Anne Lemonnier-Lemieux – Revenir à la terre dans la RDA des années 1970 finissantes: Sommerstück (Scènes d’été) de Christa Wolf, ou la tentation du repli romantique

Anne Lemonnier-Lemieux, maîtresse de conférences en études germaniques, ENS Lyon
Cette communication a été donnée dans le cadre du séminaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS). Organisation : Hildegard Haberl
Fichier audio à télécharger :http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5247
Résumé
 Sommerstück de Christa Wolf, parfois considéré comme un roman à clef où l’on a voulu reconnaître les écrivaines Sarah Kirsch, Helga Schubert ou Maxie Wander, raconte l’histoire d’une communauté d’amis réunis dans le Mecklembourg au cours de l’été 1976, un été resté dans les mémoires pour sa canicule, mais aussi parce qu’il a précédé une crise majeure du monde culturel est-allemand, celle que devait déclencher en novembre 1976 l’expulsion du chanteur Wolf Biermann, déchu de sa nationalité est-allemande pour ses textes jugés séditieux. Or la rédaction de ce texte publié en 1989 avait commencé bien plus tôt, en parallèle avec un autre roman, Kein Ort. Nirgends (Aucun lieu. Nulle part, 1979), qui met en scène la rencontre imaginaire, située en 1804, entre deux figures tragiques du romantisme allemand: la poétesse Karoline von Günderode, qui se poignardera en 1806 sur les rives du Rhin, et Heinrich von Kleist, qui se suicidera en 1811 sur les bords du Wannsee près de Berlin.

Le parallèle entre les deux œuvres, que Christa Wolf tenait à faire connaître puisqu’elle le signale dans une note figurant à la fin de Sommerstück, invite à rapprocher les deux communautés: celle du retour à la terre de l’été 1976 et le cercle romantique réuni à Winkel autour de la famille Brentano en 1804. Ce rapprochement met en lumière les éléments romantiques qui sous-tendent l’idylle communautaire est-allemande: le repli sur une sociabilité restreinte en réaction à l’hostilité d’un pouvoir politique immobiliste ou menaçant, le refuge dans la célébration de paysages champêtres où perce l’amour du pays, la foi en une utopie communautaire de substitution qu’un désastre final, la mort des uns ou l’exil des autres, dispersera sans retour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.