Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Louis-Bernard Robitaille

Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Editions Noir sur Blanc, Lausanne, 2017, 144 p.

http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/bouffees-d-ostalgie-louis-bernard-robitaille-9782882504456

A la lecture du titre de cet ouvrage, on pourrait croire que prévaut une sincère nostalgie d’un monde communiste disparu, dans ces chroniques du journaliste franco-québécois Louis-Bernard Robitaille, qui déclare être « originaire d’un continent étranger à toute idéologie » (p. 14). Le lecteur se permettra de douter de cette absence totale d’idéologie sous sa plume en découvrant des pages où il est sans cesse question de « prison » ou de « caserne » pour décrire les endroits parcourus.

Le sentiment d’« ostalgie » ne peut être ainsi réinterprété et réduit à un simple discrédit jeté sur une cinquantaine d’années d’histoire de la partie orientale de l’Allemagne. Comme le rappelait Jean Mortier : « Ostalgie »: le mot a fait florès, mais lourd, d’emblée, d’une tonalité négative, d’une connotation péjorative, voire d’une charge stigmatisante à l’égard de ces Ossis à qui l’on donnait tout, la liberté et l’argent, et qui poussaient l’ingratitude jusqu’à nourrir la nostalgie de leur colonie pénitentiaire. Une jolie trouvaille à coup sûr que ce vocable dont le seul défaut est de n’avoir aucune pertinence scientifique, d’être plaqué sur toute sorte de situation, et, partant, de permettre trop souvent de faire l’économie d’une analyse concrète des situations réelles.[1] En effet, le terme semble être ici utilisé à des fins éditoriales sans correspondre à des situations réellement analysées, même avec le recul d’une quarantaine d’années.

Cette publication veut rendre compte d’une traversée de l’Europe de l’Est menant jusqu’en URSS, effectuée lors de différents déplacements entre l’automne 1976 et le printemps 1977.

Le livre est structuré comme un voyage d’Ouest en Est, traversant le « continent disparu ». Laissons ici de côté les pages les plus orientales, consacrées à Prague, Varsovie, Moscou et Tbilissi, une simple énumération qui permet déjà de constater que la découverte n’a guère été poussée plus loin que quelques capitales. Le chapitre qui nous intéresse ici, le premier de la série, s’intitule « Berlin-Est : bref passage à vide ». En lisant bien le texte, on constate que l’auteur a en tout et pour tout séjourné un dimanche à Berlin-Est, en octobre 1976, ce qui lui permet de rédiger une quinzaine de pages, agrémentées de photos d’époque. Un mois plus tard, le chanteur-compositeur Wolf Biermann sera déchu de sa nationalité est-allemande pour avoir chanté des textes trop critiques, mais le journaliste n’est alors aucunement informé sur les milieux d’opposition existant alors en RDA. Il formule son jugement définitif sur un pays entier, vu à travers la lorgnette de quelques heures solitaires passées à Berlin-Est grâce à l’achat d’un visa quotidien. Plus que de l’étude approfondie, son récit tient du voyage de reconnaissance d’un brave soldat de la Guerre froide qui essaie de confirmer sur place les clichés qu’il a en tête : d’emblée, à ses yeux, le « mur paraît avoir été inventé pour John Le Carré ». Le premier thème, entamé dans la file d’attente de Checkpoint Charlie sera un fil rouge de tout l’ouvrage : la facilité de « draguer » dans les pays de l’Est, la tentation omniprésente pour les hommes occidentaux de vérifier leur pouvoir de domination, exercé en devises sonnantes et trébuchantes. Preuve accablante dès Berlin-Est : même des étudiants algériens de Berlin-Ouest peuvent en user ! Une photo d’époque (p. 31) montrant trois jeunes femmes sur un banc de l’Alexanderplatz est ainsi tendancieusement sous-titrée, pour souligner la vénalité de toute la gent féminine est-allemande : « Alexanderplatz, en attendant le prince charmant ».

Une fois arrivé au centre, le visiteur y trouve ce qu’il cherche : dans le « protectorat soviétique » (p. 23), la seule préoccupation des promeneurs est de « tourner le dos au mur » (p. 28) pour oublier leur « condition de prisonnier » (idem). Le Palais de la République est décrit comme un « blockhaus » ou un « centre commercial de l’Arizona ». Il note aussi que « les urbanistes de RDA ont réussi à faire table rase du passé » autour de l’Alexanderplatz, M. Robitaille ayant sans doute oublié que des bombes y étaient tombées.

Le titre du chapitre, « passage à vide », montrait bien que cette brève incursion reflétait au moins autant les états d’âme de l’auteur que l’absence d’êtres humains dans le Berlin désert, morne, gris et triste qu’il décrit. Il réussit à étoffer son récit de quelques banalités, passages scolaires sur la construction du mur ou les activités de la Stasi. Les photos d’amateur en noir et blanc contribuent à rendre une atmosphère qui aurait peut-être été tout aussi blafarde si elles avaient été prises un dimanche après-midi du mois d’octobre dans une ville française. Le monde décrit est inhumain et dépourvu de toute possibilité de contact avec ses habitants. C’est seulement une quinzaine d’années plus tard que le journaliste réussira à rencontrer un véritable Allemand de l’Est, en la personne du philosophe Vincent von Wroblewsky. Ce café commun a-t-il été pris en 1994 (p. 34) ou en 1992 (p. 35) ? La retranscription des souvenirs de cet entretien donne lieu à de grossières erreurs : son interlocuteur serait rentré à Berlin avec sa mère dès 1945, alors qu’il n’y est revenu qu’en 1950 ; le philosophe se serait trouvé en vacances en « Espagne » au moment de la construction du Mur, comme si les communistes est-allemands étaient des touristes bienvenus en plein franquisme : selon ses propres dires, il était en fait… en Italie. La discussion fut quand même marquante pour le journaliste qui s’étonne, en 2017 encore, de « l’attachement  rétrospectif » de ce spécialiste de Sartre pour le régime de la RDA. Peut-être aurait-il dû interpréter différemment des propos tenus en 1992 et les contextualiser, à une période où la réunification allemande, synonyme de grande crise économique, ne pouvait susciter l’enthousiasme de ceux qui l’avaient subie.[2]

Point d’ostalgie donc dans cet ouvrage, mais tout au plus, peut-être, un peu de nostalgie d’une vie professionnelle se déroulant d’aéroport en taxi, d’invitation en voyage du Club de ski des journalistes à des chambres d’hôtel incluant des tentations féminines. Quelques notes éparses habilement recomposées en un livre qui ne témoigne que d’une perspective alors très partagée dans le « monde libre », et publié chez un éditeur justement nommé « Noir sur Blanc »[3].

[1] Mortier, Jean, « Ostalgie et constructions identitaires », dossier « Vivre en Allemagne de l’Est vingt ans après la chute du mur », in Allemagne d’Aujourdhui, 2009/190, p. 73-89

[2] Pour une vision plus exacte du parcours de cet éditeur de Sartre en Allemagne, il faut se référer à l’article publié par lui dans la revue Les Temps Modernes : « Libre voyage dans feu la RDA en compagnie de Sartre », (536-537), avr. 91 : p. 1-60.

[3] En allemand, l’expression « Schwarzweissmalerei » signifie : vision manichéenne, dépourvue de toute nuance.


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Maître de conférences HDR à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.