Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge”

Volker Braun

Grande fugue 

traduit et présenté par Alain Lance

En mars-avril 2020, Volker Braun a écrit ce cycle de poèmes inspiré par la pandémie. Comme parfois dans sa poésie, on trouvera des allusions ou des citations. Ici Shakespeare, Hölderlin, Karl Mickel ou Ezra Pound. Ou encore Greta Thunberg à la fin du poème Citoyens du vent. La personne évoquée dans le poème Le paria est Rudolf Bahro, qui était un philosophe critique en RDA, emprisonné puis expulsé en RFA. C’était un ami de Volker Braun, qui lui avait dédié le poème Bruno : Comment faire avec l’hérétique/Inutile de lui montrer les instruments:/ Il les a décrits/ Il persiste dans sa position hostile:/ C’est la Terre qui se déplace./ Les inquisiteurs n’en croient pas leurs oreilles/En taule il fait de l’agitation parmi les moines/Comme s’ils ne savaient pas où Dieu se trouve/La torture n’opère pas : il chante un Te Deum/Que faire de lui ? L’enfer n’en voudra pas/ Le bûcher serait une solution, mais elle n’est  pas nouvelle.

 

Le livre dont sont extraits ces poèmes, Große Fuge, est paru en 2021 aux éditions Suhrkamp.

 

CATARRHSIS

 

La ville est mise au repos

comme un malade de la peste

Paix matinale jusqu’à minuit

Rues déshumanisées, comme libérées

de la gale

Des clients. Le sénat ferme les bistrots

Les stades se vident de l’UNION DE PLOMB. Les musées

Des momies

de marbre, les théâtres des esprits

HALTE. QUI VA LÀ/NON, Á TOI DE ME RÉPONDRE

Pas devant le public, pas en cette saison.

Claustrophobie respiration courte catarrhe dans l’industrie culturelle, pour une fois

Toute la (niaiserie) à l’arrêt. UNE ANNÉE SANS ART

C’est ainsi qu’on se calme, bande de dilettantes.

Le secours alimentaire lui aussi

est fermé,

mesure préventive

Mais having non (les sans-le-sou) hath no care to defend it.

La chancelière déconseille les contacts sociaux.

Des patrouilles de police

vont voir s’il ça vit encore

Que faisiez-vous en deux mille vingt ? – Lavage des mains

Pas de shakehands, mais par précaution le salut

Allemand. Le Seigneur retire son doigt dans la Chapelle Sixtine

Pour ne pas être contaminé

dans le groupe à risque

Des trop âgés, un (dieu) sur quatre meurt.

Une ombre en passant te met à nu, un souffle blême

Tutoie tes bronches, tu inspires

Dans l’anthropocène

The scientists are in terror

Ant the European mind stops (Canto CXV)

La Chine élimine le mal avec une prise

Étranglement bras-tête (: tousser au creux du coude)

Apprenez, continents, à faire bouillir la lave.

 

KATARRHSIS

Die Stadt ist ruhiggestellt

wie ein Pestpatient

Ein Morgenfrieden bis Mitternacht

Entmenschte Straßen, wie befreit

von der Krätze

Der Kunden. Der Senat schließt die Kneipen zu

Die Stadien verwaisen BLEIERN UNION. Die Museen

Den Marmor-

mumien, die Theater den Geistern

HALT. WER DA / NEIN, ANTWORTE DU MIR

Nicht vor Publikum, nicht in dieser Saison.

Platzangst Flachatmung Katarrh im Kulturbetrieb, einmal

All dem (Unfug) Einhalt gebieten EIN JAHR OHNE KUNST

So kommt Ruhe ins Verfahren, ihr Dilettanten.

Auch die Tafel

ist dichtgemacht,

eine Schutzmaßnahme

Aber having non (Habenichtse) hath no care to defend it.

Die Kanzlerin rät von sozialen Kontakten ab.

Streifenwagen

schaun nach ob noch Leben ist

Was haben Sie 2020 gemacht? – Die Hände gewaschen

Kein Shakehands, doch vorsichtshalber der deutsche

Gruß. Der HErr zieht den Finger zurück in der cappella sistina

Damit er sich nicht ansteckt

in der Risikogruppe

Der Überalten, jeder vierte (Gott) stirbt.

Ein Schatten streift dich bloß, ein fahler Hauch

Touchiert deine Lungen, du atmest durch

Im Anthropozän

The scientists are in terror

And the European mind stops (Canto CXV)

China schwitzt das Übel im Schwitzkasten aus

Ein Unterarmwürgegriff (: in die Armbeuge husten)

Lernt, Kontinente, die Lava kochen

 

CITOYENS DU VENT

Gens du vent, avides d’air dans les poumons

Sur les pentes nues, terres en jachère, steppe de Brandebourg

Un salaire alternatif sous les roues qui filent

Comme lorsque un jour de fête

un paysan va sur son champ d’asperges

Qui monte vers le ciel, et son outil brandi

Travaille, sans son aide,

un aliment qui pousse dans le vent

Ou bien au jour ouvrable les ouvriers face à leur œuvre

Debout, recueillis, sous la pluie,

fixant les murs de fondation

Ou les halles vides et railleuses

La fin du monde : le Plan, qui était accompli

Avant l’heure à l’Est

 

Il marcha longtemps d’un pas assuré

L’homme sous les arbres.

Maintenant il tâtonne

Perdu dans l’asphalte, et où sont les oiseaux ?

Et ce n’est pas Mère nature qui le retient

omniprésente, en une étreinte légère

La lumière du soleil n’éveille aucune joie passée.

Le pensionnaire des saisons, on pouvait se fier

À leur douceur, le voici maintenant dans le changement

climatique, le trouble du monde

Le vent le traverse, cycles-clowns le gouvernent

Un virus est plus fort que lui, une mucosité sans métabolisme

« Selon l’actuelle définition, pas un être vivant » et bientôt déjà une

société

Le brin d’herbe verte t’a supplanté

Un battement d’ailes

Le renverse, the climate of history

 

Et tu cours, paniqué, né sous la mauvaise étoile

Dans les funérailles, la maison du monde

sortant de l’Histoire

Pas de but, « une poignée de maximes »

et une piste battue

Hors des systèmes. C’est ton art à présent

Être seul, avec tous, et sérieusement

Livré à toi-même comme la pierre, le brin d’herbe

Et penser avec les montagnes et les mers.

Nous n’avons qu’un été avant que l’hiver vienne.

Vous, oliviers de Crète, trimillénaires, vous

Robustes glaciers. Regarde ce qui reste

les stocks de l’holocène

Porteuse

d’espoir, notre semblable

« Comment osez-vous » –

 

WINDBÜRGER

Windige Leute, gierig nach Luft in den Lungen

Auf kahlen Kuppen, Brachland, brandenburgischer Steppe

Ein alternativer Lohnerwerb unter sausenden Rädern

Wie wenn am Feiertag

ein Landmann auf sein Spargelfeld geht

Das in den Himmel ragt, und sein hochgehaltnes Gezähe

Arbeitet, ohne sein Zutun,

ein Zubrot, das im Wind wächst

 

Oder am Werktag die Werktätigen vor ihrem Werk

Standen andächtig, im Regen,

auf die Grundmauern starrend

Oder die leeren höhnischen Hallen

Das Weltende: der Plan, war erfüllt

Vorfristig im Osten

 

Lange ging er mit sachtem sicherem Schritt

Der Mann unter Bäumen.

Jetzt tappt er gott-

Verlassen im Asphalt umher, und wo sind die Vögel?

Und nicht Mutter Natur hält ihn

allgegenwärtig, in leichtem Umfangen.

Das Sonnenlicht weckt keine vergangenen Freuden auf.

Der Kostgänger der Jahreszeiten, auf ihre Milde

War Verlaß, jetzt steht er im Wetter-

wandel, Weltenaufruhr

Er ist durch den Wind, die Zyclowne regieren ihn

Ein Virus ist stärker als er, ein Schleim ohne Stoffwechsel

„Nach heutiger Definition kein Lebewesen“ und schon bald eine

Gesellschaft

Der grüne Grashelm hat dichausgestochen

Ein Flügelschlag

Legt ihn um, the climate of history

 

Und du läufst, ein panisches Freitagskind

In der Begängnis im Weltgebäude

aus der Geschichte

Kein Telos, „eine Handvoll Maximen“

und ein Trampelpfad

Aus den Systemen. Das ist deine Kunst jetzt

Allein zu sein, mit allen, und ernst

Auf dich gestellt wie der Stein, der Halm

Und mitzudenken mit den Gebirgen und Meeren.

Nur einen Sommer haben wir noch vor es Winter wird.

Ihr Ölbäume Kretas, dreitausendjährig, ihr mächtigen

Gletscher. Sieh das Übrige an,

die holozänen Bestände

Hoffnungs-

trägerin, Artgenossin

„Wie könnt ihr es wagen“ –

 

GENÊT. PLANTAGENET

Côtes britanniques, jaune éclatant, armées

de buissons

Protection de la vue pour la chasse et régal pour les yeux

Un conte d’Anjou, la branche au casque, plante genêt

Reprit le nom

Et suivi par Richard of York

Un royaume pour mille chevaux morts,

du sang

Du genêt. Quatre-vingt-dix sortes ; de près, le genêt pue

Chevalier des dépenses, expense knight, bâtards et monstres sanguinaires

Qui déclament des vers

Dialecte de la nature

Et non-nature, un programme théâtral qui tient le coup. Scene -the Globe

La rumeur entre en scène, toute peinte de langues

Et parle de faute

sacrilège de la forêt obligation de lavage blessure de l’air

La luxure des abattoirs

et innocence naturellement

Drames familiaux avec des outils de meurtre, inévitablement

Dans la salle de bain, le fermage des banques

 

 

Penché sur le talus, je les vois chevaucher

Jaune éclatant, entre les buissons

Des fous, les visières/ les crânes ouverts

Le rostbeef de l’Europe. Une explosion de la conduite      Le dél-

Le déluge dans la cale sèche de la Civilisation :

Un jeu de société de F.G. Tresham (from 13 years)

La progéniture se met en mouvement, la planète

Terre à terre, exploitée comme elle est,

joue production avec nous

Avec ses ressources zones marées

Équipe du matin et du soir jusqu’à en crever. Nous

L’armée de réserve dans la guerre des paysages :

Les guerres des roses

Voulez-vous voir ce qu’est une guerre mondiale.WELCOME IN THE KOM-POSTMODERNE

Said Donna Haraway. Et déplacées les fosses

Grises dans les contextes

 

Exit old mankind.

 

GINSTER. PLANTAGENET

Britannische Küsten, gelbleuchtend, büsche-

bewehrt

Sichtschutz bei der Jagd und Augenweide

Ein Graf von Anjou, den Zweig am Helm, plante genêt

Fing den Namen ein

Und nachfolgend Richard of York

Ein Königreich für tausend tote Pferde,

das Ginster-

Geblüt. Neunzig Arten; Ginster, aus der Nähe, stinkt

Spesenritter, expense knight, Bastarde und Bluthunde

Die Blankverse sprechen

Dialekt der Natur

Und Unnatur, ein haltbarer Spielplan. Scene – the Globe

Das Gerücht tritt auf, ganz mit Zungen bemalt

Und spricht von Schuld

Waldfrevel Waschzwang Luftverletzung

Die Unzucht der Schlachthöfe

und Unschuld natürlich

Familiendramen mit Mord-Werkzeugen, zwangsläufig

Im Badezimmer, das Bauernlegen der Banken

 

Über die Böschung gebeugt, seh ich sie reiten

Gelbleuchtend, zwischen den Büschen

Verrückte, die Visiere/Schädel geöffnet

Das Rostbeef Europas. Ein Rohrbruch her

Die Sint

Die Sinnflut ins Trockendock der Civilisation:

Ein Brettspiel von F. G. Tresham (from 13 years)

Der Nach-Wuchs setzt sich in Bewegung, die boden-

Ständige Erde, ausgeholt wie sie ist,

spielt mit uns production

Mit ihren Ressourcen Zonen Gezeiten

Früh- und Spätschicht bis zum Verrecken. Wir

Die Reservearmee im Krieg der Landschaften:

Die Rosenkriege

Wollt ihr sehn, was ein Weltkrieg ist.

WELCOME IN THE KOM-POSTMODERNE

Sayd Donna Haraway. Und umgebettet die grauen

Gräber in die Zusammenhänge

 

Exit old mankind.

 

LE PARIA

J’ai revu Bahro, à Worms. Il était sans masque.

Depuis Bautzen, il était immunisé; alors que de plein gré nous nous mettions

/aux arrêts.

Qui es-tu ? Ai-je crié. – Encore une fois un être humain, lança-t-il d’un rire            /libérateur :

En transition –

Des ailes lui avaient poussé

Et il portait des coussins pour la méditation

Face à l’énorme machine. Elle était stoppée sur son ordre

Les aéroplanes ramenés du ciel, les trains supprimés à l’heure.

La vie de force désaccélérée

« juste autour de la maison »

Va la logique du salut, « c’est grâce au rien faire. »

Comme il est remué, le monde, d’un seul coup immobile

Comme rendu à la raison. « C’est au plus proche que se cache le secret. »

Ainsi poursuivit-il.

L’ancien monde, décharné, rendu fou

Par la vitesse, nous cria, à partir des surfaces commerciales : pandémie

Rit et agite ses bras désséchés, panique

Et Saint Rudi l’enlaça sans crainte, son odeur de sueur

Et une autre précaution me firent reculer, heureux cependant

D’avoir retrouvé mon pote en des temps meilleurs.

 

DER AUSSÄTZIGE

Ich sah Bahro wieder, in Worms. Er ging ohne Mundschutz

Seit Bautzen, er war immun; während wir uns in Selbsthaft verfügten.

Wer bist du? rief ich. – Noch einmal ein Mensch, er lachte befreit:

Im Übergang –

Es waren ihm Flügel gewachsen

Und er trug Kissen mit sich für die Meditation

Vor der Megamaschine. Ausgebremst war sie auf seinen Befehl

Die Aeroplane vom Himmel geholt, und pünktlich fallen die Züge aus.

Das Leben zwangs-

entschleunigt, „nur noch ums Haus herum“

Geht die Logik der Rettung, „das Nichtstun bringt es.“

Wie sie bewegt ist, miteinmal, stillezustehn,

die Welt

Wie zur Besinnung gebracht. „Das Naheliegende birgt das Geheimnis.“

So fuhr er fort.

Die Alte, ausgemergelt, dement

Vom Speed, schrie uns vom Kaufland zu: Pandemie

Lacht und schlägt um sich mit dürren Armen, rastet aus

Und St. Rudi umarmte sie furchtlos, sein Schweißgeruch

Und andre Vorsicht rissen mich rückwärts, froh doch

Dem Kumpel wiederbegegnet zu sein in besseren Zeiten.

 

 

SOUCIS DE L’ÉTAT

Les êtres regardent l’État. Ça devient

Sérieux. Qu’est-ce qui nous attend ?

On ne voit rien, ils rient gravement, boivent de la bière

Poussent des jurons. L’État daigne gouverner.

Tant de bruit pour rien. Routine bluff

Dans les parlements. Il était question du zéro déficit.

Longtemps qu’il n’a pas réfléchi, rien mis de côté, pas stocké

D’idées. Même pas le papier toilette

Qui les vaut. À présent il a le droit de prendre des moyens

Dans ses deux mains, enjoindre la population, etc. etc.

À présent c’est la reine qui parle. Boris Johnson

Est en soins intensifs, en fait il va mieux

Le buste de Pericles est dans le bureau du 10 Downing Street.

Le stratège qui, avant de partir en guerre en Attique

Parquait les citoyens entre les longues murailles

Où la mort se propageait dans la cohue. Ses deux fils

Succombèrent à la peste, Pericles aussi. Boris pense

Avoir encore le meilleur devant lui

Un être ordinaire

Demande à la radio : ça fait combien de temps déjà ?

Que règne un presque incurable arrêt

et que, semble-t-il,

Ne fonctionne que la machine à gains et pertes

Sans signification visible pour la culture ? – Les Athéniens

Ont récolté argent du théâtre et subventions pour le blé

Ce qui correspond à mon être

je vois cela

Que je respecte la distance et twitte sur demande :

Je ne suis

pas celui-là

Et vous n’avez pas

mon accord. Nous

ne savons pas ce que   pourrons devenir.

Nous

Mais il ya bien sûr des mesures plus détaillées

Pour des mots comme compa-

tissant, en manque de partage

Humainement possible, quand les choses deviendront sérieuses pour nous.

Que va-t-on dire, penser –

Nous sommes plus que ce nous pensons

comme disait quelqu’un*en bref –

 

*le poète Karl Mickel

 

 

SORGEN DES STAATSWESENS

Die Wesen sehn das Staatswesen an. Es ist ernst

Geworden. Was kommt auf uns zu?

Man sieht nichts, und sie lachen ernst, trinken Bier

Lästern. Der Staat geruht zu regieren.

Soviel Wesens sonst um nichts, Routinen Bluff

In den Parlamenten. Es ging um die schwarze Null.

Er hat lange nicht nachgedacht, nichts zurückgelegt, keine

Gedanken gehortet. Nicht einmal das Klopapier

Das sie wert ist. Jetzt darf er Mittel in die Hand nehmen

In beide Hände, die Bevölkerung ersuchen etc. etc.

Jetzt spricht die Queen. Boris Johnson

Liegt auf der Intensivstation bzw. es geht ihm besser

Die Büste des Perikles steht im Office, Downing Street 10.

Der Stratege, der bevor er den Krieg in Attika lostrat

Die Bürger zwischen die Langen Mauern einlagerte

Photo Pierre Samson

Après la publication de son premier recueil , Provocations pour moi et d’autrestraduit par Alain Lance, aux éditions Pierre-Jean Oswald, Volker Braun vint pour la première fois en France en mai 1971.  On le voit ici à droite  et  à l’arrière-plan le poète Henri Deluy (1931-2021) , rédacteur en chef de la revue action poétique.

La rédaction du blog remercie Volker Braun et Alain Lance de lui avoir permis de publier ces poèmes en version bilingue.

Une vidéo permet de voir et d’écouter la lecture intégrale du cycle Große Fuge par le poète :

https://www.youtube.com/watch?v=D_6qJ-O1N7A



Citer ce billet
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (2022, 28 septembre). Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge” Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayrx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search