Hélène Camarade, Le tract en RDA, 1949-1990.

Hélène CAMARADE, Le tract en RDA, 1949-1990. Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public. Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2022 (ISBN : 9791030005882, 512 pages).

Écrire une histoire de l’opposition en RDA par les tracts.

Dans cet ouvrage, paru en octobre 2022 aux Presses Universitaires de Bordeaux, Hélène Camarade, professeure en études germaniques à l’Université Bordeaux Montaigne et membre junior de l’Institut universitaire de France, poursuit ses travaux sur deux thématiques qui constituent le cœur de sa recherche scientifique : d’une part l’opposition et la résistance dans les régimes dictatoriaux, que ce soit sous le national-socialisme (2007) ou, dans ses travaux plus récents, en RDA (Camarade et Goepper 2016; Camarade 2021) ; et d’autre part l’étude de l’objet « tract » (2017). Ce livre est fondé sur les recherches menées par l’autrice dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2011 à l’Université Bordeaux 3.

H. Camarade vise ici à écrire une histoire de l’opposition et des opposant·e·s en RDA à travers l’évolution des tracts ou, comme elle le formule (p. 13) :

L’étude présentée ici a pour objet d’étudier les caractéristiques formelles et fonctionnelles du tract comme média clandestin en RDA afin de parvenir à une meilleure compréhension des idées, des valeurs, des revendications, des stratégies argumentatives et des moyens d’action préconisés par les individus ou les groupes qui ont cherché à combattre ou à réformer de l’intérieur la dictature du SED.

Il s’agit ainsi d’avoir accès, à travers le support du tract, défini comme un texte imprimé ou écrit à la main, d’une taille variable (de la vignette à la feuille A4), reproduit en plusieurs exemplaires et destiné à la diffusion (p. 16), à la Gegenöffentlichkeit de la RDA tel que conceptualisé par le philosophe Oskar Negt, avec le cinéaste Alexander Kluge. Ce concept a été traduit en français en « espace public oppositionnel » par Alexander Neumann (Negt 2007). L’État-parti du SED contrôlant la sphère publique et les discours qui y résonnaient, celles et ceux souhaitant porter un message dissident se retrouvaient dans cet « espace public oppositionnel », lieu de prise de parole et de dialogue qu’ont tenté de faire vivre et prospérer les minorités rejetant l’ordre établi ou étant rejetées par leur attitude hors du cadre toléré par le pouvoir. Le choix du tract comme support de l’étude est justifié par le fait qu’il forme un des rares vecteurs de parole de ces opposant·e·s ayant existé durant toute la période de la RDA (p. 375). Il ne s’agit en outre pas ici de simplement faire une typologie des types de tracts et des messages qu’ils véhiculent, mais bien de dépeindre une fresque des différents modes d’actions des opposant·e·s au régime de la RDA, de leurs motivations, de leurs motifs d’insatisfaction, mais également du fonctionnement des relations qui les unissent entre eux, de leurs liens avec la RFA, etc., c’est-à-dire de montrer la complexité de ces réseaux.

Pour ce faire, l’étude repose sur un corpus principal de 459 tracts, de différentes formes et longueurs (d’un simple mot d’appel griffonné et copié à l’identique sur quelques morceaux de papier à des raisonnements de plusieurs pages, polycopiés et distribués à des centaines d’exemplaires), ayant été produits entre mai 1946 et mars 1990. Trente-sept d’entre eux, ainsi que quelques documents connexes, sont reproduits en couleur dans les annexes de l’ouvrage, afin de donneur aux lecteur·trice·s un aperçu de la diversité de ces supports. Ces documents sont issus de deux fonds d’archives principaux – les archives de la Stasi[1] et celles de la Société Robert Havemann (Robert-Havemann-Gesellschaft) – et sont complétés par deux autres corpus : l’un regroupant des documents de contre-propagande produite par les instances des gouvernements ouest- et est-allemands, et l’autre composé de samizdats écrits dans les années 1980.

La structure de l’étude suit une division en trois grandes parties chronologiques, correspondant à trois modalités d’utilisation des tracts par l’opposition et de réaction du régime face à ces publications. La première partie (p. 35-168) se concentre sur la période de mise en place et de stabilisation du régime du SED, entre 1946 et la construction du mur de Berlin en août 1961. Le choix de 1961 comme césure correspond en effet à un arrêt des actions cherchant à renverser ou déstabiliser le régime, comme l’ont démontré les ouvrages d’Ilko-Sascha Kowalczuk (2003, p. 8‑10). Le deuxième mouvement de l’ouvrage (p. 169-312) traite des années 1961 à 1989 et plus particulièrement des volontés de réforme du socialisme, portées par une nouvelle génération d’opposant·e·s, née en RDA. La troisième et dernière partie du livre (p. 312-371) aborde une période beaucoup plus courte, des élections communales de mai 1989, point de départ de la contestation de masse, jusqu’aux élections démocratiques pour la Chambre du peuple (Volkskammer) de mars 1990. Une attention plus particulière est consacrée au rôle des tracts dans la reconquête de l’espace public et dans le délitement de l’appareil d’État entre les élections de mai 1989 et la chute du Mur, le 9 novembre de la même année.

1949-1961 : le tract pour exprimer son rejet de l’existence de la RDA

Dans les premières années d’existence de la RDA, les actions dirigées contre le régime sont principalement le fait de personnes rejetant radicalement son existence. Il ne s’agit pas pour elles de critiquer son fonctionnement afin de l’améliorer et d’en changer les aspects négatifs, mais bien de toucher une grande partie de la population afin d’appeler purement et simplement au renversement et à la destruction du système mis en place par le SED. L’utilisation du tract suit cette logique, il est principalement utilisé durant ces années par les milieux anti-communistes, les mouvements réformateurs, eux, s’exprimant par d’autres canaux, souvent légaux et à l’intérieur des instances. Cette radicalité se retrouve dans les types d’actions que promeuvent les tracts : grèves, manifestations, sabotages, soulèvements, perturbation des élections, etc. Les tracts ne présentent pas à l’époque de programme politique développé ou d’idée de réformes, comme ils pourront le faire par la suite, mais appellent à des manifestations concrètes afin de renverser le pouvoir. Le ton et les slogans employés dans ces documents montrent également le rejet total du communisme, l’invective et l’insulte envers le régime et ses dirigeants étant monnaie courante. Grotewohl, Ulbricht et les autres membres du SED furent ainsi régulièrement traités de « porcs » (p. 97), de « traîtres au peuple » (p. 101). Les auteur·trice·s de tracts réclamèrent également « vengeance » après la condamnation à mort d’Hermann Flade[2], jeune homme de 19 ans, condamné en 1951 pour avoir distribué des tracts (p. 114). De même, les parallèles faits entre le régime du SED et la dictature national-socialiste sont des plus fréquents.

A la dureté de ces critiques s’oppose la férocité de la répression par le gouvernement et la justice. Si la diffusion de tracts n’est pas en elle-même un acte condamnable selon les lois de la RDA, l’appareil répressif se repose sur l’article 6 de la Constitution est-allemande condamnant l’appel au boycott des institutions, puis à partir de 1957 et la modification du code pénal, sur les délits nouvellement créés de « propagande et diffamation » (Propaganda und Hetze) et de « calomnie envers l’État » (Staatsverleumdung) (p. 52-53), afin de punir la production de ces écrits jugés gênants, une technique qui n’est cependant pas seulement utilisée contre les auteur·trice·s de tracts, mais bien contre l’ensemble des potentiel·lle·s opposant·e·s au régime (Werkentin 1998, p. 67). La répression ne se fait ainsi pas à travers la Stasi et ses mesures de décomposition (Zersetzung), comme ce sera le cas dans les années 1970, mais par l’appareil judiciaire qui condamne ces personnes à de lourdes peines de prison, comme pour Thomas Ammer, Peter Herrmann et Johann Frömel, membres du cercle d’Eisenberg[3] et condamnés à quinze ans de rétention pour le premier, quatorze pour les deux autres. Les tribunaux allèrent même jusqu’à condamner Hermann Flade à mort, notamment en se basant sur l’article 6 de la Constitution. Selon l’autrice, la violence de cette répression est le signe de l’inquiétude du régime face au phénomène des tracts, qu’il considérait comme une sérieuse menace contre sa stabilité (p. 55).

Si l’opposition au régime a concerné tous les milieux socio-professionnels et tous les âges, deux groupes particuliers se distinguent dans l’utilisation régulière des tracts : les groupes de jeunes gens et les milieux ouvriers et sociaux-démocrates (p. 36). Dans le premier cas, il s’agit principalement de petits groupes d’adolescent·e·s ou de jeunes adultes qui étudient, que ce soit au lycée, en apprentissage ou à l’université, qui ont traversé la période du national-socialisme et son endoctrinement, mais sans en porter de responsabilité morale en raison de leur jeune âge. Ils ont vécu les années 1945-1946 comme une libération et sont nettement influencés par les idées de démocratie occidentale propagées par les Alliés. Ils voient la mise au pas de la société en zone d’occupation soviétique, notamment au sein des universités, par la restriction progressive des libertés politiques, ce qui les pousse à agir. Souvent en contact avec d’autres groupes de résistance, en particulier le Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit (KgU[4]), qui leur fournit du matériel pour la réalisation et l’impression des tracts ou qui les influence politiquement, l’action de ces groupes est cependant souvent limitée dans le temps. Sous-estimant le danger encouru et parfois peu prudents dans leurs agissements, ils sont rapidement dénoncés ou repérés par les autorités et condamnés à de lourdes peines (chap. 3). Au sein des milieux sociaux-démocrates, celles et ceux qui protestent contre la fusion forcée du SPD et du KPD, seront plus prudents dans leurs actions et bénéficieront notamment du soutien logistique et technique du Ostbüro du SPD (impression de tracts à Berlin-Ouest, entrée sur le territoire de la RDA de matériel d’imprimerie, de papier, d’encre, etc.) (chap. 4).

La première partie de l’ouvrage présente enfin trois grands types d’événements qui sont restés durant toute la guerre froide les motifs principaux des griefs des opposant·e·s et les occasions d’une production intense de tracts :

  • La tenue des élections, qui sont l’occasion de souligner le manque de liberté politique, ainsi que l’écart entre les textes de lois organisant ces événements et la pratique du vote de liste en RDA ;
  • Les grands moments de la répression politique, que ce soit la condamnation à mort d’Hermann Flade ou bien l’affaire Biermann en 1976 par exemple ;
  • Les grands soulèvements contre le régime dans les autres pays du bloc, par exemple en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968 ou bien en Pologne en 1980-81.

1961-1989 : le tract aux mains d’une nouvelle génération d’opposant·e·s

La construction du mur de Berlin en 1961, mais aussi et surtout la répression du Printemps de Prague en 1968, marquent un tournant dans l’histoire des oppositions en RDA, et donc dans la pratique de l’écriture des tracts, tant du côté des opposant·e·s que dans l’attitude du régime. Ce dernier événement, qualifié de « mort de l’âme du communisme » par l’historien Tony Judt (2005, p. 447), symbolise la fin définitive des espoirs de renversement du communisme et d’une réforme en profondeur. Celles et ceux qui s’étaient précédemment opposé·e·s au régime de manière frontale lors de ses premières années d’existence ont été « broyé·e·s » par la machine répressive, ont émigré en République Fédérale, ou bien se sont résigné·e·s à vivre sous ce régime. Désormais, les voix qui critiquent le gouvernement sont celles d’une nouvelle génération, qui ne vise plus au renversement complet du régime, mais qui souhaite des réformes vers un socialisme plus humain et plus de liberté. Ces personnes appartiennent à une génération née en RDA après la division de l’Allemagne et élevée dans le socialisme. Elles sont souvent convaincues par les idées de ce système et souhaitent en améliorer les conditions de mise en application, en instaurant un socialisme démocratique (p. 171). De même, le SED, dans sa quête de reconnaissance internationale, évite désormais la répression brutale par de lourdes peines de prison telles qu’elles étaient prononcées jusqu’en 1961, notamment envers les opposant·e·s les plus connu·e·s à l’Est, mais aussi à l’Ouest, pour ne pas avoir à subir d’éventuels échos négatifs dans les médias de RFA ou des campagnes de soutien internationales (p. 184). C’est désormais la Stasi et son réseau d’informateur·trice·s informel·le·s qui sont chargés d’éviter les débordements. La propagation d’écrits anonymes et critiques envers le régime reste cependant passible de poursuites au titre de « calomnie envers l’État » et les condamnations à des peines de prison ne sont pas rares (p. 201).

Les motifs d’insatisfaction présents dans les tracts restent cependant les mêmes que dans les années 1950 : critique envers le déroulement des élections, le manque de liberté politique – et de plus en plus de liberté de déplacement –, répressions politiques en RDA (notamment lors de crises aiguës comme avec les affaires Havemann, Biermann ou Bahro) et dans les autres pays socialistes (lors du Printemps de Prague, de la création de Solidarność en Pologne ou de la répression des manifestations sur la place Tian’anmen en Chine), etc. Toutefois, la structure argumentative de ces critiques s’est également modifiée du fait du changement dans le profil des opposant·e·s. Afin d’obtenir les réformes souhaitées et de voir apparaître un vrai socialisme à visage humain, ils et elles s’appuient à la fois sur les textes des figures fondatrices du socialisme – Karl Marx, Lénine ou encore Rosa Luxemburg – et sur les textes de lois de la RDA pour mettre le régime face à ses contradictions. Les tracts publiés à l’occasion des différentes élections font ainsi référence à la loi électorale de 1976 qui stipule que le dépouillement des urnes et le décompte des voix sont censés être publics pour éviter les fraudes électorales et que le vote n’est pas obligatoire. Les actions de boycott des élections seraient donc, selon les lois en vigueur, légales (p. 268).

H. Camarade souligne dans cette partie de l’ouvrage que les tracts ont été moins utilisés dans les années 1970. Ils restent un élément important de l’expression de voix dissidentes en RDA, mais ne forment plus le canal principal de ces revendications (p. 199). Elle explique cela par le développement d’autres moyens d’expression, en particulier des samizdats, ces revues de plusieurs (dizaines de) pages, semi-légales et auto-éditées, publiées par des groupes d’artistes ou d’opposition bien structurés comme la Umwelt-Bibliothek qui publie à partir de 1986 la Umweltblätter ou bien l’Initiative Frieden und Menschenrechte qui est à la tête de la rédaction de Grenzfall (p. 213). Ces revues commencent à apparaître en RDA dans les années 1970 et deviennent le moyen principal d’expression des critiques envers le régime dans la seconde moitié des années 1980. Elles étaient certes surveillées de près par la Stasi, mais leur publication restait tolérée. L’apparition d’autres vecteurs d’expression permet également d’expliquer ce recul du tract, comme la plus grande tolérance envers les pancartes et banderoles lors des manifestations (p. 205), ou bien la mise en place des Eingaben[5], qui donnent l’opportunité aux citoyen·ne·s de faire remonter au régime certaines plaintes du quotidien (p. 259). En outre, la présence grandissante des médias ouest-allemands dans le quotidien des Allemand·e·s de l’Est permet également d’occuper l’« espace public oppositionnel » (p. 193).

1989-1990 : le tract pendant la révolution pacifique

Dans cette troisième partie de l’ouvrage, beaucoup plus courte que les deux premières, avec une cinquantaine de pages, l’autrice décrit l’utilisation des tracts dans la période allant des élections communales de mai 1989 aux élections pour la Chambre du peuple de 1990. Si cet outil était en perte de vitesse dans les années 1970, il redevient, dans la chute finale du régime en 1989 le moyen privilégié de communication des opposant·e·s. Il est notamment utilisé par les différents groupes qui se structurent, s’organisent et prennent une place de plus en plus importante dans l’espace public à mesure que l’appareil répressif d’État perd le contrôle qu’il exerçait jusqu’à présent sur la société. C’est le cas notamment de Neues Forum, Demokratie Jetzt ou bien Demokratischer Aufbruch, qui utilisent cet outil pour diffuser leurs demandes de réformes et leurs critiques du régime. Les thématiques restent les mêmes que précédemment : demande de davantage de liberté politique, critique de la répression et mise en avant des contradictions entre les droits promus par les lois de RDA, les discours de ses dirigeants d’une part et la réalité de la vie quotidienne d’autre part. Le nombre de tracts produits se multiplie à mesure que le mécontentement de la population croît et ils permettent de toucher un public plus grand que les revues samizdats, beaucoup plus complexes à éditer et diffuser. Le but ici est de propager les idées de ces nouveaux groupes, ces appels à la liberté et d’appeler à participer aux différentes manifestations.

Le tract est, comme déjà annoncé, à considérer comme un succédané de communication directe entre citoyen·ne·s et permet d’occuper l’« espace public oppositionnel ». Cependant, il perd de son intérêt pour celles et ceux qui y ont recours s’il est possible d’occuper l’espace public en tant que tel. Ainsi, avec la massification des manifestations contre le pouvoir, la libéralisation progressive de la prise de parole et enfin l’effondrement du système de censure, l’utilisation du tract devient de moins en moins utile et tend à disparaître à partir du mois d’octobre 1989 (p. 350). Il revient cependant, de manière cette fois-ci complètement légalisée, lors des élections pour la Chambre du peuple de mars 1990, comme partie intégrante de la propagande électorale (p. 357).

Conclusion

Le livre d’Hélène Camarade, Le tract en RDA, est un ouvrage complet, dense, voire même parfois un peu touffu, qui permet de retracer l’utilisation de cet objet qu’est le tract qui pourrait paraître anodin de prime abord. Cependant, à travers le tract, l’autrice dépeint un panorama précis et complet de l’opposition durant toute la période de la RDA, que ce soit ses acteur·trice·s, les motifs de leur mécontentement, leurs objectifs, leurs modes d’expression et leurs évolutions, ou bien encore leurs liens avec la RFA et les autres pays socialistes.

Cet ouvrage permet non seulement de dégager les grandes structures de l’histoire de l’opposition en RDA, mais il prend également le temps, grâce à un corpus de sources extrêmement riche, de s’attarder sur certains points de détails, afin de révéler le fonctionnement au quotidien et les motivations des opposant·e·s. On pourra ainsi citer les pages sur l’utilisation de la figure de Rosa Luxemburg, particulièrement précises et convaincantes (p. 244-253).

Enfin, le livre d’Hélène Camarade se distingue par une approche singulière du phénomène de l’opposition en RDA. L’étude de l’objet tract permet en effet d’aborder ce phénomène d’une manière plus fine, plus proche du quotidien des différents acteur·trice·s, en incluant d’autres aspects que la seule étude des grands événements marquants du rejet du régime, comme le soulèvement de 1953, l’affaire Biermann ou bien la révolution pacifique de 1989, au cœur de la majorité des travaux sur la question.

Références bibliographiques

Camarade Hélène, 2021, « Une histoire des résistantes allemandes est-elle possible ? Regard critique », Allemagne d’aujourd’hui, 2021, vol. 237, no 3, p. 112‑127.

Camarade Hélène, 2017, Le tract, média du pouvoir et des contre-pouvoirs : l’exemple de l’espace germanique (XVe-XXe siècles), Lormont, Le Bord de l’eau, 156 p.

Camarade Hélène, 2007, Écritures de la résistance : le journal intime sous le Troisième Reich, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (coll. « Interlangues »), 423 p.

Camarade Hélène et Goepper Sibylle, 2016, Résistance, dissidence et opposition en RDA : 1949-1990, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 403 p.

Judt Tony, 2005, Postwar: A History of Europe Since 1945, New York, Pinguin, 967 p.

Kowalczuk Ilko-Sascha, 2003, Das bewegte Jahrzehnt. Geschichte der DDR von 1949 bis 1961, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 164 p.

Negt Oskar, 2007, L’espace public oppositionnel, traduit par Alexander Neumann, Paris, Payot, 239 p.

Werkentin Falco, 1998, Recht und Justiz im SED-Staat, 2e éd., Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 108 p.

[1] Les archives du ministère pour la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit), souvent appelé Stasi, sont gérées par l’Administration du commissaire fédéral chargé de la gestion des dossiers de la Sécurité d’État de l’ancienne RDA (Behörde des Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik), plus connue via l’acronyme BStU.

[2] Flade ne sera pas exécuté. Sa peine fut commuée en appel à 15 ans de détention. Il fut libéré de prison en 1960 et se réfugia la même année à l’Ouest. Il s’agit là, à la connaissance de l’autrice, de la seule condamnation à mort prononcée en RDA contre un·e auteur·trice de tracts (p. 52).

[3] Le cercle d’Eisenberg est un regroupement de lycéen·ne·s et d’apprenti·e·s d’Eisenberg, en Thuringe, qui a été actif de 1953 à 1958 et qui s’est signalé par la rédaction de plusieurs actes de contre-propagande durant cette période, notamment, via la rédaction de tracts, mais également des actes plus violents, comment l’incendie d’un stand de tir afin de protester contre la militarisation de la RDA. Les principales figures du groupe seront arrêtées, jugées et condamnées en 1958 (p. 64).

[4] Le Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit (KgU – groupe de combat contre l’inhumanité) était un réseau de résistance anti-communiste, basé à Berlin-Ouest autour de Rainer Hildebrandt, Günther Birkenfeld et Ernst Benda et a été actif entre 1948 et 1959. Il a réalisé de nombreuses actions de contre-propagande contre le régime du SED, ainsi que des actions d’espionnage et de sabotage. Il est devenu la « bête noire » des autorités communistes, qui ont poursuivi les membres du groupe, mais également les personnes ayant eu des contacts avec eux en RDA. 137 personnes ont été exécutées en RDA pour avoir été en contact avec ce groupe.

[5] Le SED a en effet favorisé dans les années 1970 l’envoi de Eingaben, ces lettres de doléance ou de réclamation adressées par les citoyen·ne·s est-allemand·e·s aux responsables du parti sur des sujets de la vie quotidienne. Cette communication avec le gouvernement est cependant strictement encadrée et se doit de respecter les codes de la société socialiste.



Citer ce billet
Julien Beaufils (2023, 15 mars). Hélène Camarade, Le tract en RDA, 1949-1990. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aysa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search