Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sur ce sujet sous la direction de Jean-Louis Georget.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture.

Au moment de la chute du Mur, les entreprises de l’Ouest prennent le dessus sur le marché allemand et on assiste à une disparition quasi immédiate des produits de l’Est. C’est aussi le moment de création d’une Allemagne de l’Est imaginaire, où les produits se détachent de leur contexte économique de rareté ou de régime oppressif et où l’odeur trouve sa place comme une réminiscence d’une identité et des habitudes quotidiennes. Une industrie de la nostalgie se crée alors, avec le développement d’ « Ossi-parties », et de produits copiant les produits est-allemands. On collectionne les objets provenant de l’Est, on recherche les sensations que ceux-ci procuraient, et les odeurs trouvent une place de choix dans ce phénomène de muséification.

Trabant 601 de 1963, wikipedia.com.

La première odeur significative est celle de la Trabant. Cette voiture aujourd’hui culte a été produite de 1964 à 1990 et a sous le capot un moteur bicylindre deux-temps dont le carburant lui confère son odeur si particulière. Les effluves des gaz d’échappement sont dus à une combustion incomplète et rendent ces voitures extrêmement polluantes. Apparaissent alors des enthousiastes comme Thorsten Jahn, qui commercialise en 2005 des conserves d’odeurs via son site internet osthits.de[4]. Il produit lui-même ses odeurs, et brevète son système : il place une balle de coton devant le pot d’échappement et appuie sur l’accélérateur pendant 10 secondes. Chaque conserve contient une balle, alors vendue pour 3.98 euros. Le site internet a aujourd’hui disparu, mais les tentatives de conservation de cette odeur demeurent : c’est le parfumeur Uwe Herrich qui a produit en 2022 un flacon d’odeur de moteur deux-temps pour le musée des transports de Dresde dans le cadre de l’exposition « Generation Simson[5] » (4 février – 14 août 2022). Cette odeur de moteur imprègne aussi le roman Vaterjahre de Michael Kleeberg, dont le personnage principal déteste l’odeur de l’Allemagne de l’Est : « cette odeur de phénol qui, dans cet appartement, transpire des murs et du sol et qu’on prend d’abord pour l’odeur de renfermé de RDA[6] ».

Aujourd’hui le phénomène de muséification a dépassé celui du cabinet de curiosités des passionnés, pour s’étendre à des expositions patrimoniales ou des projets artistiques proposant un aperçu de la vie quotidienne allemande.

Musée historique allemand, Berlin – Alltag Einheit

En 2015, le Musée historique allemand de Berlin (DHM) proposait dans le cadre d’une exposition intitulée Alltag Einheit[7], soit “l’unité au quotidien”, une station olfactive avec laquelle les visiteurs pouvaient sentir des odeurs associées à la RDA et la RFA. On souligne le caractère inclusif de ce type d’installation, recherché par le musée qui favorisait ainsi la venue d’un public à déficience visuelle par exemple. L’espace olfactif était accompagné d’un moment de réflexion, avec la possibilité d’écrire sur les odeurs qu’ils associaient aux deux États allemands[8]. Cette exposition permettait aux visiteurs de se replonger dans leurs propres souvenirs des produits du quotidien, comme les crèmes pour le visage ou les savons de luxe venant de l’Ouest, mais aussi des lieux comme l’hôpital, certaines écoles, les maternelles qui étaient désinfectés avec un nettoyant est-allemand appelé Wofasept, qui a fait dire à Dieter Zimmer dans Die Zeit en 1990[9] : “à la place de la Madeleine de Proust, plongée dans le thé, le Wofasept de Bitterfeld dans un seau de nettoyage”[10]. Le produit se trouve encore aujourd’hui dans le commerce, et petite anecdote personnelle, m’a permis de démontrer qu’on ne peut pas toujours proposer des objets-odorants dans des expositions : s’il convient à un usage domestique, ce concentré désinfectant porte les pictogrammes danger pour la santé, danger pour l’environnement, corrosif et nocif ou irritant. Il convient alors de passer par une proposition de parfumeurs pour recréer une odeur similaire à celle recherchée mais qui soit sans danger pour les visiteurs, ce qui a d’ailleurs été fait pour cette exposition, comme le raconte le docteur Dayel, historien au Leibniz-Zentrum für Zeithistorische Forschung (“Centre de recherche historique de Leibniz”) et commissaire de cette exposition, qui a été contacté par mail pour comprendre la nature des stations odorantes. D’après ses souvenirs, « les odeurs se présentaient sous la forme d’une teinture qui imprégnait un support dans de petites boîtes avec couvercle. Les visiteurs pouvaient ensuite sentir les boîtes fermées et étiquetées[11] ».

Le palais Ephraïm, Berlin – Ost-Berlin – die halbe Hauptstadt

Une deuxième exposition, Ost-Berlin – die halbe Hauptstadt commémorant en 2019[12] les 30 ans de la chute du Mur de Berlin, proposait une station olfactive. Un établi provenant de l’usine de machines et d’outillage VEB (Volkseigener Betrieb) de Berlin a été installé dans l’exposition par l’historien Hanno Hochmuth, lui-même originaire d’Allemagne de l’Est. Il est référent scientifique pour le Leibniz-Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam (ZZF), l’un des commissaires de l’exposition en question, et dirige le projet Zeitgeschichte Berlins, « histoire contemporaine de Berlin ». Il ne semble pas que l’accessibilité ait eu une importance prépondérante lors de cette exposition, mais en revanche, il s’agit bien de proposer une expérience de réminiscence olfactive de la RDA.

Ainsi, l’olfaction entretient l’Ostalgie, et si les expositions sur le sujet n’ont pas d’archives très complètes concernant les dispositifs proposés, des objets-odorants permettent d’illustrer le propos. Ce sujet de l’odeur permet aussi d’exporter la mémoire de l’Allemagne de l’Est en dehors de l’espace géographique de l’Allemagne, comme en témoigne l’exposition Common Fantasy au Wende Museum of the Cold War, à Los Angeles en Californie.

Affiche de l’exposition Common Fantasy, 2020-2021.

Dans ce cadre, les artistes invitées, Regina Mamou et Lara Salmon, qui travaillent ensemble sous le nom de Research for the Bermuda Triangle, ont choisi d’aller plus loin que les objets-odorants, puisqu’elles ont récupéré des objets d’Allemagne pour en obtenir des odeurs grâce au procédé de la macération. L’odeur n’est plus un simple moyen d’illustration, elle est placée au cœur de l’exposition. Les artistes se sont fondées sur des témoignages de leur entourage originaire de la RDA pour nourrir l’exposition. Elles avaient pour but de créer une réminiscence olfactive de la période et ont identifié plusieurs catégories d’odeurs. On en retrouve certaines déjà mentionnées, comme le pétrole mal brulé des moteurs à deux-temps, ou le détergent. Les témoins interrogés font d’ailleurs mention d’un produit nettoyant de la marque américaine People’s, qui n’est pas sans analogie avec le Wofasept déjà mentionné. Elles identifient aussi des odeurs de lieux publics et de matériaux de construction, comme le lignite (pour le chauffage industriel), ou encore le linoleum utilisé pour les sols. Enfin, elles identifient les odeurs d’objets spécifiques comme les colis de l’Ouest (on savait qu’ils pouvaient contenir des savons ou du chocolat), un certain type de crème glacée, de cigarettes sans filtre bon marché, du café Mocca Fix Gold ou encore de la crème hydratante Florena.

Regina Mamou lors de l’enregistrement d’une vidéo explicative sur le projet Common Fantasy, 4/07/2021

Le duo d’artistes a récolté quinze matériaux différents à combiner ensemble afin de créer une fragrance unique. Le principe utilisé était celui de la teinture alcoolique, un procédé consistant à faire macérer un matériau odorant dans de l’alcool éthylique pour que l’alcool capture l’odeur recherchée. Comme l’exposition avait lieu alors que le musée était fermé par la pandémie, les artistes ont créé un système pour envoyer les teintures par mail[13], puis la fragrance a été diffusée autour d’une cabine militaire de la Stasi installée au Wende Museum. Les artistes créaient ainsi un lien entre les odeurs et les lieux militarisés, de pouvoir, ce que l’on abordera bientôt.

Publicité pour Palatinus GmbH, archives spiegel.de, 2019.

Si l’on peut se rapporter à nos propres référentiels pour imaginer la majorité des odeurs, il nous manque toutefois celle des colis en provenance de l’Ouest. En 2016, Rolf Roßmann publie pour le SVZ un article intitulé « De l’odeur des colis de l’Ouest[14] ». Il y témoigne de son enfance, et des paquets que sa grand-mère recevait car elle s’occupait de tombes dont les proches étaient partis à l’Ouest. Il explique ainsi : « C’est ainsi que nous, les enfants, avons eu à plusieurs reprises […] le plaisir défaire les rubans qui emballaient les colis adressés à nos grands-parents et provenant de l’ancienne République fédérale (colis de l’Ouest !). Ceux qui se souviennent d’expériences similaires auront surtout en tête les odeurs mystérieuses qui s’en dégageaient. Des arômes inégalés s’échappaient des paquets de nourriture. Il s’agissait sans doute de ce mélange mystérieux, à l’époque, de chewing-gum, de chocolat, de café, de savons et autres ‘diffuseurs de parfum’[15] ». A partir de 1947 se met en place un système de transport de colis entre les deux zones de l’Allemagne, notamment pour remédier aux carences du système d’approvisionnement de la RDA. Les dirigeants de l’Allemagne de l’Est les considèrent bien évidemment comme des instruments de propagande de l’Ouest, et leurs contenus est rapidement réglementé : les envois n’étaient autorisés qu’entre personnes privées, on ne pouvait pas recevoir plus de douze envois par an. Ici aussi, on retrouve une odeur de désinfectant car les vêtements envoyés devaient être désinfectés et un certificat leur était attribué. « De leur propre aveu, les organisations de RFA concernées avaient pour objectif de confronter la population de la RDA aux bienfaits du miracle économique ouest-allemand et de rallier ainsi les gens au système économique de l’économie de marché. Et en effet, cette politique n’a pas manqué son but auprès de nombreux citoyens de la RDA. Qu’est-ce que les ‘Ossis’ préféraient déballer ? En tête de liste de leurs souhaits figuraient les produits de consommation rares comme le café, le cacao, le chocolat et le tabac. Les friandises, les produits cosmétiques, les bas nylon, les fruits tropicaux et les soupes prêtes à l’emploi de Knorr ou Maggi étaient également des cadeaux appréciés. »[16]. Rolf Roßmann mentionne encore les confiseries Haribo et les cigarettes Handelsgold ou Weiße Eule que son grand-père fumait à Noël.

Jusqu’ici nous avons abordé le sujet des odeurs de la RDA à travers les objets-odorants, en répertoriant les objets manufacturés et les témoignages qui permettent d’esquisser une sorte d’archéologie des odeurs. Jan Plamper, dans son Histoire des émotions[17], faisait déjà un état des odeurs permettant d’entretenir une culture du souvenir. L’historien Bodo Mrozek a été le premier à explorer les odeurs de la RDA et de l’ancienne République fédérale, notamment par le biais de documents faisant état d’odeurs transfrontalières qui accentuaient les tensions et ont eu besoin d’être réglées politiquement : la RDA répand sur sa zone de no man’s land du désherbant toxique dont les émanations déplaisantes inquiètent la population de l’Ouest[18]. Les médias locaux ont rapporté les événements et diverses autorités, y compris des bureaux diplomatiques se sont impliqués. Non seulement les odeurs ont rendu les réseaux frontaliers perméables, mais elles ont également eu la capacité d’agir comme des « accélérateurs de conflits politiques ». Il parle ainsi de communautés olfactives de l’Est et de l’Ouest, chacune ayant ses préférences et aversions respectives, non totalement dénuées de clichés : une assignation plaisante aux odeurs des marchandises de l’Ouest, et une attribution déplaisante aux odeurs de charbon ou de désinfectant (il mentionne le Wofasept) de l’Est donnent « une image stéréotypée selon laquelle l’Est puait et l’Ouest sentait bon la consommation attractive[19] ».

Une géographie sensorielle

Les espaces géographiques olfactifs stéréotypés permettent de créer des espaces sociaux et géopolitiques bien différenciés : les autres ont une odeur différente. C’est ainsi que naît une cartographie sensible à partir des pratiques d’appropriation collective des milieux de vie[20]. Au-delà de l’odeur de l’espace géographique de la RDA, c’est l’espace sensoriel de quarante ans de politique totalitaire que l’on souhaite étudier.

C’est lors d’une visite commune de l’auteure syrienne Dima Albitar Kalaji et de l’auteure Annett Gröschner, qui a grandi en Allemagne de l’Est, au musée de la Stasi à Berlin en 2018, que toutes deux ont pris conscience d’une résonance entre leurs souvenirs respectifs liés à l’expérience de la dictature – malgré leur différence d’âge, malgré les différences géographiques et politiques des systèmes. Les résultats de ces recherches sont documentés par le projet sous forme d’interviews, d’extraits de photos et de vidéos, d’histoires condensées, d’essais et d’un podcast. L’élément central du site est la « Map of Senses », qui marque les lieux géographiques et sensoriels des expériences de la dictature où des liens se créent.

Noura Chalati écrit un article sur l’odeur des archives dans le cadre du projet Der Geruch der Diktatur : elle travaille sur les archives de la RDA en lien avec l’État syrien de l’époque et décrit l’odeur viciée des archives comme un témoignage intime des échanges et des fragments de vie qu’elle étudie. Uta Rüchel[21] parle des odeurs joyeuses de son enfance, puis de l’absence totale d’émotion sensorielle de ses souvenirs liés à son interrogation par la Stasi ou de son incarcération. Pour elle qu’on a forcée à se taire, ces lieux de pouvoir ne sentaient rien, ou du moins, on peut supposer qu’elle en a refoulé tout souvenir, volontairement ou non. Ces exemples permettent d’illustrer la Carte des Sens établie par le projet et de montrer les variations d’interprétations d’une cartographie sensorielle des odeurs d’une dictature.

Le système de répression entretient une relation particulière aux odeurs : la Stasi avait mis en place une base de données des odeurs des opposants au régime en se basant sur un système mis en place par la Volkspolizei. La pratique est illustrée dans la première scène du film La Vie des autres (2006, Florian Henckel von Donnersmarck). Il s’agissait de récolter la sueur des individus soumis à des interrogatoires volontairement longs, et qui imprégnait le tissu de leur assise. Ces tissus étaient ensuite récoltés et conservés sous vide. Les empreintes olfactives permettaient d’entraîner des chiens à identifier des suspects. Si la méthode a été peu utilisée, la Stasi a toutefois constitué d’importantes archives d’odeurs individuelles. Commencée en 1979, la collection était sous le contrôle du département principal XX, qui assure la surveillance du champ culturel et des médias, ainsi que la répression de l’opposition politique.

Un exemple de ces échantillons d’odeurs est visible au musée allemand de l’espionnage[22], d’autres se trouvent au musée de la RDA à Pforzheim. L’étiquette précise s’il s’agit d’un échantillon de la police ou de la Stasi et nous renseigne sur plusieurs choses : elle donne un numéro d’enregistrement, la date et l’heure auxquelles l’échantillon a été prélevé, le nom de la personne à qui l’odeur a été prélevée, la scène de crime où l’échantillon a été prélevé, le bureau responsable du prélèvement de l’échantillon et le numéro d’identification individuel à douze chiffres attribué à chaque personne en RDA depuis 1970. Toutes ces informations étaient dupliquées dans un système de fiches.

Le suivi des odeurs n’était pas la chasse gardée de la Stasi : de nombreux États du bloc de l’Est et même les polices ouest-allemande et néerlandaise employaient l’odorat pour arrêter les criminels dans les années 1980. La dernière utilisation connue d’un échantillon d’odeur a été faite en 2007. Le procureur fédéral allemand a pris des échantillons d’odeur d’un certain nombre de militants anti-G8[23]. Cette procédure a suscité beaucoup de débats et de critiques.

Conserves des odeurs de Susanne Böden, musée de la Stasi de Berlin.

Flacon de macération de l’artiste Maki Ueda, ww.ueda.nl.

Ces archives ont suscité l’intérêt de l’artiste contemporaine Maki Ueda pour son œuvre Body Odour, conçue pour l’exposition If there ever was – an exhibition of extinct and impossible smells, à la galerie Reg Vardy en 2008. Inspirée par le flacon contenant l’odeur de Susanne Böden conservée au musée de la Stasi de Berlin, elle a produit deux fragrances, un de sa sueur par macération et la seconde des aliments de sa cuisine (« nous sommes ce que nous mangeons[24] »).

Nous avons rassemblé dans cet article des éléments qui proposent une histoire sensorielle de la RDA, une sorte d’archéologie du sens olfactif, pour proposer d’une part une typologie des objets qui sentent et qui nourrissent le phénomène de l’Ostalgie, traçant les frontières d’un État qui n’existe plus. Les témoignages et la recherche des objets-odorants permettent la création d’une carte sensorielle de la RDA, carte qui évolue, proposant une compréhension des dynamiques sociales Est-Ouest en passant par le témoignage et le souvenir d’enfance d’une part, et les contours d’un système totalitaire répressif de l’autre. On peut ainsi parler des odeurs de la propagande, des odeurs souvenirs, nostalgiques parfois, ou comme effacés volontairement de la mémoire comme une suppression des exactions vécues.

On observe une relation particulière entre le principe de l’État totalitaire et le sens de l’odorat, qui est noté par l’historien Mark Smith dans ses recherches sur l’histoire sensorielle de la Guerre froide[25] : appropriation des odeurs individuelles par la machine répressive, tensions exacerbées par des fragrances malodorantes attribuées à l’un ou l’autre parti, privation sensorielle face aux horreurs vécues, les odeurs imprègnent une certaine idée du pouvoir.

Nous choisirons de terminer cet article en sortant du cadre de la RDA, pour évoquer un dernier élément à placer sur la carte sensorielle : un lien fait entre odeur et pouvoir par l’artiste Luca Vitone avec une œuvre de l’exposition Imperium de cet artiste qui s’est déroulée en 2014 au Neuer Berliner Kunstverein. Pour son œuvre Raüme, Vitone a balayé et collecté de la poussière du Bundestag, du musée Pergamon à Berlin, de la Deutsche Bundesbank à Francfort et de la Cour fédérale de justice à Karlsruhe. Il l’a utilisée pour créer quatre tableaux, accompagnés d’un parfum qui flotte dans la salle. Le pouvoir a une odeur métallique et un peu moisie[26].

[1] BERDAL Daphné, „(N)Ostalgie” for the present: Memory, longing, and East German things, 2010, URL: http://dx.doi.org/10.1080/00141844.1999.9981598 [consulté le 07/11/2022].

[2] MROZEK Bodo, Université du Luxembourg / Berlin Center for Cold War Studies (BKKK), 13-16 octobre 2020. URL : https://www.youtube.com/watch?v=QPB3zNMfqtY  [consulté le 07/11/2022].

[3] JALEE Pierre, « Les deux piliers du socialisme », Le Projet socialiste, 1976 : La Découverte, pp. 23-30.

[4]  URL : https://www.news.at/a/ostalgie-brandenburger-geschaeft-trabi-duft-dosen-117302 [consulté le 07/11/2022].

[5] URL : https://m.bild.de/regional/dresden/dresden-aktuell/der-duft-von-trabi-simson-und-ddr-sachse-erfindet-zweitakt-parfum-78942876.bildMobile.html?t_ref=https%3A%2F%2Fwww.bild.de%2Fregional%2Fdresden%2Fdresden-aktuell%2Fder-duft-von-trabi-simson-und-ddr-sachse-erfindet-zweitakt-parfum-78942876.bild.html [consulté le 07/11/2022].

[6] „dieser Phenolgeruch, der in jener Wohnung aus den Wänden und dem Boden schwitzt und den man zunächst einfach für DDR-Muff hält“, KLEEBERG Michael, Vaterjahre, 2014: Deutsche Verlag-Anstalt, p.283 (notre traduction).

[7] URL : https://zzf-potsdam.de/de/forschung/projekte/alltag-einheit-portrait-einer-uebergangsgesellschaft [consulté le 02/05/2021].

[8] URL : https://www.deutschlandfunkkultur.de/geruchsgeschichte-auf-der-suche-nach-dem-duft-der-ddr-100.html [consulté le 12/03/2021].

[9] Die Zeit/Modernes Leben, Nr.43, 19.10.1990, S.98 Titel : „Ein chemisches Rätsel — Nachruf auf einen verlorenen Duft“ © 1990 Die Zeit und Dieter E. Zimmer.

[10] „Statt Prousts Madeleine, in Tee getaucht, Wofasept aus Bitterfeld im Spüleimer.“ (notre traduction).

[11] Traduction du mail de M. Danyel, 05/05/2022 : „Soweit ich mich erinnere kamen die Gerüche als Tinktur, mit der ein Trägermaterial in kleinen Dosen mit Deckel imprägniert wurde. Die Besucher*innen konnten dann jeweils an den verschließbaren und beschrifteten Dosen riechen”.

[12] URL : https://www.rbb24.de/politik/thema/2019/30-Jahre-Mauerfall/berlin–du-bist-dufte-.html [consulté le 07/04/2022].

[13] BULLIQI Eddie, « The scent of East Germany In a Tincture + Sample Giveaway”, 07/20/20, fragrantica.com, URL : https://www.fragrantica.com/news/The-Scent-Of-East-Germany-In-A-Tincture-Sample-Giveaway-13875.html [consulté le 07/11/2022].

[14] Roßmann Rolf, „Vom Duft der Westpakete“, 27.05.2016, svz.de, URL :  https://www.svz.de/deutschland-welt/mecklenburg-vorpommern/mecklenburg-vorpommern-mecklenburg-magazin/artikel/vom-duft-der-westpakete-40436483 [consulté le 07/11/2022].

[15] « So kamen wir Kinder wiederholt und vereinzelt auch später noch in den Genuss, die Paketbänder der an die Großeltern adressierten Pakete aus der alten Bundesrepublik (Westpakete!) zu öffnen.

Wer sich an gleichartige „Erlebnisse“ erinnern kann, wird vor allem die geheimnisvollen Gerüche in der Nase haben. Den Lebensmittelpaketen entströmten wohl nie wieder erreichte Aromen. Es war wohl diese seinerzeit geheimnisvolle Mischung von Kaugummi, Schokolade, Kaffee, Seifen und anderen ‘Duftspendern’.“ (notre traduction).

[16] „Nach eigenem Bekunden verfolgten einschlägige Organisationen der BRD das Ziel, die Bevölkerung der DDR mit den Segnungen des westdeutschen Wirtschaftswunders zu konfrontieren und auf diese Weise die Menschen für das marktwirtschaftliche Wirtschaftssystem einzunehmen. Und tatsächlich verfehlte diese Politik bei vielen DDR-Bürgern ihr Ziel nicht. Was packten die ‘Ossis’ denn am liebsten aus? Ganz oben auf ihrer Wunschliste standen Genussmittel wie Kaffee, Kakao, Schokolade und Tabakwaren. Ebenfalls gern empfangene Geschenke waren die im TV beworbenen Süßigkeiten, Kosmetikartikel, Nylonstrümpfe, Südfrüchte und Fertigsuppen von Knorr oder Maggi.“ (notre traduction).

[17] PLAMPER Jan, The History of Emotions: An Introduction, Oxford:  Oxford University Press, 2015.

[18] Recherches actuelles sur l’histoire sensorielle de la séparation allemande, mentionnées dans un article : https://www.deutschlandfunkkultur.de/gerueche-in-ddr-und-brd-der-duft-der-anderen-100.html [consulté le 07/11/2022].

[19] URL : https ://www.moz.de/nachrichten/politik/geruchsforschung-der-_duft-der-weiten-welt_-brachte-mauer-zum-einsturz-49158956.html [consulté le 07/11/2022].

[20] Sibertin-Blanc Guillaume, « Cartographie et territoires. La spatialité géographique comme analyseur des formes de subjectivité selon Gilles Deleuze », L’Espace géographique, 2010/3 (Tome 39), p. 225-238.

[21] URL : https://geruch-der-diktatur.jetzt/texte/der-freiraum-zwischen-den-stuehlen/ [consulté le 07/11/2022].

[22] URL : https://www.deutsches-spionagemuseum.de/sammlung/geruchskonserve?doing_wp_cron=1652088636.2233068943023681640625 [consulté le 21/03/2022].

[23] URL : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20070523.RUE0360/la-police-allemande-a-les-altermondialistes-dans-le-nez.html [consulté le 21/03/2022].

[24] URL : https://www.ueda.nl/index.php?option=com_content&view=category&id=99&Itemid=786&lang=en/ [consulté le 07/11/2022].

[25] Intervention de Mark M. Smith, Ph. D., professeur d’histoire à l’Université de Caroline du Sud, Columbia, à l’atelier « Conflit et sens dans la guerre froide mondiale. De la propagande à la guerre sensorielle » (13-16 octobre 2020) du Centre berlinois d’études sur la guerre froide de l’Institut Leibniz d’histoire contemporaine (IfZ) en coopération avec le Centre d’histoire numérique et contemporaine (C2DH) de l’Université du Luxembourg, et les fondations Stiftung Ernst-Reuter-Archiv et Stiftung Luftbrückendank.

URL : https://www.youtube.com/watch?v=O5ofwSV24_Y [consulté le 07/11/2022].

[26] „[Imperium] riecht metallisch und ein bisschen muffig.“, URL :  https://www.tagesspiegel.de/kultur/wie-riecht-die-macht-3587485.html  [consulté le 07/11/2022] (nous traduisons).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search