmoins avoir soutenu la construction du Mur avec enthousiasme[37]. Trois mois plus tard, la pièce d’Heiner Müller, Die Umsiedlerin (L’émigrante), qui évoque les problèmes posés par la collectivisation, est interdite car jugée contre-révolutionnaire et son auteur est exclu de l’Union des écrivains[38].

            Les chapitres « Silences et prises de paroles[39] » et « Des gestes infrapolitiques[40] », reviennent sur l’attitude d’Anna Seghers et son « art de l’esquive[41] ». La présidente de l’Union des écrivains, la plus loyale d’entre les loyaux – qui a gardé le silence quand son ami l’éditeur Walter Janka est injustement mis en prison pour cinq ans, et qui est restée fidèle au régime jusqu’à sa mort – y apparaît sous un jour nuancé : l’auteure décrit sa manière de pratiquer une « subversion loyale[42] », par mille petits gestes. Selon Combe, elle continue ostensiblement de parler de Stefan Heym comme de « son ami » même après sa disgrâce, va serrer la main d’Heiner Müller lors de la réunion de l’Union des écrivains qui vient de l’exclure. Sur le plan artistique, elle aurait pris ses distances avec ses collègues de RDA qui, lors d’une conférence sur Kafka en 1963 à Liblice, critiquaient l’esthétique de ce dernier jugée bourgeoise, et discuté en coulisse avec les participants tchèques. C’est encore une stratégie d’évitement qui sera mise en place par Seghers et d’autres après le 11e Plénum du Comité central du 14-15 décembre 1965, tentative de mise au pas de tout le domaine culturel que l’auteure qualifie de « pire offensive contre les intellectuels qui eut lieu en RDA[43] ». Esquive, toujours, d’Anna Seghers et d’autres intellectuels juifs quand, au moment de la guerre des Six jours en 1967, le Parti les renvoie à leurs origines pour leur demander de signer l’appel de « personnalités juives condamnant Israël » : mal à l’aise avec le ton de l’appel, Anna Seghers, prévenue, aurait évité de décrocher le téléphone, tandis que Stefan Heym aurait prétexté un rendez-vous à l’hôpital[44].

Au sein du Parti, également, Sonia Combe parle de « gestes infrapolitiques » et souligne que, durant les années 1960, à la lecture des archives, le Parti ne correspond pas au bloc monolithique que la représentation occidentale en avait fait […]. Les procès-verbaux de ces réunions prouvent l’alternance de prises de paroles avec des tactiques d’évitement des sujets qui fâchent, mais aussi les résistances. Des soutiens directs ou indirects, timides ou prudents, non dépourvus d’humour ou d’ironie, parviennent à ceux qui contestent la ligne du Parti[45]. » Mais jusqu’à l’affaire Wolf Biermann en 1976, qui vit Christa Wolf initier avec Stephan Hermlin une pétition contre la déchéance de nationalité du chanteur – qui ne sera pas signée par Anna Seghers[46] –, aucune protestation ne filtra à l’extérieur du Parti et de ses instances[47].

            La troisième partie revient sur « la génération-charnière », « héritière » des « pères-fondateurs » que furent Bertolt Brecht pour le théâtre, Anna Seghers et Arnold Zweig pour le roman et la prose, mais aussi Hans Mayer, Ernst Bloch ou Jürgen Kuczynski sur le plan intellectuel ou universitaire. Cette génération, socialisée sous le IIIe Reich, était adolescente lors de la défaite de l’Allemagne – comme Christa Wolf et Heiner Müller, tous deux nés quatre ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Combe insiste ainsi sur le fait que l’antifascisme, avant de devenir une « religion laïque » en RDA avec « ses autels […], ses rites commémoratifs et sa liturgie des discours du dimanche[48] », avait bien été un « combat » qui avait profondément marqué cette génération-charnière qui, dans les années de construction de l’État socialiste, avait « reçu avec enthousiasme » l’idéologie des pères-fondateurs : « La RDA serait ainsi devenue un purgatoire socialiste où se “racheta” une génération qui avait grandi sous le IIIe Reich et s’était réveillée, horrifiée, à son écroulement[49]. »

            De manière plus décousue, le reste de cette partie dresse ensuite des portraits de différentes personnalités de cette « génération-charnière » et interroge leur rapport au régime dans une série de courts chapitres. Ainsi l’écrivain Franz Fühmann (né en 1922), le spécialiste de Brecht Werner Mittenzwei (né en 1927), le professeur de philosophie Wolfgang Heise (né en 1925) ou encore Horst Brasch (né en 1922), haut fonctionnaire jusqu’au-boutiste du régime et père du dramaturge et écrivain Thomas Brasch (né en 1945), qui, lui-même, finira par passer à l’Ouest. Le dénominateur commun entre ces différentes personnalités, mis à part leur date de naissance, est cependant plus difficile à suivre que dans le cas des rémigrés : si Fühmann et Mittenzwei ont bien été socialisés sous le nazisme – Fühmann s’étant même engagé dans la Wehrmacht avant d’être fait prisonnier par l’Armée rouge – la famille d’Heise a été persécutée en raison des origines juives de sa mère et Brasch a été sauvé du génocide par les Kindertransporte avant de revenir « construire l’Allemagne socialiste » en 1946, ce qui rend son parcours plus proche de celui des rémigrés de la première génération.  

Enfin, la quatrième partie revient en détail sur le parcours de Jürgen Kuczynski, qu’elle qualifie « d’idéal-type » de cette figure du marxiste critique, mais loyal : un communiste membre ou proche du Parti qui dispose d’une autonomie de pensée, vit de ses ressources propres, reste loyal en raison de ses convictions intellectuelles et ne formule jamais ses critiques à l’extérieur du parti et de ses organisations périphériques[50]. Elle rappelle que lui-même a subi le feu de la critique et frôlé l’exclusion du Parti après la publication de son livre sur les origines de la Première Guerre mondiale en 1957, dans lequel il soutient que la social-démocratie allemande et Lénine lui-même auraient « sous-estimé le nationalisme et la mentalité petite bourgeoise des masses ouvrières[51] ». Il n’a cependant jamais émis de critique à l’extérieur du Parti, et Combe souligne l’ambiguïté du rôle qu’il a joué pour la vie intellectuelle en RDA : Kuczynski aurait à la fois stimulé la pensée critique, mais d’un autre côté, il aurait par son comportement entravé l’émergence d’une opposition. Comme elle le résume : « Il savait calmer le jeu, tempérer les ardeurs, consoler les bannis et rassurer ceux que le doute traversait. Ces marxistes critiques ont joué au sein du Parti le rôle d’amortisseurs de conflits latents[52]. » L’auteure rappelle ainsi finement à quel point « la frontière entre compromis et compromission est […] difficile à établir hors contexte[53] ».

            Dans la dernière partie de son ouvrage, Sonia Combe aborde la question du rapport au judaïsme des rémigrés, se demandant également si l’on peut parler du « thème juif[54] » en RDA comme d’un sujet « tabou ». Combe rappelle ainsi que le terme « nazisme » n’avait pas cours en RDA, où était exclusivement employé celui de « fascisme » – ce qui avait pour conséquence l’évacuation de la spécificité allemande du nazisme ainsi que de l’antisémitisme figurant au cœur de son idéologie. Ce terme, tout en légitimant l’État antifasciste et en rejetant la faute du côté occidental, permettait de faire écran : ainsi, « Hitler et le nazisme n’auraient été qu’un développement du capitalisme, un produit des grands trusts et de la finance »[55]. Ce n’est que dans les années 1980 que l’historiographie savante est-allemande commença à aborder la question de l’antisémitisme et de la persécution des Juifs par le IIIe Reich. Malgré ce traitement académique plus tardif que dans la production occidentale, Combe rappelle que le sujet de la persécution des Juifs par le régime nazi était présent dans la littérature et dans de nombreux films, documentaires ou de fiction, à l’instar de Sterne de Konrad Wolf et Angel Wagenstein[56]. Ce retard historiographique concorde avec celui observé dans les autres sociétés socialistes où, selon l’auteure, « en conformité avec les orientations de l’historiographie soviétique, la recherche sur le sujet a été négligée[57] ». L’auteure refuse cependant d’y voir une manifestation tardive d’antisémitisme en RDA, maintenant qu’à l’exception de la période autour de 1953 où celui-ci put se faire sentir, « il est difficile d’en trouver trace dans la vie politique est-allemande[58] », et relativise par ailleurs le retard de la RDA à s’emparer du thème de l’extermination des Juifs en rappelant qu’en France aussi, le déficit historiographique fut tardivement comblé[59].

            Concernant le rapport à leurs origines des intellectuels juifs vivant en RDA – ces derniers, estimés à 3 500 en zone d’occupation soviétique, étant surreprésentés parmi les rémigrés[60] –, l’auteure reprend différentes catégories, notamment celles, établies par Hannah Arendt, de « parias » (Juifs « apatrides et déracinés ») et de « parvenus » (qui, au contraire, « s’accrochaient désespérément à leur nouvelle patrie ou à l’illusion d’y appartenir définitivement[61] »), mais également celle forgée par Isaac Deutscher de « Juifs non juifs[62] ». Cette dernière catégorie pourrait, selon l’auteure, s’appliquer aux communistes critiques mais loyaux Anna Seghers, Wolfgang Heise et Stephan Hermlin. Sonia Combe affirme avoir pu constater elle-même, lors d’entretiens réalisés en 1980, à quel point, chez certains rémigrés, « l’identité communiste avait supplanté l’identité juive[63] ». Mais Combe souligne que certains de leurs enfants s’investirent ensuite dans la recherche de leurs origines, comme en témoigne la création au milieu des années 1980 à Berlin-Est de « Wir-für-uns! », un cercle culturel pour les fils et filles de rémigrés juifs qui souhaitaient connaître la tradition de leurs ancêtres[64]. Elle revient enfin, de manière plus discutable, sur le concept de « symbiose judéo-allemande » – forgé par Hermann Cohen dans un contexte très différent, pour décrire l’élan patriotique des Juifs pendant la Première Guerre mondiale[65]. Selon Combe :

La RDA pourrait avoir correspondu au dernier lieu où se serait prolongée la fameuse « symbiose judéo-allemande ». Lieu de son achèvement, dans les deux sens du terme : une symbiose accomplie, car ils ne vécurent plus dans un « ghetto judéo-allemand », mais dans celui plus large et choisi par eux-mêmes des antifascistes et anciens de l’émigration restés plus ou moins fidèles au Parti ; accomplie également dans le sens qu’elle s’acheva, sous sa forme historique, avec la fin de la RDA[66].

On pourrait ici reprocher à Combe de faire preuve d’un certain idéalisme ; en effet, des ouvrages récents, comme Lütten Klein de Steffen Mau[67], soulignent les manifestations d’antisémitisme au quotidien qui purent exister en RDA et sont loin de donner l’impression d’une « symbiose accomplie ». 

                                                                        **

            Cet ouvrage d’une grande richesse, mais parfois un peu décousu[68], qui mobilise avec pertinence des concepts de sociologie comme le modèle « Exit, Voice, Loyalty » d’Albert O. Hirschman[69] ou celui de « performance théâtrale[70] » de James C. Scott, livre ainsi, surtout dans sa deuxième et troisième partie, une galerie de portraits parfois poignants qui montre les différentes façons dont ces intellectuel(le)s ont, chacun à leur manière, vécu avec leur rapport tourmenté à l’État socialiste, entre adhésion et cas de conscience, entre aveuglement et louvoiements, tout en tentant de préserver une indépendance créative – de l’abstinence éditoriale à la surproductivité, du clientélisme à l’absorption dans une éthique du travail. Même si Combe souligne bien l’ambiguïté du rôle que les intellectuel(le)s marxistes purent jouer en RDA – la frontière étant parfois mince entre « compromis » et « compromission » –, on peut cependant s’interroger sur une indulgence excessive de la part de l’auteure envers eux : la tendresse manifeste qu’elle éprouve pour certaines de ces figures semble parfois aller de pair avec une volonté de les disculper « à tout prix » ; mais la difficulté qui, pour l’historien(ne), consiste à interroger leur attitude sans s’ériger en juge rétrospectif, est bien soulignée par Sonia Combe.

On peut cependant regretter que l’auteure peine à établir une cohérence au sein de ce portrait de groupe, le fil rouge biographique que constitue le fait d’avoir émigré sous le nazisme puis d’être revenu s’installer en RDA étant abandonné quand Sonia Combe s’attaque à la situation des « héritiers », dont les parcours biographiques et les attitudes par rapport au régime sont extrêmement divers. La question du judaïsme (même rejeté ou non-revendiqué), possible point commun qui semble s’affirmer en filigrane en fin d’ouvrage, est quant à elle, difficile à suivre quand Sonia Combe note elle-même qu’on « trouve peu de contributions sous forme de témoignages ou d’essais traitant de leur judéité parmi les marxistes critiques dont nous venons de parler, alors que l’origine juive était partagée par nombre d’entre eux[71] ». On peut également émettre des réserves quant à la tentative de l’auteure d’établir un « idéal-type » du marxiste critique à partir de caractéristiques propres principalement à Jürgen Kuczynski et à Georg Lukacs (ce dernier n’ayant d’ailleurs, rappelons-le, jamais vécu en RDA). Ces deux figures, ainsi que, dans une moindre mesure, celle d’Anna Seghers, ont tendance à dominer le livre, qui ébauche cependant de beaux portraits de personnes moins connues. Si le but de l’ouvrage était de rendre hommage à celles et ceux qui furent « floués par l’histoire », on aurait aimé que l’auteure s’attarde un peu plus sur ces derniers plutôt que sur des personnalités aussi reconnues aujourd’hui que Brecht, Seghers ou Kuczynski.

L’auteure de ce compte rendu, Coline Perron, est titulaire d’un master 2 d’histoire (programme franco-allemand de l’EHESS et de la Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg). Son mémoire de M2 intitulé « Entre revendications, coopération et protestation. Pratiques, stratégies d’adaptation et rapport à l’État d’un groupe environnemental en RDA (1981-1994) » a reçu le prix de l’UFA en 2021.


[1] Combe, Sonia, Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Paris, Albin Michel, 1999.

[2] Combe, Sonia, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel », Lormont, Le Bord de l’Eau, 2019, p. 7-11.

[3] Ibid., p. 6.

[4] Ibid., p. 15-23.

[5] Dahn, Daniela, Wenn und aber. Anstiftungen zum Widerspruch, Reinbek bei Hamburg, Rororo, 2002, p. 149 et 158, cité par Combe, Sonia, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 20.

[6] Voir par exemple Lüdtke, Alf, « La République démocratique allemande comme histoire. Réflexions historiographiques. », traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 53e année, n°1, 1998, p. 3-39

[7] Citons ainsi – de manière non-exhaustive –, parmi les travaux publiés à l’occasion des 30 ans de la chute du Mur et de la réunification de la RDA, Die Übernahme, d’Ilko-Sascha Kowalczuk (2019) – où l’auteur, lui-même ancien citoyen de RDA, revient sur la brutalité de l’« absorption » juridique de la RDA par la RFA et la détresse matérielle et morale causée par la liquidation des entreprises d’Allemagne de l’Est via la Treuhand ; Le pays disparu, de Nicolas Offenstadt (2018), promenade-enquête à la première personne à la recherche des traces matérielles laissées par la RDA, des vides-greniers aux usines abandonnées ; Nachwendekinder. Die DDR, unsere Eltern und das große Schweigen (qu’on pourrait traduire par « Les enfants d’après le Tournant. La RDA, nos parents et le grand silence ») de Johannes Nichelmann, né en 1989 à Berlin, qui revient sur les liens qui continuent à lier à la RDA la génération de « l’après » ; Vingt-quatre heures de la vie en RDA, d’Emmanuel Droit (2020), qui approche l’histoire de la RDA sous l’angle du quotidien, à travers des scènes de vie de la ville de Zeitz en 1974 ; ou, encore plus récemment, La RDA après la RDA. Des Allemands de l’Est racontent, d’Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann (2020). Citons également le roman du journaliste allemand Maxim Leo (fils de l’historienne Annette Leo), Histoire d’un allemand de l’Est (2013)[7]. Cette fresque familiale, qui s’étend sur une soixantaine d’année, auscultant les rapports complexes qui unirent les grands-parents et les parents de l’auteur au Parti et à l’État est-allemand, s’ouvre sur le portrait de Gerhard Leo, le grand-père de l’auteur. Fils d’un avocat juif, ce dernier a dû, enfant, fuir l’Allemagne nazie avec sa famille. Après s’être engagé dans la Résistance communiste pendant la Seconde Guerre mondiale, il a opté pour le retour en RDA, patrie spirituelle de sa « seconde famille » communiste. Fidèle au régime jusqu’à son écroulement, il meurt aphasique – et semble sortir de l’ouvrage de Combe, vivante personnification de l’« éthique du silence » décrite par l’auteure.

[8] Lehmann, Hans-Georg, « Rückkehr nach Deutschland ? Motive, Hindernisse und Wege von Remigranten », Rückkehr und Aufbau nach 1945, Claus-Dieter Krohn et Patrick v. zur Mühle (dir.), Marburg, Metropolis, 1997, p. 39-70, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 27.

[9] Ibid., p. 29. Combe souligne notamment que certains rémigrés citent l’exécution de Julius et Ethel Rosenberg comme facteur décisif les ayant incités à quitter les États-Unis.

[10] Combe cite à ce sujet une étude de Claus-Dieter Crohn et Patrick von zur Mühlen, Rückkehr und Aufbau nach 1945. Deutsche Remigranten im öffentlichen Leben Nachkriegsdeutschland, Marburg, Metropolis, 1997.

[11] Ibid., respectivement p. 53-54 et p. 55-60.

[12] A côté du volet proprement punitif – qui recouvre lui-même une triple dimension, judiciaire, administrative et professionnelle – a en effet existé une politique de rééducation, les deux ayant été développés différemment selon les domaines visés par les différentes forces alliées ; voir à ce sujet ce qu’en dit Marie-Bénédicte Vincent : « [a]lors que les premiers travaux menés sur la dénazification, entendue ici comme processus administratif imposé par les Alliés à l’Allemagne occupée, avaient tendance à souligner les limites de ce processus, les historiens affirment aujourd’hui qu’une épuration a bel et bien eu lieu si, d’une part, l’on considère sa dimension pénale et si, d’autre part, on l’inscrit dans une durée qui excède la période stricte de l’occupation (1945-1949) pour l’étendre jusqu’aux années 1970 en Allemagne de l’Ouest, ce qui permet de tenir compte de la durée des procédures judiciaires et contentieuses […] ». Vincent, Marie-Bénédicte, « De la dénazification à la réintégration des fonctionnaires. Comment construire une éthique de la fonction publique en Allemagne de l’Ouest après 1945 ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 121, no. 1, 2014, p. 3-19, ici p. 3. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2014-1-page-3.htm

[13] Combe, Sonia, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 58.

[14] Ibid, p. 62.

[15] Ibid, p. 64.

[16] Ibid., p. 65.

[17] Ibid., p. 68.

[18] Ibid., p. 70.

[19] Ibid., p. 69.

[20] Ibid., p. 65.

[21] Ibid., p. 87-89.

[22] Ibid., p. 88.

[23] Hamburger, Rudolf, Zehn Jahre Lager als deutscher Kommunist im sowjetischen Gulag, München, Siedler, 2003, p. 230, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 94.

[24] Combe, Sonia, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 95.

[25] Ibid., p. 96.

[26] Ibid.

[27] Ibid.

[28] « La question juive : un thème tabou ? », Ibid., p. 201-203.

[29] Ibid., p. 99-100.

[30] Combe, Sonia, Une vie contre une autre. Echange de victimes et stratégies de survie dans le camp de Buchenwald, Paris, Fayard, 2014. Voir le chapitre « Procès de Moscou et d’ailleurs », p. 213.

[31] Combe, Sonia, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 100.

[32] Ibid., p. 100.

[33] Ibid., p. 104.

[34] Sonia Combe note que : « En dehors du célèbre poème de Brecht proposant d’inverser les démissions en cas de mécontentement (Wäre es da nicht doch einfacher, die Regierung löste das Volk auf und wählte ein anderes? / “Ne serait-il pas plus simple que le gouvernement dissolve le peuple et en élise un autre ? ”) écrit plus tard, on ne note en 1953 aucune prise de position publique en faveur des manifestants du côté de la République des lettres, de Brecht pas plus que de quiconque. » Ibid., p. 104 – 105.

[35] Ibid., p. 102.

[36] Ibid., p. 107.

[37] Selon Sonia Combe : « […] la séance qui se tint au lendemain de la construction du mur, le 14 août, semble s’être passée dans l’euphorie (elle se termine par l’Internationale chantée en chœur). A nouveau, les écrivains font corps avec l’État. » Ibid., p. 117.

[38] Ibid., p. 117-119.

[39] Ibid., p. 121-123.

[40] Ibid., p. 135-138. Le terme « infra-politique » est emprunté à James C. Scott. Voir Domination and the Arts of Resistance – Hidden Transcript, New Haven, Yale University Press, 1990.

[41] Ibid., p. 121.

[42] Axel Fair Schulz, Loyal Subversion. East-Germany and its Bildungsbürgerlich Marxist Intellectuals, Berlin, Trafo, 2008, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 20.

[43] Ibid., p. 122.

[44] Ibid., p. 125-126.

[45] Ibid., p.136.

[46] Comme le rappelle Sonia Combe p. 135.

[47] Ibid., p. 112.

[48] Ibid., p. 144.

[49] Ibid., p. 146.

[50] Ibid., p. 18-19.

[51] Jürgen Kuczynski, Der Ausbruch des ersten Weltkriegs und die deutsche Sozialdemokratie. Chronik und Analyse, Berlin, Akademie-Verlag, 1957. Cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 178.

[52] Ibid., p. 223.

[53] Ibid., p. 222.

[54] Ibid., p. 201. On peine parfois à saisir ce que Sonia Combe entend par « question juive » ou « thème juif » : rapport à l’antisémitisme ou à la Shoah en RDA, ou rapport personnel au judaïsme de certains rémigrés ?

[55] Ibid., p. 212.

[56] Ibid., p. 201-202.

[57] Ibid., p. 198.

[58] Josef Detlef, Die DDR und die Juden. Eine kritische Untersuchung, Berlin, Das Neue Leben, 2010, p. 6, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 199.

[59] Ibid., p. 202.

[60] Chiffre cité par Vincent von Wroblewsky, Eine unheimliche Liebe. Juden in der DDR, Berlin, Philo, 2001, p. 14, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 199.

[61] Cité par Enzo Traverso, Les marxistes et la question juive, Paris, Éditions la Brèche, 1990, cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 209. 

[62] Cité par Sonia Combe, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 211.

[63] Ibid., p. 202.

[64] Ibid., p, 197-199.

[65] Cohen, Hermann, Deutschtum und Judentum (éditeur illisible), 1915.

[66] Combe, Sonia, La loyauté à tout prix, op. cit., p. 213.

[67] Mau, Steffen, Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft, Berlin, Suhrkamp, 2019.

[68] La question du traitement de l’extermination des Juifs sous le Troisième Reich par la RDA ou plus largement du rapport au judaïsme aurait notamment pu constituer des sujets en soi.

[69] Hirschman, Albert, Exit, Voice and Loyalty: Responses to decline in firms, organizations and states, Cambrige, Mass. ; London, Harvard University Press, 1re edition 1970.

[70] Scott, James C., Domination and the arts of resistance: Hidden transcripts, New Haven ; London, Yale University Press, 1re édition 1990.

[71] Combe, Sonia, op. cit., p. 202.



Citer ce billet
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (2022, 8 juin). Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayrt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search